Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

La Vie d'ici et d'ailleurs - Patrimoine : d'hier à aujourd'hui, un monde riche de son passé, a forcément un Avenir ...

Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les facéties du Farfadet
Vous dirai-je, amis lecteurs, que lorsque gamin de 10 ans, au milieu des années "50", dans les écoles communales que j'ai fréquentées en zone rurale dans ce département de la Vienne, il y avait, à l'époque, encore bon nombre de gamins qui parlaient ce patois (Parler du pays neuvillois d'Amédée Lambinoère). Les instituteurs de l'époque avaient donc fort à faire pour leur apprendre à parler correctement le français ... Moi, bien sûr, j'adorais particulièrement "baragouiner" comme ça avec mes petits copains du coin au grand dam de mes parents ... Et jusque dans les années "80", sur les marchés locaux, ce palabre fort en sonorités colorées et tonitruantes, était encore d'actualité ...

DSCN2754.jpgOh, j’chuis tchomme teurtou, j’aimions ben les bêtes moé ; de chto faict y’en acceptaïe ben zaussi l’turbin et lou  d’sappoinntment tchi va zaveck’ …Tautefouè, faut zou conviendr’, peurmi t’chou qu'o nombere de tcho d’sappouintment  yen a t’cho sont franchment d’sagréabïe, vu qu’fau zou subir teurtou  à tchaque jour dl’anneu …
Peur vous dir’, tchaque jour qu’o vint, y ramassaïe d’au jexcroumment d’not matchurin à moustache, j’les fourrons dans un tcho pochon avant d’les vidaye au zordûres, rin d’pius natchourell n’est-c’pouint… Mais l’peurblème, olé tch’à Mirebya, lz’avions zaussi ine tcho colounie d’au pigons tchi chient peurtou sur nos touhèts, nos fassad’es, et nos teurtouèrs … O l’en est t’oune tchalamitaïe si ben qu’nos rualles l’sont t’cho keurpies d’marde …  Olé t’ine veritabye infectxion !...
Nous zaut’ yen avions ben trèz’à tchattrere coup’ye d’au ch’teux cheurmants voulatyles,  que l’son vnus s’install’ ou not’ débordh de touhèt, au l’vant pi zau couchiant ; ok’ qu’si vous peurfeuré, tchoté djeurdin et tchoté rualle… D’sous leur nidaïe, joust’a picte, olé tout beurbouillassé dl’eur dédjjeucxion, si tant eye, tchi zou douè sautaïe au mouins djeu march's d’au zeskalier ou ben d’en rdeuscendr' d’iau teurtouèr peur point r’massaïe d’sous l’sabiats, de tcholle marde …
Oh, you sais c’quo vous diraïe, touè, l’feurfadet, t’a tcha faïre tchomme peur ton matchurin et r’massaïe  tchou crottin tchaque jour d’anneu …
Bah tin pardi, j’va cor ou sortyr t’challe balouyett pi l’ramass’miettes itou, apeur lau ptchit tchollation d’la mâtine pi neurttoyer nos zabords teurtou...
Y va vou zou dir’, mon seille, i lou zou ballaïe ine seul fouès peur seumaïne … Nout’ deumeurr, alé situaïe sur cht’o boulvard  you tcho pass pien tachllé zautos et dau tchamions teurtou, tchi nous pollutionnent l’envirounement, l’faisant s’envoleye pien d’châltés … aveck lau tchargeurments d’païlle olé ben pir ‘entchor, y vos z’ou dis pas …
Maïe r’veunon zou à t’cho pigons … Bounne djens ! Olé point qu’cheu nous, qu’o z’y  poutreurffient l’zenvirounement , tchar y’en a pien peurtou djan la tchommune t’chou t’autourr et deurdant itou … Mir
File0708.jpgebya, tchomme vos l’zavé piu l’ire, olé sur ine taumuche si ben tcho touhèts ols’ont d’extra oubservatouères peur tout’ché djallinaïces emplumaïes tchi appeurcient d’vouère l’zoorhizon…
Ol’z’ont ben tentaïe dou z’en râbiâtter tcheuk’zin ( vouè lz’artickl ) maïe olé peïne peurdu  , tau penses ben, t’chau zemplumaïe là, eulle s’ont teurtou à seurh’produaïre si bin, k’tou l’moyiens d’en élimminaïe, ol’ seurrh veurment à rin . Itou peur lou z’en chassaïe mêime aveck tcho fauckons, y r’veunon zaussitôt ou ben, l’sd’éplacions de tcheque zarpents peur squatter l’voisinnage din n’autr couté. Djère, z’avons ben cor l’rnoter, tchalle ficchus pigons !… 

Z’allez m’dir’ : « tau march ben dans la marde et ch’tapporte dau bounheurrh » , j’veux ben maïe d’pi l’temps, qu’o zou badzingue deurdant, y peu ben vou assuraïe tch’o l’en a rin changeaïe  d’not fourtuhne ou d’not infortchune…  Peur z’ête y’in pigon, t’cha, olé ben cor vite arrivaïe… itou peur nous ploumaïe, olé bin pu souvent t’cha not’ tourr’ … Olé bin la raison tchi faict qu’o l’e pien d’plumaïe, ink tot nos rualles d’not villagh …
Vou zou voyez teurtou, combin y’ai teurmper ma plumaïe
peur vos z’écrïr tché lign’s’ là, ben mieux aveck t’chall encr’, t’chaveck t’cho marde d’au pigon 

L’père Auquet… qui s’mârre ben …y vou l’dis moué …

 

TRADUCTION  :

DSCN3462.JPGComme beaucoup de personnes en ce bas monde, j’aime bien les animaux et donc accepte forcément les servitudes et les désagréments qui vont avec.
Toutefois, il faut convenir que parmi ces désagréments s’il en est qui sont contraignants, d’autres sont franchement désagréables quand on est tenu à les subir au quotidien et en grande quantité …
Par exemple, tous les jours je ramasse les excréments de la litière de mon chat que je mets d’abord dans un petit sac papier avant de les jeter à la poubelle… rien de plus normal hein !...
Le problème, c’est qu’à Mirebeau, nous avons une grosse colonie de pigeons qui maculent de leurs excréments, nos toitures, en pignon, en rive, le haut de nos murs et surtout nos trottoirs. De ce fait, dans la plus part de nos rues, ce n’est vraiment pas ragoûtant …
Nous en avons bien quatre couples, de ces charmant volatiles, lesquels, ont squatté notre débord de toit à l’Est et à l’Ouest, c'est-à-dire côté jardin et côté rue … Sous leur demeure, en à pic, c’est jonché de fientes, au point que pour aller à notre cave je dois sauter deux marches  et descendre du trottoir pour ne pas maculer mes semelles de caca d’oiseau …
Vous me direz, Farfadet, t’as qu’à faire comme pour ton brave matou, ramasser ces fientes chaque jour …

C’est vrai ça,  je devrais sortir avec ma balayette et ma petite pelle tous les matins après le petit déjeuner et nettoyer mes abords.
Bon, je vais vous dire, mon pas de porte, je le balaie une fois par semaine et c’est déjà pas mal. Notre maison est située en bordure d’un boulevard où il y a gros de circulation (surtout des camions) eux aussi, me pourrissent pas mal l’environnement avec tout ce qu’ils font voler sur leur passage, les pires sont les transporteurs de paille… je ne vous raconte pas… 

Mais, revenons à nos pigeons … hélas, il n’y a pas que chez moi qu’ils pourrissent les abords car ils sont présents, non seulement à la périphérie mais, aussi, dans le centre de la localité …
Mirebeau, comme vous l’avez pu lire, est sur une colline et tous les toits constituent d’excellents miradors pour la gente ailée et particulièrement pour les pigeons, qui aiment voir loin à l’horiz
on …DSCN3465.JPG
Il y a bien eu des tentatives pour en réduire le nombre (voir article) mais c’est peine perdue, car ces emplumés là, se reproduisent si vite que les moyens mis en œuvre pour en exterminer le surplus sont obsolètes… Les chasser, est également inefficace, même en faisant intervenir quelques faucons car ils reviennent presque aussitôt à leur port d’attache ou bien se déplacent de quelques centaines de mètres et vont squatter un nouveau quartier …  En tous cas, nous, avons toujours les nôtres …

Vous me direz marcher dans la m…. , ça porte bonheur … Je veux bien, mais depuis le temps qu’on piétine dedans, je peux vous assurer que rien de notre fortune ou infortune n’a changé … quant à être pigeon, si l’on n’y prend garde, on le serait assez souvent, ne pensez-vous pas ?... plumé on l’est aussi … c’est d’ailleurs pour ça qu’il y a tant de plumes perdues sur nos passages ruraux…
Vous voyez, j’avais une bonne raison pour la prendre, la plume… à tremper dans l’encre de préférence à la fiente !… 

Le père au quai* qui se marre … Ara qui rit …quoi !....

* Oui je suis un vrai boute-en-train … je sais …

 

Photos et documents - de haut en bas bas :
- Depuis notre jardin, sur le toit d'une maison voisine, à la fin de l'hiver dernier...
- L'article extrait de la nouvelle république de ce dernier mardi ...
- Rue de la Fiente !... (aujourd'hui)
- Sur un toit près de la Mairie ...(aujourd'hui)


Lien  vers "C'est la qu'on cause"  du blog et de la communauté de l'ami MOÂ :
akikcekca.over-blog.com/article-13323561.html
 

Commenter cet article
C
pigeons des villes disait Benoît Poelvoorde et toi pigeon des Mirabeau qui les premiers sur les trottoirs et les seconds sur les toits sèment à tous vents cet engrais qui tâche le décor alors qu'au jardin il ferait rougir de plaisir roses et tomates ...
le clocher de mon village en était infesté, un colombophile les a tous emporté ...
courage
amitié .
Répondre
D
le problème c'est les bonnes âmes mal inspirées qui les nourrissent
Répondre
D
Je suis bien sûr intéressé par cet article qui traite d'un problème que je viens d'évoquer, il y a peut être un lien ? amitiés
Répondre
M
Kikou Patrice  ;-)Ce qui s'appelle geler à pierre f(i)ente?   lolJe t'envoie ce message par pigon voyageur:Avec mes meilleures pensées et de tout coeur.Bises aux farfadets!!
Répondre
J
Ah ... Farfadet, il y a les étourneaux aussi.... Tout celà est très chia...;-)
Répondre
S
Deux solutions vouqs réunir dans votre village  et faire un plat régionnal :  le pigeon à la française ( aux petits pois) ou faire du guano en coopérative et le revendre aux jardiniers :)
Répondre
B
Caca du dimanche !Euh, merde, non ! Coucou du dimanche plutôt !!! 
Répondre
T
c'est les pigeons qui nous auront !!!!
Répondre
O
tiens mes pigeons reviennent, c'est toi qui leur a refilé mon adresse farfadetsbon dimanche
Répondre
G
R'eusment qu'y a la traduction passeque j'avin rin compris entout .En bon français: Saloperie de pigeons meriteraient une lampe!
Répondre
Z
Pour te consoler une citation de Régis HauserQuand on voit ce que les pigeons ont fait sur les bancs des parc, il faut remercier Dieu de ne pas avoir donné d'ailes aux vaches.
Répondre
S
Bon week-end, les Farfadets !Les pigeons à Paris par exemple, je ne supporte pas...Gros bisous   :0010:
Répondre
P
De véritables ramiers ces pigeons !! A souiller ainsi nos colombages... Méritent les p'tits pois aux lardons ces volatiles du Diable !! GGrrrrBisous.............Piotr
Répondre
M
Bonjour Farfadet, je suis vraiment désolé de ne pas avoir plus de temps pour venir te lire mais je vais essayé de profiter de ma semaine de vacances pour venir lire ton article sur les templiers.Je te souhaite un très bon week-end :0010:
Répondre
N
 BEN..MERDE ALORS !.....PAS PU TOUT LIRE...MAIS J'AI SENTI LE PROBLEME.....
Répondre
B
Je reste très mé...fiente !!!Je passe en courant car je me tiens un foutu rhume qui me cloue les neurones !Bises à toi et à plus
Répondre
B
Je reste très mé...fiente !!!Je passe en courant car je me tiens un foutu rhume qui me cloue les neurones !Bises à toi et à plus
Répondre
L
difficile ton patois, mais j'ai tout lu VO puis vérifié dans la traduction ... c'est horrible ces pigeons, j'aurais l'impression de vivre dans le film d'Hitchcock : les oiseaux !
Répondre
S
pigeon vous avez dit pigeon ,bon we @+
Répondre
R
C'est plus marrant de parler de fientes en patois... J'admire les tournures de phrases... En français on voit tout de suite qu'on patauge dans la merde... Mais attention pas n'importe quelle merde... De la merde à particule... " De " pigeon... S'il vous plaît !Un lutin me glisse que ça ne pouvait sortir que la partie- cul... Oh !Si du ciel nous parviennent des échos, clamant des évidences en plus des envois ailés... A quel saint faudra-t-il se vouer ?Par terre forcément ça bloque... La " matière fait cale "...Si la manière forte ne donne pas de résultat, est-ce que quelqu'un a songé à demander gentiment, à ces aimables volatiles, de foutre le camp ?Dans les plus hautes sphères on nous conseille de dialoguer...Ah ! Bon !  Il n'y aurait pas d'interprête de langue pigeonne !Ca, on peut facilement le croire... Il n'y a qu'à voir comment s'instaurent les dialogues de sourds, lorsqu'on essaie de dire, qu'on en a marre d'être pris pour des pigeons ...!Je vous souhaite bien du plaisir... Amitiés   Roland.
Répondre
A
si j'en crois les conseils de guyl... il n'y aurait pas de pigeons à Marseille? Curieux non? ;)Ton texte en patois est un pur régal... je me le réécitais dans ma tête... mais il doit manquer l'accent...Bonne soirée à toi et gros bisous à Annie
Répondre
G
Impressionnant tous ces pigeons envahissants et quelle horreur aussi ils sont sales et porteurs de maladies ! Un truc trouvé sur le net :"J'ai entendu que les pigeons n'aiment pas l'odeur du savon de Marseille. Il est donc conseillé de faire des croissillons avec du savon de Marseille sur le bord des fenêtres pour éviter qu'ils se posent dessus (ou ailleurs). Partant de cette idée, il est peut être possible de faire fondre du savon dans de l'eau et de vaporiser ce mélange..."Bonne soirée et attention à ne pas glisser... lol
Répondre
Z
Bon , on va dire que ces pigeons font de l'art abstrait.
Répondre
M
kikou Patrice ;-)Je n'avais pas tout compris, hormis que le sujet était caca, lorsque mon oeil fut attiré par la traduction.Oui, ils nous prennent pour des pigeons ces zoziaux, va falloir leur voler dans les plumes, pas une f(i)ente de nos immeules leur échappent.A propos d'échappement, si ça gaze pour eux, attention à la couche sous la zone, mieux vaut ne pas lever la tête en se disant que tout ce qui tombe du ciel est béni.Bises aux farfadets, et le pigeon aux ptite pois.  lol@ bientôt toâ...
Répondre
O
et bien mon farfadet, ils sont terribles tes pigeons. Ici j'en nourris dans mon jardin, mais nous sommes en ville et mon jules ralait car plus moyen d'etre dans le jardin sans en voir arriver une vingtaine. et puis plus un pendant 3 mois, alors je m'inquiète et accuse les bobos d'a coté de les avoir empoisonnés. car cela les dérangent. et puis depuis quelques jours, ils y en a de revenus, alors les bobos vont raler, mais moi je les aiment bien mes pigeons sauf si cela faisait comme devant chez toi.bisous les farfadets
Répondre

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités à Mirebeau* (Vienne), depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog