Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par E PatAn
Publié dans : #D'Hier - d'Ici et d'Ailleurs ...
 
Aujourd’hui on appelle cette célébration liée à l’éducation religieuse : «  Profession de foi » … Signe des temps ?... A une époque où la foi ne correspond pratiquement plus à une attitude qui enthousiasme les esprits et se situe donc en non-conformité avec les mentalités inspirées par la manière intellectuelle et critique d’appréhender le réel, le tangible, le quantifiable et le vérifiable, voilà qui est bien paradoxale …  
 
Mais aujourd’hui encore, même chez ceux qui se disent « libre penseur », cette célébration est bien ancrée dans les traditions et, du moment que l’événement, au-delà de sa connotation religieuse, est prétexte à faire la fête, pourquoi s’en priver … 
 
Ne parlons pas du sacré* surtout !…
 
Soit, je ne prétends pas dans ces lignes, en remontrer à mes contemporains et conviens, au nom de la sacro* sainte « laïcité » que chacun est dans son bon droit pour choisir sa « voie » ou sa « voix »… celles du « Seigneur », comme vous le savez, sont impénétrables…
 
Ceci dit, j’en reviens à cette année de la communion que l’on qualifiait de surcroît comme solennelle, année où j’ai eu ce privilège de la faire, c’était en Juin 1956… Cela fait donc 50 ans ...
Sans vouloir alimenter la polémique sur le sujet j’ajouterai, qu’au niveau de ma famille, on en était exactement comme une grande part de personnes aujourd’hui question pratique religieuse : mon père se ventait d’être athée, ma mère bien que croyante, sympathisante « catho », elle, ne fréquentait pas l’église et ne pratiquait aucun culte… Ca n’a pas empêché mes bons parents, par deux fois, de me mettre en pension dans une institution religieuse…
Bien que n’appartenant pas à une tribu anthropophage, j’ai donc « bouffé » du curé comme on se plaisait à le dire, nous, pauvres « potaches » qui avions dû malencontreusement fréquenter ces établissements scolaires privés et « bien pensant » … L’enseignement y était meilleur, et la discipline plus structurante pour la personne en devenir … Bon ! …
Et puis il y a eu les années catéchismes : Trois années assidues d’instruction religieuse entre la communion dite « privée » et celle dite solennelle » et présence à toutes les messes dominicales, avec, en prime, la participation obligatoire à toutes les processions du mois de Marie, de la fête Dieu et de la Sainte Trinité…
Il est évident, qu’enfant, on est vite émerveillé par cette pompe ecclésiastique, ces cérémonies dans des églises où, même la plus humble, la plus simple de ces bâtisses, vous « aspire » dans le grandiose, vous entraîne vers le Haut … Et puis, enfant de Chœur en aube écarlate parée du surplis blanc à picot et dentelles, serviteur du prêtre officiant à l’autel, ça mettait du feu aux joues et de la fierté au cœur des gamins que nous étions…
 
Ainsi, tout au cours de l’année scolaire 1955-56, les jeudi et dimanche après-midi de 13H30 à 15H j’ai du assidûment participer aux séances du catéchisme instruit par le Doyen de la paroisse en personne. Homme vénérable mais aussi sévère qui exigeait qu’on lui restituât par cœur nos leçons de catéchumène… A cet exercice je n’excellais pas toujours et plus d’une fois la séance s’est prolongée d’une heure, alors  employée à bien apprendre ce qui n’était pas su au mot près, des vérités évangéliques ou scholastiques de base … Pire , à la maison si j’avais été retenu, s’en suivait une privation de sortie en bicyclette le jeudi ou de séance cinéma le dimanche après-midi à la salle paroissiale de la « Sagesse » ( Une fois je crois, sur cet écran bien « catho » et pas encore « catod », on avait projeté ce film peu orthodoxe, si je peux me permettre, « Belles de nuit » film de René Clair sorti en 1952, interprèté par Gérard Philippe et Gina Lolobrigida …) Mais c’est une autre histoire …
  
 
Revenons en au sujet, donc à la Communion et au jour même de la célébration…
Grand branle-bas de combat à la maison, lever de bonne heure, grande toilette de la tête aux pieds, parfum ad hoc, et instant suprême, déjà solennel à se vêtir du premier vrai costume d’homme avec ensemble veste pantalon bleu marine, chemise blanche , cravate bleu marine et au bras gauche le brassard blanc à rosette et  deux pans tombant en franges  . Ah quelle allure mes enfants ! Petit homme devient grand d’un seul coup… Les filles elles, revêtaient une magnifique robe blanche longue et ample, le voile et la couronne de fleurs comme des petites mariées…
 
Eh oui, La Communion se faisant dans notre douzième année, était un passage obligé entre puberté et adolescence, entre âge de raison du tout jeune et perspicacité de l’adulte… Ce grand jour là, il fallait « solennellement » renouveler nos vœux exprimés pour nous, par nos parents, lors du baptême et donc notre engagement dans la foi Chrétienne et, à cette occasion, en toute lucidité, pour ne pas dire en toute liberté…


File0104.jpg
 
Donc, ce dimanche là, les cloches sonnant à toute volée, nous nous retrouvons au moins 50 communiants, filles et garçons en procession derrière le doyen, ses deux prêtres assesseurs et le cortège des enfants de chœurs, pour rentrer bien en ordre dans l’église Notre Dame de Mirebeau, au tempo pondéré de la musique jouée sur l’harmonium, défilant par devant au moins deux centaines de paire d’yeux des parents et amis rassemblés pour la grande messe . Emotion des mamans, fierté des papas, joie pour les amis. Célébration religieuse, homélie du prêtre, remise des cierges, paroles d’engagements, prières, moment eucharistique le tout ponctué de chants et de musique flamboyante, les yeux brillent, la joie, d’abord intime dans le recueillement, se communique alors à toute l’assistance et la sortie de Messe en procession prépare bien à la suite de cette fête qui, de solennelle devient familiale puis, conviviale autour du festin … Communion plus terrestre à ce moment…
Je me souviens que le repas avec famille et amis s’est effectué à l’Hôtel de France, place de la République ; si je ne me rappelle plus du menu, par contre, je garde un souvenir plus précis des cadeaux : la montre bracelet traditionnelle, un bibelot décoratif sur console « phare-baromêtre-lampe-d’appoint », un livret d’épargne avec les premiers numéraires pour de futures économies… 
A 15H3O les cloches sonnaient le retour à l’église pour les vêpres. La concentration des communiants y participant était mise à mal par le temps festif qui avait précédé et les complies y étaient suivies et chantées avec bien moins d’assiduité et de tenue qu'à la cérémonie matinale...
La journée se terminait à l’heure de l’apéritif pour les parents et des parties de baby-foot pour les plus jeunes et nouveaux convertis…
 
L’année qui suivait devait être celle de la confirmation. Par un concours de circonstances échappant autant à la vigilance de mes parents qu’à mon contrôle concernant ma foi nouvelle, je n’ai pas eu ce bonheur d’être gentiment giflé par l’évêque diocésain comme il se doit. En 1957, j’étais déjà pensionnaire au collège Saint Louis de Saumur et bien que chez les Frères, ceux-ci, n’ont pas, eux aussi, jugé nécessaire de me "confirmer"…
 
 
Au-delà de la tradition, du caractère « calotin » voire puritain et confessionnel que peut revêtir une telle cérémonie aux yeux des « profanes », je suis convaincu que dans l’enfance, ces instants qui forcent le sujet à l’émerveillement , au recueillement et au solennel à travers le rite religieux est certainement épanouissant et si dans la suite de l’existence, on délaisse et oublie quelque peu de ce « sacré », le retentissement de cette célébration et de tout ce qui a contribué à sa préparation, se manifeste dans le troisième temps de la vie où vient l’heure de faire ses comptes en tentant de répondre à cette aussi intime que pertinente question : « Qu’as-tu fait de ton existence ?»…
 
 
Je termine, ici, avec le propos d’un sage médecin neuropsychiatre rencontré comme formateur au cours de mon activité professionnelle, propos qu’il aimait placer dans chacun de ses cours de psychopédagogie :
 
 
« Apprendre à un enfant à PRIER c’est lui permettre de savoir BENIR dans le dernier tiers de sa vie… »
                                     

Article déjà édité le 14/06/2006                                                     
 

Commenter cet article

Quichottine :0010: 15/03/2008 00:27

J'ai cherché un endroit pour me poser... de blog en blog, j'allais remercier ceux qui sont venus aujourd'hui, me souhaiter mes neuf mois...Ici, parce que ce jour-là, c'était mon premier jour à moi, sur OB... et que tu es venu très vite, sur mon fil, sur le forum... plus tard. Quelle aide ça a été pour moi, tes petits mots gentils !Alors... Merci !

marc 17/06/2007 21:54

salut patricepour moi ma communion n'est plus qu'un souvenir de fête et de bons moments passés avec des copains.bises à vous deuxjaguar placide

oursonne libre 16/06/2007 22:46

c'est drole de parler de communion dans un de tes article, car tout a l'heure, nous passions devant une eglise et je dis à mon ado, tiens c'est lépoque de s communions,J'ai fait ma communion en 1962, et je me souviens encore des cours de cathecisme avec mes copines et de notre communion toutes ensembles.c'etait une autre époque mais qu'est ce que l'on s'amusait bien.bisous

Michka :0014: :0010: 15/06/2007 15:08

une surprise pour toi sur mon blog!

Piotr Goradd 15/06/2007 14:44

J'avoue ne pas savoir vraiment quoi te laisser comme commentaire, Ou plutôt si ! La religion étant pour moi un sujet hautement philosophique,je ne m'atarderai donc point sur ce sujet,il faudrait que j'en débatte toute la journée... JE SUIS UN ETERNEL THOMASSIEN !Bisous vous deux........................Piotr, homme balance

pol 15/06/2007 12:10

l'important, ce sont les bons souvenirs que cela évoque

daniel 15/06/2007 09:32

bonjour Farfadet et merci de nous faire revivre ce moment fort que beaucoup de notre génération ont connu.  je me souviens encore de cette institutrice qui ce jour-là avait fait main basse sur les fraises de son jardin d'Hérépian pour nous régaler. En pension chez les bons pères, il m'avait fallu avant avaler de force la portion de "vache qui rit" que je détestais pourtant. Le Père Supérieur exigeait que nous mangions tout ce qui était servi à table, et je ne parle pas des corrections physiques...  j'avais alors bien besoin du réconfort de la religion et de ses prières pour tenter d'oublier le sadisme de notre Maître.... Je bénis d'autant plus aujourd'hui le geste de l'institutrice...

Pascaly 15/06/2007 09:23

Quelle élégance ... aujourd'hui, ce n'est plus du tout pareil ... Désolée de ne pas être passée ces derniers jours .... Il est grand temps que les vacances arrivent !!! Gros bisous - Pascaly  

BIDUDULE 15/06/2007 07:42

J'ai fait ma communion en aube ; alors qu'au début des années 70 ce n'était plus vraiment obligatoire.J'ai retrouvé  qu'une seule photo de ma communion solennelle... où je fais une de ces tronches !!! Horrible ! D'autant plus que je ne voulais pas la faire : ça se voit ! Ma mère a été élevée dès l'âge de 2 ans dans un orphelinat de "bonnes soeurs" et mon papa a été chez les "frères" ; pieux, très pieux, malgré l'enfer qu'ils y ont vécu, je suis devenue par révolte complètement athée ! J'ai eu droit aux années scout, aux écoles privées catho, évidemment... ça n'a rien arrangé !Mais ton récit est passionnant.Bonne continuation. Gag : ma fille a fait et poursuit sa scolarité dans... le privé catho !!!

LUCQUIAUD 15/06/2007 00:55

Les religions sont toutes des institutions humaines mais aussi un moyen d'entrer en relation avec un  « au-delà »,  une dimension à l'opposé des contingences matérielles, et donc, spirituelle ... Quel sens nos vies ? Pourquoi exister ? Pourquoi ce monde, cet univers ?Pourquoi y être venu ?Pourquoi, un jour, le quitter ?A quoi ça rime tout ça ?Une sacrée palette de questions auxquelles chaque religion tente de nous faire entrevoir les réponses, chacune tenant sûrement une part de la « Vérité » mais, toutes, ont en commun, ce questionnement que l'on peut aussi envisager, chacun, en dehors de ces religions ...Le reste est une question de forme, l'essentiel tient d'une véritable quête ...Humain qui es-tu ?Humain d'où viens-tu ?Humain où vas-tu ?Les sciences toujours progressant révéleront toujours un peu plus de ce qui est observable physiquement , elles ne pourront jamais nous renseigner sur les "Intentions" à l'origine des grandes harmonies universelles dont on fait partie auxquelles nous participons chacun, comme infinitésimal grain de poussière cosmique ...et ... spirituelle ...

Leloire Marie-Claude 15/06/2007 00:15

J'ai moi aussi vécu cette aventure, qui m'a laissé un goût amer ... les filles rivalisant dans leur toilettes, les garçons taquinant déjà les filles sur un ton qui en disait long ... l'hypocrisie du système m'a dégoûté à jamais des religions et je m'en porte bien ! comme quoi, un même évènement peut être vécu de manière différente . Ce qui reste vrai pour vous comme pour moi, c'est qu'à partir de ce moment nous faisions partie des "grands"amitiés

reginep06 14/06/2007 23:23

kikoo jai pas pris les voiles je viens chez vous avec mon coeur mais a la base jsuis un peu en greve lol en tout cas jaime vos articles votre facon d'ecrire je ne pense pas pouvoir me lasser pour ma communion elle est loin mais pas autant que vous il y a 28 anssssssssssssssss

Annie 14/06/2007 23:10

Gros bisous à vous deuxJe viens de créer un nouveau genre d'eso avec google maps.Dites moi ce que vous en pensez et surtout si vous voyez des trucs qui clochent dites moi, ça me rend bien service ;-)http://annie-clis-voltaire-denain.over-blog.com/article-6797993.htmlps : j'avais un an lorsque tu faisais ta communion; ça ne nous rajeunit pas

Pascaly 18/01/2007 22:13

Bisous du soir à vous deux ... je suis surbookée entre les enfants, la maison, le boulot , le blog ....
vivement les vacances à Zell am see
Pascaly

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Google traduction

Hébergé par Overblog