Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les clins d'oeil du Farfadet, #Les mots choisis du Farfadet
Déjà en 1929 aux USA, se promener en petite tenue était aventureux et tombait sous le coup de la loi qui ne plaisantait pas avec le non respect  de la pudeur, même si, en matière de lingerie féminine, c'était les débuts de la petite culotte telle que, globalement, elle se présente encore aujourd'hui... - La panne et la belle ingénue...Déjà en 1929 aux USA, se promener en petite tenue était aventureux et tombait sous le coup de la loi qui ne plaisantait pas avec le non respect  de la pudeur, même si, en matière de lingerie féminine, c'était les débuts de la petite culotte telle que, globalement, elle se présente encore aujourd'hui... - La panne et la belle ingénue...

Déjà en 1929 aux USA, se promener en petite tenue était aventureux et tombait sous le coup de la loi qui ne plaisantait pas avec le non respect de la pudeur, même si, en matière de lingerie féminine, c'était les débuts de la petite culotte telle que, globalement, elle se présente encore aujourd'hui... - La panne et la belle ingénue...

Ballade en petite culotte ...

L’Été vient de s'installer, c'est le temps des vacances, des nonchalances et des torpeurs qui nous arrive avec son ciel bleu, sa chaleur qui dénude, sa brise marine, ses plages ensoleillées gorgées de sable chaud sur front de mers éblouissantes ; des étendues torrides qui rassemblent toutes ces magnifiques filles en maillots de bain : bikinis ou monokini avec seins nus. Il y en a tellement tous azimuts, qu'on n'y prête plus attention …

Mais, qu'au coin d'une rue le vent libertin soulève un pan de jupe et voilà le monde en émoi à la vue d'une petite culotte qui apparaît furtivement aux regards des messieurs prêts à lorgner. C'est alors Un « Ohohoh ! » extasié, auquel répond le sourire gêné, d'une demoiselle dont la pudeur a été malmenée par ce courant d'air indécent…

La nature humaine a ses mystères… une culotte de maillot de bain, si mini soit-elle, n'attire pas spécialement les regards à l'encontre de celle plus intime, semble-t-il, qui se porte dessous une robe ou une jupe et qu'un retroussis malicieux nous dévoile subitement ...

 La petite culotte, cet incontournable composant de la lingerie féminine exerce sur la gente masculine une fascination qui, au premier abord s 'avère juvénile quasi inconsciente mais qui a tôt fait de devenir de plus en plus attractive pour nos pupilles. Phase extatique qui s'ensuit alors d'une palpitante émotion qui vire bientôt à l'excitation propre au mâle, virile et grivoise… Plaisir qui monte, qui monte, qui monte… devrions-nous en avoir honte ?...

La Peinture de John Kacere (hyperréaliste) 1973,  Oeuvre d'une grande sensualité, déjà à cette époque, pose la question : Qu'en est-il de la femme objet ?...  Image numérisée sur l'album du cinquantenaire de Paris Match édité en 1998. Plaisir soyeux de l'ajuster dès le lever en déambullant dans l'intimité de son chez-soi... La Peinture de John Kacere (hyperréaliste) 1973,  Oeuvre d'une grande sensualité, déjà à cette époque, pose la question : Qu'en est-il de la femme objet ?...  Image numérisée sur l'album du cinquantenaire de Paris Match édité en 1998. Plaisir soyeux de l'ajuster dès le lever en déambullant dans l'intimité de son chez-soi... La Peinture de John Kacere (hyperréaliste) 1973,  Oeuvre d'une grande sensualité, déjà à cette époque, pose la question : Qu'en est-il de la femme objet ?...  Image numérisée sur l'album du cinquantenaire de Paris Match édité en 1998. Plaisir soyeux de l'ajuster dès le lever en déambullant dans l'intimité de son chez-soi...

La Peinture de John Kacere (hyperréaliste) 1973, Oeuvre d'une grande sensualité, déjà à cette époque, pose la question : Qu'en est-il de la femme objet ?... Image numérisée sur l'album du cinquantenaire de Paris Match édité en 1998. Plaisir soyeux de l'ajuster dès le lever en déambullant dans l'intimité de son chez-soi...

  • Enfantasme...

    Culotte… l'ayant vue subrepticement et de le faire remarquer pouvait vous valoir en retour une bonne calotte … ça commence tôt, ces émotions là, quand, tout gamin on découvre pour la première fois ce textile vierge qui habille le haut des jambes menues des fillettes lesquelles, gesticulant sans cesse, comme c'est le cas à leur âge, n'ont nullement conscience ni le moindre souci de ce que l'on entrevoit leur culotte quand virevolte leur jupaille …  L'exemple nous est donné à travers le film « Le grand chemin » par la répartie bien sentie et sans vergogne de la gamine accroupie en face à son petit copain qui mate béatement le plastron blanc de son entrejambe...)

  • De la culotte, pantalon fendu de nos aïeules au string, ce sous-vêtement a franchement évolué vers le plus strict minimum. Il faut convenir, qu'on s'intéresse bien plus au style et à l'aspect des sous-vêtements féminins qu'à ceux des hommes, ceux-là étant plus grossiers, bien plus fades et sans fioriture. La parure, en matière de dessous féminins, se doit d'être esthétique, légère et sexy à la fois...

  • Charme de la lingerie... lingerie de charme... Y prévaut le soyeux, la finesse, la pureté des matières textiles  qui ont recours au coton, au rayonne, au satin, au nylon, au lycra, à la soie. Le genre est riche aussi : culotte, shorty, panty, slip, string. Les couleurs sont tendres délicates, parfois vives... éclat de la blancheur, symbole de pureté et de fraîcheur mais aussi des tons pastels et parfois « flashy ». De la forme jouant sur la découpe résulte les slips maxi, midi, mini, tanga, brésilien ; ces culottes ne manquent pas d' ornements en picots, dentelles, volants, broderies et autres imprimés. Il existe aussi des ensembles corsetés des guêpières, des culottes gainantes, des combinés seyants, qu'en certain temps, il fut chic de porter chez soi en tant que déshabillé. Dépareillée, ou combinée avec le soutien-gorge, la culotte pare magnifiquement l’anatomie féminine, met en valeur se plasticité, sa grâce, ses rondeurs généreuses, tellement sexy…

  • Ces parures charmantes et intimes, nos belles les choisissent pour s'y sentir bien et surtout s'y sentir féminine mais aussi pour séduire, les réservant alors aux regards émus et bouleversés des élus de leur cœur …

  • Elles ont aussi pris place dans la chanson… évocations musicales, verbales dont la mission revient toujours et encore à séduire, envoûter, ravir nos sens telles que « les dessous chics » (Jane Birkin – Serge Gainsbourg) ou « Sous les jupes des filles » (Alain Souchon) …

 

Loin du geste pudique de l' ingénue Marylin Monroe qui retient le haut de sa robe gonflée par le souffle d'une bouche d'aération, j'ai ce souvenir nous ramenant aux années « 70 ». C'était un mardi, jour de foire sur la place du marché à Bressuire (Deux-Sèvres), par devant les étals, une jolie jeune femme brune, sans complexe, laissait toute liberté au vent jouant avec l'étoffe légère de sa mini-jupe ...

 

La petite culotte

Le vent coquin
A soulevé sa jupe...
Regard faquin,
Nul n'est dupe !

Admirable vision,
Objet de fantasme,
Blanche émulsion,
Don d'orgue asthme !...

Doux tissu tendu
Sur croupe altière,
Fruits des fendus,
Ouvre la portière !...

Charme du picot blanc
Qui ourle sa cuisse,
Soulignant les bas-flancs
Des plaisirs qui glissent ...

Blanche culotte,
Fines dentelles,
Petite Pelote,
Sous porte jarretelle !...

Adorable cache-fesse,
Affriolante soierie,
Si on t'abaisse,
Gare aux houris !...

Voile des pensées,
Extra Libidineuses...
Blancheurs osées,
Des brises vertueuses...

Triangle sacré,
Étoffe qu'on élude,
Toucher nacré,
Odieux des Bermudes !...

Fine culotte blanche
Ô belles ingénues,
Magnifie vos hanches
Et vos rondeurs charnues !

Excite la vision crue
D'indécentes coutures
Du doux écrin écru,
Aux descentes de voitures...

Ceux qui crieront,
Honte au fétichisme,
Jamais n'aboliront,
Panorama sur l'isthme !

Farfaku Loth

 

 

Commenter cet article

Farfadet 86 22/01/2018 14:40

Aujourd'hui le centenaire... la petite culotte, décidément, on a pas fini d'en faire le tour... un voyage de charme tout en fines étoffes, doux et virginaux tissus, pour un plaisir des yeux pas forcément malicieux mais fort admiratifs de ce que le féminin révèle d'intime et de beau à la fois...

oursonne libre 12/07/2011 17:52



et bien dit moi tu as étudié avec beaucoup d'attention la petite culotte Patrice, mais bon je ne voudrais pas te contredire, mais il y a des sous vetements masculins et crois en mon expérience
tres tres sexy, et ici en chine ils débordent d'imagination, pas contre les petites culottes chinoises me rappellent celle de ma maman


bisous de chine



marie-claude 03/07/2011 18:59



Les dessous féminins ne furent pas les premiers ...


Mr Braguette au XVII ème siècle inventa la fente aux culottes des hommes histoire de faciliter les ébats joyeux qui alors avaient la côte ...cette fente appréciée fut ornementée de dentelles et
de soies attirant le regard des femmes qui souvent se sentaient trompées par le volume pas toujours adéquat ...


Mais tout cela fit naître des ballades qui nous ont enchanté au même titre que ton texte !


amitié .



alaligne 02/07/2011 10:56



Cher Patrice,


Un clin d'oeil "voyeur" plein de tendresse pour un petit bout de tissu qui fait tant fantasmer. Oui, il n'y a pas que les pieds des femmes que les hommes aiment caresser (des prunelles). Tant
mieux! J'ai beau défendre ongles vernis acérés la "condition des femmes" et ce, depuis belle lurette, je n'ai jamais fait l'amalgame entre sensualité, plaisir de la séduction, volupté des dessous
et asservissement . Encore une fois tout est une question de "regard". Décidement tout tourne autour des yeux ;)))... allez, zou... je retourne "voir" mon psy.


Te souhaite un WE en dentelle... Gros bisous



Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog