Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les cahiers du Martiniste
Notre existence, ici bas, est effectivement encadrée par les 3 piliers de cette Triade : Hérédité, Milieu et Destinée conditionnent notre vie sur terre, chacun étant porteur des grandes orientations de la dite existence ...

Hérédité :
Il est une loi infaillible qui veut que le vivant ne puisse venir et être produit qu’à partir du vivant … Ceci a son importance pour une juste compréhension de ce qui va suivre. Il est bien réel et donc perceptible que dans notre monde physique terrestre tout ce qui vit en tant qu’être ayant corps et substance corporel n’est produit qu’à partir d’un modèle identique au niveau de ses composants et aussi doté de vie. Ceci vaut pour les règnes : végétal, animal, humain et leurs représentants en tant que plantes, animaux et êtres humains. Le support physique de chacun de ces trois niveaux d’êtres vivants, repose sur le règne de base dit règne minéral …

Ceci dit en préambule, abordons maintenant ce qui est spécifique à l’hérédité…
Qui parle d’hérédité, parle d’héritage et en l’occurrence, s’adressant au vivant de ce qui est transmis génétiquement. Dans l’être issu de ses parents, sont présents les caractères génétiques ayant présidé à sa conception  ceci vaut pour tout germe d’un être vivant transmis à sa descendance. Sont contenus dans ces gènes, tous les caractères spécifiques à l’être (espèce – genre – race) en même temps que les caractères inhérents à la lignée des ascendants de cet être.
Au niveau des humains, venant de notre lignée parentale (arbre généalogique) nous recevons les gènes comportant les caractères spécifiques à cette lignée, se manifestant aussi bien en aptitudes, dispositions, prédispositions qu’en tares pouvant apparaître tant au niveau du physique que du psychique de la « Personne » à naître.
Il faut considérer ces dispositions tenant à l’hérédité comme la gamme des caractères propres  d’un modèle se reproduisant. A chaque apparition d’un nouvel individu, il s’opère une sélection dans cette palette génétique au moment de la jonction entre ce qui vient de l’hérédité avec ce qui est spécifique de la personne à naître marquée du sceau unique de l’individualité en tant qu’être spirituel (l’ensemble psycho-spirituel à désigner comme « Je » ou comme « Moi »)
En cela, au moment de la conception, l’aspect héréditaire est déjà induit par ce qui est lié à l’être spirituel s’incarnant…

Dès cet instant on peut déjà parler de ce qui touche au Milieu. Le Milieu est à considérer dès que l’embryon humain prend forme pour, ensuite, être influent sur le devenir de l’être en gestation. Oui, on peut envisager le ventre maternel comme faisant déjà partie de ce Milieu, ou champ de vie terrestre … puisque l’embryon puis le fœtus, tout au cours de leur évolution sont en lien avec les sources de cette vie terrestre ( sang, alimentation, oxygénation) transmises par la mère, elle, directement en contact avec le milieu de vie terrestre …

Dans ce triptyque des notions : Hérédité – Milieu – Destiné,  le concept de Milieu est à comprendre comme étant l’espace de Vie sur Terre où va évoluer la personne à Naître.
Dès la Naissance, c’est une nouvelle étape dans son contact avec le Milieu, que l’enfant naissant, franchit. Il va avoir un premier échange avec ce Milieu en absorbant sa première « goulée d’air »
Le Milieu s’étend de plus en plus, au grès des étapes d’évolution de l’enfant passant par les stades de nourrisson, petit enfant, enfant, adolescent, adulte, et n’a de cesse de s’élargir jusqu’à la fin de l’existence .
Ce Milieu de vie est aussi constitué par un tissu social devenant lui aussi, de plus en plus ample au gré des rencontres : De maternel, il devient parental, puis scolaire, professionnel,  relationnel inter-générations.  
En fait, le Milieu  est à considérer à trois niveaux en tant que :
-    Espace de vie familiale
-    Espace de vie physique/géographique
-    Espace de vie sociale 

- L’espace de vie familiale, d’abord parental est à rattacher au domaine d’influence venant des parents assurant l’éducation de leur enfant pour le conduire vers son autonomie en favorisant l’élargissement de son milieu de Vie.
- L’espace de vie physique/géographique : dès que nous apparaissons au monde nous occupons un lieu de vie qui est d’abord commun avec celui des parents et qui peut évoluer au cours de leurs pérégrinations. Parvenu à l’âge adulte il se modifie au grès de nos propres pérégrinations. Le lieu de vie comme zone géographique stigmatisée par le climat s’y rattachant, est également influent sur la personne, tant sur le plan physique qu’à travers les pratiques d’existence, en lien avec une ethnie, les codes et mœurs de vie de cette ethnie dont elle est issue et à laquelle elle appartient. 
- L’espace de vie sociale lui, est déterminé par ce qui nous sort du cadre familial,  d’abord avec la scolarisation et l’apprentissage professionnel puis, étant parvenu à l’âge adulte, ce qui constitue toutes nos rencontres dans la société, dépendant à la fois de toutes nos activités et de tous nos déplacements de par ce monde. Entre vie nomade ou sédentaire, les influences sur notre propre existence vont ainsi fluctuer au grès de nos choix en matière de rencontres et déplacements.
Il est évident que notre appartenance à une nation est, elle aussi, influente sur notre personne tout comme les migrations qui peuvent nous entraîner parfois très loin de notre lieu de vie d’origine  pouvant, au-delà de l’apprentissage d’une autre langue que notre langue maternelle,  modifier totalement nos habitudes de vie,  nos comportements,  nos options culturelles, nos modes de compréhensions et d’appréhensions de l’existence.   
Tout ceci, lié au Milieu, va contribuer au sens même que nous accordons à la Vie, la nôtre et, celle de tout notre environnement…
La notion d’adaptation au Milieu, prend alors toute sa signification quand, pour un sujet, il s’agit de s’intégrer ou pas à cet environnement avec les modifications que ce dernier subit ou à des changements d’environnement…    

A ce stade, nous pouvons alors aborder le troisième volet de cette triade que nous désignons ici comme Destinée …
Si avec Hérédité et Milieu, nous pouvons parler des conditions, déterminant et cadrant notre  existence, au niveau de notre propre évolution, le champ des circonstances limitant notre parcours de vie est également déterminé par ce qui est du domaine de l’événementiel. Ce dernier caractérise essentiellement ce qui tient à notre Destinée.
Question : Est-ce nous qui allons au-devant des événements ou les événements qui se présentent à nous ?
Me posant cette question, je m’en représente l’image bien tangible par le fait qu’étant dans un train à quai, à coté d’un autre, dans une quelconque gare de départ, je ne sais pas exactement, quand l’un ou l’autre de ces trains, se met en mouvement, si c’est celui dans lequel je me trouve, qui roule ou si c’est le train voisin qui s’est mis en marche….
Cette comparaison vient à propos car, s’agissant des événements dont est parsemée notre existence, il y a bien un double mouvement venant à la fois du passé et du futur. Il y a ce qui me pousse vers l’avant, venant du passé et ce qui, venant du futur, me pousse à agir dans le présent engendrant aussitôt un nouvel avenir (Nous ne pouvons manquer d’évoquer ici, la loi de cause à effet)
Souvent, nous pensons et croyons fermement que ce qui nous arrive et nous entraîne dans des situations inattendues à l’issue le plus souvent incertaine, tient au hasard … ceci est une vue bien restrictive pour saisir et comprendre l’enchaînement des événements qui ponctuent et formatent plus ou moins notre existence…
Que ce soit du domaine de l’intentionnel ou de l’arbitraire, rien des faits et agissements qui jalonnent notre existence n’est à envisager que sous l’angle du pur hasard …
Il convient maintenant de réaliser que nos pensées, nos sentiments, nos actes, et donc nos choix, ont immanquablement leurs retentissements dans le cours de notre vie et de la vie en générale, et s’ensuivent toujours d’effets, nous impliquant ainsi que d’autres autour de nous … Rien de ce que je pense, dise ou fasse n’est anodin et inconséquent…
Dans la vie courante, en observant attentivement et scrupuleusement nos agissements liés à des choix réfléchis ou spontanés, on a toujours à en subir les conséquences. Le libre arbitre tient alors au fait de subir ou bien assumer totalement la conséquence de nos actes et de nos choix. 
Le hasard  n’est qu’une vue de l’esprit qui ne prend aucunement en compte la responsabilité de ce qui nous arrive dans le cours de l’existence et qui, selon nous, nous provient par inadvertance, créant une situation nouvelle à laquelle nous ne sommes le plus souvent jamais préparé…
A l’inverse, la fatalité est aussi une vue de l’esprit  car rien n’est vraiment programmé ni forcément inévitable…
Il faut comprendre que nos pensées, paroles et actions sont conséquentes et que la teneur de ce qu’elles engagent, elle, est du domaine de la Destinée. Il y a toujours un effet retour vers l’auteur, un effet auquel, un jour ou l’autre, nous aurons à nous confronter. Cela peut être quasi immédiat  ou bien reporté très loin dans le temps …

Le problème de la liberté dans tout ceci ?…
Ne penserions-nous pas qu’il tient déjà à l’acceptation ou non acceptation de ces effets en retour de nos actions passées, à un moment donné de notre vie et à la résolution ou pas des conséquences qu’antérieurement, elles ont entraînées ?...

Il faut encore préciser que cette notion de hasard attribuée à ce qui se définit comme Hérédité et Milieu, est une insanité qui devient un véritable obstacle pour comprendre sainement ce qui tient au sens même de notre propre existence. Voilà bien, énoncé là, une autre façon d’entrevoir la réalité…

Effectivement, quand on commence à se dire que ce qui nous arrive comme désagréments, ennuis et même malheurs auxquels nous nous attendons rarement, c’est, en partie, nous qui  en sommes à l’origine, étant auteur, co-auteur ou simple impliqué, voilà qui nous permet d’avoir un regard moins étriqué sur les événements de notre vie, nous permettant alors, à l’issue d’une longue et rigoureuse introspection de faire le lien entre les causes d’un certain  passé et leurs conséquences nous revenant en retour dans le présent, engageant déjà un futur …

En résumé l’Hérédité nous met en lien avec le passé, le Milieu, constitue notre présent, la Destiné résultant du passé engage notre futur via ce que nous en faisons dans le présent.

Ayant été conduit pendant à peu près 40 années d’existence à côtoyer et accompagner des personnes handicapées mentales, ces notions d’hérédité, de milieu et de destinée, telles qu’elles viennent d’être succinctement décrites, permettent de mieux comprendre ce qui sans cela ne peut être appréhendé que comme injustice où l’arbitraire tenant du hasard ne peut s’accepter.
Ces personnes souvent affectées par ce qui leur fut transmis par l’hérédité ont à se confronter à un destin lourd conséquent de cette situation héréditaire. Notre mission consiste alors à aider ces personnes à surmonter leur hérédité.
Déjà, vis-à-vis d’enfants « sains » ainsi qualifiés comme n’étant pas affectés de tares lourdes, la mission première de tous éducateurs, parents et professionnels, consiste bien à les conduire vers l’autonomie. Cela revient à aider ces enfants pour qu’en grandissant ils surmontent leur hérédité et développent leur propre champ de forces structurant leur « Je » afin que se manifeste et agisse « librement » leur propre personnalité. 

 
De par l’Hérédité, j’apparais au Monde en tant qu’Être …
M’insérant dans ce Milieu, je m’y manifeste en tant qu’Âme …
Y accomplissant ma Destiné, j’y agis en tant qu’Esprit …

Commenter cet article

marie-claude 17/04/2009 16:57

j'étais passée à côté de ton article ...désolée mais j'y viens !Vrai que nous procédons de notre passé, des gènes que nous recevons de nos parents, des exemples qu'ils nous ont donné à suivre, des conseils qu'ils nous ont prôné, mais nous laissons-nous éduquer ? Ne prenons-nous pas ce qu'il nous convient de prendre pour nous réaliser ? Fort de ce que nous sommes à la naissance de notre vie, ne le serons-nous pas encore à l'heure de notre mort ? Et ce quel que soit le chemin parcouru ... 

Moâ 05/04/2009 19:36

Kikou Patrice   Question : Est-ce nous qui allons au-devant des événements ou les événements qui se présentent à nous ?Vaste débat l'ami, que cet article permettra à chacun(e) de se plonger dans une vaste réflexion.Au cours de notre vie, nous sommes confrontés à ces deux cas de figure, suivant que nous appartenons au genre "passif" ou "actif", la réponse sera différente.Aussi, c'est là qu'intervient la personnalité de chacun(e) en faisant référence à ce que tu as brillamment écrit.Néanmoins, on peut dire que nous sommes les propes acteurs de  nos destins, hormis des cironstances que nous ne maîtrisons pas (évènements exogènes ou endogènes).Bonne soirée toâ, et bises aux Farfadets.  :-)))@  bientôt!

alaligne 04/04/2009 18:56

je te souhaite ainsi qu'à Annie un très bon week-end... déjà bien entamé... Gros bisous

delphine alpin ricaud 03/04/2009 12:16

Il n'y a pas de hasard....Très bon texte. Trop souvent passer de l'état de victime à celui de responsable est capital pour être libre dans cette vie. Merci Patrice!

Viviane 31/03/2009 15:46

Bonjour farfadet, je viens de lire tout ce que j'avais en retard et finalement je ne sais plus quoi dire parce que j'ai perdu l'ordre des thèmes... C'est tout moi !Je ne suis pas trop présente en ce moment ma santé me donne quelques petits soucis et je me ménage (par force!)Je te souhaite une bonne fin de journée et je te fais un bisouViviane

Boisette (Gil-Maurel) 31/03/2009 00:51

"Hérédité-,Milieu-Destiné" Quand nous regardons les photos de nos parents,les notres, celles de nos enfant et petits enfants:nous retrouvons souvent des très communs ressenblances physique, des traits de caractéres,sur la santé aussi, évidemment nos parents nous ont trasmis leurs gènes, mais ils n'ont pas les mêmes, et à notre tour, que nous le voulions ou non, nous trasmettons les notres qui ne sont pas tout à fait les mêmes puisque mari et femme sont (en principe) de deux lignées différentes et ainsi de suite, (la c'est pour" hérédité")Mais pour ce soir je stoppe là car il est très tard.Farfadet ce que tu dis m'interresse beaucoup. Merci  

alaligne 29/03/2009 13:17

beaucoup de choses me parlent dans cet article en dépit d'un choix de mots sur lequel (c'est une déformation professionnelle Patrice) je n'aurais pas employé les mêmes:par exle terme "sélection" en parlant des gènes et le terme "surmonter" (avant dernier paragraphe). OK, je chipote, mais sur un sujet très sensible, c'est la moindre des choses ;)Et STP destinée avec un "e"... ça c'est mon côté emmerdeuse orthographique.Il n'en reste pas moins que je suis très favorable à l'idée que nous sommes tous très "auteurs" de ce qui nous arrive.et j'ai par mon métier de multiples cas le prouvant.Bon WE Patrice et gros bisous.

FARFADET 86 30/03/2009 11:18


Merci pour ce commentaire Catherine et de ton intérêt pour ce sujet.
J'ai immédiatement mis un "e" à destiné(e) pour que l'on ne confonde pas avec le participe passé du verbe destiner (attribuer à ... vouer à ...) . Dans mon article il s'agit bien du
substantif "destinée", pris au sens de destin ( événements de la vie au caractère infaillible et inexorable , venant à notre encontre et avec lesquels il nous faudra composer)

On peut se dire alors que de notre partition d'existence tout est déjà écrit à l'avance...
cela mériterait d'être développé dans un article spécifique ...
Mais il est juste et essentiel de se poser la question ...

J'emploie le terme de « sélection »  à propos de cet instant de la conception où la personne (entité spirituelle) s'incarnant, se lie à toute une lignée de personnes dans laquelle elle
aura à choisir les caractères dont elle "s'habillera" en venant au monde, ceci, en conformité avec son projet existentiel ...
Voilà qui nous entraîne sur la notion de" karma" ... à débattre ultérieurement,  mais notion indispensable pour comprendre ce dont il s'agit là ...

"Surmonter son hérédité"  Oui, cette expression n'est pas mienne , je la restitue ici, l'ayant entendue dans la bouche de certains neuropsychiatres anthroposophes. Cette notion, je
pense l’avoir bien intégrée et est à comprendre, ici,  comme le fait que toute l'éducation de l'enfant et les progrès à faire dans l'existence veulent qu’il se hisse au dessus  des caractères transmis génétiquement, surtout lorsqu'ils se manifestent comme "tares" ce qui a pour conséquence 
d'affirmer et de renforcer sa personnalité, elle, masquée par ce « fatras »…
Les personnes handicapées mentales dont nous avions à nous occuper, étaient très stigmatisées par ces « charges héréditaires » autant dans leur nature physique que dans leur nature psychique
...  Surmonter… ceci ne consiste pas à éradiquer mais, faire apparaître ce qui est caché par cette opacité liée à de la dégénérescence transmise par l’hérédité.
De même pour nous personnes « lambdas  dites  dans la norme », nous ne pouvons rien changer aux traits qui nous caractérisent tant dans notre apparence physique que dans notre psychisme
et nous marquent à vie mais nous pouvons développer ce qui est inhérent à notre être profond comme dispositions positives, (qualités liées à notre personne) ternissant, affadissant de plus en plus
ces caractères négatifs transmis par l’hérédité.
Les premiers pas pour assumer son destin ...  impliquent déjà de surmonter ce qui nous a été transmis par l'hérédité.
« Il ne s’agit pas que nous soyons la copie conforme de nos parents … Eux c’est eux, nous c’est nous … »
Je sais, M de la Palisse en aurait dit autant …
Mais il est des vérités dont on doit souligner les évidences pour mieux comprendre …

Merci Catherine et à vous qui lisez là, de votre attention…   vous permettant de donner suite à cette discussion  selon votre bon gré …


Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog