Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les cahiers du Martiniste

- Réédition d'un article paru le 2/06/2008 -

Le handicap mental…

De toutes les formes de handicaps dont un être humain puisse être affecté dès sa naissance ou suite à un accident, le handicap mental est certainement le moins accepté par les familles dont un ou, exceptionnellement, plusieurs membres peuvent être touchés par cette forme de pathologie…

Le fait que par sa manifestation et par ses comportements, un être humain ne s’inscrit pas dans la norme du raisonnable et soit particulièrement déviant par rapport à cette norme est souvent mal vécu par les parents, et la fratrie d’un sujet marqué par la déficience et la maladie mentale…

Faisons maintenant  une première distinction entre déficience mentale et maladie mentale
La première, d’ordre génétique résulte d’un ensemble de circonstances d’origines prénatales voire, d’accident à la naissance, dont les stigmates, les tares et les déficits entraînés, sont quasi irréversibles, la seconde, apparue suite à un choc émotionnel avéré ou passé inaperçu, revêt un caractère ponctuel qui peut entraîner momentanément des troubles psychiques et comportementaux dans les périodes de crises, voire, suivant la gravité, un enlisement dans une  aliénation mentale pouvant aller jusqu’à la démence… Ces maladies mentales souvent évolutives peuvent, dans certains cas, s’ensuivre de guérison mais exigent un suivi régulier des patients…
 

D’une façon générale le handicap se présente comme un obstacle résultant d’une carence ou d’un déficit ne permettant pas au sujet de réagir favorablement aux stimulations courantes liées à une vie pondérée dans un environnement ordinaire …
Le premier obstacle d’ordre intellectuel, altère d’abord, la capacité de compréhension du sujet, ne lui permettant pas de saisir et répondre favorablement  à des consignes élémentaires de la vie courante puis, dès le début de la scolarisation, à celles d’un apprentissage des notions de base de cet enseignement …
Bien souvent, ces carences sont complétées par une inadéquation de la maîtrise du corps, le sujet « l’habitant » d’une façon « pataude », sa mobilité étant stigmatisée par une démarche chaotique et lui faisant accomplir des mouvements désordonnés, source de nombreuses maladresses.
La capacité de s’exprimer est elle aussi profondément affectée par une carence des acquisitions du langage tant au niveau de l’articulation que de l’intégration du vocabulaire, il est des sujets qui ne parlent pas et ne parleront jamais, n’émettant alors que des cris ou des grognements.
 

On le constate d’emblée, un être humain présentant  de tels troubles et de telles insuffisances est donc profondément affecté dans l’intégrité de sa personne… Nous sommes en présence d’une situation existentielle dont on accepte difficilement la manifestation, l’extrême souffrance pour le sujet et son entourage et dont l’origine, la raison du mal être, échappent autant à notre entendement qu’à notre éthique de vie …

N’attribuer qu’au hasard et aux impondérables de la vie, ces malformations, ces dégénérescences, ces imperfections qui aliènent ainsi la personne n’est, non plus, acceptable … Ce côté arbitraire, pouvant ainsi affliger une personne et son environnement au-delà du supportable, n’a pas de sens et confine à l’injustice … En plus, elle culpabilise les géniteurs se sentant responsables de quelques tares transmises accrues à leur descendance …

Alors comment comprendre, accepter et vivre le handicap mental ?
Les réponses sont forcément complexes et ne peuvent être développées en quelques lignes ; néanmoins on peut tenter une approche de cette problématique considérable en abordant certaines notions que, dans un premier temps, nous prendrons comme hypothèses dans la conduite de notre réflexion…

La première notion à saisir pour entamer une telle étude intéresse le processus d’incarnation :
Imaginons, ce germe, ce noyau de l’être humain que serait son ensemble « psycho spirituel » venant se lier au moment de la conception  au courant physique corporel que représente sa lignée héréditaire, c’est cela que nous appelleront ici processus d’incarnation et c’est au cours de ce processus que va se sceller le destin terrestre de l’individualité venant prendre corps … Nous disons sceller, car ce destin proprement dit, est déjà « prévu » (programmé) de longue date… mais ceci relève d’une toute autre notion qui devra être abordée ultérieurement.
C’est donc, au moment de la conception où s’opère la jonction entre le noyau psycho spirituel de l’être humain et le courant terrestre de sa lignée héréditaire que trois situations d’incarnation, conséquentes pour l’avenir terrestre de la personne à naître, peuvent se produire :

