Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

La Vie d'ici et d'ailleurs - Patrimoine : d'hier à aujourd'hui, un monde riche de son passé, a forcément un Avenir ...

Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Patrimoine, #Tourisme en Poitou
Murs et murmures de Charroux...

Et voilà que Charroux, bordé par la Charente, dans le sud du département de la Vienne, revient, en page 18, faire parler d'elle, dans La Nouvelle République de ce mercredi 28 avril... un billet qui nous conte l'histoire de cette cité à travers les âges. Après "Les clameurs de Charroux autrefois", voici que ses murs nous révèlent à mots "murmurés"  les petits secrets de son long passé... En son centre, trône la tour Charlemagne, unique vestige architectural de l'immense église abbatiale Saint Sauveur qui tout au cours du Moyen-Âge, rayonnait cultuellement et culturellement sur la Marche.

Si Pise est renommée pour sa tour penchée, Paris connu dans le monde entier grâce à sa tour Eiffel, Charroux, ex capitale de la Basse Marche, pour le touriste averti, est indissociable de sa tour Charlemagne …

Si Pise est renommée pour sa tour penchée, Paris connu dans le monde entier grâce à sa tour Eiffel, Charroux, ex capitale de la Basse Marche, pour le touriste averti, est indissociable de sa tour Charlemagne …

L’origine du nom Charroux  tient à plusieurs sources : la première voudrait qu’il provienne du bas latin quadrifurcus se traduisant par carrefour, la seconde, comme son homonyme dans l’Allier, tiendrait au terme celtique car (à traduire par pierre) donnant l’adjectif carro (pierreux), la troisième, sous l’appellation de carlo rubra (relique sanglante) se rapporterait au fait qu’en sa basilique originelle furent conservés quelques morceaux de la Sainte Croix, la quatrième du latin carrus évoquerait un char romain voir le nom même de Charlemagne … 

Quoi qu’il en soit, Celtes, Pictes, Lémovices, Romains et Gallo-Romains ont, tour à tour, (sans jeu de mots …) occupé cette région. En 789, avec le consentement de Charlemagne, Roger, Comte de Limoges et son épouse Euphrasie fondent l’abbaye Carolingienne sur les lieux mêmes où un pèlerin revenant de Jérusalem aurait fait don d’un morceau de la Vraie Croix au puissant Empereur …
La raison politique de cet acte n’est pas à exclure, un litige à propos des limites territoriales, à cette époque, oppose le Comte de la Marche au Comte du Poitou …
Charroux devient une étape importante sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Grâce à ses 70 reliques, L’abbaye Saint-Sauveur, lieu de pèlerinage très prisé, a tôt fait de devenir un foyer de vie culturel et artistique qui va rayonner non seulement sur la région mais sur l’Europe entière  puisque s’y dérouleront quatre conciles dont celui instaurant la Paix de Dieu (1er Juin 989) qui fut la première prescription de l’Église pour protéger les populations civiles au cours des guerres médiévales.
En 1096, Le pape Urbain lors de son voyage en France, s’arrête à Charroux. La ville qui depuis le Xe siècle appartient au Comte de la Marche devient capitale de la Basse Marche jusqu’à la fin du XVIe siècle.

En arrière plan l'église Saint Sulpice.

En arrière plan l'église Saint Sulpice.

La prospérité de Charroux tient à l’immense chantier de son abbaye qui s’étend tout au long du XIe siècle, aux us et coutumes rédigés de concert par les abbés, les contes et les bourgeois de la cité afin d’attirer et retenir les populations. A la fin du XIIe siècle, l’abbaye compte jusqu’à  215 établissements en filiale.
Vient alors le temps des premiers grands conflits entre seigneurs, suivi par la guerre de Cent Ans ; ils vont amorcer le déclin de la cité et de sa prépondérante abbaye. 
En 1481 Louis XI confie le pouvoir aux abbés au détriment des comtes. Ces abbés commendataires sont plus soucieux des revenus inhérents aux possessions de l’abbaye que de son rayonnement spirituel.
En 1561 Charroux perd son titre de capitale de la Basse Marche pour devenir simple Châtellenie. (Dans sa période de prépondérance cultuelle et culturelle on dénombrait plus de 25 000 habitants à Charroux)
Les guerres de Religion, dans la foulée, précipitent le déclin de l’abbaye qui sera supprimée en 1780 puis vendue comme bien national en 1790…
L’un des 5 lots, vestiges de la rotonde et du cloître sera racheté par Charles Loyzeau de Grandmaison, curé de Surin. Hélas les quatre autres seront exploités comme carrière de pierres. La Famille Loizeau aura à se confronter à plusieurs reprises aux élus communaux qui veulent mettre à bas la Tour. La société des antiquaires de l’Ouest, Charles de Cherge et Prosper Mérimée, interviennent à temps pour conserver ce monument, le classant en Bien National…
En 1856, la découverte de reliquaires entraine la reprise des Ostensions qui, depuis, ont lieu tous les 7ans à la Fête Dieu.

Murs et murmures de Charroux...
La maquette de l’ancienne abbaye Saint-Sauveur de Charroux a été créée au début des années 1990. Née à l’initiative de Marie-Louise Clément, qui sut rassembler autour de ce projet les énergies et les compétences des amoureux et connaisseurs du site, sa conception et sa réalisation furent confiées à Dominique Vidal, maquettiste professionnel demeurant à Charroux et passionné par les vestiges de l’ancien monastère. Marie-Thérèse Camus, professeure d’histoire de l’Art Médiéval à l’Université de Poitiers, spécialiste de l’Art Roman en fut la référente scientifique, entourée de Michel Dollfus, architecte des Bâtiments de France.La maquette de l’ancienne abbaye Saint-Sauveur de Charroux a été créée au début des années 1990. Née à l’initiative de Marie-Louise Clément, qui sut rassembler autour de ce projet les énergies et les compétences des amoureux et connaisseurs du site, sa conception et sa réalisation furent confiées à Dominique Vidal, maquettiste professionnel demeurant à Charroux et passionné par les vestiges de l’ancien monastère. Marie-Thérèse Camus, professeure d’histoire de l’Art Médiéval à l’Université de Poitiers, spécialiste de l’Art Roman en fut la référente scientifique, entourée de Michel Dollfus, architecte des Bâtiments de France.La maquette de l’ancienne abbaye Saint-Sauveur de Charroux a été créée au début des années 1990. Née à l’initiative de Marie-Louise Clément, qui sut rassembler autour de ce projet les énergies et les compétences des amoureux et connaisseurs du site, sa conception et sa réalisation furent confiées à Dominique Vidal, maquettiste professionnel demeurant à Charroux et passionné par les vestiges de l’ancien monastère. Marie-Thérèse Camus, professeure d’histoire de l’Art Médiéval à l’Université de Poitiers, spécialiste de l’Art Roman en fut la référente scientifique, entourée de Michel Dollfus, architecte des Bâtiments de France.

La maquette de l’ancienne abbaye Saint-Sauveur de Charroux a été créée au début des années 1990. Née à l’initiative de Marie-Louise Clément, qui sut rassembler autour de ce projet les énergies et les compétences des amoureux et connaisseurs du site, sa conception et sa réalisation furent confiées à Dominique Vidal, maquettiste professionnel demeurant à Charroux et passionné par les vestiges de l’ancien monastère. Marie-Thérèse Camus, professeure d’histoire de l’Art Médiéval à l’Université de Poitiers, spécialiste de l’Art Roman en fut la référente scientifique, entourée de Michel Dollfus, architecte des Bâtiments de France.

L’abbaye Saint-Sauveur.
De l’église abbatiale, ne subsiste que la tour lanterne qui domine la cité. Elle faisait partie de l’ensemble rotonde à l’Est de l’abbatiale dont la partie nef s’arrêtait place du Parvis avec un porche à triple entrée de style gothique. A son apogée cet édifice faisait une longueur totale de 114 mètres ce qui le place parmi les plus importants de son époque. 
La particularité architecturale, échappant au conventionnel plan-croix, tenait à ce curieux assemblage des styles tant Roman que Gothique mais surtout, à son aspect mausolée, apposant au plan circulaire de son triple déambulatoire cernant la tour lanterne, la disposition linéaire de la nef longue (+ de 50 m.) et large qui se devait d’accueillir le nombre important des pèlerins de passage. La partie sanctuaire à l’Est, de style roman et oriental (préroman : archives mérovingiennes) s’oppose à la partie réservée aux fidèles, elle, fortement influencée par l’architecture gothique …
Les fouilles menées entre 1949 et 1951, puis, celles de 1993 ont permis de mettre à jour le plan central de la rotonde et la complexité de cette église, d’une conception tout à fait singulière se rapportant au style Roman et dont cette tour carolingienne, parvenue jusqu’à nous, est un parfait exemple. 

De plan octogonal, ajourée par des arcades de proportions variables, réparties, sous la coupole sur les deux niveaux apparents, la base étant encore enfouie, les huit piliers porteurs flanqués de 4 fûts de colonnes juxtaposées comportent 16 chapiteaux aux motifs inspirés par des thèmes végétaux ou animaux. Au dessus de la coupole, dans le prolongement du plan octogonale, la partie haute reprend  le thème des arcades en plein cintre avec remplage de la partie supérieure et petites fenêtres centrées, dans la partie basse, donnant passage à la lumière. Il faut savoir que l’autel disposé à 3 m. au-dessus du sol et 30 m. sous la coupole baignait dans la lumière provenant des hautes baies de la tour.

De plan octogonal, ajourée par des arcades de proportions variables, réparties, sous la coupole sur les deux niveaux apparents, la base étant encore enfouie, les huit piliers porteurs flanqués de 4 fûts de colonnes juxtaposées comportent 16 chapiteaux aux motifs inspirés par des thèmes végétaux ou animaux. Au dessus de la coupole, dans le prolongement du plan octogonale, la partie haute reprend le thème des arcades en plein cintre avec remplage de la partie supérieure et petites fenêtres centrées, dans la partie basse, donnant passage à la lumière. Il faut savoir que l’autel disposé à 3 m. au-dessus du sol et 30 m. sous la coupole baignait dans la lumière provenant des hautes baies de la tour.

S’agissant des bâtiments conventuels, quelques rares arcades témoignent de l’existence de l’ancien cloître. La salle capitulaire fut restaurée en 1949 : y sont rassemblés les sculptures provenant des voussures des porches de la façade occidentale datant du XIIIème siècle. Elles regroupent, entre autres, 14 figures d’abbés de Charroux et 13 figures juvéniles de rois. Dans la première salle conventuelle on découvre le remarquable ensemble des vierges folles et sages, des bas reliefs présentant les prophètes, ayant pour attributs, les rouleaux comportant des saintes écritures. Dans la salle suivante, nous pouvons apercevoir les têtes de Charlemagne et du Comte Roger fondateurs de l’abbaye ; enfin, dans une troisième salle, un relief présentant deux colombes de part et d’autre d’un arbre. Il f

S’agissant des bâtiments conventuels, quelques rares arcades témoignent de l’existence de l’ancien cloître. La salle capitulaire fut restaurée en 1949 : y sont rassemblés les sculptures provenant des voussures des porches de la façade occidentale datant du XIIIème siècle. Elles regroupent, entre autres, 14 figures d’abbés de Charroux et 13 figures juvéniles de rois. Dans la première salle conventuelle on découvre le remarquable ensemble des vierges folles et sages, des bas reliefs présentant les prophètes, ayant pour attributs, les rouleaux comportant des saintes écritures. Dans la salle suivante, nous pouvons apercevoir les têtes de Charlemagne et du Comte Roger fondateurs de l’abbaye ; enfin, dans une troisième salle, un relief présentant deux colombes de part et d’autre d’un arbre. Il f

   A Charroux, ce sont 12 siècles de notre histoire qui remontent jusqu’à nous. Au cœur de ce charmant village, la tour octogonale demeure la digne et vénérable gardienne de ce temps qui passe et nous dépasse, ici, en splendeurs…

A Charroux, ce sont 12 siècles de notre histoire qui remontent jusqu’à nous. Au cœur de ce charmant village, la tour octogonale demeure la digne et vénérable gardienne de ce temps qui passe et nous dépasse, ici, en splendeurs…

Photos prises le 10 Août 2010  : Remerciements à mes deux filles Amélie et Charlotte.

Commenter cet article

manou 30/04/2021 07:53

N'ayant jamais visité la ville, j'ignorais tout de cette tour Charlemagne et aujourd'hui en plus j'apprends plein de détails sur son histoire grâce à toi...si un jour je passe par là ! Belle journée à tous les deux

FARFADET 86 30/04/2021 09:51

Bonjour Manou,
Merci de ta visite et de ton commentaire.
Charroux est aussi le berceau de mon enfance, y demeuraient ma grand-mère paternelle et ma tante, sœur de mon père. Il y a pas mal de "Lucquiaud " originaires de cette région du Sud Vienne, Sud Deux-Sèvres et Nord Charente.
En architecture, notre région est riche en monuments et édifices romans.
Mais toutes les régions de France ont leurs étonnantes particularités et chacune a ses attraits et ses splendeurs. Riche est le patrimoine de chacune de nos régions de France.
Grâce aux blog , nous partageons ces sites remarquables et panoramas magnifiques.
Amitiés.

domi 29/04/2021 16:36

je découvre cette tour belle et originale, amitiés à toi

FARFADET 86 30/04/2021 09:40

Bonjour Dominique,
Sur le blog du CGCP dont je suis un des contributeurs, il y a un article de jean-louis Sauvage, originaire de Charroux qui nous fait visiter la localité en photos très réussies :https://www.cgcp.asso.fr/leblog/?p=2020
Amitiés

éliane roi 29/04/2021 13:24

La Vienne est un très beau département. Charroux n'y échappe pas. J'adore cette tour en pierre, qui s'élève majestueusement dans le ciel. Elle semble nous narguer, de par sa belle architecture. Vivement que l'on puisse recommencer à gambader hors de notre département, à la découverte des beaux paysages, du patrimoine et de l'architecture flamboyante de notre pays !
Les maquettes sont magnifiques. Bravo à ses réalisateurs, c'est de "la belle ouvrage" et merci pour cet intéressant partage.

FARFADET 86 30/04/2021 09:36

Bonjour Éliane,
Oui ces maquettes sont vraiment réussies et nous donne une idée de l'importance de cet édifice.
Charroux c'est aussi pour moi des souvenirs heureux de mon enfance, puisque les ancêtres de la branche paternelle de ma famille vivaient dans cette région du Sud Vienne et Sud deux-Sèvres entre La Chapelle-Bâton, Charroux et Sauzé-Vaussais ...
J'ai publié des articles sur ces souvenirs .. tu les as lu, il me semble ...
https://www.mirebalais.net/article-17178984.html
Amitiés.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités à Mirebeau* (Vienne), depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog