Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86

Pour qui veut les découvrir dans leur ensemble, ces contes de l'Avent commencent ICI

Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...

Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...

NB : Cliquer sur chaque illustration pour la voir dans un plus grand format....

 

 Le Petit Garçon au soleil – 21ième soir …


    Il était une fois un Petit Garçon qui vivait avec son papa, sa maman et sa grande sœur dans une jolie maison ensoleillée. Ses cheveux étaient dorés comme les blés. Il aimait le soleil plus que tout au monde, et ne se lassait jamais de le regarder. Il le regardait se lever, il le regardait se coucher. Quand le soleil brillait trop fort pour qu’on le regarde en face, le Petit Garçon regardait comment les rayons jouaient avec les feuilles et les fleurs, comment il se mirait dans l’eau. Ce Petit Garçon était toujours gentil. Il aimait faire plaisir et obéissait volontiers à ses parents. Chaque fois qu’on lui demandait de faire quelque chose, il disait : « Oui, oui ». Mais hélas, bien souvent, il oubliait de faire ce qu’il avait promis de faire, parce qu’il rêvait au soleil !...
    Ainsi, un soir sa maman l’avait envoyé chercher du pain. « Oui, oui » avait-il lancé et il était aussitôt parti en sautillant. Mais chemin faisant, il vit un superbe coucher de soleil, et resta longtemps à l’admirer. Puis il rentra chez lui, sans plus penser à ce qu’il voulait faire « Et mon pain ? » dit la maman. -  « Ah oui, j’ai oublié, répondit-il, mais tu sais, j’ai vu un si beau coucher de soleil ! » Et il dut retourner à la boulangerie alors que la nuit était tombée. Une autre fois, un matin d’hiver, son père lui dit : « Mon garçon, va nous chercher un peu de bois sous le hangar, pour allumer le feu » - « Oui, oui papa » dit la voix claire, et le Petit garçon sortit. Dehors, le lever du soleil s’accomplissait avec une telle magnificence, que le petit garçon resta en extase, oubliant tout. Au bout d’un moment son père sorti sur le seuil de la maison et l’interpella :
    « Et alors, ce bois, il arrive ?»
    « Ah oui, pardon, c’est vrai, je regardais le soleil se lever » répondit son fils encore sous le ravissement …
    « Eh, vas-y donc, chez ton soleil, s’il t’intéresse tant ! » lui lança, son père tout  en riant, l’air de rien …
    Le petit garçon se mit à réfléchir  et pensa : « C’est une idée … je vais aller rendre visite au soleil. Cela doit être possible puisque Papa l’a dit … » 

Le Petit Garçon au Soleil - Avent  : 21e et 22e soirs... Le Petit Garçon au Soleil - Avent  : 21e et 22e soirs...

 NB : Cliquer sur chaque illustration pour la voir dans un plus grand format....

 

  Le Petit Garçon au Soleil - 22ième soir …


    Il se mit en route aussitôt et marcha, marcha aussi vite qu'il pouvait sans regarder ni à droite, ni à gauche sans se laisser arrêter. Bien des gens l'interpellaient en le voyant passer. "Où vas-tu si vite, petit ? " - "Rendre visite au soleil." Répondait-il tout en marchant en hâte. Et les gens hochaient la tête en soupirant. Cette fois, pas un instant il n'oublia pourquoi il était parti.
    Tout à coup il entendit une petite voix qui disait: "Prends-moi avec toi." tout d'abord Le petit garçon ne vit rien. "Prends-moi avec toi, je te montrerai le chemin." Et voici que celui qui parlait ainsi était un papillon multicolore qui volait autour du garçon et vint se poser sur sa main. "J'ai vu dans tes yeux ce que tu cherches, dit le papillon, je connais bien le soleil. C'est sa lumière qui m'a formé. Un de ces jours tu pourras le contempler sur terre. Tu t'es mis en route au bon moment, suis-moi."
    Ils partirent ensemble. La route fut encore longue et il faisait déjà nuit lorsqu'ils arrivèrent dans un village. Une seule maison était encore éclairée, et plus ils s'approchaient, plus cette lumière était brillante et chaude. Ils poussèrent la porte d'une étable; et virent un petit enfant tout lumineux, couché sur la paille et Marie, sa mère, auprès de lui. Le petit garçon se mit à battre des mains, et dit: " Voilà le soleil " et le papillon vola sur l'épaule de Marie. Ils restèrent là jusqu'au matin.
    Alors le petit garçon rentra tout heureux chez lui. Ses parents avaient été très inquiets et l'accueillirent avec joie. " Vous savez, dit-il, maintenant je n'oublierai plus jamais ce qu'on me demandera, parce que le soleil, je l'ai dans mon cœur."

Suite en lien ci-dessous ...

Commenter cet article

domi 19/12/2019 10:40

une touche de poésie avant Noël, merci pour ce moment

éliane roi 19/12/2019 08:02

C'est tout mignon comme histoire. Le papillon multicolore devait être splendide. As-tu des photos ? des illustrations ? J'aime bien les légendes pour les enfants et je pense que leur faire croire au père-Noël est très poétique. Mais ne pas croire ne rend pas triste, au contraire. La vie est belle du début à la fin, en juin ou en décembre. A chacun d'avoir la joie dans son coeur quels que soient les événements, la météo, les catastrophes (avec Marcel on n'en manque pas), les mensonges ou les vérités -la télé-, la profession, le nombre d'enfants, la musique qu'on écoute, l'âge de ma soeur dans la culotte d'un zouave.............
Tu remarqueras que je n'aime pas les commentaires courts................ hi hi hi hi................ même lorsque je suis "débordée", je prends le temps d'écrire à mes amis. Et tu en fais partie.
Grosses bises à vous deux, bonjour à ton voisin, une bise au facteur, une tape sur les fesses de la boulangère. Excellente journée ami du Poitou !

Farfadet 86 20/12/2019 10:58

Eh oui mes amis les intentions dont on ne prend jamais assez la mesure et ce qui les suscite, c'est toujours ce qui nous divise... chacun, à partir de son vécu, ses acquis et ses expériences, y va, qui de sa blague, qui de son indignation, qui de sa réflexion, on passe jamais au bon endroit de la même façon et ce que chacun en retire est différent d’une personne à l’autre...
Le zouave, la boulangère des niches ( et non des miches...) où s'infiltre le malin ( à pleine main...) Bien sûr, il est toujours là en embuscade pour nous faire chuter ce vil tentateur !...( et nous tend sa sœur...)
En revenant à ce petit garçon qui s'est gorgé de soleil jusqu'au fond du cœur il a bien pressenti la mission rédemptrice de cet Enfant Divin.
Tous avons droit au Salut m^me nous pauvres pêcheurs .. et que le diable en soit marri.. voilà qui nous fait espérer beaucoup de Noël pour nous rapprocher un eu plus les uns des autres, nous humains si différents les uns des autres.

domi 19/12/2019 20:39

la bonne citation c'est la main de ma soeur dans la culotte d'un zouave, ce qui est plus prosaïque ; quand s'y ajoute une évocation des miches de la boulangère, on se demande quel rapport avec un délicat conte de Noël conduisant à la Crèche et à l'innocent petit Jésus
Mais sans doute l'enfer est-il pavé de bonnes intentions !!! Le Diable y trouvera son compte.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog