Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les facéties du Farfadet, #Les mots choisis du Farfadet

 

Bien que Farfadet et donc petit lutin farceur, je ne conte pas que des fadaises et l’anecdote narrée, ici,  en vers (et contre toux… ne prenez pas froid avec ces giboulées de Mars …), donc, l’anecdote qui va suivre, est tout à fait conforme à la réalité…  C’est du vécu  pur jus, comme si vous y étiez … 
 Fin avril 1972, après 7 années passées au Centre Saint Martin, en raison d’un moment de crise existentielle j’ai eu du mal à supporter quelques difficultés relationnelles avec certains collègues et ma hiérarchie ; j’en éprouvais un tel « ras le bol » que j’ai claqué la porte et donné ma démission …  Bien sûr, j’avais le coeur gros ayant tout plaqué d’un travail et des êtres que j’aimais … Parvenu à l’âge de 28 ans il me fallait aussi changer d’horizon … aller voir plus loin…  alors, fini les brumes Normandes…  à moi le soleil de la Provence !...
 
Ce 26 Avril 1972, avec tout mon barda dans ma petite Renault 4 L, je roule en direction de la Méditerranée, ne sachant pas exactement où je vais déposer mon bagage… un incident cocasse va être déterminant quant aux lieux de mes prochaines tribulations…



 
La planche à dessin …

Printemps soixante douze, je file cap au Sud,
A bonne allure, sur l’autoroute du soleil.
J’ai oublié ce que la vie a de rude,
Et n’entrevoit que des horizons vermeils …

 

« Emmenez-moi au bout de la terre,
Emmenez-moi au pays des merveilles,
Il me semble que la misère,
Serait moins pénible au soleil !... »


Et me distille, cet air plein de promesses,
La radio de bord de ma ludique 4L…
Aznavour stimule tant mon allégresse,
Que pour aller de l’avant, me poussent des ailes…

Je m’approche d’une voiture jaune,
L’identifie pour être une 2CV Citron …
Entrant dans le département du Rhône,
Sur trois voies, pouvons rouler de front …

Blanches, sont les plaques de la Deuche,
Chiffres et lettres au graphisme noir,
Avec, sur la malle, le « D » de Deutsch,
Auto française, en germain territoire … 

Longtemps, je fais la route dans son sillage ;
L’auto jaune est à moitié décapotée…
Alors que pour la dépasser, je m’engage,
Blonde envolée de cheveux, me fait sursauter …

Parvenu à la hauteur de la belle Citroën,
Je ne puis, à droite, m’empêcher de regarder,
Et découvre deux adorables sirènes,
Dont on se demande comment les aborder…

Sans complexe, j’accélère pour passer devant,
Surveille attentivement mon rétroviseur.
Suivi par ces deux Allemandes dans le vent, 
Je leur trace la route, en parfait connaisseur.

Puis commence le jeu du chat et des souris
Car, impromptues, les souris doublent le chat,
Laissant « Minet» derrière, voila, qu’elles sourient,
Et la radio me chante : que se disent-elles Sacha ?…

Nous entamons alors cet étrange ballet,
Un paso-doble routier pour petites autos…
Me fais, au volant, plus cocher que valet,
Evitant qu’elles me prennent pour zigoto…

Regard face à la route, aussi fier qu’Artaban,
Mine de rien, je les dépasse à nouveau,
Sans me douter que derrière son volant,
La Jolie conductrice, fouette ses chevaux  …

Sur la file de gauche, elles me rattrapent,
De l’accélérateur, je relève le pied… 
Cela pourrait finir en chausse-trappe,
Sur la route, il est tant de sujets à épier …

Repassant devant, soudain elles ralentissent,
Attention au risque de carambolage,
Je me déporte à gauche et mes pneus crissent,
Sous l’effet appuyé d’un brusque freinage.

Devant, toutes les autos sont arrêtées,
Je presse encore plus fort sur la pédale,
La 4L pique du nez … le pire est évité …
J’en oubliais le contenu de la malle…

Retenue par mon siège, la planche à dessin,
Posée juste au-dessus de tout mon chargement,
Sous la forte décélération, saute le coussin ;
M’arrive sur le cou, sans aucun ménagement…

Me retrouve plaqué, nez contre pare-brise ;    
Dans la deuche à côté, les jolies passagères,
Ne se retiennent de rire ; assistant à leur crise,
J’en viens à déplorer, toutes folies bergères… 

Quand le flot de véhicules enfin, redémarre,
Dégagé de cette fâcheuse position,  
Apercevant la sortie vers Montélimar,
Sans regret aucun, je prends cette direction…

Moralité
Evitez de rouler pied au plancher,
Méfiez-vous des hasardeux desseins,
Qui, brusquement, vous font flancher,

Puis, vous « croquer », votre planche à dessin…  

 

Encore un rendez-vous manqué ...c'est le coup du lapin, Farfadet !...
Il va falloir que tu planches pour ton salut  l'ami !...


C’est ainsi que je suis arrivé dans la Drôme … Le 1er Mai, une semaine exactement, après mon brusque départ de Saint Martin, j’avais retrouvé du travail comme éducateur dans un Centre Médico Educatif et Social du Diois.

J’étais parvenu là "en exil", pour une durée de quatre ans … car le destin allait me rappeler sur les lieux où j’avais fais mes « armes »… par des chemins bien détournés et contre mon gré, surtout …
Mais ça, c’est une autre histoire …

NB  : Cette planche à dessin existe toujours chez ma fille cadette et je sais qu'elle s' installe devant au quotidien.

 

La preuve, elle vient de m'envoyer la photo ce soir...
Lien vers son blog :
ICI 
 

Commenter cet article

yana_5 25/04/2008 21:04

Bonsoir farfadet :-))je vous remercie pour vos 2 coms  :0044:encore juste la réponse aux nuages?ahhh, ben ça fait plusieurs fois que je vois Patrice , vous quoi ...dessiner, me semblotte-t'il  hihihi ..hihih.c'est fou, c'est bien, je veux dire.un fois qu'on a tout le matériel nécessaire, il suffit de de lancer...mais parfois la page reste blanche.et vive l'art dans toute sa diversitébelle soirée à vous

:0071:Zezette14 08/04/2008 20:43

Coucou Patrice, Un rapide petit bonsoir en attendant 'le retour sur blog" !...........dans une quinzaine, tout devrait rentrer dans l'ordre! Gros bisous

BIDUDULE 03/04/2008 07:53

La bise du jeudi...Il pleut !

Viviane 03/04/2008 04:23

Très drôle et très bien raconté.Bonne journée.Amicalement

Pascaly :0010: 02/04/2008 21:40


Tu devrais en mettre plus souvent en ligne Un p'tit coucou .... et des gros bisous pour vous deux
Pascaly

zazou 02/04/2008 12:30

Tu as une façon de raconter absolument merveilleuse.J'en redemande.Je crois qu'à la place des allemandes, j'aurais rigolé aussi. Honte à moi.

Moa 02/04/2008 11:28

Kikou PATRICE  :0059:Une planche à dessin, qui aurait pu dessiner un funeste destin.Moralité: Ne pas avoir le pied au plancher.Ya ya ... dirent-elles en s'éloignant à tire-d'ailes  (normal, elles étaient deux, donc 4L...)Bonne journée en farfadie l'ami et bises du jour aux farfadets.@ bientôt toâ, et merci pour tes passages chez  moâ.  :0044:

Charlie 02/04/2008 00:24

Quelle aventure! et la planche a bien survécu...Elle file une retraite heureuse chez moi...Visible en copiant cette adresse ( bon sang d'OB qui ne veut pas de mon lien)http://idata.over-blog.com/0/24/05/73/Charlid--es/bureau.jpg

marc 01/04/2008 09:29

Cette planche à dessin t'a éloigné de mauvais "desseins".lolEn fait ce fut ta planche de salut.lolcoucou à vous deux .après une longue trève je suis de retour.Eric va participer au Tunisie à la fin du mois départ de Marseille,mais j'y reviendrai dessus.bise amicalejaguar placide

oursonne libre 31/03/2008 23:10

et voila patrice ce que c'est que de regardez les minettes à coté, mais tu as eu de la chance, ma soeur en descendant dans le sud a fini dans un champ de melon à Cavaillon. elle elle regardait les minetsbisous

Koulou (flegroll) 31/03/2008 12:44

Ahhh les belles allemandes en Deutch citron :D))) que n'aurait-on freiner aussi...

guignol 31/03/2008 11:37

Pied au plancher,Planche en tête,une histoire de bas en haut;On en redemande comme toujours en lisant la Farfadet's stroryMille amitiés de Madelon et Guignol

Quichottine :0010:. 31/03/2008 10:52

Je venais remercier les farfadets... tout va bien mieux, et c'est aussi grâce à vous...Bisous du matin...

Leloire Marie-Claude 30/03/2008 23:28

tu en as eu de la chance, tu aurais pu être ... Je ne veux pas y songer, le destin que te réservait la planche à dessins avait un tout autre dessein !

Muad' Dib :0085: 30/03/2008 22:12

Coucou Farfadet, quelle curieuse mésaventure mais tu la racontes tellement bien qu'on ne peut être que séduit par ton insouciance de jeune homme.Je ne savais pas que tu te prenais parfois pour Michel Vaillant ...Bonne soirée,

Quichottine 30/03/2008 00:46

Rendez-vous manqué ? Peut-être pas... c'est le destin qui le voulait. Mais il t'a sans doute conduit là où il fallait.

alaligne 29/03/2008 19:16

Farfadet.. le tombeur... des planches à dessin!!!!!! Tssssssss!!! Pliée de rire!!! Il faut se méfier des allemandes en 2CV. Elles auraient quand même pu s'inquiéter de ton sort et t'inviter à grignoter ein choucroute au bord de la route...Bonne soirée Patrice et joli dessin, des seins?

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Google traduction

Hébergé par Overblog