Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour, #Les cahiers du Martiniste

- Réédition d'un article publié le 15/11/2007 -

La pollution est une préoccupation de notre temps qui mobilise bon nombre d’esprits mais, généralement, c’est sous la forme des  nuisances faites  à la nature et, d’une manière générale, à tout « l’être » de la terre, que cette pollution est envisagée pour qu’ensuite, en en décelant les causes, nous déterminions les moyens de la combattre, voire d’en endiguer le trop plein …  

 

Qu’une pollution d’un type bien plus subtil, s’adressant, cette fois, à la nature psychique des êtres vivants dont l’homme, puisse être dénoncée, voila qui est encore exceptionnel … 

 

Pourtant, nous baignons dans un monde où, entre autres fortes impressions liées à notre actuel mode d’existence, l’impacte de l’image sur nos personnes et sur notre vie affective est considérable et bien souvent déterminant  quand on le rapporte à nos comportements…

 

L’image différée ou pas, aujourd’hui colportée par l’éventail de toutes sortes d’écrans, est de plus en plus mobile, fugace, sonore, percutante, traumatisante aussi, par sa volubilité, sa forme et son contenu … 

 

Il est vrai que nous sommes dans un monde où tout bouge de plus en plus vite, où la précipitation, la mouvance sous toutes ses formes sont de mise. A l’ère supersonique, du TGV et de l’Internet, tout s’effectue rapidement, avec vivacité, empressement, il ne s’agit pas de traîner ni de perdre son temps (bien que …) Il est donc évident que tout autour de nous, en conformité avec cette accélération dans notre rythme de vie, la fréquence et les cadences des images produites soient également super activées  … 

 

Les images ne devraient pas être les seules mises en cause car, vont avec, les sons, et toutes les impressions captées par nos sens : odeurs, goûts et contacts avec la matières, les matières en rapport avec les 5 sens classiques (Il en est d’autres, des sens mais c’est un tout autre sujet …) 

 

Tel que je présente les choses, ici, en tant que pollutions de l’âme, il apparaît que je privilégie l’impact des images face aux autres sources et formes de pollutions pouvant affliger l’âme…

 

Le fait est, que dès que l’on se réveille, même suite à une émission sonore quelconque, ouvrant les yeux, le monde « rentre » directement en nous par le canal visuel …  On est d’abord imprégné et vite submergé par l’image, les images de notre environnement, c’est à ce titre que je m’en réfère surtout aux impressions visuelles pour développer le présent sujet, demeurant conscient que d’autres formes de pollutions existent, s’adressant à l’âme … 

 

Ainsi impressions lumineuses, couleurs, formes, mouvements, viennent nous assaillir dès que nous ouvrons les yeux … 

 

 

180px-Kaspar-hauser.jpgJe vais citer maintenant le « cas » de Kaspar Hauser* qui fut séquestré depuis sa tendre enfance pendant de nombreuses années, et qui vers l’âge de 14 ans, voit pour la première fois le monde par sa fenêtre… Il fut proprement effrayé par cette mosaïque de couleurs, taches lumineuses qui pénétrant son âme sous forme d’impressions visuelles, opéra un véritable choc. Il voyait bien ce que nous  apercevons d’ordinaire par une fenêtre donnant sur un parc, comme objets aux formes colorées, mais était incapable de conceptualiser ; ce spectacle naturel s’offrant à son regard était pour lui effrayant car, ces formes et ces couleurs, ces mouvements les accompagnant (agitations de feuillages dans le vent…)  n’avaient aucun sens pour lui, ces « objets » n’avaient pas de contours propres identifiables…
 

Retenez bien cet exemple car il est capital pour saisir la suite de ce propos… En effet, sans l’émergence de notre conscience s’appuyant sur des concepts, le monde perçu est immédiatement caustique et agresse directement l’âme. Il faut dresser la barrière de notre conscience pour appréhender toutes les impressions qui sans, cette présence d'esprit, percutent notre psychisme et l’irrite fortement …

 

Entre parenthèses, voilà un peu de ce que ressentent certaines personnes dites «autistes» qui ne peuvent conceptualiser (dans le sens de re-connaître, identifier et donc se rassurer)  certains éléments, voire tous les éléments de leur entourage (objets, comportements, paroles, propos, événements) 

 

Nous, individus lambda, nous nous familiarisons à notre environnement par le truchement des habitudes prises, de la mémoire et ce qui va avec la mémoire, l’oubli … 

 

Il n’empêche que la somme, des impressions, des images (toujours envisager la forme ou l’apparence matérielle et le contenu de l’image) est de nos jours si dense, si saccadé,  que notre possibilité de les dégurgiter, de les digérer, devient de plus en plus difficile, voire impossible. Ces impressions descendent alors dans notre inconscient et induisent, à notre insu, notre vie intérieure, notre psychisme à travers nos affectes, nos réactions, notre compréhension des événements …

 

En résulte des quantités de comportements révélateurs des pathologies classifiées comme psychose ou comme névrose…  

 

Voici, un exemple significatif du caractère pathogène de « l’image » (entendez de la somme d’images)  lié à la procédure de leur diffusion et ce à travers les films contemporains :

 

L’image cinéma, l’image télévisuelle, l’image vidéo  a subi cette accélération, cette extrême vivacité de notre mode de vie… Les films sont une incroyable succession de scènes  mises en images se déroulant à une vitesse bien supérieure à la réalité espace-temps du contenu qu’elles veulent traduire. Ainsi on passe très vite du présent au futur et au passé avec des va et vient entre ces repères dans le temps, s’effectuant sur un rythme de plus en plus précipité. La cohérence de l’action s’en ressent et est, en tous cas, complètement déconnectée de la réalité. Ce sont des monuments d’images en flash, en flash back et de projections brutales dans l’avenir … souvent étayés par des dialogues à l’emporte pièce ; il faut une extrême attention pour suivre et comprendre… (Je sais, je suis vieux, et plus lent au niveau intellectuel …  Passons  …)

 

Il en demeure pas moins vrai que ces procédés relèvent d’un état schizophrénique … Ne nous étonnons pas que beaucoup de jeunes aient énormément de difficulté pour développer une idée, un raisonnement si, le cinéma, la télé, les jeux vidéos etc. ne constituent que leur seule culture.
Entendez que si ils délaissent la lecture ou la simple observation paisible de ce qui constitue leur environnement, ils n’ont, en fait, aucune réelle capacité cognitive et pondérée à disposition pour « digérer »  ces impressions trop abondantes, trop fluantes et trop fortes qui les assaillent venant du virtuel et d’univers sortis tout droit de la fiction … 

 

Un autre exemple significatif de cette pollution de l’âme par l’image, concernant, cette fois son contenu, je le relèverai simplement dans la qualité esthétique de l’environnement et là, sans entamer le sujet, on a tôt fait de constater que le citadin est logé à moins bonne enseigne comparé au villageois vivant en campagne … Il est évident que de n’avoir au saut du lit que des façades mornes bétonnées, en tant que paysages, n’offrent pas à l’âme des habitants de ces lieux, un spectacle aussi apaisant et bienfaisant qu’une vue directe sur des coteaux verdoyants, des monts scintillants, une mer mouvante à la blanche écume … 
S’ajoutent à cela les scènes tumultueuses de la vie quotidienne, l’excitation qui en résulte, les multiples artifices urbains qui n’ont rien en commun, s’agissant de leur caractère, stressant en ville et quiet en campagne …

 

Attendez ! Je vous vois, hurler… je sais … beaucoup d’entre vous n’ont pas eu  la possibilité de choisir leur lieu de vie… ici, je ne veux pas retourner le couteau dans la plaie, à l’égard des personnes qui, en grande majorité, vivent dans les agglomérations, je veux simplement attirer leur attention sur ce que représente la qualité de l’environnement et par là, faire entrevoir comment celui-ci peut influencer notre vie intérieure, si on ne se défend pas un tant soit peu, contre toutes ces « agressions » de notre vie moderne trépidante  … 

 

File0710a.jpgFile0710c-copie-1.jpgFile0710bjpg.jpg
 

J’en reviens maintenant à l’exemple de l’énigmatique destin de Kaspar Hauser, cet enfant coupé du monde, pendant au moins quinze années, qui n’a pratiquement reçu aucune éducation, qui, en découvrant brusquement un simple paysage par le fenêtre, hurle de frayeur parce qu’il ne peut mettre un nom sur ce qu’il aperçoit … Lui, à cause de sa séquestration  est comme « vierge » de toutes impressions et quand il découvre un seul pan des réalités de ce son environnement naturel, n’ayant que peu d’éveil de la pensée conceptuelle, il réagit comme un écorché vif à cette première vision d’un parc arboré … 

 

Nous, nous n’en sommes pas là… Pourtant, chacun, en sa demeure,  considérant, combien de choses, de personnes, d’événements, nous rencontrons au quotidien auxquels s’ajoutent  tout le contenu du virtuel transmis par nos écrans, de cette foison d’impressions, combien demeurent présentes à notre esprit et combien, sondant notre mémoire, en faisons nous ressurgir à notre conscience, nous constatons alors, que c’est une grande part que nous avons oublié qui donc, subsistent dans notre inconscient comme déposées dans une boîte à déchets, déchets qui,  bien sûr polluent  et, ici, polluent l’âme, à notre insu… 

 

Oh, attendez, chers amis lecteurs, le farfadet n’est point saint homme ni homme plus sain que d’autres, que nenni, je vis comme vous avec mon temps, et ayant  abordé ce sujet, je ne crache pas sur notre monde même si on peut le juger aussi imparfait, parfois sordide et enlaidi, non, car il nous reste la possibilité de poser nos regards sur ce qui est beau, noble, authentique… Même en habitant au cœur des cités, il n’est pas besoin de faire des centaines de kilomètres pour trouver ces qualités qui vivifient l’âme, parfois il suffit de regarder autour de soi et c’est aussi tout proche quand on sait où porter son regard et où ne pas le porter... La liberté elle est bien dans les choix que nous faisons en connaissance de cause … 

 

Il est évident qu’à la lecture ce vaste sujet n’est pas clos, qu’il n’est qu’à peine ébauché …et mériterait donc un développement bien plus approfondi, je pense que vos réactions vont certainement orienter le débat et permettre d’avancer car il est moins question de remettre en cause ce monde tel qu’il s’offre aujourd’hui à notre regard, que de savoir, en tant qu’individu, se préserver des influences néfastes qui en émanent et dont nous sommes, au premier chef, les auteurs …  

Je termine par cette sentence :   

 

« En ce bas monde, l’Esprit est bien la seule véritable lumière qui porte son éclairage sur les êtres et les choses. Ainsi pour avoir une saine compréhension du monde où nous vivons, il ne suffit pas de ne considérer que les sujets et objets ainsi éclairés mais surtout, d’appréhender par la conscience ce qui, à la source, les met ainsi en lumière … »

Commenter cet article

Marie-Rose 15/11/2018 09:17

Difficile de vivre avec son temps sans cette pollution de l'âme et de tous les sens par l'image. Peut-être pouvons-nous en vivant consciemment les instants présents où nous ressentons la beauté qui nous entoure et à partir de celle-ci, nous ouvrir à la bonté avec bonheur, sans pour autant, renier ce monde physique pollué de toutes parts qui nous entoure ? Merci Patrice pour la réédition de cet article de plus en plus d'actualité.

Cm Le Guellaff 15/11/2018 09:16

Un e belle entrée en matière et qui, tu vas sourire, rejoint mon propos actuel dans un roman en cours d'ecriture. Je te lis aborder le regard en premier ; j'attends avec intérêt la suite à venir en complément. ????

domi 14/11/2018 05:34

d'où l'utilité de décrocher de temps en temps...
ce ne sont pas les outils modernes qui sont mauvais, mais l'usage qui en est fait

Farfadet 86 03/02/2018 10:07

Plus de 10 ans sont passés depuis la publication de cet article à tous supports et diffuseurs d'images cités là, il faut maintenant ajouter le smartphone qui a créé une nouvelle et importante addiction chez beaucoup de possesseurs de ce moyen de communication moderne, aujourd'hui entre les mains de millions de personnes... le meilleur côtoie le pire...

alpero 06/06/2017 10:29

Après publication, je note des maladresses (écrites) dans mon texte, dommage qu'on ne dispose pas de la fonction "éditer". Je ferais attention à mieux me relire, la prochaine fois...
Et en passant, modifier un texte, c'est en général possible, dans ce cas de maladresse, mais une image ?
Attention, danger !

alpero 06/06/2017 10:22

Ce qui me chiffonne, dans cette omniprésence de l'image, c'est qu'une info visuelle est tellement plus facile et rapide à regarder que ne l'est, à lire, une info écrite, c'est qu'on finit (moi aussi, même si je me méfie) par ne garder, de cette info, que l'impression première que l'on a eu avec l'image et par n'en pas retenir le fond ni n'en percevoir les nuances, alors qu'à la lecture, tout cela nous serait parvenu et, en grande partie, resté.
Je parle bien des informations écrites, parce que le commentaire des images est très volatil lorsqu'on l'a entendu et qu'il n'est souvent écouté que de ceux qui cherchent la "petite bête". C'est dire qu'il ne sert pas à grand chose, à bien moins qu'un texte... sauf que "grâce" aux images omniprésentes, le texte, on ne le lit plus.

luis 22/11/2007 23:47

tres interessant cet article

Julima 20/11/2007 09:47

et si on rétrogradait un peu ?.... Parceque le monde autour de nous commence a tourner en folie et les mots aussi peuvent faire beaucoup de mal... Ah galère....

linette...ou stef le microbe 19/11/2007 12:52

BIDUDULE 19/11/2007 06:05

Toujours beaucoup d'intérêt à te lire.Passe un agréable lundi.

louly 18/11/2007 15:20

bisous !

GUYL 18/11/2007 13:14

"Gaspard Hauser chante :Je suis venu, calme orphelin,Riche de mes seuls yeux tranquilles,Vers les hommes des grandes villes :Ils ne m’ont pas trouvé malin.À vingt ans un trouble nouveauSous le nom d’amoureuses flammesM’a fait trouver belles les femmes :Elles ne m’ont pas trouvé beau.Bien que sans patrie et sans roiEt très brave ne l’étant guère,J’ai voulu mourir à la guerre :La mort n’a pas voulu de moi.Suis-je né trop tôt ou trop tard ?Qu’est-ce que je fais en ce monde ?Ô vous tous, ma peine est profonde :Priez pour le pauvre Gaspard !"Je ne connais pas l'histoire de Kaspar Hauser, j'ai fais des recherches le net pour en savoir plus sur son énigme...BON DIMANCHE PATRICE 

fred 18/11/2007 11:42

Je "tombe" sur votre blog tout à fait par hasard, et j'ai trouvé cet article  tout à fait passionnant..  Oui, aller "au-delà" des apparences, ou "voir" avec nos sens ce que nous ne voyons plus depuis longtemps.. s'emparer de l'essentiel..du "vrai"...Faire que le quotidien dans lequel nous sommes installés, nous laisse parfois quelque répit pour ne pas oublier de se délecter des "cadeaux" qui nous sont offerts parfois..si on se donne la peine d'observer..

alaligne 17/11/2007 18:09

Je n'ai même pas eu à me limer les griffes... car j'abonde dans ton sens sur de nombreux points. La qualité du regard s'éduque également très tôt (je ne parle pas bien sûr des enfants autistes). La surabondance d'images est aujourd'hui une évidence et comme dans tout ce qui est prolifique il y a de l'excellent, du bon, du mauvais et de l'exécrable. Il est dommage que ce soit toujours les mêmes qui aient accès à l'excellent et les mêmes à l'exécrable. A nous d'éduquer le regard de nos enfants , de développer leur sens critique, de leur expliquer avec des mots simples les valeurs ou non valeurs contenues dans ces images. En gros à nous de les rendre intelligents.

Cajou 17/11/2007 14:00

Depuis que je peux m'offrir ce luxe suprême, me ballader chaque jour longuement en pleine nature, je me remplis de ce sentiment : la beauté est partout autour de nous, simplement, nous ne savons pas toujours la voir, ni même la chercher, encore moins la protéger et la chérir ... Quel gâchis !!! Bises à toi et Annie !

Pascaly 17/11/2007 11:25

Merci pour cette leçon Patrice, Se protéger, protéger l'autre et la nature ....   Pascaly  

Muad' Dib 17/11/2007 10:27

Bonjour Farfadet, je te remercie pour la photo de Noé qui est venu se rajouter à ma collection de cadre.C'est vrai qu'à notre époque, toutes sortes d'images défilent en permanence à la limite de notre conscience et sans tri préalable.Il faut rester très vigilant.Je te souhaite un très bon week-end avec cette image qui te plaira j'espère.A bientôt,

oursonne libre 16/11/2007 23:57

subissant deja toutes sortes de pollution visuelles et atmosphériques, farfadets, il y en a une au moins que je peux volontairement éviter, c'est la pollution des images diffusées par la télé en n'allumant que rarement ma télé. C'est toujours cela de gagné. Mais c'est vrai que si tu arrives avec un portable qui capte internet via le sattellite dans une région ou ils n'ont jamais vu cela, les images que tu vas leur montrer risque de les terroriser. Il y a de quoi, je dois le dire.bises bon week end

louly 16/11/2007 23:40

bonne nuit !

Piotr Goradd 16/11/2007 14:58

La pollution n'est qu'un mot simple, innofensif, trop doux pour révéler aux yeux de l'humanité, qu'elle se ... Nécrose.Notre âme se raccornit,comme jadis se réduisait la "peau de Chagrin", malgré les bonds formidables de la science, nous nous ratatinons, nous nous enfumons pour moins nous voir crever...Avant, il y a bien longtemps, un accroc au pinard vécu plus de 900 ans ! Mais c'était y'a longtemps, avant les hauts-fourneaux et les programmes télé...Bisous.........................Piotr, homme en osmose

louly 16/11/2007 10:35

un gros bisou pour toi ! je suis débordée en ce moment ! vivement le week !

rier 16/11/2007 00:55

suis passée me reserve le droit de ce simple com CAR je veux le lire (a une heure moins tardive ) en totalité et avec attentionje reviendrais!ca soit en sur ;ca marche ?biz maudinette

Leloire Marie-Claude 15/11/2007 23:51

je comprends ton point de vue, mais il me semble que rien n'est nouveau, l'homme préhistorique déjà avait à s'adapter aux violences de son temps, les formes évoluent, changent mais pas le principe ... Anecdote : maman avec l'âge était devenue sourde comme un pot, et refusait tout appareillage jusqu'au jour où il a bien fallu y souscrire ...Alors le moindre petit bruit devenait insupportable, l'irritant au plus haut point, mais de jour en jour, elle s'est habituée et aujourd'hui ne peut plus s'en passer ! l'homme s'habitue à son environnement à la ville comme à la campagne ; il y a du bon et du mauvais partout !

:0071:Zezette14 15/11/2007 21:32

Désolée de ne pas être trop bavarde, j’ai eu du monde et je n’ai plus trop de temps pour le blog ce soir. Bisous Demain sera plus tranquille pour tout lire!

Alatère 15/11/2007 19:10

Ton article est très intéressant , plein de vérité et d'informations. Tu termine par une sentence sublime de profondeur. Merci à toi !

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog