Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour, #Les mots choisis du Farfadet
Un tramway nommé Désir …

Il remontait du sol de confuses fragrances,
Ces moiteurs de l’Eté, à l’heure crépusculaire,
Mélange des parfums des Dames de l’Intendance,
Et d’effluves de ville, en moult exemplaires…

Georgin attendait dans la lumière du soir,
Candélabres et lumignons à l’éclat ambré,
Diffusant leur or sur l’aire des trottoirs,
A ces instants où plus rien n’est encombré…

Silencieux, glissant sur ses rails,
Un tram au métal luisant s’avançait …
A l’arrêt retentit sa frêle sonnaille,
Et les ouvrants, comme son cœur, palpitaient…

Les quelques passagers qui descendent
Georgin, en vain, a suivi du regard,
N’y reconnaissant sa belle Escalande,
Elle, qui jamais, n’arrive en retard…

Moins cinq, s’affichait au cadran de sa montre,
Elle lui avait dit au plus tard à Neuf heures…
Ce n’était pas leur première rencontre,
Ni la première fois, que tremblait son bonheur …

Force lui fut de prolonger l’attente…
Le tram suivant est à encore dix minutes…
De quoi ressasser les doutes qui le hantent
Affres d’une passion qui tant, le persécute

Il ne voyait plus rien de ce qui l’entoure,
Hormis ces rails qu’il fixe obstinément,
Semblables aux deux bras de l’Amour,
Une voie sacrée qui unit les amants …

Aussi  raide que l’acier dans la chaussée,
Georgin se figeait dans le temps et l’espace,
Là, planté, et sur ses pointes, rehaussé …
Des deux virgules de fer, il ne perdait la trace …

Arrivait alors une nouvelle rame,
Le même carillon, en ouvrit les portes
Mais ci fait, s’intensifia le drame,
Pour qu’aucune Escalande ne sorte …

Par tranches de dix minutes, sa vie chavirait
Chaque nouveau passage était une torture…
Jamais de cet endroit il ne repartirait,
Jamais, sans Elle, il n’aurait de futur …

Il était là, perdu dans son profond désarroi,
Le regard humide, les jambes en albâtre…
Quand sur sa joue, elle tendit son joli minois,
Jamais si fort, il n’avait senti leurs cœurs battre …

Farfadet


  photo : galerie-membre,photos-de-nuit,tram-de-nuit-bordelaise.jpg

Commenter cet article

yo 03/08/2008 21:28

Coucou  Farfadet.......Mais tu es venu à Bordeaux.....!!!!!!!!!!!!!!!!!Quelle belle photo....Un petit  mot.....Bravo !

Muad' Dib 25/07/2008 17:44

Coucou Farfadet, je pars dès demain vers les terres de tes ancêtres celtiques et je te dis donc à très bientôt.Merci pour ton commentaire génial pour mon article sur l'EPO.Gros bisous à vous deux et très bonne soirée,

Viviane 22/07/2008 15:11

Aïe! aïe!!! qu'il est beau ce texte!Je n'ai jamais de montre et pourtant je suis toujours en train d'attendre quelque chose ou quelqu'un.Quand j'attends l'arrivée d'un train je suis toujours fascinée par ces rails qui semblent s'en aller à l'infini et bizarrement il me semble toujours qu'ils s'en vont mais jamais "qu'ils arrivent vers moi"Bonne journéeAmitiés

Marie-Eve 21/07/2008 12:04

Je vois qu'on est revenu en pleine forme Farfadet! Quelle inspiration mon cher!...ce soir très bon film sur ARTE à 21h!Excellente journée!

Quichottine :0010: 21/07/2008 00:17

J'aime ton texte Farfadet... Il traduit vraiment très bien les affres de l'attente...Attendre sans savoir si l'autre va venir...Merci.

chriscraft_ 20/07/2008 21:30

lumineux :)

Michka dit Le Pirate :0051: 20/07/2008 20:34

je te souhaite une bonne semaine ami du poitou:0014:

Nadine 20/07/2008 19:41

Ah ! qui n'a jamais connu l'angoisse absolue de l'attente... le moment où tout pourrait chavirer ...Bonne soirée, nadine

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Google traduction

Hébergé par Overblog