Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par E PatAn
Publié dans : #Les cahiers du Martiniste
C’est dans le cadre de la semaine Sainte que j’aurai dû publier cet article …
 

Cela fait un peu plus de 10 ans, nous perdions Jean-François, un de nos valeureux compagnons …

S’il y eut des instants pénibles à vivre au cours de notre pratique professionnelle, il en fut aussi des biens plus douloureux comme de trouver, au lever matinal, un compagnon mort dans son lit…

Ce mardi 25 Mars 1997, j’ai fait ce terrible constat … Jean-François avait passé le seuil au cours de la nuit, il avait 45 ans … Je vous passe les émotions du moment… Il fallut d’emblée, gérer la situation sans affoler les autres résidents. Marc, son compagnon de chambre, ne s’était rendu compte de rien… La veille, Jean-François avait fait un malaise à table et j’avais dû le coucher. Il était fiévreux avec 39°5 … J’appelais aussitôt le médecin du Centre qui constata le malaise et mit en route le traitement habituel, ce fait étant coutumier avec Jean-François … Après la réunion de synthèse du lundi soir, retournant à sa chambre, avec mon épouse, nous constations qu’il avait vomi, j’appelais à nouveau le médecin qui rappliqua aussitôt. Nous avions commencé à le changer ainsi que ses draps souillés ce qui n’était pas une mince affaire tellement il était affaibli. En présence du médecin, il a encore vomi puis déféqué, ce qui nous valut de le changer une nouvelle fois..… Le médecin lui administra une piqûre pour le réhydrater … Jean-François reprit des couleurs et finit par s’endormir, son pouls et sa respiration étant redevenus réguliers …Il était une heure trente du matin … Lors de mes passages, au cours de la nuit, il dormait, respirant normalement et n’avait plus vomi …
Jean François avait un foie en piteux état suite à une grosse hépatite contractée quinze ans plus tôt… En conséquence, son foie était particulièrement nécrosé, comme celui d’un alcoolique (lui n’ayant jamais bu une seule goutte d’alcool de sa vie) D’un point de vue médical, nous savions que cela avait gravement entamé son capital vie … Une fois par an il faisait un séjour en hôpital pour contrôler l’évolution de son état hépatique et avait un régime alimentaire stricte dont il savait fort bien s’accommoder…
Bien sûr, ce soir là, son malaise nous avait alerté mais comme il en faisait assez régulièrement, (accès de fièvre et vomissements) et du fait qu’il avait retrouvé le sommeil, le médecin remit au lendemain l’éventualité d’un transfert à l’hôpital …
Il n’eut pas à y aller … Dur dur !…

 
Si je vous raconte cet événement, fort triste, il est vrai, c’est qu’il est marqué par un fait bien singulier tenant à un désir particulier de Jean-François, désir manifesté au cours de sa dernière semaine d’existence …


Mais avant… Qui était Jean-François ?
Jean-François était arrivée à l’âge de 13 ans, l’année de l’ouverture du Centre Saint Martin en 1965. Ce qui avait motivé son placement en institution spécialisé tenait au fait qu’il était un « sujet » trisomique…

Evocation :

L’Enfant :
Jean-François aimait les belles, les fines couleurs comme celles dont nous gratifie la Nature et qu’il savait bien observer … Il s’émerveillait devant un coucher de soleil faisant flamboyer le ciel, il s’extasiait devant un joli bouquet de fleurs champêtres et pouvait, des heures durant, contempler les belles images d’un livre d’Art…
Jean-François aimait aussi le mouvement, qu’il percevait à travers la course des nuages dans un ciel de tempête autant qu’à travers le cliquetis des braquets au passage d’une course cycliste … Cette joie de vivre le transportait spontanément vers tous ceux de son entourage auxquels il témoignait sa grande affection
Jean-François a toujours eu besoin d’une mère et quand il a perdu la sienne à laquelle il vouait un immense amour, il a cherché auprès de toutes braves femmes qui lui ouvraient leurs bras, leur cœur, cette chaleur maternelle si réconfortante pour lui et si bienfaisante pour elles…

L’amuseur :
Jean-François adorait la plaisanterie, surtout celles dont il pouvait être l’auteur… Au jardin où il travaillait, d’une bêche, il faisait une guitare et, par là même, un numéro qui faisait se plier de rire les témoins de son spectacle improvisé…
Au quotidien, Jean-François laissait toujours une large place à la fantaisie, transformant toutes morosités en joies et redonnant leur sourire aux plus taciturnes, cela par un mot drôle, une mimique, une attitude exprimés avec le talent d’un véritable comédien . Et, bien sûr, Jean François se régalait vraiment, quand, à leur tour pour son plaisir, d’autres s’employaient à le faire rire …

Le mélomane :

Jean-François jubilait intensément à l’écoute de toutes musiques mais il a affiné ses goûts, surtout, à Saint Martin. Il explosait véritablement de joie aux accents de « La Marche Turque » et ses yeux brillaient comme diamants en pleine lumière quand l’orchestre vibrait des harmonies d’une grande symphonie … Et puis, lorsque Jean-François avait l’occasion de chanter en chœur, il rayonnait, sachant mêler sa voix à celles de ses compagnons dans le parfait unisson …

L’Homme de Fêtes :
Parce que la Fête est ce moment unique qui rassemble les hommes et qui, par son contenu, les rend meilleurs les uns envers les autres, Jean-François affectionnait particulièrement la Fête ; là où l’atmosphère amicale, la chaleur des cœurs, voire, l’enthousiasme des foules pouvaient se déverser, non pas dans une bacchanale furieuse, mais en une œuvre d’art sociale, faite d’instants de joies, sans débordements et, en certaines occasions, de recueillement ; ces moments donc, où l’on respecte l’autre, où nous l’accueillons, nous l’écoutons, comme l’ami, Jean-françois les privilégiait dans sa vie…

 
Prémonition …
Au cours de la dernière semaine de son existence, Jean-François nous a signifié vivement son désir de se joindre au groupe qui devait aller voir « La Passion de Ménilmontant » Cette demande était si forte, si intense que l’un de ses camarades lui a laissé spontanément sa place afin qu’il puisse y assister… Jean-François n’était pas inscrit sur la liste des participants à cette sortie spectacle…
Et parce que la fête, c’est aussi la nourriture des yeux et du cœur, lorsqu’elle se présente sur scène, c’est aussi parce qu’elle devient un message authentique pour l’âme, lorsqu’elle soulève les émotions et, enfin, se transforme en Amour Véritable, surtout quand elle glorifie l’Homme par la présence de Dieu en lui , et bien, c’est parce que, pour Jean-François, la fête était cela avant tout autre chose, qu’il a tant tenu, avant de nous quitter, d’assister, ce 23 Mars 1997, à cette représentation scénique des événements de la Semaine Sainte…

Le surlendemain, Jean-François nous quittait, ce Mardi Saint, aux premières lueurs du jour … à l’aube d’une résurrection pour lui, sa résurrection au Monde Sprituel...
Comme sur le tableau vu l’avant-veille, quand le personnage de Jésus s’avançant vers nous, au bord de la scène, dit : « Qui croyez-vous que je suis ? », Jean-François, se présentant à nos cœurs, nous interroge à son tour et dit : « Qui croyez-vous que j’étais ? »


 
Son passage sur Terre, loin d’être une succession de drôleries, n’a de sens que s’il nous fait nous interroger sur ce que nous sommes, nous-mêmes et sur ce que nous faisons de nos existences. C’était là sa véritable mission qu’accompagnait, sans le moindre relâchement, son Amour pour tout ceux qu’il a côtoyé ici-bas …

 
Farfadet

Commenter cet article

Piotr Goradd 06/06/2007 12:17

Je comprends tout à fait... Certain d'entre eux ont des vies "normales" Mais combien souffrent du regard des autres ?Ilsuffit pourtant d'un peu d'amour, d'une petite tape sur l'épaule.Il suffirait d'une ride au coin des lèvres, un témoignagede joieIl suffirait de presque rien,d'une aile de papillon qui nous frôleIl suffisait de presque rien, mais les hommes resteront des rabats-joie...Bisous..........................Piotr

:0075: ARONIA 19/04/2007 18:38

C'est triste de partir si jeune ! bel hommage Farfadet :0010:

Fancri 17/04/2007 22:42

bonsoir je passe voir ta V2 pas de problème tout fonctionne...lol...bonne soirée à toi.

Pascaly 17/04/2007 22:22



de la part de la maikresse ...  Pascaly

Mo� 17/04/2007 17:33

Kikou Patrice :-)))
On reconnait l'auteur de cet hommage, sincère et émouvant, celui de l'homme au grand coeur.
Je suis heureux de te connaitre l'ami.
Bises à vous deux, et à bientôt.

:0071:Zezette14 17/04/2007 15:41

Avec des bisous pour ton amitié

bettina 17/04/2007 15:38

Bel hommage...MERCI

reginep06 17/04/2007 00:41

je reviens sur cet article car il merite que l'on y repasse a chaque fois en tout cas pour ma part cela m'a touché

louly 16/04/2007 23:08

bisou du soir espoir !

:0071:Zezette14 16/04/2007 16:50

Bonjour les Farfadets, je vous souhaite à tous les deux une excellente journée. Gros bisous

marc 16/04/2007 11:58

bonjour Patricej'ai pas été très présent ces derniers temps.Quel bel hommage tu fais là,on est habitué à entendre des hommages sur un tas de personnalités mais il est vivifiant de lire les articles que tu fais et cet hommage à cette personne qui nous était inconnue et qui nous semble un peu connaître à présent ,grâce à toi.bisous à vous deuxjaguar placide

Agathe 16/04/2007 10:58

Très bel homage !

:0023: GUYL 16/04/2007 08:21

C'est triste de partir à 45ans, si jeune...C'est un bien bel hommage que tu fais Patrice. Bonne semaine à toi et Annette

Fancri 15/04/2007 21:56

bonsoir et bonne semaine à toi.

:0071:Zezette14 15/04/2007 20:29

J'espère que ce week-end aura été ensoleillé de toutes les manières possibles pour vous deux. Gros bisous

michka :0010: 15/04/2007 16:23

reginep06 15/04/2007 12:02

moi aussi je trouve ton temoignage tres beau et j'aime ton cote tres humainnnnnnnnnnnnnn ;)

ftone 15/04/2007 11:41

J’ai bu un coup avec mon copain Voilà le résultat
  
La suite sur mon blog

oursonne libre 14/04/2007 23:22

bel hommage emouvant, c'est bien que des gens comme toi soit la.
bisous du soir

:0071:Zezette14 14/04/2007 21:22

Cette histoire me conforte dans ma qu^te des petits bonheurs, on est si peu de choses ! Gros bisous Patrice

Annie 14/04/2007 19:30

Merci pour ce témoignage très émouvant;Bisous à vous deux Je reviendrais vous voir dans dix jours. Demain nous partons pour l'ile d'Yeu

Pascaly 14/04/2007 15:53

Passionnant et émouvant  témoignage et hommage Patrice , heureusement qu'il existe des gens comme toi, comme Annie sur qui des familles peuvent compter ..... gros bisous amicaux -  Pascaly

cyril 14/04/2007 12:06

Un hommage émouvant Farfadet..
Oui, qui sommes nous et que faisons nous sur terre?... je me pose souvent cette question, sans réellement trouver de réponse. J'envie les gens qui croient en Dieu. La vie m'apparaît quelquefois bien absurde et insensée, lorsque je perds des proches... 
Bises à vous les farfadets ;)
Cyril / Zé 
 

Fancri 14/04/2007 11:38

merci de ton com...je repasse lire ton témoignage...bonne journée à toi.

delphine 14/04/2007 11:22

je ne saisis pas bien le commentaire de ftone mais ça ne fait rien!bel hommage farfadet... et bonne journée aussi

ftone 14/04/2007 10:17

Apres avoir fait ma marche quotidienne
  
je vais boire un petit coup
  
Gros :0010:

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog