Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour

Ce sont les Trois questions essentielles qui reposent sur le sens que chacun, ici, bas,  tente de donner à sa vie...

img050.gifCes questions, deviennent brûlantes dans nos âmes quand nous parvenons au milieu de notre existence, lorsque nous atteignons cette période d’âge qui se situe entre 35 et 40 ans.  C’est le moment où nous réalisons que le chemin de vie entamée, déjà important, devant nous mener vers les objectifs que nous convoitions, des buts pas forcément atteints, nous a conduit vers d’autres destinations…  C’est l’heure du premier grand bilan de notre vie, le moment de faire une évaluation sur ce que nous avons accompli, réalisé ou pas, du pourquoi et du comment nous en sommes arrivés là… à ça … 

Ayant atteint ce sommet, du milieu de vie, découvrant le nouvel horizon, c’est alors que nous faisons face à l’angoissante perspective : Vers quelle fin, vers quel achèvement sommes-nous maintenant entrainés ?...  Pourtant, nous la connaissons cette issue à travers ce que nous percevons autour de nous, se révélant à nos consciences comme étant le résultat de ce qui a cessé de vivre et qui retombe en poussière…

 Images de la mort, cette non-vie qui nous fait peur. Fin d’existence dont on se rapproche chaque jour un peu plus et qui parfois, aussi, nous surprend …

Alors, ce que nous avons ressenti, dit, manifesté et accompli, au cours de notre existence s’achèverait ainsi, comme chacune des entités de toutes les espèces du vivant dont les biorythmes, diversifiés à l’infini, les conduisent toutes, sans exception, vers l’inéluctable fin après fécondation, germination, croissance, épanouissement, murissement et retour à l’enfouissement ?…

Oui, par des desseins qui nous dépassent, nous sommes tout à fait comparables à cette graine qui se métamorphose de manière si sublime avant d’être restituée à la terre… Au-delà de ce cycle qu’accompagne la suite des saisons, nous nous disons alors qu’il y a intérêt à ce que cette graine originelle, parvenue à ces flamboyantes journées d’automne, donne du fruit… Et nous alors, de quel fruit sommes-nous porteurs ? Est-il bien mûr en nous ? Est-il appétissant, doux, juteux, sucré à souhait ?     

Oui, Amis, dans notre quarantaine, nous nous demandons : qu’avons-nous fait de nos vies ? Avons-nous suivi le bon chemin ? Quelle nouvelle destination prendre ? Qu’est-ce qui nous a menés jusqu’ici ? A partir de quelle mystérieuse origine ? Quelle impérieuse raison gouverne nos vies ?

Telles sont ces brûlantes questions qui, en restant sans réponse, nous angoissent, nous font douter de nous-mêmes, des aléas de la vie et des autres humains autour de nous.

L’heure du premier bilan est rarement à notre avantage, c’est souvent que nous nous trouvons misérables, petits, mesquins, et combien imparfaits… C’est le moment où, nous retournant sur notre passé, nous avons vue sur tous nos échecs, nos insuffisances et la non-gloire ajouterons-nous encore… Vaste panorama des insatisfactions liées à nos menées et conduites … faut-il désespérer ?...

Il faut savoir se dire : « ce qui est fait est fait…  jamais la branche coupée de l’arbre ne retrouvera sa place ; par contre, d’autres nouvelles branches peuvent pousser, jaillir vers la lumière… »   Suivant cette image, nous ne devrions pas sombrer dans le désespoir, mais, au contraire, envisager l’avenir de façon plus sereine, reprendre courage, redonner vigueur à l’arbre de notre vie et avant cela, en ressentant la puissance du tronc noueux, la vie qui y jaillit, puisée grâce au réseau de ses racines, accepter objectivement ce que nous sommes devenus en bien, en moins bien et en mal aussi …

Il convient alors de savoir « se pardonner », ceci ‘est pas égoïste, contrairement à ce que l‘on pourrait penser.. c’est l’insatisfaction de soi-même qui nous pousse à la faute, à l’inacceptable. Commençons donc par nous pardonner, ne culpabilisons pas sans cesse à chaque manquement à chaque bévue qui nous ridiculise en invoquant toutes ces excuses liées aux circonstances, à  notre sort si injuste pour qu’autour, on nous plaigne…

Il faut réagir par un véritable sursaut de dignité qui n’a rien de commun avec de la fierté et encore moins avec de l’orgueil …

 

img050a.gifEntrant ces jours, dans la longue marche crépusculaire de l’Automne, avançant pas à pas dans des ténèbres toujours plus denses c’est vers la plus longue de ces nuits  que nous progressons, la Nuit de Noël…  Nous sommes alors comme ces humbles mais valeureux bergers qui cherchent leur chemin et que seul l’Espoir, correspondant à leurs attentes, à leurs plus nobles convictions, conduit à travers cette immense obscurité jusqu’à cette Lumière qui émane du Petit Enfant… et  remarquez bien que ces bergers ne se sont pas mis en route isolément mais aussi Tous Ensemble… ceci a son importance…

C’est en Automne que le laboureur creuse ses sillons, suivi du semeur qui y jette les grains ; ils travaillent déjà pour l’avenir. Ce qu’ils ne voient pas encore à l’extérieur, ils le contemplent déjà dans leur cœur. Ainsi, ont-ils toujours modelé le paysage qui est nôtre, aussi…

A la question : « Où allons-nous ? »  L’un et l’autre nous apportent une réponse… Regardez-les accomplir leur besogne : ils avancent d’un pas lourd mais assuré, progressant régulièrement sur toute la surface du champ qu’ils cultivent. Ils ont confiance, la terre qui colle à leurs sabots ne les arrête pas, ils avancent imperturbables, ils savent déjà que deux saisons plus tard, il leur faudra être moissonneur.

Et nous, qui ne sommes pas forcément des cultivateurs besogneux, rompus aux durs travaux des champs, comment avançons-nous dans nos vies ? Progressons-nous vraiment ? Quels sont nos buts ? Qu’avons-nous comme projets ?

Sommes-nous guidés par la routine, le jeu redondant des habitudes qui ponctuent notre temps de vie ? Chaque jour, refaire les mêmes gestes, accomplir, les mêmes déplacements, au premier regard cela confine à l’ennui…  Pour la majorité des êtres humains, c’est souvent ce qui constitue le programme de leur quotidien. A y regarder de plus près, on se rend compte que chaque jour qui nous vient nouvellement, n’est jamais comme le précédent ; il y tant d’aspect qui changent autour de nous et en nous aussi… Prenons-en pour exemple, le temps qu’il fait, du point de vue météorologique, il change aussi, et parfois brusquement, d’un jour à l’autre, tout comme notre d’humeur qui se fait aussi changeante…  Nous ne sommes pas toujours ben disposés pour accomplir les tâches qui nous incombent… et parfois il faut nous faire violence pour les mener à bien…

Cela montre bien que nous, les humains ne sommes pas des machines bien huilées qui grâce à leurs mécanismes bien rodés et parfaitement réglés, répètent sans broncher, inlassablement,  la même opération. Nous, êtres humains, agissons à partir de notre bon vouloir, guidé par la lucidité, la conscience de ce que nous devons obtenir conséquent de notre élaboration et de la méthode à appliquer pour y parvenir. Si la lassitude et l’ennui, à la longue nous submergent, c’est encore grâce à notre conscience que nous devons de poursuivre et achever notre tâche…

Quand la machine, si parfaite soit-elle, vient à casser, elle ne peut se réparer et se remettre en route d’elle-même…

Immense est le fossé entre l’homme et les machines dont il dispose… Il en demeure que ce que nous entreprenons au quotidien, nous devons le mener à accomplissement… Au-delà de ceux à qui profitent notre travail, et utilisent ce que nous produisons, nos efforts renouvelés chaque jour à ces mêmes tâches et fonctions ont pour vertu de nous bonifier chaque jour un peu plus… C’est par la répétition incessante que nous apprenons et que nous progressons vraiment. Cela est imperceptibles sur l’espace de quelques jours  de quelques semaines ou mêmes sur l’ensemble de quelques mois, néanmoins, au fil des saisons, puis avec les années qui passent, l’homme se transforme dans son corps, bien sûr, parce qu’il vieillit, mais aussi et surtout dans son âme, parce qu’il travaille et que, justement, par son travail, en même temps que lui, il transforme aussi le monde auquel il appartient et c’est grandiose !…

 

Comme le laboureur qui écorche la terre de son soc luisant, comme le semeur qui enfouit dans cette glèbe opaque et sombre les grains de blés, obstinés marcheurs en la morte saison, nous avançons dans nos existences, nous fondant toujours plus dans ce paysage de mort apparente…  Il y a un Printemps, un Eté, Un Automne et un Hiver… Devons-nous nous effrayer de ce cheminement ? N’oublions jamais que les saisons font une ronde… Alors, marchons en paix et confiant même si l’hiver, au loin agite son grand manteau blanc… Il est déjà porteur de lumière !

 

Illistrations jointes :

- "Sur le chemin d'Emaüs" - Peinture de Collot d'Herbois.

- "Lumière de Noël" -  dessin aux traits obliques de Marc Corade.

Commenter cet article

marie-claude 02/11/2012 20:27


je cherche encore et toujours à me définir, prenant ou emprunt ant les chemins qui s'ouvrent devant moi, sachant d'où je viens ... sachant l'éphèmère des choses ...  je vais d'un bon pas,
prenant les plaisirs délaissant le reste ...amitię .

bob 02/11/2012 17:24


sommes nous utiles ? et à quoi pouvons nous bien servir si ce n'est qu' à perpétrer notre genre ? comme le disait ma bonne vieille Maman nous ne sommes peut être que des bactéries rongeant
insidieusement notre hôte ! 

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Google traduction

Hébergé par Overblog