- Le courant héréditaire est « sain » et va produire un organisme corporel sain, l’incarnation s’en suivant se fera sans dommage conséquent …

- Le courant héréditaire est « sain » mais l’ensemble psycho spirituel (Noyau de l’Être) n’est pas « adapté » (prévu ou "configuré" pour se lier..) à ce courant héréditaire… entraînent des défauts d’incarnation dont les conséquences peuvent créer une « terrain » favorisant l’apparition de pathologies physiques et mentales …

- Le courant héréditaire comporte des germes (prédispositions) pathogènes  qui au moment de l’incarnation, se traduiront par une mauvaise édification bio organique, l’entité psycho spirituel se saisissant de ces prédispositions (tares) va elle-même les développer au cours de la croissance … 

En aucun cas on ne peut dire que l’ensemble psycho spirituel (Noyau de l’Être) est affecté d’une quelconque maladie ou dégénérescence, cette entité là est toujours "saine"… Contrairement aux idées reçues, ce qui est de nature spirituelle ne peut être altéré ou malade. Avoir l’esprit "dérangé" est une expression absolument fausse et, à juste titre, peut être considérée comme une insanité…
 

J’en prendrai pour exemple le violon (instrument corporel) et la musique (réalité spirituelle)

- Le violon est bien accordé : La musique bien écrite qui s’en échappera ne sera qu’harmonieuse …

- Le violon est bien accordé mais la partition juste en soi, n’est pas écrite pour un violon, la musique qui en sortira risque d’être grinçante ou en dysharmonie

- Le violon n’est pas bien accordé : la musique jouée dessus, en sera faussée et absolument disharmonieuse

Il en est ainsi du corps physique lequel est la production du courant héréditaire terrestre (instrument) sur lequel vient jouer l’ensemble psycho spirituel (la musique) au moment de l’incarnation, l’accord des deux : musique et instrument ou, Corps et Noyau Spirituel de l’Être, variera en fonction des 3 cas exposées ci-dessus…

L’exemple donné ici, serait encore plus probant si l’on y mentionnait l’acteur principal de cette rencontre entre musique et instrument qu’est le musicien  et, en l’occurrence, c’est là que le sujet devient de plus en plus délicat à aborder car il touche de très près au destin des êtres et que, de ce point de vue, on doit alors envisager d’autres notions lesquelles dépassent largement le cadre de nos spéculations intellectuelles effectuées que sur le mode rationnel …

 

Le corps physique humain est une véritable caisse de résonance pour l’esprit qui l’anime, ses vibrations transmises à l’âme de cet être, se répandent en tonalités pouvant être en parfaite harmonie ou en total dysharmonie avec l’univers qui lui fait écho… C’est donc dans ce monde autour de lui, aux êtres, évoluant dans son environnement immédiat, de recréer cette harmonie…  

 

Commenter cet article

domi 10/11/2018 04:09

ce qui donc impose respect de la différence et solidarité

Marich 19/06/2008 01:24

Beaucoup de vérités ici , je bosse dans le milieu d u handicap mental et les représentations sociales sont dures avec cette population !!!

Bettina 17/06/2008 17:28

Bel article, bien affuté...AUTOrité

Quichottine :0010: 14/06/2008 09:52

J'ai lu, l'article et les commentaires, par contre, je ne suis pas allée lire ce qu'il y avait sur le lien que tu donnes dans l'une de tes réponses...Tu vois, je crois que tu as sufisamment travaillé dans ce milieu pour ignorer la souffrance de ceux qui sont "autour" et pour ignorer que tous les handicapés ne sont pas atteints de la même façon.Là, moi, je ne répondrais pas. Parce que je crois que tout ce que j'aurais à dire ne servirait pas à grand chose dans la discussion.Si tu veux en savoir d'avantage, tu peux aller là.Bisous du matin...

chriscraft_ 14/06/2008 00:16

Hello à toi et à tes sens et tes mots qui touchent plus que tu ne crois nous sommes finalement tous handicapés ( parfois de verticalité contrariée) parfois mal entendants c'est mon casmais je ne suis pas là pour te dire du mal de toi, chacune et chacun je respecte et j'espère un jour que tu auras ton maux à dire le plus tard possibleallez jacta est sourire et merci pour ta visite

"Charly" 13/06/2008 05:37

Bonjour Patrice,Je vois que mon commentaire sucite en toi des réactions fortes: une réponse, tout un article. Voici, en reprenant certaines de tes phrases, ma réponse à ta réponse du 11 juin:
Nous
vivons dans un monde de scepticisme et de suspicion que je
qualifierai d'exécrable car l'on en vient à douter de
tout, tout en nous permettant de vouloir tout démystifier. Je
dirais que nous vivons dans un monde où l'on se permet
d'expliquer des choses qui nous dépassent, en disant tout et
n'importe quoi. Chacun y va de son interprétation et les
spéculations vont bon train. C'est à qui aura les idées
les plus originales. Tant qu'une idée relève de
l'interprétation personnelle, de l'hypothèse, on se
doit par égard pour le lecteur, par modestie, de bien le
préciser et non de l'exposer comme si c'était La
vérité.
Oui,
je ne cache pas qu'ils m'agacent quelque peu, les gens à
l’esprit super carré et aux points de vue obtus, tu
veux sûrement parler de ceux qui aiment les choses claires,
evidentes et qui fuient les assertions toutes faites, énoncées
gratuitement, comme s'ils avaient la science infuse...
il
leur manque ce brin de fantaisie qui rend toujours la vie plus belle,
ce grain de folie qui laisse espérer… Pas
sûr, on peut être cartésien et aimer rêver.
Le rêve reste un rêve, la réalité et la
vérité surtout sont autre chose.
heureusement
qu’à côté il y a des artistes et des poètes
!… Tu m'étonnes !
Je
n’ai pas la prétention d’asséner des «
vérités » auxquelles il faut souscrire d’emblée
ni de faire quelques révélations, eh bien tu
fais bien de le préciser. « Un autre regard sur »
n'est pas assez explicite, à mon goût, surtout lorsque
le texte se présente par assertions engagées.
«
Tiens et si cela était, et si cela était faux,
quel égarrement !
Quant
à la contre vérité mentionnée à
propos de l'existence du diable créature spirituelle lire :
"Le mal et le point "0" . J'ai lu l'article et
malheureusement, je ne vois aucune mention du Diable, seulement une
tentative d'explication de ce qu'est le mal, d'où il vient. A
ce propos, si je peux me permettre, les meurtriers, en particulier
ceux du 11 septembre, ont agit en toute bonne conscience, puisqu'au
nom de leur religion. Si on leur posait la question, ils diraient
qu'ils étaient absolument « concentrés au
niveau de leur conscience absolue », ils n'auraient donc
pas fait le mal, et pourtant ils ont tué. Ce qui montre que la
conscience, ça s'éduque par la moralité
universelle.
Voilà, j'espère que tu ne vas pas t'énerver, après tout on peut discuter, non ?
Charly...

FARFADET 86 13/06/2008 11:18


Eh ben là Farfadet , tu en as pris pour ton grade !... l'ami Charly ne t'a pas épargné ... !

Bah oui, tu l'as bien cherché après tout... tu ferais mieux d'écrire des articles "plan plan" développer des idées convenables et surtout ne pas écrire à propos de sujet que tu ne maîtrises pas
!...

Voilà, tu passes pour un imposteur maintenant , un rigolo , un affreux jojo ...

Eh bien tant pis, je ne suis pas suicidaire mais je continuerai encore d'écrire d'autres articles sur ces thèmes qui touchent au supra sensible ...

Je suis convaincu que les seuls points de vue matérialiste et existentialiste pour apprécier les réalités du monde auquel nous appartenons, sont vraiment trop restrictifs et insuffisants pour
tenter de déterminer les origines, la raison d'être et le devenir de ce monde ...
Il est des vérités et des réalités spirituelles comme il est des vérités et des réalités attenantes à ce monde des apparances ... Et la spéculation a toujours fait avancer les recherches , au delà
des égarements ... Le chercheur , le quêteur prennent des risques , çela fait partie de "l'aventure" ... et puis, on peut toujours revenir sur ses erreurs si l'on est honnête... dans un sens comme
dans l'autre ...

Si l'on devait s'en tenir qu'aux Vérités avérées et aux réalités bien tangibles... ce sont des millions d'ouvrages que l'on peut mettre au feu et tous les Saints Ecrits avec ...

Ici, ce qui reste au lecteur c'est sa liberté de penser de répondre aussi mais en restant respectueux s'il vous plait ; ce que Charly fait , j'en conviens.

Même si le ton peut paraître "docte" (c'est 40 ans de contacts avec des personnes handicapées mentales et de concepts anthroposophiques qui se
retrouvent "condensés" là ...) Je ne pense "égarer" personne ... à chacun de se forger un avis ... objectivement ...


oursonne libre 09/06/2008 18:15

en ouvrant un magazine hier au soir, j'ai eu une pensée pour toi, Patrrice, ils avaient fait un article sur les 60 ans de la deux chevauxbisous

~~ Kri ~~ 09/06/2008 18:09

La communauté "balad'âne et autres fl'âneries" etant en bug depuis près de 15 jours, j'ai créé une nouvelle communauté pour nos amis les ânes "Anes & Co"http://www.over-blog.com/com-1050537612/Anes__Co.htmlJe t'invite à t'y inscrire et à rapatrier tes articles dans cette nouvelle communauté. Quand ce sera fait , préviens moi et je te supprimerai de l'ancienneMerci

" Charly " 09/06/2008 11:50

Bonjour
Patrice,Je
ne peux rester insensible à un texte comme le tien.Tu
connais mon septicisme. Je me dois de reprendre les éléments
du texte qui me paraissent relever d'une croyance personnelle plus
que d'une vérité démontrée.L'ensemble
psycho-spirituel vient se lier au moment de la conception au courant
physique corporel (incarnation)==> à démontrer.Un
destin prévu de longue date==> à démontrer.Un
ensemble psycho spirituel non adapté au courant hétéditaire
entraînant des défauts d'incarnation avec ses
conséquences==> à démontrer.« Ce
qui est de nature spirituelle ne peut être malsain »,
pour ceux qui croient à l'existence du Diable, créature
spirituelle, il y a là une contre vérité.A
démontrer aussi que l'ensemble psycho spirituel vient jouer
sur le corps physique.S'il
y a des notions qui dépassent largement le cadre de nos
spéculations effectuées que sur le mode rationnel, on
n'est pas prêts de comprendre quelque chose.Montre-moi
aussi que les vibrations transmises à l'âme d'un être
se répand en tonalités harmonieuses ou pas avec
l'univers.Je
suis très sceptisque comme tu as pu le constater, mais ouvert
aux démonstrations tant attendues.Bien
à toi.Charly...

FARFADET 86 11/06/2008 01:00



Dire que je suis embarrassé pour répondre à ce commentaire ... certes je le suis ...
Pourquoi ? Tout simplement parce que nous sommes dans la situation où il faut démontrer des assertions s'appuyant autant sur des faits spirituels en tant que cause que sur des faits physiques
sensibles en tant qu'effets ... Les moyens d'appréhender et de paramétrer sont à double lorgnette, l’une utilisant la clairvoyance, l'autre l'analyse scientifique… c'est aussi simple que cela…


Pour être probant avec les énoncées touchant au spirituel, il faut s'y engager et "raisonner" de façon spirituelle où le physique matériel lui, n'a plus aucune prise et n’est nullement
adapté.

La croyance tant soulignée ici ne permettant pas d'accéder au statut de vérité démontrée, elle est aussi de mise en sciences où croire n'est souvent pas vain…


Nous vivons dans un monde de scepticisme et de suspicion que je qualifierai d'exécrable car l'on en vient à douter de tout, tout en nous permettant de vouloir tout démystifier.
Il n'y a plus de place pour la vénération, l'admiration, l'étonnement et l’humilité…


Les hommes ne sont pas modestes, car leur intellect dont ils sont si fiers est pourtant bien petit petit par rapport à la somme de tout ce qu'ils doivent encore apprendre concernant le monde où
ils vivent , eux-mêmes, et ce qu’ils ont à y faire digne d’intérêt ...


Alzheimer les guette et tout à coup ils ne savent plus rien de tout ce qu’ils avaient enregistré et muri au cours de leur existence parce que leurs cellules grises se détruisent… comme si la
matière allait produire des pensées !… Eh bien moi, sur ce point, je pense exactement le contraire !... et, une fois de plus, le cerveau n’est qu’un instrument, un réceptacle …


Les hommes n’expliquent un phénomène qu’à partir d’un autre ou d’un ensemble de phénomènes … On reste dans du descriptif, une suite de causes et d’effets dont, le plus souvent les causes sont
elle mêmes des effets … L’origine le point de départ de toutes créations comporte nécessairement une intention et celle-ci, bien souvent, on omet d’en parler …


En l’occurrence, ce que l’on croit être à l’origine d’une maladie, d’une pathologie n’est en fait qu’un symptôme parmi tant d’autres …


Oui, je ne cache pas qu'ils m'agacent quelque peu, les gens à l’esprit super carré et aux points de vue obtus, il leur manque ce brin de fantaisie qui rend toujours la vie plus belle, ce grain de
folie qui laisse espérer…


Je n’ai rien contre les hommes de sciences mais bon sang, heureusement qu’à côté il y a des artistes et des poètes !…


Il en est un grand homme poète et qui est aussi un scientifique de haute volée dont les révélations sont passées quasi inaperçues, c’est Johan Goethe. Voir les essais scientifiques de Goethe et
pénétrer ses métamorphoses pourraient éclairer de nombreuses zones d’ombre délaissées de nos connaissances …


Enfin, ici, j’attire ici l’attention sur cette partie du titre de cet article : « Un autre regarde sur… » Je n’ai pas la prétention d’asséner des « vérités » auxquelles il faut souscrire d’emblée
ni de faire quelques révélations à caractère sensationnel mais, par ces lignes dont on prendra le contenu comme hypothèses d’une quête pour approcher ce sujet, faire s’interroger le lecteur
lequel peut alors se dire : « Tiens et si cela était, quel éclairage nouveau cela peut apporter sur le handicap mental dont l’irréversibilité infirme à vie certains de nos contemporains au gré
d’un aussi injuste qu’insoutenable hasard ?… »


Quant à la contre vérité mentionnée à propos de l'existence du diable créature spirituelle lire : "Le mal et le point "0" :


http://www.mirebalais.net/article-3804460.html


Il y est aussi question d'équilibre et d'harmonies ...



Muad' Dib 08/06/2008 09:26

Coucou Farfadet,Je pars à Lille toute la semaine mais avant de partir, je te souhaite un très bon dimanche et une bonne semaine.Bye,

Michka dit Le Pirate :0051: 07/06/2008 09:38

alaligne 06/06/2008 18:43

"Le courant héréditaire est « sain » mais l’ensemble psycho spirituel (Noyau de l’Être) n’est pas « adapté » (prévu pour se lier..) à ce courant héréditaire… entraînent des défauts d’incarnation dont les conséquences peuvent créer une « terrain » favorisant l’apparition de pathologies physiques et mentales …"je respecte "Les cahiers du martinistes" et trouve intéressant que tu nous les fasse partager sans adhérer totalement à leur approche de la maladie mentale sur ce chapitre. Pour le handicap, l'environnement est déterminant mais l'harmonie telle que tu la définis est pure illusion à mon sens..; ce qui n'empêche pas notre regard d'évoluer en commençant par accepter la différence. Bises Patrice

Viviane 04/06/2008 17:27

Bonsoir Farfadetle handicap mental est une "horreur" à vivre au quotidien et pourtant il faut bien faire "avec"!La vie d'une famille se trouve "refermée" sur celui qui n'est pas comme les autres. Tout est pensé, décidé, calculé en tenant compte de la perspnne à protéger.Je connais même une famille "croyante" où la jeune grand-mère se demande tous les jours quel péché elle a pu faire... C'est fou!Les personnes qui donnent de leur temps et de leur patience sont "nécessaires" pour essayer de retrouver un semblant d'équilibre.Bien entendu, il y a des degrés divers dans tous les handicaps.Bonne soirée.Avec toute mon amitié

Michka dit Le Pirate :0051: 03/06/2008 19:28

guignol 03/06/2008 18:48

Après un texte aussi sérieux il nous est difficile de dire quoi que se soit.Merci de vos encouragements pour LOUIS amis Farfadets

zazou 03/06/2008 08:12

J'ai travaillé 1 an dans une clis (enfants handicapés mentaux).Quelle richesse humaine nous apportent ces enfants. Il donnent un amour totalement désintéressé.

oursonne libre 03/06/2008 04:44

pas facile ton article Patrice, mais tu as raison d'en parlerle handicap mental est certaiment celui qui fait le plus peurmerci d'avoir été aussi précisbisous

:0010::0011::0004:Danielle 03/06/2008 00:37

Un ptit coucou ! Bonne soirée et bonne semaine ! bisous !

Leloire Marie-Claude 02/06/2008 15:59

Qu'importent les raisons du handicap mental, je plains la famille où il nait ... ce sera toute une vie de parents passée à lui créer cette harmonie dont tu parles, pour in fine devoir les placer pour cause d'usure, de vieillesse ! J'en connais et ils regrettent sincèrement de les avoir laissé en vie ...

FARFADET 86 02/06/2008 18:51


Ah Marie-Claude, je reconnais bien mais l'apprécie également ton esprit cartésien associé, ici à un fort penchant pragmatique.
Non, je ne me moque pas … J’admets que l’on puisse raisonner comme tu le fais en toute bonne foi et sincérité. Libre à toi de ne considérer que les faits avérés et leurs conséquences manifestes
pour appréhender les avatars de l’existence. Ce n’est pas dépourvu de bon sens… Il est vrai que, de ce point de vue, l’existence d’arriérés mentaux (pouah quel vilain terme !...) entraîne pour les
personnes ainsi affectées, un programme de vie loin d’être « plan plan » et en soi, dérisoire, de même que pour leur entourage parents, famille, puis socio thérapeutes, un ensemble de dispositions
au quotidien particulièrement contraignantes et souvent vaines en regard des minces progrès obtenus quand, encore, il n’y a pas régression …
Incontestablement à quoi bon entreprendre autant d’actions qui comportent tant de sacrifices si, pour, en fin de compte, on ne peut rien changer pratiquement de cette lamentable situation…
Mais je crois qu’autour de ces êtres en grand difficulté existentielle, il se dégage beaucoup d’amour … L’énergie déployée pour les faire vivre le plus dignement possible est aussi à prendre en
considération car, l’autre réalité est que, même si ses êtres évoluent si peu et que leur existence puisse nous paraître si insignifiante, les personnes les accompagnant, leur vie durant : parents
et professionnels qui s’activent et se démènent à leur côté, eux, font un remarquable chemin dans le sens de dignité humaine et de la connaissance liée à ces énigmes existentielles …
En fait rien n’est vain…
Il peut paraître monstrueux de raisonner ainsi, en disant que grâce à ces existences misérables faites de pénibilité à être et demeurer sans avenir, d’autres en profitent pour progresser… mais il
convient de se rappeler, qu’au départ, ce n’est pas nous qui avons décidé qu’il en soit ainsi. Nous sommes seulement, un jour amené à nous confronter à une telle situation…
Alors est-ce que cela relève du pur hasard ou bien cela peut-il s’inscrire dans un « plan préétabli » où pourrait prévaloir la «loi» de cause à effet ?
Simple question que l’on peut se poser encore et encore …


Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog