Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Éphéméride du Farfadet, #Les cahiers du Martiniste

Pour qui veut les découvrir dans leur ensemble, ces contes de l'avent commencent ICI

Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...

Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...

NB : Cliquer sur chaque illustration pour la voir dans un plus grand format....

 

Le Hibou – 10ième soir…


    Au commencement, Dieu créa les animaux, les poissons et les oiseaux. Il créa aussi le hibou. Mais Dieu créa le hibou de telle façon que lorsqu’il fut sur terre, il dormit le jour et veilla la nuit. Ses grands yeux ronds sont ainsi faits qu’il ne supporte pas la lumière du soleil, et ne peut donc rien voir le jour.
    Mais cela le rend triste. Et toute la nuit, il se promène en pleurant « Hou hou hou… » Il pleure parce qu’il ne peut jamais voir le soleil. Pendant très longtemps, les hiboux ont ainsi pleuré toutes les nuits, d’un bout de l’année à l’autre… «  Hou hou hou ».
    Par une belle nuit d’hiver, un vieux hibou, percé sur un arbre creux fut attiré par une lumière extraordinaire qui brillait au loin. Il s’envola sans bruit pour aller voir ce que c’était. Il faisait froid mais le ciel était tout illuminé d’étoiles claires.
    Le hibou arriva devant une étable. La porte était entrouverte et il se glissa à l’intérieur. Il vit un homme et une femme. Il vit un âne, il vit aussi un bœuf. Il vit aussi un petit enfant emmailloté et couché dans la crèche.Autour de cet enfant rayonnait une lumière merveilleuse. Le vieux hibou se sentit tout rempli de joie, car il sut qu’il avait enfin vu la vraie lumière du soleil.
    Depuis ce jour là, chaque année, quand vient le temps de l’Avent, tous les hiboux de la terre  commencent à se réjouir parce qu’ils savent que pendant les douze nuits de Noël, ils verront dans le ciel cette lumière qui rayonne autour de la crèche.
    Mais cependant, tout au long de l’année, ils continuent à se lamenter «  Hou hou hou » parce que c’est si long d’attendre que Noël revienne.

Le hibou - Le coq - Avent : 10e et 11e soirs...Le hibou - Le coq - Avent : 10e et 11e soirs...

NB : Cliquer sur chaque illustration pour la voir dans un plus grand format....

 

Le coq – 11ième soir …


    L'aubergiste qui avait permis à Marie et à Joseph de passer la nuit dans son étable, avait un coq. C'était un coq qui avait mauvais caractère. Il passait le plus clair de son temps dans un grand sapin à mi-chemin entre l'auberge et l'étable, et ne supportait pas qu'on passe près de son sapin. Si quelqu'un s'y aventurait, il volait en bas et lui pinçait les mollets à coup de bec! Tout le monde le connaissait à Bethléem et chacun prenait bien soin de l'éviter en passant à l’écart du grand sapin. Lorsque Marie et Joseph se rendirent à l'étable, l'aubergiste les prévint: "Ne passez pas devant le sapin, faites un tour en prenant le sentier qui passe par derrière. Mon coq est méchant, il vous piquerait avec son bec !" Mais Marie répondit doucement: "Il ne me fera rien."
    Elle passa, à petits pas, devant le sapin. Le coq ne bougea pas. Il en était étonné lui-même. Mais quelque chose l'empêchait de descendre, et même il fut content que cette dame passe devant son arbre. Il se sentait de bonne humeur tout à coup. La nuit, Jésus naquit, et le coq sentit bien qu'il se passait là quelque chose d'extraordinaire. Lorsque les bergers arrivèrent et ouvrirent la porte de l'étable, le coq, du haut du sapin vit très bien le petit enfant et sut que c'était lui qui l'avait aidé à ne pas attaquer l'homme et la femme qui étaient passés le soir.
    Quand les bergers sortirent, ils passèrent devant le sapin. Mais ils avaient la lumière de l'enfant dans leur cœur et le coq ne bougea pas. Il fit de même pour tous ceux qui allaient voir l'enfant Jésus.
    Il apprit ainsi à sentir de loin ce qu'il y avait dans le cœur des gens. Et s'il y sentait de l'amour pour les autres créatures il les laissait toujours passer.

 

La suite en lien ci-dessous :

Commenter cet article

domi 09/12/2019 06:05

très joliment dit

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog