Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Romans - Nouvelles - Brèves, #Les mots choisis du Farfadet
Perceval fait une première rencontre avec des chevaliers...

Perceval fait une première rencontre avec des chevaliers...

ACTE I

 

À Carduel, au Château du roi Arthur.

Le chevalier Vermeil vient accuser le roi Arthur d’avoir pris une partie de ses terres, lors de sa montée sur le trône. Par devant toute la cour, il exige réparation. Ses réclamations n’ayant aucun bien fondé, le roi Arthur refuse. De dépit Vermeil lui arrache la coupe de vin qu’il tenait en main et en verse le contenu sur la robe de la reine. Narguant le roi avec des paroles irrévérencieuses, le chevalier félon se retire avec la coupe d’or du roi. La consternation règne dans la grande salle.

 

Scène 1

 

Keu

Messires êtes-vous si couards

Que nul ne ramène la coupe !

 

Arthur

Ah Keu ! Vous parlez avec art

Mais si la langue on vous coupe,

Que reste-t-il du sénéchal ?

Le premier, montez à cheval !

 

Keu

Sir, doutez de mon courage,

Mais ici, vraiment, j’enrage,

Car pour vous venger d’offense,

Aucun n’ose prendre sa lance…

Chevaliers de Table Ronde,

Que l’on dit Meilleurs du Monde,

Je vous en prie, laissez-moi rire,

Vous avez tous peur de mourir !

 

Arthur

Assez de mauvaises paroles,

Tous, ici, remplissent leur rôle.

Il n’en n’est pas que je méprise.

Tous, sous l’effet de la surprise,

N’avons cœur à prendre les armes…

 

Keu

A défaut de sang, versons des larmes !…

 

Arthur

Keu, cessez vos commentaires !

 

Keu

Sir, hélas, je ne peux me taire,

Je vois au bas un étranger,

Qu’on se soucie de l’héberger.

De noble lignage, il est…

Il vient tout droit de la forêt !...

 

Arthur

Est-ce encore moquerie ?

 

Keu

Bien me garde de plaisanteries,

Sir, de marque est ce visiteur,

Et ne suis point menteur.

Celui-là est aussi docile

Que parfait imbécile.

En sottise, je m’y connais,

Jamais ne vis si beau benêt !

 

---

Entrée de Perceval

---

 

Perceval

C’est vous qui faites les chevaliers !

Je le sais par des cavaliers,

Des gens de votre Maison.

Ah ça, je sais que j’ai raison !

 

Keu

Elle ne vous fait défaut !...

Ici, n'avons ce qu'il vous faut.

Si, chevalier, vous voulez être,

Un moyen vous fait connaître

Pour, vite, obtenir l'armure :

En sortant hors de ces murs,

Trouvez le chevalier Vermeil.

 

Arthur

 Valet, n'écoutez ces conseils.

Pour devenir chevalier,

À Dieu, d'abord, il faut se lier,

Puis, des armes, pour bien s'en servir,

L'apprentissage, devez subir.

 

Perceval

Ce jour, chevalier je serai ?

 

Arthur

Impossible cela nous paraît.

Damoiseau, cultive patience !

 

Keu

Il n'a cure de toutes sciences.

Vous croyez qu'il vous écoute !...

Ne perdez le temps qui vous coûte.

Vos conseils, sûr, qu'il ne les loue.

Allons ! Laissons partir ce fou.

 

Arthur

Keu ! Pour vous qui est valable ?

N'avez que mots désagréables...

Car, c'est de bien triste façon

Qu'envoyez ce brave garçon

Au-devant du pire guerrier

Sans bonnes armes, sans destrier.

 

Perceval

Ce guerrier, il est tout rouge,

Et, de ce pré, en bas, ne bouge.

Je l'ai vu, j'en suis sûr !

 

Keu

Eh bien, je vous l'assure,

Rien de mieux n'avez à faire,

Que d'y courir, prendre ses fers.

À vous, certes, il obéira,

Vous n'avez qu'à tendre le bras.

 

Perceval

Alors, ses armes seront miennes !

Merci à vous, quoi qu''il advienne …

 

Arthur

Keu, votre grande méchanceté

Égale, du valet, sa témérité.

 

Keu

Nous lui avons laissé le choix

Entre mes dires et ceux d'un roi...

S'il a suivi ce chemin

C'est bien pour se faire la main...

 

 

Scène 2

 

---

Perceval et le chevalier Vermeil

---

 

Perceval

Chevalier, vers toi l'on m’envoie !

 

Vermeil

Valet qui ose lever la voix !

Sais-tu à qui tu t'adresses ?

 

Perceval

Pas de discours, le temps presse !

Le roi me donne tes armes.

 

Vermeil

- le repoussant vigoureusement du plat de son épée -

Tu ne manques de Charme !

Ah valet , que tu es drôle !

Vois, si mon épée te frôle,

Tu ne gardes la verticale…

 

Perceval

Ah Chevalier, tu m'as fait mal !

Rien ne contiendra ma fureur...

 

Vermeil

Valet, tu cherches ton malheur …

 

---

Le combat s'engage et Perceval d'un jet puissant de javeline, transperce l’œil droit de Vermeil qui tombe raide sur le pré.

---

 

Perceval

Chevalier te voilà mort...

N'as-tu maintenant de remords ?

 

Gauvain

- s'étant discrètement approché -

Plus jamais n'aura de regrets

Mais du service, l'on vous sait gré.

Ce chevalier qui était félon

Outrageait le roi et ses barons.

 

Perceval

Remettez la coupe à Arthur,

Je garde armes et monture

De ce chevalier, c'est entendu.

 

Gauvain

Nul ne s'y oppose, c'est votre dû.

 

Perceval

- Qui commence à dépouiller le mort -

Ce chevalier est de haute race,

Tant son corps tient à la cuirasse.

Vraiment, serait-il né ainsi ?

Car il me faudra une scie

Pour tirer du fer cette carcasse...

Ah ! Même mort, il m'agace !...

 

Gauvain

Ami, vous agiriez comme un sot

Si vous le tailliez en morceaux.

Permettez que je vous aide.

 

Perceval

Volontiers, ce corps est si raide !

 

- Ils désarment méthodiquement le chevalier mort -

 

Gauvain

Qu'allez-vous faire de tout ceci ?

 

Perceval

Cela, pour l'heure, ne me soucie.

Tant est voulu cet équipement

Que monte en moi, rapidement,

Répondant à ma nature,

Le désir de l'aventure.

Merci à vous, il se fait tard.

Ami, saluez le roi, je pars.

 

---

À la cour d'Arthur

---

 

Keu

Mon roi, ne sait ce qu'il advint,

Mais voici qu'entre Gauvain

Ramenant votre coupe d'or.

 

Gauvain

Sir ! L'on vous salue du dehors...

 

Arthur

Quel est l'auteur de ce bienfait

Me causant aussi doux effet ?

Car grand service, il nous rend ;

Celui-là est digne de nos rangs.

 

Gauvain

Sir, vous vous souvenez du valet

Qui, armé par vous, tant voulait.

Hors d'ici, trouve le tyran,

Qui, à sa guise, ne se rend.

Alors, de colère le tue !

 

Keu

L'innocence est grande vertu...

 

Arthur

Keu, hélas, on vous écoute.

Le valet reprend la route.

En ce combat, il est vainqueur,

Sans expérience, autre, que grand cœur.

 

 

Suite : lien ci-dessous...

 

Commenter cet article

Marie-Claude Leloire 31/08/2016 20:43

Super !
amitié .

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog