Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Portraits

L’abbé Pierre, né Henry Groues, (* 05.08.1912 /// † 22.01.2007) plus qu’un apôtre est une des personnalités majeures qui a illuminé de son charisme la seconde moitié du XX° juste passé et donc, y étant  intensément actif jusqu’à son dernier jour, devient le porte flambeau de la juste attitude chrétienne et sociale moderne, à cultiver dans les temps à venir, à partir de ce XXIe siècle naissant, point de départ du 3ième millénaire …

Ici, le propos ne sera pas de retracer sa vie dont on trouve le parcours exemplaire autant à travers l’actualité que dans de nombreux ouvrages la relatant, mais soulignant les mobiles, de son action humanitaire, de montrer l’élévation d’une âme à la dignité des justes et des grands bienfaiteurs de l’humanité…

Il est l’exemple parfait de ce que d’être Chrétien implique : la pratique active et féconde de la Charité, non en faisant l’aumône mais en allant « secouer » pour leur ouvrir les yeux, les gens en place du pouvoir, en remuant les masses « endormies » pour les sortir de leur torpeur matérialiste, indiquant à chacune de ces factions, ce qui doit être réalisé dans l’urgence (Hiver 54…) 

Oui, devant un tel homme, on se sent bien petit, mesquin, cupide, ridicule quand, bien au chaud chez soi, on crie à l’injustice, au scandale lorsque les soucis, les revers de fortune, les maux petits ou grands qui jalonnent nos existences, procurent soudain, une gène dans nos petites vies paisibles…

Lui, en premier il a perçu le mal être des autres qu’il a spontanément fait sien pour y répondre en guérisseur disponible et efficace…

Sa « colère » légendaire n’était aucunement portée par la méchanceté, ni la conséquence d’un égoïsme contrarié, elle avait pour mission de stimuler nos cœurs endurcis pour relever les manches et agir, en venant en aide à ceux de nos frères que la misère n’a pas épargnés…

 

Cet homme me fait dire aujourd’hui que sa foi, profonde, sincère n’était pas vaine et que son exemple, vis-à-vis de ceux qui se disent mécréants et qui l’ont aussi en admiration, devrait les aider pour porter un autre regard sur la foi attenante aux diverses formes de croyances et religions et dont la mission première est de permettre à chaque être humain d’établir le pont entre nos origines spirituelles et ce monde matériel, théâtre de toutes vies, vies qui ont un sens dépassant largement les contingences liées aux apparences…

Avant lui, le tumultueux Saint-Martin soldat du Christ, le gai et pétulant Saint François d’Assise, amis des humbles, chantre des plus simples beautés et joies, du monde, Saint Vincent de Paul, le petit frère des pauvres, ont fait merveilles pour nous montrer la route …

C’est bien, en chemin, que les disciples d’Emmaüs ont accueilli, Celui qui leur a ouvert les yeux sur les réalités d’un monde si ancien et si nouveau à la fois qui, au-delà du temps et de l’espace, appartient à l’Éternité …

Sur les chemins d'Emmaüs...Sur les chemins d'Emmaüs...Sur les chemins d'Emmaüs...

Au cœur de la misère...

 

Elle fait parti de nous,
Cette sinistre ouvrière,
Et veut que l'on la loue,
Lui vouant nos prières.

Ceux qui n'ont pas le sou,
Qui mangent la poussière,
Ceux que la vie rend fou,
Tous les traîne-misère,

A rassemblé, le prêtre doux,
Pour secourir leurs frères,
Enlisés jusqu'au cou,
Dans la fange des ornières...

Le mot d'ordre, bel atout :
« Aidez ceux tout à l'arrière,
Miteux et plein de poux,
Dépourvu d’aumônière.

Les plus indigents que vous,
Ont besoin de vos bras fiers !
Pour les sortir de cette boue,
Vous prie d'y faire carrière !

Misérables ou grands filous,
Hommes sans bonnes manières,
Á votre tour, brassez la gadoue,
Pour secourir ces pauvres hères ! »

Voilà qui bien valait le coup,
D’entraîner tels compères,
Qu'on aurait, jadis mis au trou,
Pour leurs envies meurtrières.

Des gars toujours soûls,
Bretteurs qui réitèrent,
Sinistres et vils époux,
Terreurs en leur chaumière...

C'est aussi aux voyous,
Autres âmes incendiaires,
Que sa confiance il alloue,
Et en fait ses missionnaires...

Vieux et jeunes loups,
Rassemblés par la misère,
Font sauter les verrous,
De ses sombres souricières...

Ne restent plus à genoux,

Au bord des cimetières...
C'est en tirant leurs houes,
Qu'ils se penchent sur la terre...

Colères mises au clou,
Retrouvent joies altières,
Vivent leurs levées d'écrous
Sur des champs pas aurifères.

Puanteurs, relents d'égouts,
Retirant quelques affaires,
Hors d'usage par faute de goût,
Ils surmontent ce calvaire...

Récupèrent, rénovent tout,

Ce qui rouille comme fer,
Redonnent vie à des joujoux
Qui, à d'autres, vont mieux plaire...

Et tout cela est parti du courroux,
D'un prêtre engagé : abbé Pierre,
Qui mit la Charité en proue,
Contre la rigueur d'un froid hiver...  

 

Farfadet - Mirebeau le 6 novembre 2015.

Commenter cet article

Mo 13/10/2020 15:03

Bonjour,
Je me souviens de ce terrible hiver 54 et même de l'abbé Pierre... J'avais 9 ans.
Chaque fois que nous pouvons nous leur offrons des choses. Entre autres, une fois, ma vieille R5 en état de rouler encore mais ne valant plus rien, comme on devait acheter une autre petite voiture.
C'est là qu'on a appris que Emmaus n'en faisait pas cadeau à quelqu'un qui en avait besoin mais la vendait. Bon je suppose que cette association a besoin de financement.
Bonne journée à toi,
Mo

FARFADET 86 14/10/2020 12:08

Bonjour Mo,
Je pense que c'est souvent le cas chez Emmaüs de revendre ce qui leur est laissé par les donateurs, comme objets, meubles et autres matériels, appareils ménagers, véhicules après réparations ou restaurations.
D'ailleurs ils ont des salles des ventes qu'ils ouvrent occasionnellement au public, les bénéfices générés le sont exclusivement au profit de l'association.
Amitiés.

manou 12/10/2020 15:32

Je vais très souvent à Emmaüs car je trouve important de les faire travailler et je leur ai donné au cours de ma vie beaucoup de choses en excellent état qui venaient de nos parents et que nous ne pouvions pas garder. Merci pour cet historique qui les met en valeur encore davantage. L'abbé Pierre est pour moi, non croyante, l'exemple même de ce qu'on peut appeler l'amour inconditionnel...

FARFADET 86 13/10/2020 10:00

Bonjour Manou,
Autant que dans son Dieu, l’abbé Pierre a placé sa foi dans les hommes... ces "hommes de rien" que l'on ne voyait pas et ne voulait connaître Lui, les a remis sur un chemin de lumière, sans artifice mais pourvu de toutes ces choses hétéroclites qu'il fallait transformer pour leur redonner vie et usage; "Dans la Nature rien ne se perd... tout se transforme" delà sourd la possibiliter de créer...
Une idée formidable cela !... qu'a su exploiter ce prêtre vraiment pas ordinaire ...
Amitiés.

éliane roi 12/10/2020 14:28

Bonjour Farfadet du Poitou des deux Charentes ! D'abord, merci de nous avoir fait rire avec tes trois petites histoires d'avant-hier ou de la veille.
Ensuite, Emmaüs est une belle histoire. Partie de l'hiver 54, cet homme a décidé d'aider les plus démunis, constatant que nos gouvernements continuaient à laisser des gens dans la misère, dans une société dite "civilisée". Quand les SDF ne meurent pas de froid, ils meurent de faim.
Bravo à lui. Comme pour Coluche, qui pensait que ses Restos du Coeur allaient perdurer deux ans, Monsieur Emmaüs pensait sans doute que cela ne pouvait être que provisoire. Hélas, la misère est toujours là, en 2020 (pas pour tout le monde). Je crois que c'est Nicolas Sarkozy -à moins que ce ne soit François Hollande- qui disait : "Avec moi il n'y aura plus un seul SDF dans Paris"...................................(!).................................. Les pauvres n'ont jamais été aussi pauvres, les riches n'ont jamais été aussi riches. Quelque chose ne tourne pas rond dans notre bon vieux monde.
Moi j'y vais souvent à Emmaüs : d'abord parce que c'est une BA, comme le fait de donner mon sang -depuis 40 ans- ou de manifester pour un monde meilleur, ensuite parce qu'ils sont hyper sympas (près de Saintes), puis parce que j'y trouve ce que je cherche en matière de livres, breloques, dentelles ou vêtements ; il y a longtemps que je n'achète plus de vêtements neufs et que je condamne la société de consommation à outrance. En finir aussi avec le "j'achète des choses dont je n'ai pas forcément besoin". Vive les recycleries et le système de troc !
Merci Patrice pour ce bel article, et excuse-moi d'avoir été aussi longue, je ne peux pas faire court. Surtout sur un article comme celui-là.
Bravo à toi !
Biiiiiiiiiiiiiiiiiiises !

FARFADET 86 13/10/2020 09:35

Bonjour Eliane,
Oui faisons fi du superflu et n'usons ne consommons que ce qui nous est indispensable ou impérativement nécessaire.N'envions pas les richesses matérielles, ne courons pas après des biens illusoires et apprenons à nous contenter de ce que nous avons sans regarder sur ce que nous ne possédons pas...
Avant de jeter ce que nous ne voulons plus, ce qui nous sert plus et m^me ce qui est en partie, sué, demandons-nous si cela servirait à d'autres qui pourrait y trouver leur bonheur...
C'est bien cela Emmaüs, de la récupération, de la restauration, de la réparation puis du recyclage , une entreprise qui fait travailler ceux qui sont laissés pour compte.
Nous avons eu plusieurs fois recours à eux , ceux de Châtellerault en leur cédant du mobilier et des vêtements.
Oui, une autre façon de consommer commence à voir le jour où les choses d'occasions ,y compris les vêtements ont une nouvelle vie chez d'autres...
Une quête de l'antigaspillage s'amorce et c'est très bien.
Je vois que pour toi Emmaüs est source de bon nombre d’accessoires et petits objets pour tes créations en atelier . Merci à eux, bravo à toi !
Bises amicales et à bientôt sur nos pages de blogs.

Domi 12/10/2020 13:48

Emmais est en effet une grande œuvre

FARFADET 86 13/10/2020 09:42

Bonjour Dominique,
Oui sur le tas d'immondices récupérer ce qui peut encore servir le remettre en état, il y a là quelque chose de noble et qui permet à de pauvres gens de retrouver leur dignité en œuvrant de leurs mains et avec cœur ...
Abbé Pierre ... un sain patron !...
Amitiés.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog