Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

La Vie d'ici et d'ailleurs - Patrimoine : d'hier à aujourd'hui, un monde riche de son passé, a forcément un Avenir ...

Publié le par E PatAn
Publié dans : #Auto Saga
1962 : La Mercedes 180D
                
 405 EA 86 L’attrait de la nouveauté s’exerçant et l’opportunité se présentant  sous la forme d’une belle occasion à la station « BP » où mon père prenait son gas-oil le voici essayant une magnifique « 180D » de 1954. L’affaire fut vite conclue et, cet été là, nous roulions dans une Mercedes verte à la carrosserie plus moderne, à l’habitacle plus vaste et plus lumineux et aux performances en sensible amélioration par rapport à la vieillissante « 170D ». L’insonorisation avait aussi progressé et, à allure normale, la mécanique n’émettait qu’un sourd bourdonnement régulier et le moteur grondait moins lors des accélérations. Ce modèle possédait extérieurement des joncs chromés soulignant les renflements au dessus des passages de roues, reliant la base des phares aux feux arrières en suivant les courbures de la caisse via l’ébauche juste suggérée d’ailes arrières. S’y ajoutent des sabots d’ailes et des enjoliveurs spécifiques à ajours  dont le motif central, le logo cerclé à 3 branches, se détache en chromé sur le même ton vert de la carrosserie. Ces superbes enjoliveurs recouvrent intégralement chaque jante. A la base et, de part et d’autre de la célèbre calandre verticale, des antibrouillards à la coque également chromée finissent d’habiller harmonieusement la proue si bien que de trois-quarts avant et de profil la voiture se remarque par sa silhouette luxueuse et son allure racée. Avec sa rutilante couleur verte difficile de passer inaperçu… 
Cette magnifique auto mon père ne la conserva hélas qu’un peu plus de deux ans car en hiver 1963, entre Bressuire et Nantes, suite à un dérapage sur le verglas, l’accident qui en résulta, s’il fut sans gravité au niveau corporel, par contre, endommagea assez considérablement la voiture au point qu’il lui fallut en changer…




 923 ES 86
Ayant pris goût à la marque à l’étoile, voici mon père en quête d’une autre Mercedes… 
C’est dans un garage de Nantes qu’il trouve la remplaçante… Une autre Mercedes 180D de 1957, et cette fois sans accessoires d’ornement externes aussi ostentatoires que sur la précédente. La nouvelle, dans la livrée noire est bien plus discrète, presque austère… Mais bon, l’essentiel y est : une mécanique fiable robuste et économique allié à un confort de roulement typé Mercedes … Cette auto mon père la conservera 25 ans et parcourra, avec, plusieurs centaines de milliers de kilomètres… Elle fut, au quotidien, son outil de travail infaillible (V.R.P.) et, d’aventures, son navire amiral lors de nombreux voyages en métropole et à l’étranger allant jusqu’à tracter sans jamais rechigner la lourde caravane Tesserault sur les petites routes de montagne tortueuses et pierreuses du Portugal… 
   
 
                                                                                          
Cette auto qui parcoura toute la campagne aux alentours de Mirebeau était bien connue dans toute la contrée… En Août 1971, après examen et expertise, cette voiture ayant parcouru avec sa motorisation d’origine plus de 500 000 Kms (572 000 exactement), en hommage pour elle et pour mon père, ils reçurent de la maison mère, une distinction honorifique). Une médaille ornait la calandre de la voiture et une attestation du constructeur fut accordée à mon père. A l’issu d’un concours du plus gros rouleur organisé par la  « Daimler-Benz » cette 180D obtint une honorable deuxième place derrière une de ses consoeurs qui avait effectué plus de 700 000 Kms, sans doute un taxi de Lisbonne car le modèle très prisé au Portugal, y a accompli une carrière remarquable dans sa typique livrée noire au pavillon vert d’eau…
Mon père décédé à l’âge de 85 ans en Janvier 1988, j’héritais de cette fabuleuse auto… 
 
Hommage ultime pour mon père et sa vénérable auto, après mûre réflexion, je décidais de faire don de sa Mercedes au musée de l’automobile de Châtellerault sis en place de l’ex manufacture d’armes, sur les bords de la Vienne … Contact pris avec la direction de ce musée, moi, venant spécialement de Normandie, comme prévu, je remis donc l’auto à ce conservateur. C’est avec émotion que, l’ayant mise en route pour la dernière fois, j’en pris le volant pour la monter sur la remorque plateau du transport…  Je ne devais plus la revoir… Tout un concours de circonstances fit que la voiture, que 15 ans plus tard, je croyais encore être au musée, n’y figurait hélas plus … Le directeur du musée étant décédé au début des années « 90 », son fils n’étant pas intéressé pour reprendre sa succession, c’est la ville de Châtellerault qui a racheté le musée et son contenu. Seulement voilà, pour amortir le coût de l’opération, une vente de certaines pièces de collections fut organisée et dans cette histoire disparue la Mercedes du père … Pour l’heure je n’ai toujours pas retrouvé sa trace… je n’ai plus qu’à espérer que l’heureux acquéreur en prenne grand soin …
 
 
 
 
Historique : La Mercedes 180 D vit le jour en 1953, elle reprenait le flambeau porté par sa devancière, la «170». Elle inaugurait le type de carrosserie « ponton », reprenait la motorisation des «170  Da et Ds». La solidité et la fiabilité de cette auto sont plus que légendaires. Elle fera le bonheur de nombreux chauffeurs de taxi parcourant sans faillir des centaines de milliers de kilomètres. Aujourd’hui elle est prisée par les collectionneurs. En France, elle incita le doyen de nos constructeurs «Peugeot» qui comme le constructeur allemand s’était ,déjà avant guerre, lui aussi, essayé à la diesel familiale, à produire une concurrente, ce fut la 403 D qui en 1959 sortit des chaînes de production de Sochaux nantie d’un moteur « Indienor »
 
 
 
Caractéristiques techniques :
- Années de production : 1954 – 1962 (150 000 exemplaires produits)
- Carrosserie type « ponton » semi porteuse.
- 4 roues indépendantes - architecture du châssis repris à la « 170 » avec essieu brisé arrière à deux leviers puis , à partir de 1955, ancrés à un seul point de rotation.
-  Moteur diesel de 1767 cm3 développant 40cv puis 43cv à partir des modèles 1957.
- Vitesse maxi rotation moteur : 3500 tr.
- Transmission aux roues arrière par arbre - Boîte à 4 vit. + MA avec levier au volant.
- Dimensions : L : 4485mm – l : 1740mm – h : 1560 mm – Empattement : 2650mm
- Poids : 1285 kg
- Capacité réservoir 56l
- vitesse maxi 115- 120 km/h
                                                                                                                                                                                 

 
Article paru le 12 /04/2006  - Diapositives et  Photos de l'auteur  - PL17
Dans notre cour à Mirebeau en Eté 1988 : Nos filles Amélie et Charlotte - Mon épouse Annie et moi...  // Cliquer sur chaque photà ct-dessus pour les voir en taille réelle.Dans notre cour à Mirebeau en Eté 1988 : Nos filles Amélie et Charlotte - Mon épouse Annie et moi...  // Cliquer sur chaque photà ct-dessus pour les voir en taille réelle.

Dans notre cour à Mirebeau en Eté 1988 : Nos filles Amélie et Charlotte - Mon épouse Annie et moi... // Cliquer sur chaque photà ct-dessus pour les voir en taille réelle.

Commenter cet article
F
Merci pour ce retour en arrière...Je n'ai pas connu ces choses-là, mais c'est avec plaisir que je les découvre. Merci.
Répondre
P
Merci Ftone  ... C'est sympa....  Biz des farfadets
Répondre
F
si je trouve une photo de la 250 de 1974 de te l'envoie pour ta collection
Répondre
F
bonne fin de soirée chez toi...et bon dimanche en Poitou
Répondre
N
Pour te souhaiter un bon week-end et pour le plaisir des yeux http://www.reminoel.com
Bisous et bon dimanche.
Répondre
A
Je ne suis pas très présente en ce moment sur les blogs et je m'en excuse. Je suis débordée de travail avec la préparation de mon examen bisous Annie
Répondre
A
j'avoue....... c'est une voiture de rêve et j'imagine ta déception à l'annonce de sa vente... j'espère commetoi qu'elle est tombée entre de bonnes mains... je donne le lien de ton article à mon tendre qui va se régaler.... Gros bisous Patrice lol et gros bisous à Annie
Répondre
P
Bonne fête PATRICE ..... et bon week-end - Bisous
Pascaly  
Répondre
M
Tutut Patrice  :-)))Un ptit coup de volant chez toâ.Il y a des objets, en l'occurence des véhicules, qui laissent une empreinte indescriptible. Allez savoir pourquoi?Nostalgie liée à des souvenirs, contact presque charnel.Fumée noire?  Sous"pape" peut-être... hihihiiiiiiiiiiiBon week-end, et bises à vous deux.Farfannie"ment, à bientôt...
Répondre
M

Bonne journée et gros bisous.
Répondre
M
une belle voiture rutilante comme celle-ci, t'aurais pas interet à la garer sous le pigeonnier!!!bonne journée voisin viennois
Répondre
F
pas couché alors bonne nuit à toi....bon samedi
Répondre
C
mercédés c'est la classe :)) merci pour tes mots je les ai mis en ligne :)
Répondre
P
Répondre
L
Mon lien a changé ! bisous farfadet !
Répondre
L
Répondre
M
Répondre
P
Quelle bagnole !! Quelle classe !!!! Je suis nulle en voiture, je ne sais pas reconnaître une marque, un modèle ... c'est l'horreur ....
bonne soirée et Bisous ... demain, il prevoit encore du super beau temps
Pascaly  
Répondre
M
belle caisse, ami farfadet!
Répondre
P
Répondre
F
au-dessus de mes moyens...il faut un grand garage...Mercedes a des belles formes..lol...bonne journée.
Répondre
T
aah !! et dire que j'ai même pas le permis ! jamais je pourrais conduire une voiture comme ça !
Répondre
P
Merci Marc pour ton message, une éventuaité que l'actuel posseseur tombe sur cet article et me contacte . je serai content de la revoir et surtout de savoir qu'elle est en bonne main  :DFarfadet 
Répondre
P
Oui Natsé  c'est dommage . J'aurai préféré qu'elle reste au musée de Chaâtellerault ...  Certes, j'aurai dû la garder mais voilà, j'ai cru bien faire ...Quant à l'esthétique  , c'est une question d'époque ...  Certes , la voiture pérsentée là avait de l'allure . Côté pollution  ce n'était pas ce qu'il y avait de mieux avec la fumée noire qui sortait du pot d'échappement lors des démarrages à froid le matin ... Une autre époque quoi ... nostalgie ...Mon regret c'était que je comptais bien profiter de cette voiture pour le mariage de mes filles .. que nenni ... elle avait disparu du musée ...Bonne soirée Natsé et merci de ta visite  Farfadet
Répondre
M
Comme je comprend Patrice .Moi le jour ou j'ai vendu ma Jaguar ( une série 1,avec 6 cylindres en lignepour 4.2l de cylindrée )  ce fut un déchirement,certe elle n'avait pas la même histoire de coeur que ta Mercedes. Je te souhaite d'n avoir des nouvelles qui sait.jaguar placide
Répondre
Ben c'est triste d'avoir perdu cette voiture... Quand même classe. Finalement ces voitures là elles étaient quand même plus jolies que celles de maintenant..
Répondre
F
beau modèle    bonne soirée
Répondre
M
Jolie voiture en effet !
Répondre
M
Répondre
C
Héhé une fois cet article référencé par google, tu auras avec un peu de chance esperons le, un message ou mail de quelqu\\\'un qui aurait revue la voiture depuis la vente du musée.
Répondre

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités à Mirebeau* (Vienne), depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog