Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour

...n'est plus... il est mort ce dimanche après-midi après une lutte de deux jours pour survivre...

Notre peine est immense mais aussi la colère car cela n'aurait jamais dû arriver... 

2013--2 0772

Retour à ce vendredi après-midi 14H, ma fille m'aide pour administrer à notre brave Bruce un vermifuge car notre chat a de nouveau des vers laissant là où il s’assoit des minuscules grains blanc : des œufs de vers intestinaux. Nous l'avions déjà traité à la fin d'hiver dernier avec un vermifuge sous forme de comprimé... cela avait été une sacrée opération pour faire ingérer le comprimé à notre chat qui l'avait recraché par trois fois... alors, à la pharmacie ayant exposé les difficultés pour traiter notre brave animal, on m'a proposé un vermifuge en pipette à vider sur la peau juste à la base arrière de la tête du chat. Il s'agit du « Profender Spot-on »  pour chats moyens de 2,5 kg à 5 kg. Nous avons bien suivi les prescriptions et recommandations tenant à la posologie inscrites sur la notice de ce médicament. 

 

Aussitôt fait, notre chat s'est mis à baver puis, dans l'heure qui a suivi l'administration du vermifuge, des effets indésirables n'ont pas manqué d’apparaître, notre Bruce ne restant plus en place et allant à plusieurs reprises à sa litière sans pouvoir faire ses besoins. A ce moment nous pensions que ces effets étaient liés à l'action du vermifuge qui provoquait ces troubles gastriques compréhensibles... Nous ne nous sommes pas inquiétés tout de suite. Mais, dans la soirée, à l'heure où d'habitude notre chat va à sa gamelle, il y est bien passé, flairant les croquettes que d'ordinaire il apprécie, il les a boudé et s'est contenté de boire un peu dans sa jatte d'eau...  Il est encore allé plusieurs fois à sa litière mais sans jamais vraiment uriner ni laisser d'excréments. C'est à partir de ce constat que j'ai commencé à m'inquiéter, épiant alors tous ses déplacements. Il cherchait déjà des coins pour se poser puis, au moment de nous coucher, vers minuit, il manifestait son malaise par des râles, miaulements rauques qu'il émettait toutes les dix minutes environ en même temps que sont apparus les spasmes intestinaux...

Cette nuit du vendredi au samedi nous n'avons jamais pu fermer l’œil, car Bruce, mal en point, est venu plusieurs fois dans notre chambre grimpant avec difficulté sur le fauteuil puis de là venant sur le lit entre mon épouse et moi pour en repartir un quart d'heure plus tard. Ce fut comme ça toute la nuit ; il allait de place en place en émettant ses miaulements rauques.

Lui, qui d'ordinaire était alerte et prompt pour sauter sur les meubles et tables, avait du mal à grimer sur son fauteuil. Il est allé plusieurs fois à l'étage se couchant su le palier juste en haut de l'escalier ; en fait, je sortais du lit à chaque fois que je l'entendais se plaindre...

 

Quand au matin je me suis levé, il était couché sur le flanc devant l'évier de la cuisine. Il s'est plaint quand je l'ai pris pour le coucher sur le fauteuil qu'il occupe souvent en matinée. Tandis que nous prenions le petit déjeuner voilà qu’il redescend du fauteuil et qu’il se place au milieu de la pièce pour vomir à plusieurs reprises sur le carrelage… Il renvoi tout le contenu de son estomac. J’avais déjà récupéré dans la cuisine une déjection de poils agglomérés. Si ses vomissements me semblent un événement salutaire correspondant à une délivrance sans doute liée à l’action du vermifuge, le fait qu’après cela, il continue ses errances en se plaignant en cours de déplacement comme à chaque fois qu’on le touchait, ne me rassura pas. Manifeste aussi est son manque d’appétit puisqu’il n’a pas touché à sa gamelle, n’a presque pas bu et ne peut faire ses besoins. Sa litière est restée propre.      

 Ma décision était prise, après le petit déjeuner j'appelais le vétérinaire de notre localité. Sa secrétaire m'a répondu qu'il était absent en stage jusqu'à lundi. Elle me conseilla de consulter un confrère. C'est ainsi que je pris rendez-vous à la clinique vétérinaire de Loudun où j’arrivais à 11 heures. Le jeune vétérinaire de service auquel j'ai expliqué la situation et les origines du mal de notre chat, après examen, a conclu qu'il était sans doute allergique au produit que nous lui avions administré et que selon lui, il s'était léché et donc infecté. Je répondais qu’ayant placé le produit en pipette, comme prescrit, sur le haut de son échine juste derrière sa tête, il n’avait morphologiquement pu accéder à cet endroit. Le vétérinaire me rétorqua qu’il avait bien pu se gratter avec la patte arrière et ensuite lécher cette dernière…  Possible, mais je ne l’ai pas vu faire cela, toutefois au cours de la première heure suivant la prise du vermifuge je ne l’ai pas constamment eu à l’œil…   Quoi qu’il en soit, le véto lui fait deux piqûres, une pour l’hydrater et une, antiallergique puis me prescrit et livre un sirop (Emeprid) pour déclencher de façon neurologique, les spasmes destinés à lui faire faire ses besoins afin qu’il se « nettoie » au niveau intestinal et urinaire. Il m’explique qu’à l’aide de la seringue sans aiguille qu’il me fournit en sus, je devrai lui faire absorber 5ml de ce sirop par voie buccale  ceci, le matin et le soir pendant quatre jours… Normalement notre Bruce devrait s’en sortir. Bien sûr il me recommande qu’à l’avenir, pour le vermifuger, et ça pas avant deux mois, je n’utilise plus jamais ce produit en pipette mais ceux présentés sous forme de comprimé…

001.JPG

Sur la route retour je suis joyeux, d’autant que les quelques miaulements émis par Bruce dans sa cage posé à ma droite dans le fond de la voiture, sont bien plus doux et n’ont plus rien à voir avec les râles rauques provoqués par la souffrance.  A la maison j’explique la situation à mon épouse et nous croisons les doigts pour que notre Bruce retrouve vite son énergie et sa santé… Je fais donc ingérer non sans rebuffade à notre chat la dose de solution buvable comme indiqué.  Cela aura pour effet quelques minutes plus tard de la faire aller uriner mais peu… Il ira boire un peu aussi. Une heure après, le voila qui recommence à vomir, seulement des glaires car il n’a pratiquement plus rien dans l’estomac.   L’après-midi se passe sans trop d’incident sinon qu’il ne se maintient jamais à la même place et se couche sur le flanc aux endroits les plus frais du carrelage. A partir de 18h, le voilà qui se remet à émettre des miaulements rauques et cette fois il cherche les endroits sombres dans les coins au fond du couloir ou sous la table de la cuisine entre les pieds de chaises ; il se pose là, sur le ventre, prostré.  Lors d’un de ses déplacements, je remarque qu’il ne lève plus son arrière train et avance à ras le sol… il devient de plus en plus atone et se plaint dès qu’on l’attrape… je vais chercher le panier du chien que nous avons en réserve y place des couvertures et le dépose dessus. Il se remet sur le flanc, cherchant à dormir…  Il faut croire que la douleur ne le quitte pas car je le retrouve un quart d’heur plus tard prostré devant l’évier de la cuisine. A 22h je lui administre sa deuxième dose d’Emeprid. Cela le fait abondamment écumer…

Au cours de la nuit de Samedi à Dimanche, nous ne dormirons guère plus que la nuit précédente car, si cette fois il ne vient plus nous déranger - il a de moins en moins de force pour se déplacer et monter sur les sièges - c’est moi qui me lève toutes les heures pour aller le voir.  Le plus souvent je le retrouve hors de son panier vautré sur le carrelage mais non loin. Vers quatre heures et demie du matin, je parviens à m’endormir un peu. A mon réveil, vers six heures, je retrouve Bruce couché sous la fenêtre de notre chambre. Je vais chercher son panier pour l’installer dedans… me recouche pour somnoler jusqu’à 7H30 où, au réveil, je constate que Bruce, une fois de plus, a quitté son panier. Parcourant tout l’appartement je ne le trouve pas…  de retour dans la chambre regardant sous le lit, je le trouve prostré juste sous la place d’Annie… Il râle quand je le retire de cet endroit pour l’installer de nouveau dans son panier que j’amène dans le séjour.

    Au cours de la matinée du dimanche, Bruce bien que de plus en plus faible, se déplace   encore plusieurs fois pour s’étaler quelques mètres plus loin sur le carrelage … la tête dans le prolongement du corps de plus en plus amorphe…

Comme chaque dimanche, nous déjeunons en famille, avant le repas ma fille Amélie m’aide pour lui administrer sa dose de sirop … Il réagit encore assez vivement à cette action qu’il n’apprécie guère …  nous le replaçons dans son panier. Nous constatons bien qu’il est au plus mal mais nous nous disons que les chats peuvent être ainsi, comme à l’agonie puis, après une période de léthargie qui peut durer plusieurs jours, recouvrer toute leur vitalité… Le chat a 7 vies dit-on !…

Eh bien Bruce, lui, n’aura pas cette chance… A 16 heures je le retrouve définitivement  inerte l’œil droit révulsé, le gauche à jamais fixe et vitreux … il n’a plus bougé de sa caisse  et pour cause !… 

 

Je pleure comme un enfant,  Amélie prenant le chat mort dans ses bras hurle : " Bruce ! … Non Bruce pas ça, pas toi ! Bruce notre Bruce, pourquoi tu nous fais ça, hein Bruce !…" Annie plus loin, a les yeux remplis de larmes et prend une aussi soudaine que vive quinte de toux qui la secoue encore maintenant …

Nous sommes tous sous le choc… comment, en à peine 48 heures, un chat adulte de seulement deux ans et demi, en parfaite santé, vif, hyper tonique et aussi si gentil, a pu passer ainsi de vie à trépas ?...

 

Tristesse profonde, chagrin mais colère aussi m’agitent  car  il est indéniable que le vermifuge a entrainé sa mort.  Comment ne me sentirai-je pas aussi coupable…. sans cette administration, Bruce nous illuminerait encore de sa joyeuse présence…

 

Aujourd’hui Bruce repose au fond du jardin sous les hibiscus, non loin de l’endroit ou a été inhumé Noé il y a un an et demi… 

002.JPG

Commenter cet article

Sassou 11/12/2016 14:57

A toutes fins utiles , quelques précisions quant à la plaie cutanée que j'ai mentionnée : chute complète des poils et aspect de brûlure du 2ème degré,rouge, suintante. Evolution : aggravation durant deux semaines puis amélioration progressive les semaines suivantes.

Sassou 11/12/2016 14:49

Bonjour,

Je découvre le témoignage à propose de Bruce et tiens à mon tour à relater ce qui s'est passé après avoir administré le vermifuge Profender Spot-On à notre chatte, Sassou, alors en excellente santé, .

On a été confronté dans les heures qui suivirent à une succession d'états de prostration ou d'agitation, d'instabilité, de chutes incessantes, de grandes difficultés à la marche, de tremblements et de mouvements anormaux. Elle ne s'est pratiquement pas alimentée et hydratée pendant deux jours. Du 2ème au 10ème jour son état s'est progressivement amélioré. Les trois premiers jours, nous étions extrêmement inquiets. En me concertant avec des vétérinaires, je lui administré certains produits mais je précise qu'étant professionnel de santé, il plus aisé d'agit ainsi et je déconseille formellement à quiconque de faire de même. Il faut bien évidemment en pareil cas consulter sans attendre un vétérinaire.

D''autre part, sur le site d'administration, est apparue une plaie cutanée d'environ 7 cm de diamètre, qui s'est progressivement étendue aux contours de oreilles. Il aura fallu beaucoup de soins locaux et attendre deux mois pour qu'elle guérisse.

Pour moi, la relation de cause à effet est certaine même si d'autres facteurs (génétiques ?...), non forcément identifiés, peuvent être en cause. Quoiqu'il en soit, ce que je trouve déplorable c'est que sur la notice d'informations ne figure pas la possibilité de survenue de tels accidents, même s'ils sont exceptionnels (ce qui est la règle pour les médicaments destinés aux êtres humains). Car si ces accidents sont peut-être très rares certains témoignages laissent supposer qu'ils ne datent pas d'hier. C'est le cas pour les médicaments destinés aux êtres humains et bien sûr on en tient compte.

Sur les conseils d'un élève vétérinaire, j'ai déclaré en ligne cet accident à l'ANSES, une agence nationale de sécurité en matière d'alimentation et de médicaments pour les animaux.

Vraiment désolé et très triste pour Bruce

Bien à vous

Rose 04/11/2013 20:51


J'ai utilisé l'Emeprid sur une minette qui ne pesait pas même un kilo car elle avait des problèmes gastriques et ce médicament avait pour but d'éviter les nausées, comme le Primpéran. Aucun effet
secondaire si ce n'est que j'avais vraiment du mal à lui faire absorber la dose d'un ml.


J'utilise les pipettes Profender comme vermifuge car plus facile à administrer que le Milbemax qui peut se vomir. Aucun effet secondaire à partir du moment où on le fait correctement,
c'est-à-dire bien au contact de la peau et non sur les poils où il risque de couler et bien derrière la tête, là où le chat ne peut se lécher.


Je ne suis pas véto, n'ai pas examiné votre chat non plus, surtout que je ne suis pas véto mais vos symptômes me font plus penser à une occlusion intestinale et une rétention d'urine.


Le profender ou l'émépride pourraient-ils provoquer ceci ? Si oui, il conviendrait de le signaler afin que ces effets délétères soient mentionnés dans la notice.


Courage pour cette terrible perte, je compatis parce qu'ayant aussi perdu des animaux je comprends la douleur.

Farfadet 86 04/11/2013 18:26


Ci-après quelques mails de nos échanges avec ERic du site "Conseil Veto"

Il fournit des explications que je ne peux non plus réfuter . Y aurait-il eu une coïncidence si dramatique entre un état pathologique soudain déclaré (urêtre bouchée empêchantle chatd'uriner) et
l'administration du vermifuge se faisant dans le même temps. On sait aussi à propos du vermifuge que si le chat est trop infesté par les vers, ceux-ci tués et se décomposant,libèrent un excès de
toxines pouvant empoisonnerle chat irrémédiablment (Mentionné sur la notice accompagnat le vermifuge)


Le 23/10/2013 17:47, Eric [Conseils Veto] a écrit :

> Bonsoir,
>
> J'ai bien lu votre réponse sur le site et me permets de
> revenir à une question que je vous posais. Je comprends
> bien votre sentiment aujourd'hui et comprendrais que
> vous ne désireriez pas répondre à ce mail. Sans réponse
> de votre part, je ne m'offusquerez pas.
>
> Vous écriviez avoir constaté l'absence d'urine et des allers
> à la caisse sans émission de celle-ci ainsi qu'une caisse sèche
> le matin au lever.
>
> Est ce que le chat urinait normalement le jour de la visite et
> le temps qui a suivi la visite vétérinaire ?
>
> Ceci m'avait interpelé et peut me faire penser à autre chose.
>
> Je ne vous relance pas dans les commentaires car ceux-ci sont
> dédiés au sujet traité et je n'ai pas vocation ni la possibilité
> professionnelle de traiter des cas médicaux à distance par
> pure logique et par respect de la déontologie vétérinaire.
>
> Vous vous posiez des questions et m'avez interrogé. C'est en
> ce sens que je réponds avec intérêt pour ce qui vous est arrivé.
> Tout ce que je pourrais dire ou écrire serait à intégrer dans une
> simple discussion sur des possibilités car le diagnostic ne m'est
> pas possible. Par ailleurs, et malheureusement, rien ne pourra
> faire revenir Bruce.
>
> Très cordialement,
>
> Eric TRENEL
>


Bonjour Eric,

Merci de vous intéresser au cas de Bruce même si maintenant il est trop tard.
On a toujours envie de comprendre, surtout ce qui d'emblée, parait inacceptable...

En fait, cette "tragédie" se déroule sur trois jours (un peu plus de 48 heures) à partir du vendredi 18 Octobre 14 H ...
-  heure à laquelle nous administrons le vermifuge en pipette...Jusqu'à cet instant le chat est en bonne santé, est allé à sa litière y faisant ses besoins normalement et donc aussi uriné.
Suite au traitement il n'a plus uriné malgré ses passages dans sa caisse.
- Samedi 11 H je suis chez le vétérinaire à Loudun (86) De retour à la maison un peu après midi, le chat sorti lui-même de sa cage de transport est allé faire un tour à sa litière ... il a fait
quelques gouttes ... pas de congloméra de la matière de litière comme normalement il s'en fait après chaque émission d'urine... il refera encore quelques gouttes suite à la dose d'Emeprid ...
Mais c'est vraiment insignifiant... Il n'urinera plus après cela ...
- Dimanche matin je constate qu'il n'a toujours pas fait ses besoins, la litière est sèche ... Ce jour, son état va de mal en pis. Déplacements de moins en moins fréquents et courts avec longues
périodes de prostration. Vers 14H30 il est dans son panier d'où il n'a plus bougé depuis une heure, étant couché sur le flanc avec la tête presque ballante dans le prolongement du corps. il
parait plus froid mais vit encore ; il ne se plaint plus mais ouvre la bouche cherchant sa respiration...  ma fille le couvre (partie du corps) avec un vieux pull en laine. Je vais le voir
toutes les demi-heure environ... A 16h, il est mort ...

Voilà, en résumé, le déroulement de cet épisode pathologique...

Donc pour répondre à votre question le chat n'urinait pas normalement le jour de la visite chez le vétérinaire ni après cette visite jusqu'à son décès.

Bien amicalement

Patrice


Bonjour Patrice,

Je comprends mieux et ce que vous écrivez confirme ce que
j'avais compris et analysé.

Personnellement, je ne pense pas que votre chat soit décédé
suite à l'administration de la pipette.
Votre culpabilité évoquée sur votre blog n'est, à mon sens, pas
justifiée.

C'est pas évident d'écrire ceci car je ne sais pas comment vous
le recevrez. Néanmoins vous cherchez des explications et celle
que je vais vous donner est une hypothèse tout à fait crédible
et concordante avec votre descriptif.

Les vermifuges, comme je vous l'avais fait remarquer, lors
d'intoxication, ne donnent pas, à mon humble avis ce type
de symptômes.

Votre chat n'urinait pas et présentait même des efforts vains
pour uriner. Ceci est tout à fait anormal même sur 24 heures.

Qu'a t il pu se passer ? (je rappelle que ce n'est que mon
interprétation à distance sans auscultation possible)
Il arrive souvent chez les chats qu'il se forme des cristaux urinaires
en lien avec leur alimentation. C'est assez particulier et fréquent chez
le chat. Lorsque les cristaux s'accumulent, sans qu'on puisse le deviner,
il arrive qu'ils forment un sable dans la vessie. L'évacuation de ce sable
peut amener à la formation d'un bouchon brutal dans l'urètre.

A ce moment le chat n'arrive plus à uriner ou force et ne fait que
quelques gouttes. Les choses se déroulent alors très rapidement.
La vessie se remplit et ne se vide plus. Elle gonfle, se tend et entraine
de forts spasmes et de la douleur avec miaulements rauques.
Le chat fait des allers/retours à la caisse, cherche sa place sans la trouver
et son état général se dégrade rapidement. L'urine est produite rapidement
dans le corps et elle sert à évacuer les déchets +/- toxiques selon
leur nature.

L'urée est un poison en trop grande quantité. Accumulée dans le sang
elle intoxique le corps et provoque des désordres allant jusqu'au
troubles cérébraux et le coma urémique. Elle entraîne vomissements,
anorexie, état ébrieux, difficultés à se lever, à rester vigile et en fin
d'évolution la mort de l'animal. Cette accumulation est accompagnée
de troubles minéraux majeurs dans le sang aggravant les symptômes.

Ceci pourrait être (conditionnel) une explication rationnelle à ce qui
aurait pu se dérouler au regard du déroulé des évènements tragiques
que votre chat à vécu.

Il est vrai qu'aujourd'hui ça ne changera rien et ne peut en aucun cas
faire revenir votre chat. Cependant, vous m'avez demandé un avis et
en tout honnêteté je vous donne mon sentiment qui ne vaut pas un
diagnostic sur pied.

SI à l'avenir vous repreniez un chat et que vous le faisiez castrer,
ces informations pourraient, à minima, avoir un effet préventif
quant à l'existence de ce type de souci.

J'espère que cette discussion aura le mérite de vous aider à faire le
deuil et à lever cette culpabilité que vous évoquiez sur votre blog.

Je vous souhaite du courage pour passer cette épreuve.

Très cordialement,

Eric

Rose 03/11/2013 22:32


Je lis votre article relatant votre grand malheur et je me suis immédiatement posé la question de savoir si votre chat n'avait pas fait une occlusion intestinale. Votre véto n'a pas pensé à cette
éventualité ?


 

Sifranc le correcteur 23/10/2013 14:18


Cher Farfadet, j'ai aussi écrasé une larme pour ton ami moustachu. Le nôtre, hérité de la défunte belle-maman, s'est accroché à nous et nous à lui. On n'ose pas penser à la séparation. En pensées
avec toi et les tiens, Sifranc

gigi 22/10/2013 14:47


je compatis en tant qu'amoureuse inconditionnel des chats je vous adresse toute ma sympathie et je note le nom de ces deux produits que je n'utiliserai jamais


 


Bruce repose en paix tu a connu l'amour de tes maitres une belle chance pour toi

bob 22/10/2013 13:18


je pleure avec vous !!! je ne vois plus mon écran ! pauvre Rominet ... une fin de vie difficile pour lui heureusement que vous étiez là pour vous en occuper .


amitiés .


bob 

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog