Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les clins d'oeil du Farfadet
Cliquer sur chacune de ces illustrations pour la voir en entier...Cliquer sur chacune de ces illustrations pour la voir en entier...

Cliquer sur chacune de ces illustrations pour la voir en entier...

Un titre  original et plutôt long pour un roman … et une référence à la résistance à l'usure de chaussettes qui, au-delà d'un talon d’Achille, constitue, maille après maille, un tissu de secrets qui tient plus aux mensonges et dissimulations de ses protagonistes, qu'à celui de la fabrication de cette partie de vêtements devant tenir chaud, le plus longtemps possible, à des pieds et chevilles autant qu'à des mollets.

L'action se passe en Été 1938 à Macedonia en Virginie occidentale, une localité « du bout du monde » dont la réputation tient surtout à cette manufacture de chaussettes d'une marque réputée, et à un passé qui remonte bien avant la guerre de Sécession...

 

Ma "Quatrième de couverture"  :

" Layla Beck une séduisante et désœuvrée riche héritière est envoyée par son père sénateur à Washington, dans ce « trou perdu » pour en écrire l'histoire, Macedonia devant fêter prochainement, son 150ème anniversaire.

En pension dans la famille Romeyn, aujourd'hui désargentée, néanmoins descendants directs des fondateurs et premiers exploitants de la célèbre manufacture, Layla tisse des liens amicaux avec les membres de cette famille où domine le personnage de Jottie dont le dévouement et le charisme sont sources de bien être pour toute sa fratrie et ses nièces Willa et Bird.

Au cours de cet Été 1938, exceptionnellement chaud, où l'on peut aisément se passer de chaussettes, Willa, 12 ans, brillante élève, alors en vacances, s'interroge sur les conduites des adultes de son entourage : accomplissent-ils ce qu'ils expriment et défendent tout haut ? Ne cachent-t-ils pas quelques pensées qui seraient contraire à leurs propos ?... Elle a deux idoles : son père, Félix qui s'absente autant qu'il réintègre le toit familial, à l'improviste et Jottie, sœur de son père, sa dévouée tante, toujours bienveillante avec les siens autant qu'avec tous les gens de son voisinage. Willa enquête, suppute sur les allées et venues de ce petit monde et n'apprécie pas cette Layla qui semble avoir posé son dévolu sur son adorable et « héroïque » père..."

 

On s'attache vite à chacun de ces protagonistes principaux auxquels s'ajoutent d'autres figures du cru : personnages parfois hauts en couleur, les uns désopilants par leurs conduites et la teneur de leur propos, les autres, hésitants, louvoyants ou encore à l'affût d'une opportunité pour déballer leur sac, lourd de révélations accablantes jusqu'à être destructrices …

Au fil de la lecture, nous cernons graduellement le côté énigmatique de ces personnes mais, jusqu'à la fin, nous éclairant alors, sans savoir ce qui fut vraiment à l'origine de leurs drames respectif. Macedonia, au-delà des apparences, n'est pas la petite citée tranquille que l'on imagine en la découvrant... bien des mystères étayés de rumeurs émaillent son histoire passée et récente …

 

Ce roman qui commence avec des échanges de lettres entre Leyla, son père, sa mère son amie confidente et son soupirant... et où, en première page, nous avons l'arbre généalogique de cette mystérieuse famille Romeyn, nous plonge avec « délice » dans les tourments d'âmes éprouvées par les turpitudes d'une jeunesse éprise d’aventures, de tempêtes amoureuses et de liberté.

Ce livre, en vertu de son titre surprenant, ne vous contera pas quelques tribulations tenant à certains contenus alléchants de mystérieux bas de laine, à défaut de joliment chausser vos jambes, vous fera plus certainement chausser vos lunettes à chaque reprise de lecture ...

Commenter cet article

claudine86 08/06/2016 16:38

excellent ce livre je l'ai lu il y a quelques temps presque sans arrêter
bonne journée Claudine

Bernard Pichardie 28/05/2016 06:36

Encore un livre que je dois prendre à la bibliothèque !
mais il y en a tellement et je n'en lis qu'un par semaine en moyenne ! ! !
amicalement
Bernard

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog