Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

La Vie d'ici et d'ailleurs - Patrimoine : d'hier à aujourd'hui, un monde riche de son passé, a forcément un Avenir ...

Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #D'Hier - d'Ici et d'Ailleurs ...
Parmi tous les groupes « privés » des réseaux sociaux, comme par exemple sur « facebook » à travers les multiples discussions, et échanges, les années 60, « coqueluche » des anciens, sont jugées par eux comme les plus belles années du siècle, des « années bonheur »...

Parmi tous les groupes « privés » des réseaux sociaux, comme par exemple sur « facebook » à travers les multiples discussions, et échanges, les années 60, « coqueluche » des anciens, sont jugées par eux comme les plus belles années du siècle, des « années bonheur »...

15 ans après la fin de la deuxième guerre mondiale, cette 7e décennie*, en matière d’innovations va tenir toutes ses promesses. Dans tous les domaines de la vie : scientifiques, technologiques, économiques, sociales et même politiques, les progrès, les changements, les métamorphoses se font à grandes enjambées. L'accélération est foudroyante les avancées stupéfiantes. L'ambiance de ces années là, est particulièrement joyeuse, enthousiasmante, mais aussi tonitruante. Les générations d'enfants nés juste avant, pendant et juste après la guerre (baby-boom), constituent, à ce début des années soixante, une nouvelle jeunesse animée de joie de vivre, d'envie de profiter de tout ce qui est nouveau et rendu toujours plus accessibles à un plus grand nombre, telles que les études secondaires, puis universitaires.

Le mot d'ordre est consommation. Cette dernière entretient la croissance laquelle enfle de façon exponentielle jusqu'à l'implosion au moment du premier choc pétrolier.

Les villes croissent, les périphéries s'érigent de tours, de barres d'immeubles, d'ensembles d'Habitations à Loyer Modéré. Il y a de plus en plus de travail en ville et en zone péri-urbaine qui attire une nouvelle génération d'actifs qui veut profiter du confort et des conditions de travail meilleures, accompagnées de salaires plus conséquents et réguliers comme jamais n'en n'avaient disposés leurs aînés. Au cours de cette décennie cela aura pour conséquence la désertification des campagnes surtout celles des régions agricoles, ou une part de jeunes cultivateurs et éleveurs, en dépit des progrès techniques considérables, ne veut plus s'échiner aux dures travaux de la terre... tandis que l'autre part n'aura qu'à s'étendre sur des exploitations toujours plus grandes, obligeant à s'équiper de machines, de matériels, de locaux agricoles de plus en plus coûteux, accroissant leur endettement...

Mais à ce début des années 60, nous n'en sommes encore pas là. Tout semble sourire à ceux et celles qui rentrent sur le marché du travail, venant grossir les rangs des anciens œuvrant dans les nombreuses usines, toutes les petites entreprises et les commerces qui répondent aux besoins croissants d'une clientèle dont les revenus augmentent progressivement. De cette jeunesse, il y a aussi tous ceux et celles qui s'orientent vers les carrières de fonctionnaires et de prestataires de services dont le nombre grossit également auxquels s'ajoutent maintenant, ceux et celles qui, se spécialisant dans leurs études et formations professionnelles, sont attirés par les métiers de techniciens, d'ingénieurs et autres cadres supérieurs, dans le domaine de la recherche en sciences et techniques.

Après les années 50 des reconstructions dans l'urgence et la précarité, puis de la remise en route de tout l'appareil industriel, énergétique et économique de notre pays, les années 60 amorcent la période d'activités intenses avec la modernisation de tous ces arsenaux, de tous les pôles de productions et des infrastructures telles que les voies de circulations les reliant, devant faciliter les échanges.

Véritables feux d'artifices, en matière de créations, innovations, les années 60 qui, en France, sont aussi les « années De Gaulle » sont des années prospères mais aussi de joies, d'exubérances, de frénésies, de relâchements, de libérations au niveau des mœurs de moins en moins en phase avec la rigueur et les exigences à caractère disciplinaire. Commencées dans l'allégresse du style Yéyé, bourrées de dynamisme et d'entrain, les années soixante s'achèveront dans la contestation et les revendications brutales et gouailleuses, qu'anime et attise une folle envie de liberté, jetant par dessus les murs tous les vieux principes et préceptes d'une société bourgeoise et conservatrice.

A partir des années 70, il conviendra de mettre en place ces nouvelles valeurs nées du coup de semonce de Mai 68...

En 2e au Lycée Guy Chauvet de Loudun - Formation en maçonnerie moderne au FPA de Caen.En 2e au Lycée Guy Chauvet de Loudun - Formation en maçonnerie moderne au FPA de Caen.

En 2e au Lycée Guy Chauvet de Loudun - Formation en maçonnerie moderne au FPA de Caen.

Pour moi, à ce début de cette décennie tumultueuse et prolifique du « bonheur à vivre en fanfare », je termine mes années de collège pour entrer au Lycée... A la fin de cette décennie je suis en FPA à à Caen, effectuant un stage d'apprentissage professionnel à l'issue duquel j'obtiens un diplôme de maçon, alors qu'à 25 ans, j'ai encore toute ma vie à construire...

 

Cet engouement pour la modernité, toutes ces créations nouvelles, ces progrès sociaux s'accompagnant d"un flot incessant de chansons joyeuses et braillardes, de danses aux rythmes endiablés célébrant, soleil, vacances, amour, n'occulte-il pas les tragédies qui, là et ailleurs, perdurent au-delà des vicissitudes du quotidien et des tribulations de peuples encore gagnés par la misère mais aussi par les guerres ?...

Nous découvrirons cela dans une série d'articles à suivre traitant, l'une après l'autre, chaque année de cette 7e décennie* : 1960 à 1969...

 

NB : * Depuis le début du XXe siècle en 1900, l'ordre des décennies s'établit ainsi  :

  • 1900-1909 = 1ère décennie.

  • 1910-1919 = 2e décennie.

  • 1920-1929 = 3e décennie.

  • 1930-1939 = 4e décennie.

  • 1940-1949 = 5e décennie.

  • 1950-1959 = 6e décennie

  • 1960-1969 = 7e décennie.

  • 1970-1979 = 8e décennie

  • 1980-1989 = 9e décennie

  • 1990-1999 = 10e décennie

Commenter cet article

Brigitte Hourtic 28/02/2021 10:32

Toujours intéressante cette tranche de vie et son analyse dans le contexte de l'époque...La Dauphine me rappelle une des premières voitures de mes grands frères avec lesquels on promenait dans et autour de Marseille...à la plage à la Pointe-Rouge, aux Catalans, au Parc Borély...aux Goudes... Quelle belle époque à laquelle on pense avec regrets...malgré les réelles difficultés de notre famille nombreuse !...Merci pour vos écrits et bonne après-midi...????

éliane roi 24/01/2021 13:59

Les coronasceptiques

Hier à Berlin, aujourd’hui à Madrid, demain… Ces gens manifestent contre le port du masque (!) , sont anti-vaccins, anti-confinement, et remettent en cause le degré de gravité, voire l'existence de la pandémie de coronavirus (!), ravivant le discours conspirationniste autour duquel semble parfois graviter cette étrange constellation. Rappelons-nous les positions dépourvues d'intelligence de Donald Trump en début de pandémie...
Issus souvent des milieux d'extrême-droite, ils présentent un danger réel semant le trouble dans la tête des gens, déjà perturbés par les contradictions des journaux télévisés.
En Allemagne, les observateurs notent "un assemblage de hooligans, de manifestants « ésotéristes » et de chrétiens. « Alors que certains scandent Nous sommes le peuple, d'autres méditent ou font du yoga, décrit-il. D'autres encore chantent Jésus, ou bien affirment que les mesures sanitaires ont conduit directement à un nouvel Holocauste ou ont été organisées par le Nouvel Ordre Mondial, mis en avant parmi les théoriciens du complot. » Une belle bande d'illuminés qui, n'en doutons pas, ne feront pas avancer la lutte contre ce microbe qui épuise nos personnels soignants et font prendre des risques à des milliers d'individus de par le monde, à commencer par nos enfants, parents, proches et amis.
A Berlin, alors que la devise de la manifestation, « Jour de la liberté », rappelait le titre d'un film de propagande nazi de 1935, plusieurs contre-manifestants, dont un cortège de « grands-mères contre l'extrême droite », sont venus traiter les militants présents de « nazis ». Mettant sans doute le doigt sur une des réalités d'un mouvement protéiforme et idéologiquement diffus.
La meilleure protection contre le virus et l'extrême-droite reste les gestes-barrières, les masques et les vaccins, sans oublier et dès que ce sera possible : la vaccination.
Je sais, ça n'a rien à voir avec ton article du jour, Patrice, mais il fallait que je l'écrive. Puisque peu de blogs le font. On est pourtant tous concernés et le débat ne fait pas de mal, surtout entre gens sérieux et réfléchis ; trop de blogueurs/euses se laissent influencer par ce qu'ils entendent à droite et à gauche, à la télé et sur les réseaux sociaux, et au lieu de se morfondre dans son coin, voire de déprimer, de se "cacher la vérité" en ne parlant que des fleurs et des papillons ou des petits chats dans les blogs, on peut débattre entre nous sereinement de ces choses graves ; on est trop peu à le faire ; c'est l'avenir de tous dont il s'agit.

éliane roi 25/01/2021 11:54

Mes "vues personnelles induites par mes états d'âme et mes accès d'humeur passagers..." comme tu l'as écrit ici, Farfadet, ne sont ni des vues personnelles, ni des états d'âme, ni des accès d'humeur passagers, ils sont le combat PERMANENT que l'on mène depuis toujours (mes grands-parents étaient Résistants) contre l'extrême-droite, qui galope en Europe plus vite que tu ne le crois, et la désinformation des médias qui troublent le raisonnement des gens, qui ne savent plus "à quel sein se vouer". Il suffit de lire les commentaires objectifs sous mon article. Pour les manifs des coronasceptiques, je ne fais que noter ce que j'ai lu dans la presse nationale et internationale, écrit par des journalistes qui n'ont ni de vues personnelles induites par des états d'âme et des accès d'humeur passagers, mais sont le reflet de la réalité. Il suffit de voir les photos.
Repose toi bien, Patrice, ménage toi, et ne tiens pas compte des articles sur la situation sociale et sanitaire que je, que certains, pourraient écrire dans leurs blogs. Excuse-moi d'avoir perturbé ton article par ce texte, pourtant important, de notre vie empoisonnée par le virus et par l'extrême-droite et qui CONCERNE TOUT LE MONDE.
Je ne le ferai plus. Promis.
Prends bien soin de toi.

FARFADET 86 25/01/2021 11:15

Bonjour Éliane,

Cacophonie et Coronavirus... Ce que tu exprimes ici, c'est ton irritation en constatant toutes les rumeurs attenant à cette pandémie. Foultitude de mesures à prendre parfois contradictoires et de réactions diverses opposant les uns et les autres...
Même si j'ai un avis sur cette situation grave pouvant devenir désastreuse, je ne tiens pas à m'exprimer en publiant sur mon blog un article sur ce sujet, pour la simple raison que je ne veux ni alimenter les polémiques, ni influencer les décisions et appréciations de chacun.
Je me cantonne à respecter les consignes de protection contre l'expansion de la pandémie, mentionnées par les autorités gouvernementales et médicales. Ainsi je porte le masque dans tous les lieux publiques, respecte la distanciation sanitaire imposée, me lave les mains régulièrement et suis chez moi à l'heure du couvre feu, faisant mes courses une fois par semaine, le jeudi après-midi.

Je pense que beaucoup de personnes souffrent de ces obligations et restrictions indispensables et donc le moral de la population est fortement à la baisse.
Est-il alors judicieux de rajouter mon grain de sel ?... Dire moi, j'ai telle vision de la situation, je fais comme ci et ne fais pas comme ça, je veux ci et ne veux pas ça … faut faire comme ceci et pas comme cela etc ...
Les infos provenant du gouvernement et des autorités médicales passant à la radio et à la télé sont réajustées d'heure en heure, relayées par les médias qui y mêlent leurs interprétations et par là, en déforment ou grossissent les contenus. S'ajoutent tout ce qui est balancé sur les réseaux sociaux.
Cette actualité est trop chaude, pour qu'on y ajoute encore ses vues personnelles induites par ses états d'âme et ses accès d'humeur passagers...

Non, je ne veux pas m'exprimer sur ce sujet quoi qu'il se passe ici ou ailleurs, je m'en tiens aux consignes officielles, faisant au mieux pour les respecter et les appliquer. Je suis solidaire de tous les personnels soignant dont je loue l’extrême dévouement, je compatis avec les familles touchées par la Covid 19, pensant à la détresse et au sort des malades sous assistance respiratoire ; ceci impliquant que, civilement et humainement, nous préservions les autres en adoptant rigoureusement les gestes barrières.

Les relents d’extrême droite sont bien sûr inquiétants mais sont encore minoritaires, les prophéties d'illuminés, ma foi, elles échappent à toutes saines raisons et je pense qu'il y a une majorité de gens sensés sur la Terre...

Oui, cette pandémie est monstrueuse, il faut l'endiguer, gardons notre calme, ayons attitude sereine, ayons confiance dans les esprits de personnes bienveillantes - il en est plein -, je pense qu'avec le temps, l'humanité entière s'en sortira sans doute grandie, plus instruite, plus sociale, plus aimante.

Courage et amitiés des farfadets du Poitou.

manou 22/01/2021 11:11

J'étais bien petite encore en ce temps-là mais je me souviens bien de mon adolescence à la fin de cette décennie-là, moins du début. Comme je te l'ai dit en 68, j'étais en troisième...Le temps passe très vite et hop, on se retrouve grand-mère et pourtant il me semble que c'était hier, que je suis toujours la même au fond de moi :) A très bientôt. Doux week-end à tous les deux

éliane roi 21/01/2021 17:24

Bel article sur les années 60 où les couleurs, la musique et la joie de vivre éclaboussaient. Suis pas mal débordée en ce moment, je passe vite fait.
Très cordialement.

Mo 20/01/2021 14:55

Eh oui, c'est un bon exposé.
En 68/69, j'ai commencé à chercher du boulot, cela commençait déjà à être moins facile...
Bonne soirée à toi,
Mo

FARFADET 86 21/01/2021 10:03

Bonjour Mo,
On perçoit ces années 60 avec le regard du moment celui de notre jeunesse, celle-ci privilégiant ce qui était bon,beau et agréable à vivres... et en ce domaine, il y avait vraiment matière surtout à travers les médias de l'époque focalisé sur tot ce qui était nouveau et destinée à la jeunesse....
En avril 72 j'avais démissionné au centre Saint Martin et une semaine pus tard je retrouvais du travail dans la Drôme ç 750 lm de là ...
Amitiés.

domi 20/01/2021 11:40

avant les années filaient, maintenant ce sont les décennies qui défilent, ce qui ne nous rajeunit pas, mais hauts les coeurs !

FARFADET 86 21/01/2021 10:09

Bonjour Dominique,
Eh oui, tu as raison Je me souviens du passage à l'an 2000 comme si c'était hier ... et il y a 21 ans de cela !... Alors les années 60, à travers nos souvenirs on constate que ce n'est pas si éloigné dans le temps ... Bien sûr ça n'enlève pas les marques du temps sur nos faciès... Finalement, on fait avec ... lol ...
Amitiés.

claudeleloire 20/01/2021 11:21

mes belles années, toutes voiles dehors, bon vent chaud agrémenté de liberté ! pourtant, les charbonnages fermaient chez nous qui mettaient les travailleurs à mal, c'était aussi très dur pour les familles mais l'esprit était confiant les espoirs pleuvaient en masse, nous étions heureux !
merci pour le rappel
amitié .

FARFADET 86 21/01/2021 10:16

Bonjour Marie-Claude,
Ce que tu témoignes est juste en signalant qu'à côté" des réjouissances, il y avait encore beaucoup de misère et de l'âpreté à vivre mais tu n'omets pas de mentionner l'espérance dans l'avenir car tout semblait possible et le meilleur aussi ...
Il faut garder ce mental fort et cette attitude positive aujourd'hui encore, ce en dépit des événements qui, eux, ne sont pas réjouissants .
Amitiés des farfadets du Poitou.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités à Mirebeau* (Vienne), depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog