Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Auto Saga
"Vitaline" vous raconte :
 
File1283" Nous sommes le Samedi 10 Aout 1996… à 8 H 45, je franchis le portail du Centre St. Martin pour une chevauchée qui doit me faire traverser la presque totalité du territoire suivant un axe Nord-Sud. En ce début de matinée, il fait un temps bien gris et l'air chargé d'humidité, au cœur de cet été jusqu’à présent sec en la région, est propice à un bon fonctionnement de mes entrailles mécaniques. Je ronronne de plaisir car je vais enfin effectuer un trajet digne de mes aptitudes à parcourir les grands espaces. C'est bien la première fois que mon maître m'engage dans un voyage de mille kilomètres à faire dans la journée. Je vais donc traverser la douce France partant des abords du Vexin Normand pour atteindre avant la tombée du jour les charmes de la Méditerranée en son littoral Languedocien ; ou, pour parler en numéros, comme on l'aime bien chez nous, les Sochaliens, je quitte le "27" septentrional pour joindre le "66" méridional. Sous mon capot, il y a exaltation et pour mes chers passagers il y a, à mon bord une joie imprégnée de sérénité. C'est les vacances et eux comme moi comptent bien profiter au maximum de cette sortie estivale.
Avant hier, mon bon patron m'a conduit chez L. S.A. agent Peugeot à Etrépagny ( 27150 ) pour qu'il réalise les opérations de maintenance et entretien consécutif à la révision des 30 000 kilomètres ( vous voyez je suis encore jeune ! ) D'ailleurs il ne se passe pas 6000 kilomètres sans visite accompagnée de vidange pour moi... On est aux petits soins pour ma santé, je puis vous l’assurer !...
Ainsi, mes rouages baignant dans une huile toute propre, mes organes vitaux et de sécurité ayant subit la révision mentionnée, je feule de plaisir à voir le granulé de l'asphalte se fondre en un tapis cendré défilant allègrement sous mes soubassements.
Après 160 kms de route parcourue à une allure de sénateur, j'ai la satisfaction d'aborder la partie autoroutière constituant la grande part du voyage. A 10 puis A 71 à partir d’Orléans, c'est vraiment un jeu de se laisser rouler sur ce type d'infrastructure routière. L'aiguille maintenue entre 3000 et 3200 tours minutes c'est à 140 /150 compteur, que mes occupants voient défiler les charmants paysages de la Sologne.
Sur le coup de 11 H. nous avons le désagrément de traverser une zone orageuse qui déverse des trombes d'eau sur la chaussée devenue luisante et glissante. Le train change et c'est à distance que je me tiens des congénères me précédant sur la file de droite. Il y en a bien quelques uns qui me dépassent dans un jaillissement de gouttelettes vaporisées qui font se démener mes essuie-glaces dans un va et vient frénétique. Dans ces conditions pluvieuses, la prudence s'impose et je m'en félicite tout en étant reconnaissant pour celui qui tient mes rênes.
Parvenu à quelques 20 kilomètres sous Bourges, nous nous arrêtons à l'aire du " Centre de la France " ce qui me vaut un peu de répit - mais ai-je vraiment peiné ?... – et, pour mes passagers, l'occasion de déjeuner tranquillement. Nous sommes en vacances et nous ne courons pas après le temps.
Il est 13 H. 15 quand nous repartons, toujours cap au Sud. Nous traversons un deuxième orage puis Clermont-Ferrand s'étale au bas de cette longue descente entre les monts d'Auvergne.
Surgissent alors une série de virages où il me faut m'agripper franchement à l’asphalte. Dans ce joyeux tourbillon, je suis à la fête grâce à ma tenue exemplaire et à la vigilance de mon conducteur qui dose à point accélérations et décélérations… Grâce à mes reprises vigoureuses, j'ai le droit de suivre ces méandres sur la file de gauche, affichant sans vergogne, ni fausse modestie, mon indéniable supériorité en matière de tenue de route sur mes autres congénères que je distance allègrement, en toute sérénité disposant encore d’une réserve de puissance considérable. Ce galop dans les défilés d'Auvergne est un vrai régal pour ma personne et pour celles dont j'ai le souci constant de les amener confortablement au lieu du séjour de leurs vacances à Argelès qu'il me tarde de découvrir moi aussi. Toutefois, ne sombrons pas dans la  griserie et ne laissons pas l'euphorie du moment prendre trop de place dans ce voyage qui se doit être une vraie fête pour tous.
Ma montre affiche 15 heures et nous abordons maintenant les grandes rampes enlaçant les monts du Cantal. J’affectionne particulièrement ces grimpées mais mon cher maître  ne veut pas débrider toute ma cavalerie ménageant ainsi sa "monture"… Avec 2900 tours, j'ai bien assez de vigueur pour franchir tous types de col et, dans les descentes, la retenue s'effectue à pas plus de 3000. Je crois saisir qu'il vaut mieux me ménager maintenant car la portion de route qui suivra l'A 75, présente une belle série d'ascensions vertigineuses bien truffées de virages serrés où s'imposera l'effort moteur ; mon indéfectible énergie se jouera allègrement de ces entrelacs  pentus…
Tiens !... Que se passe-t-il ?... Je me sens fiévreuse tout à coup... Ce n'est pas le vertige, je ne crains pas ce phénomène... mais… au secours ! Alerte ! Je chauffe, vite allumons les voyants de détresse ! Il y a quelque chose qui ne va plus chez moi … j'étouffe, je sens mon cœur se serrer et je perd mes forces… cette descente qui se présente là, devrait me soulager, mais non, en vain je suis bouillante de fièvre et cette longue côte qui s'amorce là sous mes flancs, je sais que je n'en viendrai plus à bout… Ah, c’est terrible,  je perçois comme la fin d'une existence, tout se trouble… je bous, je tremble !... Sont-ce là les frémissements qui précèdent la mort ?..  Tout s'achève donc là, au deux tiers d’un parcours qui se devait être ma plus belle randonnée ... j'arrête ici, range-moi mon cher maître, là, sur la bande d'arrêt d'urgence, d'abord pour votre sécurité à vous chers passagers et pour libérer la voie aux usagers surpris par mon brusque ralentissement...
 

A75---Panne-605-en-96.jpg


Ainsi stoppée, je perçois encore un douloureux cliquetis dans mes entrailles surchauffées... Adieu amis, adieu belles routes de France, je m'éteins maintenant ..." 
 
à suivre :

Commenter cet article

oursonne libre 13/02/2010 17:22


c'est trop triste, elle etait bien partie cette voiture, dommage qu'elle tombe en panne.
Mon pire cauchemar lorsque je suis en voiture
bisous


marie-claude 10/02/2010 17:20


tout commençait si bien, les vacances sur les routes de France, une voiture humanisée, une famille comblée ...
et patatras, rien ne va plus, les orages grondent, la peur gagne les entrailles, la voiture chauffe et Vitaline se meurt ...
Ce n'était qu'une auto, mais quelle voiture ! 


alaligne 10/02/2010 16:13


Pôvre Vitaline qui avec un nom plein dénergie ne méritait nullement pareille agonie sur le bord d'une route aujourd'hui googlelisée. Comme toi, j'aime donner aux choses une voix et celle de
Vitaline a de bien beaux accents. Est-ce réellement la fin?


Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog