Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour
En cette période festive, des rondes carnavalesques, suivie, pour les Chrétiens, de la période du Carême, il est donc de circonstance de se faire quelques réflexions au sujet du masque …

En fait, dans la longue histoire de notre humanité, le masque remonte presque aux origines. Déjà chasseur, l’homme enduisait de boue son visage pour aller traquer ses proies, se souciant de se fondre dans le paysage et ne pas apparaître pour ce qu’il est réellement : Homme …

En réalité le masque est à plusieurs facettes, pour être plus précis, de masques, nous en avons au moins à trois niveaux… trois  masques, que nous superposons en différentes occasions.
Le premier est notre masque naturel, ce visage que nous avons immédiatement en reflet dans le miroir et que nos contemporains découvrent en nous croisant … Toutes les expressions de notre vie intérieure s’y affichent naturellement, le rendant particulièrement mobile. Entre rictus de douleurs et rires éclatants, notre visage traduit toutes nos émotions, toute notre vie de l’âme… Au gré de nos sentiments et de nos pulsions, il peut s’illuminer ou devenir hideux, il peut attirer ou repousser, charmer ou effrayer, ce masque là, il est très personnel et se ride avec le temps. De la décrépitude, seul le regard, ce miroir de l’âme, par nos yeux vieillissants, lui conserve l’étincelle de vie jusqu’à son dernier souffle.

Mais dans notre monde se civilisant, il importe que notre masque naturel n’affiche pas tous nos remous intérieurs et garde ses distances avec nos émotions … Là, commence la première duperie … et de revêtir ce second masque par dessus le premier, celui-ci, lui colle alors à la peau, c’est le masque de l’impavidité qui « abrite » son « sujet » dont on ne peut rien savoir, ni deviner de ce qu’il ressent ou pense réellement … bien moins mobile que le précédent, il est ce masque, de l’indifférence qui peut aussi se parer  d’un sourire suffisant, celui de notre superbe, de qui n’est, par rien, affecté, nous permettant de nous hisser au-dessus des masses. Masque de la supériorité affichée, avec juste ce qu’il faut d’apparence, sans transparence, pour qu’autour l’on ressente, uniquement que ce qui doit être effectivement ressenti …

Puis, il y a le masque composé, façonné, celui que l’on rajoute matériellement aux masques précédents, celui-là, il a pour vocation de nous rendre méconnaissable et, en même temps,  nous parant de la « peau » d’un autre, d’investir un autre être, une autre créature, très différents de nous et de jouer à être ce que nous ne sommes pas ordinairement … Toutes sortes de masques sont possibles et le choix est immense entre le légendaire, le fabuleux, le raffiné et le grotesque…
Celui-là, ce masque de carnaval qui peut aussi être masque de théâtre, n’a pas la mobilité de ces masques naturels dont nous venons de parler, son expression restant, elle, complètement figée. Néanmoins (ou en plus, le nez…), il nous permet de jouer effectivement et à bon droit la comédie, avec soi et avec les autres autour de soi. En dépit des apparences, il dupe moins que le précédent car, le plus souvent, il nous permet de jouer à ce que nous voudrions être et que nous n’osons pas être dans la vie courante. Derrière ce masque, nous pouvons accomplir, sans la moindre retenue bon nombre d’extravagances. En fait, il y a moins de supercherie, moins de tricherie à se parer d’un tel masque accompagné de toutes sortes d’atours que nous ne mettrions point tous les jours. Un exutoire, un défouloir, une passion affichée, ce masque nous permet d’être ce que nous sommes mais que nous ignorons encore de nous-mêmes… il peut être le révélateur de notre nature profonde, celle enfouie dans notre inconscient et, qu’à l’occasion d’un carnaval ou d’un bal masqué nous affichons ostensiblement pour s’en amuser, en sourire, en rire, tournant en dérision ce qui n’est pas forcément glorieux ni à notre avantage se dégageant de notre personne que nous connaissons si peu et rarement objectivement …
Belle occasion, se couvrant d’un masque  que de se découvrir !…
De ce fait, on s’accorde là, un moment merveilleux, une sorte d’extase qui peut aussi faire du bien car, c’est une des rares occasions, où l’on ne triche pas avec soi-même. Vis-à-vis des autres participants à ces mascarades, nous restons un inconnu, tant que l’on n’a pas enlevé ce masque de fête… C’est bien en cela qu’il donne tout son sens au Carnaval …

Notre réflexion serait incomplète, si nous ne mentionnons ce masque de dernière génération : L’avatar, cet icône choisie par nous, qui nous sert de pseudo identité sur la planète Internet …
Car celui-là aussi est un masque et que l’on peut changer à son gré … utile pour correspondre « incognito » avec tous les autres internautes, masqués également … telle est cette nouvelle façon de communiquer par écrans interposé et surtout par truchement identitaire grâce à l’avatar …
Ainsi paré, protégé contre toutes réponses insatisfaisantes, on peut y aller de ses « coups – bas »  jusqu’à la perfidie à l’encontre d’autres dont le propos ne nous convient pas … Un masque bouclier nous protège… Bien sûr, ceci représente le pire des cas, la plupart des internautes ne se comportent pas en asociaux et sous l’anonymat de leur pseudo  se contentent d’échanger des informations, des connaissances, des impressions à propos de sujets ou articles qu’ils composent ou compulsent …
Il est évident que l’avatar accompagnant le pseudo ne nous livre rien de la personne préservant derrière, sa véritable identité et son intimité. Seuls ses écrits, dans leur formulation autant que par leur contenu, exprimés à travers moult réponses ou billets, laissent entrevoir un peu de la personnalité de leur auteur… Sur certains forums, avec le temps, et la régularité de  fréquentation, une partie du masque peut tomber. Ceci est également valable pour les autres correspondants qui petit à petit, deviennent presque familiers… 
On en arrive alors à cette situation paradoxale de connaître l’autre sans avoir vu son visage  comme si le masque était tombé … 



Le masque pour enlaidir,
Le masque pour embellir,
Le masque pour ne pas dire,
Le masque pour laisser dire,
Le masque pour rire,
Le masque sans sourire,
Le masque pour séduire,
Le masque pour ravir,
Le masque pour haïr,
Le masque pour pâlir,
Le masque des soupirs,
Le masque d’après mourir…
Le masque pour le meilleur et pour le pire !...

Commenter cet article

Yana_5 - 31/03/2009 20:59

bonsoir Farfadet dit PAtrice :-)merci pour votre com...dont la traduction me serais utile..ich gut  lol oui 1-2 tournure que je ne maîtrise .. bref, enlever le masque, ou plutôt le voile sur votre com.  lolaussi je vous rassure point de vieilles branches qui ne tiennent...sauf aux arbes..ça va de soi(e)t  hihih..hihihiautre phénomène...  si on choisi un masque...avatar sur les blog...pourquoi bons nombre en changent  à maintes reprises..car si c'est censé retranscrire notre personne, aussi celui-ci devrait être le même du début à la fin... bon on va pas chipoter pour ça  lolP.S.phénomène rarissime va se produire cette nuit !En effet le soleil sera visible environ 5 minutes ... vers 22h22 puis, vers 1h05 du matin !Ce spectacle n'est visible que tous les 50 ans, aussi je vous invite à le regarder.Je vous souhaite un très beau spectacle.

Muad' Dib 19/03/2009 23:16

Coucou Farfadet, merci pour cet article très intéressant et très bien documenté. Tu vois, je vois désormais l'expression l'homme est un "loup" pour l'homme d'un autre oeil.Bas les masques ou bas les pattes, les enfants d'Eve se sont voilés la face...Bonne fin de soirée,

oursonne libre 18/03/2009 22:49

en voila un bein beau pamphlet sur les masques.Tu as bien raison - Bas les masquesMais que veut tu sur Internet, il est vrai que l'avatar sert a cacher ce que nous ne voulons pas faire voir de notre visage.Par contre une chose est sure, et c'est mon jules qui le dit et tu peux le croire, j'ai un visage expressif et tu n'as pas besoin de me regarder à deux fois pour savoir ce que je penseJe ne cache pas mon visage sous un masque, pas la peine.Je n'aime pas les visages de circonstances.Mais que veux tu c'est tellement plus facile ainsi de duper les gens.Allez j'ai un masque pour le meilleur et pour le pire, espèrons que cela sera le meilleur qui prendra le dessus.Grosses bises Patrice

Michka :0032: 18/03/2009 18:41

coucou Farfadet.....les papillons sont en vol pour chez toi!!!!

Serge 14/03/2009 19:47

Ce texte est tres interessant et instructif. Bonne journée

marie-claude leloire 13/03/2009 23:35

il existe dans ma ville de Binche un superbe musée du masque, où l'on retrouve des traces ancestrales de cultures différentes de l'art de se masquer ...Du théâtre à la vie, l'homme marche rarement à découvert, habité de ses peurs il se cache derrière l'apparence qu'il se donne et je pense qu'il a tort, s'il apprenait à vivre nu de ses illusions, il s'apercevrait que tous nous avons bien des points communs d'où qu'on soit, qui qu'on soit !amitié .

Moâ 13/03/2009 19:07

Je rajoute le couver t , bon appétit. HIHIHIHIIIIIIIIIII

Moâ 13/03/2009 19:05

Hello PATRICE  ;-)Belle réflexion l'ami.Mais n'avançons-nous pas tous masqué(es) dans la vie? Indépendamment de cette question, il est évident que le net est idéal pour porter ce masque dont tu parles.En effet, sous le  couver d'un pseudo, en choisissant de surcroit un avatar ajoutant à la confusion, l'anonymat que confère internet permet de nombreuses dérives, et notamment de masquer sa vraie personnalité.Cependant, avec le temps, se "dessine" peu à peu celle-ci et là, l'agréable peut être au rendez-vous comme la déception...Bien à toâ, et meilleures pensées aux farfadets que je bise. :0010:PS: http://akikcekca.over-blog.com/article-28848717.html

delphine alpin ricaud 12/03/2009 22:58

Bravo Patrice! personnellement les masques de carnaval m'ont toujours fait peur. Ils sont morbides. Quant aux masques naturels, ils sont plus faciles d'accès lorsqu'on s'intéresse à la valeur profonde de quelqu'un. Cela dit, c'est dur d'être le miroir qui fait tomber les masques. Et c'est dur aussi d'accepter de permettre à autrui de faire tomber son propre masque. Bises Les farfadets!

Corn-Flakes 12/03/2009 00:53

Bon article, tout cela me rappelle une expérience que j'ai vécu au théâtre en portant un masque neutre et que j'ai tenté de retranscrire sur mon blog d'ailleurs.Bonne continuation farfadet !

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog