Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les cahiers du Martiniste

 

Le Bûcheron – 13ième soir …
Il était une fois un bûcheron  qui vivait tout seul dans une maisonnette au milieu de la forêt. Chaque matin, il prenait sa hache, et partait abattre des arbres. Le soir quand il rentrait, il apportait quelques morceaux de bois mort pour faire du feu.
Un soir d’automne, il choisit une grosse bûche de bois bien sec, et la rentra dans la maison pour faire du feu le lendemain matin. Mais voici que le lendemain matin, lorsqu’il voulut prendre sa bûche, il vit que des petites pousses vertes avaient jailli ! Il fut bien étonné car il était certain d’avoir rentré du bois mort… bien sûr le bûcheron ne brûla pas cette bûche extraordinaire. Il en prit une autre pour se chauffer, et décida de garder la première pour voir ce qui allait se passer. Tous les matins, au réveil, il courait joyeux vers la bûche pour constater ses progrès… Et, effectivement, les petites pousses grandirent jour après jour ; elles devinrent de vraies branches. Puis il y eut des bourgeons qui s’ouvrirent doucement, déroulant de jolies feuilles vertes tendres. Enfin, le bûcheron n’en crut à peine ses yeux,  des boutons apparurent. C’était au mois de décembre déjà. Dehors, il gelait. Le bûcheron osait à peine quitter la maison de peur qu’il n’arrive quelque chose de désagréable à ces précieux boutons. Toute la journée, il entretint un bon feu pour qu’ils profitent d’une bienfaisante chaleur …
Une nuit, alors qu’il s’était assoupi, il fut réveillé par un bruit très doux comme une musique. La grosse horloge indiquait qu’il était minuit. Le bûcheron se tourna vers sa bûche aux rameaux boutonneux et fut émerveillé : tous, étaient recouverts de fleurs blanches magnifiquement épanouies. Le bûcheron se sentit heureux comme jamais il ne l’avait été. Il resta près des fleurs tout le reste de la nuit, osant à peine respirer. Au matin, il entendit des pas qui résonnaient sur le sol gelé, et qui s’approchaient de sa maison. La porte fut ébranlée par de grands coups joyeux, en même temps que des voix le hélaient …  « Bûcheron, ouvres-nous ta porte ! » Il ouvrit aussitôt et  découvrit ses amis les bergers. Ceux-ci lui racontèrent ce qu’il était arrivé et comment ils avaient trouvé l’Enfant de lumière.
Et le Bûcheron sût alors que ses fleurs blanches apparues sur les rameaux ayant jailli de la bûche, s’étaient ouvertes  juste quand l’Enfant était descendu du Ciel pour apporter la Paix et l’Amour aux hommes …

 

La Tortue – 14ième soir …
Quand l’Enfant Jésus arriva sur terre, tous les animaux l’apprirent, chacun à leur manière. En ce premier Noël, beaucoup d’entre eux se mirent en route pour aller saluer le Nouveau Né.
La Tortue avait pris ses dispositions pour passer l’Hiver confortablement. Elle s’était enfoncée sous une bonne épaisseur de terre et dormait profondément, en attendant le prochain Printemps.
Lorsque l’étoile de Noël descendit vers le monde, ses rayons pénétrèrent jusqu’à l’intérieur de la terre. Un rayon arriva juste à l’endroit où dormait la Tortue : « Tiens, se dit-t-elle, est ce que le Printemps serait déjà là ? Je n’ai pourtant pas l’impression d’avoir dormi si longtemps… » Mais elle se sentait bien. Ses membres, peu à peu, devenaient moins engourdis, et elle décida de pointer la tête dehors, pour voir comment était le temps. Quel ne fut pas son étonnement en découvrant qu’il faisait nuit, et que c’était l’Hiver. Mais lorsqu’elle vit l’étoile de Noël briller si fort dans le ciel, elle comprit que c’était elle qui l’avait éveillée, et partit dans sa direction, attirée par ce mystère. Elle marchait aussi vite qu’elle pouvait. Beaucoup d’animaux suivaient le même chemin et la dépassait ; ce n’était pas difficile, la tortue n’est pas très rapide. Les autres lui criaient en passant : « Eh, la Tortue, tu n’arriveras jamais à temps ! »  Mais la Tortue continuait sa route sans se décourager.
Vint à passer un Lièvre qui courait ventre à terre. Apercevant la Tortue qui avançait si lentement, il eut pitié d’elle. Il s’arrêta net et lui dit : « Monte sur mon dos, et tiens-toi bien.» Elle monta, et tous les deux filèrent comme l’éclair, dépassant tous les autres animaux. Et c’est ainsi que la courageuse Tortue aidée par le Lièvre arriva la première à la crèche.     

Il est bien sûr merveilleux de faire participer les enfants (petits et grands...) en leur demandant d'illustrer quotidiennement ces contes au fur et à mesure que l'on progresse vers Noël ...Si il est des petits ou des Grands illustrateurs qui veulent contribuer, avec la permission de leurs parents et leur accord personnel, je me réjouirai à faire figurer, ici, leurs oeuvres pour rendre encore plus vivantes ces lignes ...
NB envoyer les dessins ou peintures avec le prénom ou pseudo de leurs auteurs à l'adresse : "contact" de l'auteur de ce blog ...

ck
 


Pour ceux qui aiment tous les beaux sujets se rapportant à Noël, je recommande ce blog sur les santons : lousantonejaire.over-blog.com/
 
  

Commenter cet article

alaligne 21/12/2007 12:54

je suis abasourdie par les coincidences... la bûche fleurissant et le cotonéaster sur la tombe de madame Beaujour. Comme quoi, lorsque l'on est en état de grâce, c'est la même inspiration qui nous guide... Pour le lièvre et la tortue, je partage le com de Cyril

Piotr Goradd 20/12/2007 16:21

Si le bûche est effectivement un formidable conte qui prépare à la résirection, le conte de la tortue, nous montre qu'avant que les hommes salissent la réputation des animaux qu'ils étaient, eux aussi, tous frères.....Bisous.................Piotr, homme conté

louly 17/12/2007 15:35

bisous

cyril 17/12/2007 15:01

Belle métaphore de la résurrection à travers l'histoire de la bûche. Et voilà une histoire qui réconcilie d'une manière heureuse deux adversaires bien connus d'une célèbre fable...

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog