Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #D'Hier - d'Ici et d'Ailleurs ...
Le bon vieux temps des blouses grises...
Le bon vieux temps des blouses grises...

C'est en lisant un article page 18, de la Nouvelle République du Jeudi 7 janvier 2021 : « Les blouses de la prospérité » des ateliers de confection à Charroux (Sud Vienne) que des souvenirs d'enfance et de vie scolaire d'antan sont remontés dans ma mémoire.

Pensez, ma Tata de Charroux a travaillé dans ces ateliers, les établissements Portejoie, au cours des années 50 et 60 et à chaque rentrée scolaire elle m'offrait une paire de blouses grises d'écolier...

En fait, il y avait peu de variante pour les gars, petits et grands, ces blouses existaient essentiellement en gris, plus rarement en noir et, pour les filles, en couleurs plus gaies et plus claires bleu ou rose. A l'école, en primaire et même au début du secondaire, le tablier était indispensable, quasi obligatoire à cette époque. D'ailleurs nos maîtres en portaient eux aussi...

Ma tante appelait cela un pare-poussière... Ainsi donc à chaque rentrée scolaire je portais des blouses grises flambant-neuves, un peu rêches au début. Par dessus les culottes courtes que nous portions gamins de 6 à 11 ans, ça faisait robe un peu comme les filles, pour cette raison nous aspirions tôt, à porter des pantalons comme les hommes... avant cela, il y avait la culotte de golf (bouffante) dont le bas blousait au dessus des chevilles habillées de chaussettes jacquard. Nous n'en étions pas encore à la mode du jean en toile denim apparu au milieu des années 50, interdit dans les collèges et lycées jusqu'aux années 70 où il s'est démocratisé.

 

Classes de 6e et 5e au C.C. de Mirebeau, année scolaire 1956-57 - Le maître d'école portait lui aussi la blouse grise.Classes de 6e et 5e au C.C. de Mirebeau, année scolaire 1956-57 - Le maître d'école portait lui aussi la blouse grise.

Classes de 6e et 5e au C.C. de Mirebeau, année scolaire 1956-57 - Le maître d'école portait lui aussi la blouse grise.

65 ans plus tard, ceci me fait bien sourire et je dois avouer que cette blouse d'écolier était bien pratique pour éviter de tacher ses vêtements avec l'encre qui pouvait dégouliner de nos porte-plumes, emmagasiner la poussière de craie quand nous étions conviés au tableau noir ou pour l'essuyer chaque soir, puis, pour protéger l'usure de nos pulls au niveau du coude.

A la récrée, dans nos jeux où souvent il fallait s’attraper à la volée, les blouse grises, par leurs manches et pans étaient mises à contribution... on se faisait tirer par la blouse et là encore si l'on tombait à terre, elle protégeait nos habits en-dessous, sans pour autant empêcher, en certaines occasions, que nos genoux soient « couronnés » lors d'une chute en avant.

 

Je me souviens d'en avoir encore portée lors de ma première année de Lycée à Loudun en 1960. Suite à un échange d'informations avec mon nouveau professeur de physique-chimie auquel, m'étant présenté, j'expliquais que je n'en n'avais jamais fait auparavant, quand j'étais au collège Saint-Louis à Saumur, il ne me crut pas et pensa que je me moquais de lui… il m'ordonna alors de venir aux places juste devant son estrade en m'appelant « Joli cœur »

Ce que je voulais surtout éviter, à savoir, me faire remarquer par devant tous les élèves de ma classe, venait de se produire de la façon la plus inattendue… sous les regards  de tous et de toutes les filles de ma classe, me voilà tenu de descendre les gradins de l'amphithéâtre, bien en évidence, et de surcroît, gratifié de l’appellation « joli cœur » qui, bien sûr allait me rester, suivant l’usage tout à fait opportun qu’en feront, par la suite, mes nouveaux camarades …Et ça n’a pas manqué, à la récréation qui suivit, j’ai eu droit au « Tous sur Joli Cœur !» Une vingtaine d’élèves s’est alors précipité sur moi, pour m’acculer dans un coin de mur du préau… sous les quolibets scandés de «  Joli Cœur » qui n’a jamais fait de physique et de chimie, nous, on va lui apprendre ! D’abord la pression des corps : on  me comprime fortement sous le nombre de ceux qui poussent puis,  la combustion des corps et là un des bizuteurs me glisse un mégot allumé dans la pochette de ma blouse grise… Ce petit jeu dure quelques minutes, j’encaisse en souriant puis mes « tortionnaires » relâchent la pression, alors libéré je me débarrasse du mégot qui a troué ma blouse. Éclats de rire autour de moi … « T’es grillé le nouveau !...»

Ce bizutage se reproduira encore deux fois dans les jours qui suivront… mais je reste stoïque, garde le sourire et finalement obtiens mon billet de passage pour entrer dans le camp des « affranchis » auxquels on assure la reconnaissance de camarade bien intégré a sa classe… Mais le surnom de « joli cœur » me restera quelques temps encore avant que l’on m’appelle « Pat » tout simplement…

Bien sûr, à la maison ma chère mère n’a pas manqué de constater le mauvais état de mes blouses…

  • Tu peux m’expliquer Patrice ?

  • Oh ! Ce doit être en jouant au basket que j’ai dû accrocher ma blouse …

  • Tes blouses ! Et au même endroit !… Ne me raconte pas n’importe quoi… je vois bien que ce n’est pas un accroc mais que ça correspond plutôt à du brûlé, par exemple avec une cigarette…

  • C’est bien possible… je n’ai pas fait attention… Je n’en disais pas plus et ma mère n’insista pas…

 

Blouse grise des griseries, finalement grillée...

Et pour clore le sujet «blouses » cette définition que l'on retrouve assez souvent dans les mots croisés : « sous le tablier ?... » - en 3 lettres ?... EAU... évidemment !… Depuis, bien des flots sont passés sous ce tablier du pont !...

Vieux pont de Saint Savin - Dessin de Raymond Naud.

Vieux pont de Saint Savin - Dessin de Raymond Naud.

Commenter cet article

éliane roi 13/01/2021 15:33

C'est le blues de l'écolier, chanson composée par Farfadé à coudre (de Tata de Charroux), qui confectionnait des tabliers d'écoliers comme d'autres confectionnent des uniformes pour se mettre en forme. Ha la nostalgie de l'école d'autrefois, avec ou sans blouse, comme dirait Armstrong (le musicien, pas l'astronaute, et encore moins le coureur cycliste) ! l'époque où les élèves étaient encore obéissants et disciplinés, même si quelques bizutages venaient chatouiller "Joli coeur", la période n'était pas à la décapitation des professeurs comme aujourd'hui, où les élèves sous emprise radicale (ou terminaison) racontent leur journée de classe à des parents malveillants et violents prêts à en découdre avec l'enseignant(e) qui a osé parler de la liberté de caricature ou de blasphème dans notre cher pays laïc ! On vit une époque formidable ! Moi je garde en tête mes souvenirs d'écolière des années 60, avec ou sans blouse, avec le blues et le rock aussi, dont on achetait les disques en cachette.
Merci Joli coeur pour ce voyage dans le passé, ça fait pas d'mal, par les temps qui courent.
Rangez vos porte-plumes, c'est la récré !

manou 11/01/2021 11:35

Le travail était précieux à cette époque et bien fait. Le tissu n'était pas fabriqué en Chine ! J'ai connu cette blouse grise pas pour moi mais pour mon frère de 7 ans mon aîné ! Pour moi elle était à petits carreaux en primaire et fabriquée par ma mère, puis bleu ciel à l'entrée en 6ème, et achetée obligatoirement car nous devions avoir toutes la même et un rechange, je passais celles de ma soeur forcément puisqu' elle était plus grande que moi. Mais mai 68 est arrivé lorsque j'étais en 3ème et hop nous avons immédiatement décidé un matin de ranger notre blouse dans le cartable. Je crois que je n'oublierai jamais la tête du Surveillant Général de l'époque ce jour-là...c'était ma première rébellion pas bien méchante mais marquante. Du coup tu sais mon âge :) Belle journée et mes amitiés

FARFADET 86 12/01/2021 11:21

Bonjour Manou...
Mai 68... cela fait date dans l'histoire contemporaine mais aussi dans chacune de nos existence à nous les anciens nés pendant et juste après la guerre et à toute la génération du baby-boom, aujourd'hui octogénaire, septuagénaire, sexagénaire ...
Sûr on a laissé tombé la blouse et pas mal d'autres trucs jugés par nous obsolète , rétro et plus de mode ... Un grand vent de liberté s'est mis à souffler ...
http://www.mirebalais.net/2018/04/mai-1968.souvenirs-du-farfadet.html
Amitiés

Mo 10/01/2021 15:50

C'était dur les bizutages...
Jusqu'en 3ème, j'ai dû porter blouse rose et bleue en alternance, je crois...
Bon dimanche,
Mo

FARFADET 86 11/01/2021 09:46

Bonjour Mo,
Oui, parfois ces bizutages pouvaient être pénibles, orchestrés par quelques meneurs "grandes gueules" désireux de se singulariser et pour certains de faire pression sur les plus faibles qu'eux, imposant leur domination.
Ayant préalablement fait plusieurs années d'internat chez les frères abbés à Saumur, je savais comment réagir face à ces accès "initiatiques" pour tester notre résistance physique et morale.
Oui chez les filles je mes souviens qu'elles portaient des blouses de ces couleurs bleues ou blanches et sans doute, comme tu le mentionnes, en alternance : une semaine bleue, une semaine rose... la vie scolaire douceur du ciel ou parfum de rose ... (sourires)
Amitiés des farfadets du Poitou.

claudeleloire 10/01/2021 14:55

c'est en humanité chez les bonnes soeurs que nous portions toutes sur notre uniforme un tablier bleu marine ...
comme j'aurais aimé le brûler moi aussi !
amitié .

FARFADET 86 11/01/2021 09:37

Bonjour Marie-Claude,
Bleu marine, oui c'est quelque peu sombre, sans doute pour être à l'unissons des robes et capes des bonnes sœurs, vous élèves, sans voile ni cornette... la rigueur conventuelle ... pour cacher novice ... nos vices ... lol...
Amitiés des farfadets du Poitou.

domi 10/01/2021 12:04

en tous cas c'était mieux que les masques

FARFADET 86 11/01/2021 09:30

Bonjour Dominique ,
Au C.C. (Cours complémentaire avant l’appellation collège), la blouse grise se substituait à l'uniforme des écoles élitistes et d'une façon très démocratique plaçait, hors leurs origines sociales très diverses, les élèves sur un même pied d'égalité.
Amitiés.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog