Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour, #Les mots choisis du Farfadet
L’événement fut longtemps méconnu du grand public sans doute occulté par le temps et le martyre d’Oradour/Glane, révélé comme l’un des plus horribles crimes de guerre  perpétré le 10 juin 1944…
Pourtant, quelques semaines plus tard, ce fut à Maillé que des soldats allemands ont exterminé la quasi totalité de la population de ce petit village d’Indre & Loire au Sud de Tours .
Le 16 Juillet dernier, la visite du procureur allemand Ulrich Maass, venu entamer une enquête, 64 ans après cet odieux massacre a, momentanément, fait l’objet de la Une de la presse locale. Ce même jour, le tragique passé de Maillé fut encore bien plus médiatisé en étant présenté au JT des chaines de télévision les plus fréquentées…


J’avais une dizaine d’années lorsque que j’ai eu, pour la première fois, connaissance de ce terrible et bien triste événement où furent exécutées 124 personnes dont 44 enfants, ceci, en représailles d’un acte de la Résistance ayant entraîné la mort d’un officier SS, la veille du massacre…
Il se fait qu’à cette époque, mes parents se trouvaient à Pouzay/Vienne, petite localité distante de 7 kilomètres de Maillé … Bébé de 5 mois, j’étais en nourrice chez Mme D., au lieudit « Les Trois Moulins ». Mes parents circulant en tandem sur une route longeant la rivière avaient rencontré un convoi allemand le matin même du massacre et avaient failli être passés par les armes. Ils eurent la vie sauve grâce au fait que mon père parlait parfaitement l’allemand … Mes parents furent atterrés quand, dans les jours qui suivirent, ils apprirent que Maillé avait été rayé de la carte et tous ses habitants exécutés par le fer et le feu …  En fait, il y eut une dizaine de survivants dont certains, présents à ce jour, furent les témoins directs de cette horrible tragédie. Une tragédie qui les a marqués à vie, ces rares survivants et leurs descendants n’ayant jamais pu vraiment faire le deuil de leurs chers disparus … 
Longtemps, mes parents ont déploré que ce crime de guerre soit pratiquement resté sous silence et ses auteurs demeurés impunis …

Au moment des faits, étant tout jeune contemporain et si proche, à chaque fois que l’on évoque leur souvenir, je ne peux qu’avoir une pensée bouleversée à l’égard de tous ces innocents immolés ce 25 Aout 1944… Les lignes qui suivent, je les dédie à la mémoire des 124 victimes de ce massacre sans nom … 


 
Maillé,

Ils ont encerclé le village,
Ne leur laissant aucune chance…
Réponse d’une horde sauvage
A un acte de Résistance …

Arrivés soudain par les routes,
Voyez sauter de leurs camions,
Ces soldats, aux heures de déroute,
N’arborent aucun fanion …

Ils avancent à travers champs,
Mitraillent tout ce qui bouge,
Bêtes, hommes, femmes, enfants …
Les sentiers se couvrent de rouge … 

Puis pénètrent dans le bourg,
Ces soldats assassins,
Ils traversent les cours,
Entrent dans les magasins …

Ils tirent sans sommation,
Tuent, pillent, incendient,
Granges, ateliers, maisons,
Ravagent pire que bandits …

S’acharnent sur tous ceux qui fuient,
S’exercent à toutes formes de tueries,
Egorgent, éventrent, jusqu’aux tout petits 
Déchaînement des pires barbaries !...

Toute la matinée dure ce massacre,
Perpétré par ces uniformes gris-verts …
Des rues, montent des fumées âcres,
Conglomérat de sang, de cendre, de verres …

Et, parce que l’horreur ne leur suffit pas,
Ils bombardent le village depuis les voies…
Cent-vingt-quatre âmes mises à trépas,
N’ont jamais su, le comment, le pourquoi…

Rien ne subsiste, après leur passage,
Ruines fumantes, brasiers immondes,
Vestiges informes, fruits des outrages,
Façades noircies, vision de fin du monde !...
 
L’apocalypse et l’enfer réunis,
Déchaineraient-ils tant de démence ?
Faut-il avoir, toute humanité honnie,
Pour s’adonner à tant de cruauté et de violence ?...

 
Crime de guerre…
Comment nommer cela ?
Indignes militaires,
Qui ne sonnent le glas !...
 
A l’honneur, réfractaires,
Autant qu’aux combats ;
Immondes incendiaires,
Corrupteurs des trépas !...

Pourvoyeurs des cimetières,
Qui, pitié, ne connaissent pas…
Incursions meurtrières,
Agissements sans contrats !...

Un père, une mère, un frère,
Pour vous, ne comptent pas !…
Vous ne faites donc sur terre,
Que ce qui provoque dégâts !…

De la société des hommes,
Vous êtes, vous-mêmes bannis,
Autant, pour vos dogmes,
D’exterminateurs nazis !…

Maillé martyr,
Ce 25 Août 1944,
Tes enfants, a vu périr,
Au nombre de 124 !…

Maillé à jamais immolé…
Le jour où, Paris fut libéré !…


IL me reste à vous recommander la visite du site d’Anne Christine ROY * petite fille de survivants du massacre. Vous y trouverez le récit, quelques photos, des témoignages poignants et la liste des victimes. Un fort émouvant devoir de mémoire qui fait que nous n’oublierons jamais les habitants de Maillé indignement exécutés, Maillé qui, tel le Phénix, s'est reconstruit sur ses cendres …

* Site  :
  http://www.maisondusouvenir.fr/lhistoire-de-maille/

Vidéo du J.T. de TF1 :  ICI
 
Il ne s'agit pas de raviver des haines ... mais de ne jamais oublier...

Commenter cet article

David, dit le serial-killer de la maquette :0106: 30/08/2008 11:49

J'avais deja entendu parler de ce village "martyr" (comme un Oradour n°2) avec mes parents quand on se promenait du coté de St-Maur de Touraine, mais on savait pas l'empleur du drame qui s'y était déroulé.On sent bien que tu as été un témoin -indirect- de cette tragédie et merci de ton témoignage.David

BIDUDULE 26/08/2008 10:00

Je tente de combler mon retard en rendant visite aux blogs amis, un peu délaissés en mon absence.Gros bisous et bonne journée.

guignol 25/08/2008 20:16

Oui c'est vrai quele martyr ce village fût longtemps ignoré Il est bien aujourd'hui de se souvenir et de NE PAS OUBLIER !!!

IANCRISPROD 24/08/2008 16:41

un petit coucou de iancris

colch'lempoisonneuse 24/08/2008 11:55

il semblerait que dans le Lot aussi ( d'où j'arrive).... les nazis se sont vengés de devoir partir vaincusvais me pencher sur la question au moins sur le net

alaligne 23/08/2008 15:26

Le nom d'un village martyr qui ne me disait rien. Merci à toi Patrice de célébrer à ta façon au travers d'un superbe poème la mort de tous ces innocents. Je te reconnais bien là, l'ami.M'absente jusqu'au 8 septembre... Gros bisous aux Farfadets

Marcovaldo 20/08/2008 18:13

La folie des hommes ne s'oublie pas, hélas, et elle s'accentue par moments.Bonne soirée :0059:

Moa 20/08/2008 18:12

Bonsoir Patrice  :0059:Tu as raison l'ami, ne jamais  oublier ces tragiques événements qui, s'ils appartiennent au passé, doivent servir à perpétuer le devoir de  mémoire.Devoir de mémoire pour ceux qui ont donné leur vie afin que nous "soyons  libres" aujourd'hui, et aussi pour le massacre de tant d'innocents.Merci de le rappeler en faisant appel à ta  mémoire  pour nous narrer ce tragique drame.Bien à toâ et bises aux farfadets.@ bientôt et bonne fin de  soirée.  :-)))

oursonne libre 20/08/2008 07:05

je connaissais le massacre D'Oradour sur Glane, car mon père me l'avait raconté. Il avait une petite voisine qui etait partie se refugier la bas au début de la guerre, elle a été brulée dans l'eglise avec les autres. Nous avons une rue a coté de chez nous qui lui est dédiée pour ne pas oublier aussi.Par contre je ne connaissais pas la massacre de Maillé. Les atrocites en temps de guerre sont incroyables et malgre cela çà continue encore maintenantQuand les hommes comprendront ils???ton article m'a permis de connaitre une autre page de l'histoiremercibisous Patrice

marie-claude leloire 19/08/2008 23:53

On ne peut pas oublier la folie de ces bêtes humaines, aujourd"hui encore sous d'autres latitudes pareils faits se perpétuent, qu'ils soient noirs ou blancs, il est des hommes qui ne méritent pas ce vocable .

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog