Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Portraits

* Aujourd’hui elle aurait 105 ans…

 

Pâques 1960, je viens d’avoir 16 ans … comble de bonheur pour mes parents j’ai accompli un deuxième trimestre scolaire sanctionné par des notes honorables. Aux examens trimestriels j’ai obtenu la moyenne de 13,60 ce qui me place 3ème de ma classe… Ma mère est ravie et les encouragements pleuvent d’autant que se profile le concours d’entrée à l’école normale …Pour augmenter mes chances, mes parents ont opté pour des cours particuliers et ont obtenu que mon professeur principal, l’abbé S. me donne des cours particuliers de français afin de mieux me préparer à l’épreuve clé de ce concours : le commentaire de texte… 

 

Mais pour l’instant, en famille, nous sommes tout à la joie de ces bons résultats qui, associés aux précédents, assurent pratiquement mon passage en classe de seconde à la rentée suivante… Ces quinze jours de vacances sont donc illuminés par la satisfaction de mes parents ce qui me vaut de profiter un peu plus librement de mes après-midi. Retrouvant quelques copains mirebalais nous allons faire de belles randonnées à bicyclette. Avec Jean-Marc et Nicolas, elles nous entrainent jusqu’à Lencloître où Nicolas a une petite amie, Pierrette et cette dernière a une sœur Jeannette et une amie Nicole…  Trois filles, trois gars… premiers flirts … 

Je suis de plus en plus pressé de déjeuner pour partir le plus tôt possible avec les copains, mes parents ne sont pas dupes et au bout de quelques jours ma mère me demande :

« - Alors elle est brune ou elle est blonde ta petite copine ?…

 - C’est à dire que c’est Nicolas qui connaît des filles M. à Lencloître et on a sympathisé…

- Sympathisé seulement ? Vas me faire croire ça Patrice ! …

Je me rends compte qu’il ne sert à rien de cacher ce qu’il se passe en réalité et avoue donc à ma mère que Jeannette est devenue ma petite amie et que j’en suis amoureux…  Suite à cet aveu, je n’ai aucune autre remarque à ce sujet de la part de mes parents qui m’accordent leur confiance et me font ainsi comprendre que pour eux, tout ceci, c’est bien de mon âge…

Mon père va jusqu’à me réparer le vieux cyclomoteur « Le Poulain » pour que j’effectue avec moins de peine mes allers et retours à Lencloître...  Bien sûr, je suis ravi de disposer d’un vélomoteur mais, à l’usage, comme vous pouvez le lire ici : Le Farfadet en mobylette , cela ne va nullement me servir… En me voyant arriver sur cette machine d’un autre âge, très pétaradante, à la mécanique essoufflée autant que celui qui la menait, l’effet produit sur mes nouvelles relations n’aura rien de celui sur lequel j’aurai pu escompter, bien au contraire - et c’était prévisible - du statut d’un petit gars fréquentable j’en étais arrivé à celui de clown de service sorte de gugusse en pétrolette tout juste bon à faire rire à ses dépens…  La Jeannette riait aux éclats bien sûr, mais se montrait manifestement moins enthousiaste pour sortir avec moi…

Qu’importe… elle fit mine de rester mon amie et entretint avec moi une correspondance régulière me laissant penser qu’elle ne m’oubliait pas…

Arriva le jour du concours… ce devait être en fin Mai. J’avais donc eu l’autorisation de sortie pour quatre jours à partir du samedi après-midi. Les épreuves se déroulant sur deux jours, la première journée, le lundi, comportait l’épreuve du commentaire de texte le matin et celle d’histoire ou géographie, l’après-midi. La seconde journée, le mardi, comportait l’épreuve de mathématique le matin et, l’après-midi l’épreuve en première langue anglais espagnol ou allemand suivant les cas. Si l’ensemble des notes étaient bonnes on était convoqué pour une troisième journée d’oraux en Histoire-Géographie et Sciences naturelles puis d’épreuve sportive ou artistique au choix… Hors, le français ou les mathématiques, on pouvait choisir la matière où l’on excellait comme pouvant être renforcée par un coefficient supérieur influant alors sur la moyenne des notes…

Ce fut pour moi l’occasion d’aller, pour la première fois seul, au restaurant entre les deux temps d’examen du matin et de l’après-midi où il fallait être présent dès 14 heures. Je n’étais pas peu fier et j’ai parfaitement savouré l’instant : la classique entrecôte-frites, la belle part de tarte aux pommes en dessert sans oublier la cigarette accompagnant le café express… le parfait jeune homme libre…

Au soir de la première journée d’examen revenu à Mirebeau en car, j’avais, suivant ma nature optimiste, le sentiment d’avoir réussi les épreuves de la journée.

- Alors comment ça s’est déroulé ? Comment t’en es-tu sorti ? m’interrogea fiévreusement ma mère…

-   Ma foi, le commentaire de texte n’était pas trop difficile à résumer et à analyser et, pour ce qui est des questions s’y rapportant, j’ai répondu et développé à 5 sur 6 …

-   Tu n’as donc pas tout traité, cela va se ressentir sur la note, je te rappelle que c’est un concours Patrice, ce sont les meilleurs compositions qui sont retenues…

-  Oui Maman, je sais… mais en math, je pense me rattraper et puis j’ai  choisi l’Histoire-Géographie comme matière au coefficient double, là je suis bon…

-  Attention Patrice … être confiant c’est bien, mais l’excès d’optimisme peut nuire ; ce qui compte c’est la concentration,  l’application et ce qui résulte de ce que tu as appris assidument autant que du  travail fourni au cours de ton année scolaire, ne l’oublie pas…

Ma mère était pointilleuse surtout pour ce qui concernait le français : orthographe, rédaction, exposition et développement des idées, présentation global du devoir, etc. Moi je pensais que tout ceci était bien superficiel que ce qui comptait était d’avoir des idées, de ne pas s’étaler et se perdre dans les détails mais de répondre de manière brève et stricte aux questions posées et puis, ma nature optimiste me faisait penser qu’il ne pouvait pas y avoir de questions pièges impliquant des réponses nuancées. 

C’est dans cet esprit serein et tout à fait sûr de moi que le lendemain j’abordais les épreuves de mathématiques. J’ai traité tous les exercices d’algèbre en deux temps trois mouvements, consacrant bien plus d’attention aux deux exercices de géométrie dont l’un comptait une démonstration faisant appel à l’incontournable théorème de Pythagore. Confiant, j’étais à peu près certain d’obtenir au moins 15/20 … tu parles !… 

La pause restaurant fut encore mieux appréciée que celle de la veille… L’anglais, l’après-midi ce serait une formalité … version thème  ça ne devrait pas poser de problème … Sorti de séance d’examen à 16 heure 30, je disposais de plus d’une heure avant de reprendre le car STAO pour revenir à Mirebeau… et j’allais donc jusqu’à Bel-Air où je devais rencontrer la Jeannette. Suivant des cours à l’école ménagère, elle logeait dans une famille d’accueil dans cette cité. Elle m’avait fixé ce rendez-vous au cours de nos récents échanges de lettres…  hélas, je ne la trouvais pas au lieu convenu : une petite place proche de l’adresse où elle demeurait et où il n’était pas question que j’aille me présenter, cela n’étant pas accepté par la maitresse de maison… Je l’ai  attendue plus d’une demi-heure mais elle ne s’est pas présentée… A regret, il me fallut repartir si je ne voulais pas rater mon car …

 

De retour à Saint-Louis, je lui écrivais aussitôt pour lui dire ma déception. Elle me répondit presque par retour m’expliquant qu’elle n’avait pas pu sortir n’en n’ayant pas eu l’autorisation …

Quant à une convocation pour passer les oraux du concours, il n’y en eut pas … mes notes étant bien trop insuffisantes…  je n’avais même pas la moyenne… Ma pauvre maman en fut très affligée et à la sortie du dimanche suivante, j’eus droit aux reproches et appréciations de mes parents …

« Voilà Patrice, c’est tout toi ça, toujours sûr d’avoir réussi… pire, tu as obtenu des notes piètres : 8 en français, 9.5 en math, 10 en anglais, 11 en histoire et géographie, tu peux imaginer que nombreux sont ceux qui ont obtenu des notes nettement supérieures aux tiennes et parmi ces concurrents tellement mieux placés que toi, les meilleurs on été retenus … tu ne fais pas d’efforts Patrice, ça ne vient pas tout seul tu sais !... Si tu continues sur cette voie, bien des déconvenues t’attendent au rendez-vous… »

J’entendis bien la leçon...  mais, de déconvenue, celle de ne pas avoir rencontré la petite Jeannette,  m’était bien plus insupportable… ça, bien sûr, je n’en parlais pas à mes parents…

Nous étions au milieu du troisième trimestre… et échangions toujours du courrier, voulut-elle se faire pardonner ?… Le fait est que, dans une de ses lettres, Jeannette y joignit une photo d’elle…  en maillot de bain deux pièces et dans un bois… sans doute celui où nous nous retrouvions lors des vacances de Pâques…

Vous dire combien j’étais fier de disposer d’une telle photo de « ma petite amie », une photo comme peu de copains pouvaient en avoir et qui mettait en avant les charmes et les jolies rondeurs de cette avenante et si souriante demoiselle…  Je la plaçais dans mon livre d’histoire…  Les soirs d’études je ne manquais pas de contempler cette photo en fourgonnant dans le casier de mon pupitre, le battant-écritoire relevé au-dessus de ma tête… lors d’une de ses contemplations béates, mon voisin de derrière, Jean B. s’étant aperçu de mes manœuvres répétitives, zyeutant dans mon dos  à s’en faire exploser les globes oculaires, me demanda si je pouvais lui montrer la photo… A cet âge, voyez vous, on est vraiment « petit con » et c’est avec un sourire de vainqueur que, me retournant, je lui passais mon livre d’histoire ; d’avoir une telle photo de fille était tout à mon avantage pensais-je, voilà qui en bouchera un coin à ceux de mes camarades qui me prennent pour un puceau incapable de se trouver une petite amie… Jean B. se chargerait bien de le faire savoir à la cantonade… il n’eut pas trop le temps de contempler la photo car Luis G., le pion surveillant l’étude en haut de sa chaire, ayant surpris notre manège et voyant Jean B.« rignocher » la photo en main … l’interpella :

-  B.  apporte-moi  ce que tu as dans les mains !… Jean s’exécute quelque peu gêné, tandis que je pâlissais…

- C’est à toi ça ?

- Heu non c’est à Lucquiaud…

- Lucquiaud vient voir là… - Force est de me déplacer jusqu’à la chaire du pion.

- Cette photo t’appartient ?

- Oui …

- Qui est cette personne ?

- Heu… une amie …

- Une amie ! Court vêtue cette amie !…

- Sans doute… elle est en maillot de bain…

- Dans les bois ?...

- C’est ce qui semble…

Tout autour, dans les rangs de la salle d’étude ça commence à rire joyeusement.   

- Tu te fous de moi Lucquiaud !…  Je garde cette photo… saches que je la présenterai au Supérieur, tu t’expliqueras avec lui…

 

A partir de cet instant j’ai compris que les choses allaient bougrement s’aggraver pour moi et que tout ceci se solderait par un renvoi de l’établissement… Il y avait un mois de cela, un élève de première A, pris en possession du roman « La jument verte » avait été renvoyé définitivement du collège… Ce soir là, je me doutais bien que j’allais suivre immanquablement le même chemin…

 

Le lendemain matin, passant en salle d’étude après le petit déjeuner, je constatais que mon bureau avait été ouvert, tous mes livres posés sur le banc à côté. Tout avait été méticuleusement inspecté et, de mon courrier personnel, les lettres de Jeannette avaient été extraites …

A la récrée de 10 heures 30, comme je m’y attendais, je fus convoqué chez le père supérieur. C’est tout pantelant, la gorge nouée que je frappais à la porte de son bureau…

-  Entrez ! J’entrais penaud, tête baissée…

-  Vous pouvez m’expliquer Lucquiaud ? M’invita-t-il, en brandissant la photo …

-  Eh bien c’est la fille d’amis de notre famille que …

-  De votre famille !...

-  Oui des relations de mes parents … on s’est connu l’été dernier et …

-  Et cette fille d’amis de vos parents vous a donné une photo d’elle en tenue de bain …  quelle belle attention !...

- Oui, en souvenir… bredouillais-je

- En souvenir ! Et en souvenir de quoi ?... Bon ! Lucquiaud, ne perdez pas votre temps à chercher des explications oiseuses, nous avons aussi récupéré le courrier que vous avez reçu de la part de cette jeune personne. A la lecture, il apparaît clairement que cette demoiselle n’est pas qu’une simple amie pour vous et sa tenue légère sur la photo est sans équivoque quant à la nature de votre relation…

- Tout de même, m’indigne-je - vous n’avez pas le droit de fouiller ainsi dans mes affaires…

- Ah vous croyez ! S’emporta soudainement l’abbé R. - Il y a un règlement dans cette institution qui stipule que toute fréquentation intime de personnes du sexe opposé est interdite dans le cadre de l’établissement  et vous êtes sensé le savoir.

- Mais elle n’est pas dans l’établissement et puis elle n’est jamais venue ici.

- Elle non, mais sa photo la rend bien présente surtout étant montrée ostensiblement à vos camarades.

- Mais c’est une maladresse de Jean B….  

- Ca suffit Lucquiaud ! Nous avons bien compris de quoi il s’agit avec cette malheureuse fille. Vous êtes élève pensionnaire dans ce collège pour apprendre tout ce qui tient au savoir scolaire autant à ce qui, du point de vue conduite et sens moral, relève d’une attitude digne et honorable. Vous avez franchi la ligne rouge et donc je vais aviser vos parents puis les convoquer. En attendant, vous êtes condamné à rester en salle d’étude pendant tous les temps de récréations. Au réfectoire, tenu au silence absolu, vous mangerez à l’écart, nous ne souhaitons pas que par vos vantardises et vos petites histoires malsaines, vous alliez souiller les bonnes mentalités chez vos camarades. Et bien sûr, pas de sortie jusqu’à nouvel ordre … disparaissez ! Me lança- t-il furieux …   

 

Le dimanche suivant, mes parents furent convoqués puis, en fin d’entretien, moi en leur présence. Ma mère avait les larmes aux yeux, le visage rouge d’indignation. Je n’eus pas à m’expliquer une nouvelle fois sinon entendre la sanction : Je finissais l’année scolaire, approximativement un mois, en permanence privé de récréation et de sortie et, à la rentrée suivante, j’étais définitivement exclu de l’établissement.  

A la conciergerie où nous nous retirions ensuite pour quelques minutes de droit de visite, j’eus à entendre ce que pensaient mes parents de cette lamentable histoire. Le premier réflexe de ma mère fut de me gifler. Je revois encore ses yeux noirs embuées de larmes, grossis à la fois par la colère et par le dépit. Mon père, plus pragmatique, me dit que j’avais « tout gagné » avec mes imbécilités, qu’il fallait trouver un autre établissement pour ma prochaine rentrée scolaire, que ça n’allait pas être simple d’intégrer un lycée de l’enseignement public au sortir d’une école libre… Avant de repartir profondément dépités, déçus par mes incartades, ma mère fondit en larmes et me serrant contre elle me recommanda de bien me tenir et de ne plus faire parler de moi aussi négativement jusqu'aux prochaine grandes vacances…

 

Je n’en avais pas encore conscience, mais je venais d’entrer dans une spirale infernale où les échecs allaient se succéder sur une période de deux ans, une période où je n’accorderai pas grandes satisfactions à ces parents que j’aimais pourtant du fond du cœur où, malgré mes bons sentiments, des tonnes de bonnes résolutions et autres vaines promesses, par ma faute, ma mère n’aura à connaître que bien trop de soucis et d’instants marqués par la tristesse.  

 

à suivre ...

Commenter cet article

alpero 11/02/2014 16:53


Gamin ! un an de moins que moi et tu commences seulement à faire de la peine à ta maman pour tes seize ans...


Moi, au moins, à 12 ans, je m'étais fait renvoyer d'HenriIV pour deux mois d'école buissonière et fausse signature paternelle sur une fausse lettre d'excuses....


Quand ma mère a enfin trouvé la feuille de classement du 3ème trimestre (que j'avais planquée - on est con à cet âge là) je ne me souviens pas de l'avoir vu, ni avant ni après, dans une telle
colère.


Et ben je te le jure, je me retrouve parfois encore juste à ce moment-là et je n'en suis toujours pas plus fier.


Amitiés, Alpero.

marie-claude 11/02/2014 10:54


maman est là, à mes côtés, demain elle aura 97 ans, quelques tartes aux groseilles rouges et vertes ( sa préférence) attendent cet après midi pour fêter ce grand jour un peu en avance ... on n'a
qu'une maman  et j'ai contrairement à toi encore la possibilité de lui dire je t'aime ... je ne m'en prive pas !


amitié .

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog