Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

La Vie d'ici et d'ailleurs - Patrimoine : d'hier à aujourd'hui, un monde riche de son passé, a forcément un Avenir ...

Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les clins d'oeil du Farfadet

Dès que l'on entreprend la lecture de ce quatrième et dernier opus de l'amie prodigieuse, l'intitulé nous obsède déjà… quel enfant sera perdue au cours de cette longue histoire ?... C'est encore une lecture comportant plus de 600 pages dans laquelle nous nous engageons...

 

Maintenant dans la trentaine Elena (Lenù) s'est mise en ménage avec Nino ; en ménage... c'est une façon de dire car, en réalité, Nino a aussi femme et enfant, étant marié à Eleonora qu'il renonce à quitter. Pour ces deux femmes, la vie devient bientôt infernale chacune réclamant la présence exclusive de Nino. Après bien des tergiversations et des scènes qui tiennent du mélodrame, les choses vont se calmer et chacune se contentera de la place qui est sienne : épouse et maîtresse... faiblesses féminines en vis-à-vis du mâle qui impose son comportement ambiguë, ses aller-et-venues, ses besoins égoïstes, son manque de courage à choisir et à se déterminer.

Face à Lila qui ne la ménage pas avec ses remarques acerbes, Lénù complexe, se sent inférieure, doute et se perçot quelque peu salie. Il y a aussi la réaction des Airota, ses beaux-parents, pour qui la séparation avec leur fils Pietro, tient de la trahison. Pire, dans sa famille, on lui tourne le dos, sa mère lui en veut d'avoir quitté son mari pour suivre Nino, sa sœur Elisa est encore plus virulente, elle ne comprend pas qu'on balance ainsi toute une vie harmonieuse pour suivre des amours adultères. Pour tous les siens, Lenù est tombée en disgrâce...

Qu'à cela ne tienne, elle réussit sur le plan professionnel, romancière appréciée, essayiste reconnue, elle côtoie le monde de l'édition où elle peut parader; voilà qui compense les critiques dénonçant sa frivolité et ses apparences bourgeoises. Lénû est une Dame respectée dans la société des intellectuels et des parvenus...

Toutefois pour se maintenir en place, bien en vue, les équilibres sont fragiles et tout peut basculer dans le mauvais sens... un nom, dans le domaine littéraire, ça peut vite s'oublier, il faut entretenir sa réputation en continuant à écrire, en publiant de nouvelles œuvres, et pour cela il faut nécessairement que l'inspiration et la constance soit au rendez-vous. Un nouveau roman est attendu de la part de sa société d'édition et, bien que partageant sa couche, ce n'est pas Nino qui sera le bon soutien pour y parvenir, il est souvent absent, trop accaparé par ses activités le mettant en lumière, lui...

Un jour Lila, que Lenù voulait oublier, s'impose de façon impromptue dans une rencontre avec Carmen, une amie commune. Les révélations de Lila vont ébranler la confiance que Lenù avait en Nino. Lila, l'avait fait suivre par Antonio... Nino n'avait nullement quitté sa femme ce qui ne l'empêchait pas de vivre plusieurs aventures à la fois...

En fait, dans cette première partie du quatrième livre, il est plus question de la narratrice qui nous conte ses mésaventures que de son amie d'enfance. Nino s'en sortira encore par une pirouette... La vie reprend à Naples, il en faudra bien plus pour que Lenù renonce à son "bel amour" dont elle connaît maintenant la frivolité... Sa vie sentimentale bouleversée, la suspicion, omniprésente, cela ne facilite pas la création littéraire. Lenù ne produit rien de valable, tout au cours de cette période.

Un jour, elle surprend Nino avec leur femme de ménage... dans leur salle de bain … c'en est trop. Un véritable choc s'opère, désenchantement, mais surtout désamour... Elena va tourner la page avec cette homme là, l’effacer à jamais de sa vie.

Elle revient vivre avec ses deux filles au quartier, dans un appartement bien moins luxueux que celui qu'elle habitait en bord de mer à Naples. Là, elle retrouve l'inspiration.

Mais en définitive, entre ces deux femmes, la brune Lila, la blonde Lenû, qui est l'amie prodigieuse ?...

Page 525 « … ce qui fascinait chez Lila c'est La gratuité de l'intelligence : Elle se distinguait de toutes les autres parce que avec grand naturel, elle ne se pliait à aucun dressage, à aucune utilisation et à aucun but ».

L'histoire ne s'arrête pas là… les drames vont se succéder dans un tourbillon d'événements en phase avec l'histoire nationale d'une Italie qui vit ses "années de plomb". La vie politique tumultueuse induit la vie sociale, agite les existences personnelles, devient aussi le souffle des passions au quartier où l'on se déchire entre fascistes et communistes, par camorra interposée... Des personnages réapparaissent quand d'autres disparaissent à cause d'un mauvais état de santé, parfois à cause d'une mort brutale...

Lila et Lenù se retrouvent à vivre dans le même immeuble, dans des appartements séparés par un seul palier... elles se retrouvent enceintes en même temps… Leurs existences respectives les maintenant alternativement proches et distantes, font qu'elle partagent et échangent tout ce que l'amitié de longue date implique, mais aussi les orages et jusqu'à leurs enfants Imma et Tina. Admirations, jalousies, envies sont manifestes, toujours en pointillés. Des non-dits, fusent parfois, des mots qui blessent... quand le drame devient intolérable, quand la tension est à son comble, le feu affronte la glace mais ne la brise jamais, la glace affronte le feu sans jamais l’éteindre...

Lila, sous son front plissé, a ce regard en fente... derrière, l'âme est ardente même si le cœur est rongé par le fiel de l'existence... elle aussi, à la fin, disparaît, elle a fuit Naples et le quartier...

Qui est l'enfant perdue ?...

Et puis ces poupées disparues, vieilles de plus de 60 ans, sont soudain de retour chez Elena...

Jusqu'à la fin en apothéose, on ne peut pas lâcher ce livre rempli d'humanité dans ce qu'elle a, à la fois, de terrible et d'immensément grand.

Commenter cet article
M
J'ai adoré toute la série mais ça tu le sais et je suis contente de voir que toi aussi tu as lu ce dernier opus avec grand plaisir. C'est rare que je sois tenue en haleine ainsi pendant 4 volumes et là jusqu'au bout on veut savoir la suite...Belle journée à tous les deux, en Provence il pleut enfin !
Répondre
F
Bonjour Manou,
Un roman fleuve ou une saga prodigieuse ... ces deux désignations peuvent convenir ...
- fleuve parce que l'on suit le cours des existences de ces deux êtres et cette rivière au milieu n'est pas toujours une long fleuve tranquille...
- Saga parce que nous retrouvons la même galerie de personnages évoluant avec le cours des événements mais aussi avec les années qui passent.
Il faut aussi ajouter que le lecteur vit intensément dans la tête d'Elena (Lenù) la narratrice qui met en scène Lila, la fait vivre à ses côtés... Elles ont grandi ensemble, leur sort fut différent mais aurait pu aussi être inversé... A la fin de leur cycle scolaire en primaire, c'est certainement la que se tient la clé du drame. Le fil rouge ... une histoire de poupées... Géniale !... l'auteure Elena Ferrante, est talentueuse mais aussi géniale.
Sur Babelio l'ensemble des critiques est très favorable. Ces quatre tomes de "l'Amie Prodigieuse" ont enthousiasmé les lectrices et lecteurs.
Un succès mérité.
Amitiés.
C
et bien dis donc voilà deux femmes aux allures bien différentes ayant un point commun ... jamais je n'aurais aimé être prise en tenaille dans pareille aventure ... mais il s'agit d'un roman où tout est permis !
tu as dû bien t'amuser en le lisant !
amitié .
Répondre
F
Bonjour Marie-Claude,
Quelles personnalités n'est-ce pas !... Cette saga va au bout de l'amitié dans ce qu'elle exige et implique comme révélation de soi-même par l'autre qu'on adule, vénère et déteste à la fois. L'autre se fait indispensable, omniprésent, obnubilant, prégnant ... sans l'autre, existe-ton vraiment ? ...réciproquement, on existe le plus souvent dans le regard que les autres portent sur nous... peut-on se départir d'une telle situation ? C'est ce que nous conte cette saga ..
Et le lecteur s'attache à ces deux amies là pour finalement conclure que les deux sont prodigieuses..
Et nous, que savons-nous de nos amitiés, de nos amours, de nos affects ?...
Un grand moment de lecture pour un retour sur soi mais aussi une ouverture aux autres ...
Amitiés...
D
Je te vois passionné ! C'est un plaisir !
Répondre
F
Bonjour Dominique,
et l'émotion est aussi au-rendez-vous , ces deux amies là , nous ne pouvons plus les oublier...
L'auteur Elena Ferrante possède un immense talent pour décrire tout ce qui se déroule au fond des pensées et des cœurs de chacune de ces femmes. L'une redoute moins que l'autre de perdre la face, d'outrepasser les instants de pudeur, l'autre, est tout en retenue s'agissant de ce qu'elle ressent et pense vraiment mais elle est ultra directe pour livrer son appréciation, son jugement que cela plaise ou non. ..
Nous découvrons là, dans une écriture consistante, tout ce qui fait partie du mystère féminin quant à la nature psychique et .complexité réactionnelle des femmes.
un "Autant en emporte le vent" transposé à notre époque à travers l'amitié prodigieuse entre deux femmes napolitaines...
Oui, cette saga m'a enthousiasmé au pus haut point.
Amitiés.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités à Mirebeau* (Vienne), depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog