Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les escapades du Farfadet

C'est l’Été et, avec Saint-Martin, c'est  doublement l’Été !…

Non pas l’Été de la Saint Martin fixé au 11 Novembre, mais l'Eté à Saint Martin ce 21 Juin qui sonne le top départ du cinquantenaire de L'AMS (Association Médico Sociale Saint-Martin) sise à Etrépagny Eure.

Nous avions bien reçu l'invitation... et cela tombait bien, car, à cette époque, nous séjournions, chez notre fille cadette Charlotte en Normandie, profitant de notre petite Adèle qui vient juste d'avoir 9 mois … Quelle semaine !

Charlotte et la merveilleuse petite Adèle ... L'invitation ... le programme des festivités ...Charlotte et la merveilleuse petite Adèle ... L'invitation ... le programme des festivités ...Charlotte et la merveilleuse petite Adèle ... L'invitation ... le programme des festivités ...

Charlotte et la merveilleuse petite Adèle ... L'invitation ... le programme des festivités ...

 

Cela fait déjà presque 10 ans que nous avons quitté le Centre Saint-Martin et nous n'étions pas revenus depuis...

 

Séquence Émotions garantie... redécouvrant les lieux, leurs habitants, leurs animateurs, leurs familles... c’est un retour sur presque 40 années d'existence qui nous attend… les souvenirs remontent vivement, les visages d'aujourd'hui se superposent aux visages d'hier… des cheveux ont blanchi, des rides se sont creusées mais les sourires restent les mêmes…  Des retrouvailles nombreuses qui font tellement chaud au cœur !

 

La vie continue et cela se voit sous son angle le plus jubilatoire ; les choses ont changé bien sûr : destinations et réhabilitations de certains lieux de vie, rénovations d'habitats ici, création d'ateliers là, habitudes de vie, rythme de la journée, pratiques d'accompagnement, des « ouvertures » ont été crées. Là, où autrefois nous étions stricts ou, comme on disait, nous étions particulièrement à cheval sur les principes, aujourd'hui on a lâché du lest, plus de liberté pour circuler, se manifester, les résidents sont certainement aussi bien encadrés mais on a laissé plus de place à leurs fantaisies dans la manière d’être ce qu'ils se sentent être et aspirent à être. l'Éducateur des années « 70 » a fait place à celui des années 2000, les références professionnelles,  le rapport à l'autre, sa prise en charge, les modes d’intervention dans ces destins particuliers, différents, ont pris une autre tournure certainement plus en phase avec la manière de vivre trépidante et tellement plus agitée de notre temps présent qui suscite tant d’impressions et d’émotions et sollicite la réactivité...

 

Était-ce mieux avant, quand nous étions les « anges-gardiens » très présents dans presque tous les actes de la vie de nos compagnons ?... Est-ce que cela n'est pas trop libertaire aujourd'hui quand on leur laisse des choix en nombreuses circonstances, leur donnant accès à des options de vie qui ont vocation de les rendre le plus tôt possible, autonomes au quotidien, à travers des pratiques et des initiatives qu'on aurait jamais eu l'audace de leur proposer ou laisser prendre en toute confiance et sérénité ?

 

Mais ce jour, quel bonheur de vous retrouver : Bertrand, Norbert, Hélène, Sylvie, Patrick, Michel, Henri, Jean-Luc, Michèle, Daniel, Maryse, François, Dominique, Loïc, Pierre, Mathieu, Claude, Anne, Sophie, Edouard ! Vous, déjà des Anciens, dont les rangs sont grossis par une nouvelle génération, des visages nouveaux, remplis d’espoirs pour vivre, avec allant et liberté d’action, dans un état d’esprit fait de bienveillances, leurs lendemains de futurs hommes et femmes pouvant s’intégrer le plus harmonieusement possible à ce qu’on en attend, à leur hauteur, dans ce XXIe siècle encore neuf…

Retrouvailles émouvantes de quelques rares parents, maintenant très âgés mais toujours enthousiastes et en confiance, constatant que leurs enfants sexagénaires sont encore tonics, pétillants, souriants, si heureux et fiers de leur présenter les fruits de leurs activités exercées dans le cadre institutionnel… Des frères et sœurs de ces anciens résidents, sont là également, ayant pris le relai des parents disparus. Certains nous les avions connus enfants… que de souvenirs évoqués tout à coup, que de conversations réconfortantes avec les uns et les autres !… La vie continue…

 

Nous faisons le tour des tivolis qui cernent un grand chapiteau installé dans le pré, face au Château. Nous y découvrons les productions artistiques et artisanales des ateliers, les produits de la ferme, c’est l’occasion de discuter avec d’anciens collègues qui, eux aussi ont pris dix ans de plus, ça se voit bien, surtout pour les plus anciens, lesquels ont abordé et déjà bien entamé la cinquantaine…  la roue tourne !…  

Je suis particulièrement très touché par le travail artistique que Philippe a fait exécuter à ses élèves peintres, Dans la salle de peinture, restée, elle, toujours au même endroit, au rez-de-chaussée du Château, on peut admirer de merveilleuses réalisations : des tableaux aux couleurs vives ou pastelles sur des sujets allégoriques, des fables, des contes mais aussi sur la nature, l’environnement tenant aux lieux, des portraits. Bravo aux artistes ! Grand merci à Philipe qui leur a communiqué son amour pour l’art et le beau !  

 

Nous avons été fort bien accueilli par Jean-Marc Rigal le directeur de  L’AMS qui a mis a disposition une pièce de l’unité Saint-Georges pour nous reposer Annie et moi.

Nous étions aussi très heureux de pouvoir bavarder un peu avec Jeannette Boutin, la présidente de l’association qui a été bien sollicitée en se mettant de bonne grâce à la disposition des uns et des autres tout au cours de cette belle journée.

 

A l’heure du repas, restaurations champêtres, organisées en deux endroits du parc,  la convivialité était de mise réunissant, résidents, familles, amis, invités, et encadrants… c’était parfaitement réussi,  les menus, bons et copieux, et l’ambiance tout à fait bon-enfant.

 

A 15 H 30, vint le moment de l’inauguration des futurs travaux de rénovation du Château. Mais avant d’aborder ce qui oriente le destin du Centre, vers les 50 années à venir, Jeannette Boutin, la présidente, a fait un discours souvenir bien senti, évoquant les 50 années écoulées, depuis la fondation de l’association Saint-Martin établie institutionnellement en 1964 et l'ouverture officielle avec l'arrivée des premiers résidents, le 15 Mai 1965. Dans son discours elle ne manque pas de citer les premiers pensionnaires accueillis ce jour là  puis dans les semaines qui suivirent, ainsi que les familles fondatrices qui, par leurs dons, leurs  générosités, leurs engagements et leurs grandes disponibilités, ont  permis que naisse, vive et se développe cette entreprise médico-sociale vouée à l’épanouissement de jeunes gens et de personnes ayant besoin d’une prise en charge pédagogique, sociale et médicale, de leur destins particuliers :

Catherine, Laurence, Anne, Claudine, Kristine, Béatrice, Isabelle, Michel, Patrick, Marc, Pierre, Henri, Gérard, Alexandre, Thierry, Daniel… et leurs Familles : Poitevin, Aron, Clopin, Saint-Clair, Largier, Devalroger, Hussenot, Hirsch, Giroldi, De Mony, De Bary, Cytron, Pignède, Simon, Berneau, Harlé…

De ces résidents anciens cités, et de leurs parents et familles nommés, il en est encore quelques uns, ici, présents à cette magnifique fête… Tonnerre d’applaudissements !

 

Comment, en cet instant solennel, ne pas évoquer les fondateurs, aujourd’hui disparus Georges et Colette Ducommun, Olga Klimoff, René Querido, Athis, Floride, Xavier Florin, Joachim Berron, André Christen, Barthélémy Canevet, ceux, qui dès le début de l’année 1963 ont initié puis formé cette « table ronde » point de départ du projet, créatrice spirituelle puis temporelle de l’AMS… J’ai aussi, à cet instant, une pensée émue pour le successeur de Georges Ducommun, Pierre Scarsini aujourd’hui, lui aussi disparu, et son épouse Nadia  qui ont  servi avec dévouement la cause du Centre Saint-Martin de 1992 à 2000… c’est encore, le souvenir poignant d’un collègue qui nous a quitté trop tôt, trop jeune : Gilles Letellier et puis celui de tous les résidents qui ont passé le seuil : François, Kristine, Patrick, Béatrice, Pierre, François, Catherine, Laurent, Thierry, Eric, Marcel, ce sont plein de visages aimés, qui défilent dans mon esprit à ces instants de l’évocation des 50 années passées.

 

Puis, c’est au tour de Jean-Marc Rigal, directeur depuis Mai 2001, de faire son discours d’introduction aux 50 années à venir.  Avant, il a cette touchante attention de citer à son tour, les noms des premières familles d’accueil de résidents en unité pavillonnaire, personnels socio-éducatifs qu’il est heureux d’avoir et recevoir ce jour du « jubilé » dans l’assemblée présente… Cela nous fait bien sûr chaud au cœur, à Annie et moi, d’entendre notre nom et de savoir que nous n’avons pas été oublié… 

Ensuite, il évoque le lieu, sa destinée particulière, les constructions réalisées s’ajoutant à celles existantes, elles, depuis deux siècles, le long chemin parcouru par les acteurs, intervenants et habitants de cet endroit désigné par le nom de Saint-Martin, soldat puis apôtre du partage dont l’image préfigurant celle du « don de soi », est parfaitement représentative de la vocation humanitaire et humanisante d’une telle association.  

Autour du Château, au Sud et à l’Ouest, ont été érigés des échafaudages au haut desquels sont repliées de grandes bâches destinées à masquer les façades le temps que dureront les travaux de restauration. Jean-Marc donne le top départ aux ouvriers, au sommet, qui alors libèrent l’enroulement des bâches et nous avons aussitôt la surprise de découvrir qu’il ne s’agit pas toiles de protection ordinaire, mais de véritables fresques gigantesques réalisées à partir de maquettes crées par Philippe et Gilles les deux éducateurs artistes du Centre, œuvres auxquelles ont contribué bon nombre de résidents…

Nouveau tonnerre d’applaudissements …

La fresque en grande façade, côté Sud, représente un vaste paysage Normand où sur la gauche, de profil, un vieil homme assis contemple tranquillement l’étendue de ce qui a été réalisé jusqu’alors, tandis qu’à l’opposé, à gauche, une jeune personne nous tournant le dos, entreprend déjà le chemin du futur. Dans cette ambiance bucolique et poétique s’offre à nos yeux ébahis cette représentation allégorique empreinte de sérénité et de dynamisme… Chemins de Vie qui se succèdent…   Sur la façade Est, la toile déroulée a pour fresque essentielle, celle représentant Saint-Martin qui tranche son manteau de circuitor romain …  Au levant... Chemins de vie et de partages à perpétuer...

Retour à Saint Martin...
Retour à Saint Martin...
Retour à Saint Martin...
Retour à Saint Martin...
Retour à Saint Martin...
Retour à Saint Martin...

Au cours de l’après-midi, nous faisons encore de nombreuses rencontres de personnes connues et nouvelles, et avons, avec nombre d’entre elles, de chaleureux et réconfortants instants de bavardages…

 

Ce soir là, nous rentrons chez notre fille Charlotte, à quelque dizaines de kilomètres de ce lieu qui a bercé son enfance et celle de sa sœur Amélie, notre ainée, et où elle a commencé sa carrière d’éducatrice, le cœur en paix, submergés par tous ces merveilleux sourires qui effacent si bien les larmes douces ou amères, comme les flots clairs d’un océan de tendresse…

Commenter cet article

Philippe L'HORTY 05/01/2016 21:01

Bonsoir chers amis Patrice, Annie, et les enfants.

J'ai eu la surprise agréable en consultant le net ce soir de retrouver ton site, j'ai lu le commentaire que tu as fait sur cette journée d'inauguration des 50 ans de l'association, c'est magnifiquement écrit, et très bien décrit, merci d'avoir pensé à moi, et à nos artistes en herbes plus ou moins confirmés. Je n'ai pas encore trouvé le temps de venir vous rendre visite, se sera pour une prochaine fois, je vous souhaite à tous mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année qui débute. Bien amicalement à vous Philippe

Marie-Rose 03/07/2014 10:29

C'est très émouvant ton compte rendu Patrice, je suis heureuse que le travail artistique et toutes les belles choses continuent à St-Martin, sous une autre forme bien sûr. Je n'ai pas reçu d'invitation, trop ancienne peut-être .... ce n'est pas grave. J'ai un regret cependant, c'est de savoir que vous étiez près de moi et de ne pas vous avoir vu. Je vous ai vu à travers ton compte rendu Patrice c'est là le principal. Grosses bises à tous deux.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog