Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les mots choisis du Farfadet

Du train où vont les événements...

Un tramway nommé Désir …

Il remontait du sol de confuses fragrances,
Ces moiteurs de l’Eté, à l’heure crépusculaire,
Mélange des parfums des Dames de l’Intendance,
Et d’effluves de ville, en moult exemplaires…

Georgin attendait dans la lumière du soir,
Candélabres et lumignons à l’éclat ambré,
Diffusant leur or sur l’aire des trottoirs,
A ces instants où plus rien n’est encombré…

Silencieux, glissant sur ses rails,
Un tram au métal luisant s’avançait …
A l’arrêt retentit sa frêle sonnaille,
Et les ouvrants, comme son cœur, palpitaient…

Les quelques passagers qui descendent
Georgin, en vain, a suivi du regard,
N’y reconnaissant sa belle Escalande,
Elle, qui jamais, n’arrive en retard…

Moins cinq, s’affichait au cadran de sa montre,
Elle lui avait dit au plus tard à Neuf heures…
Ce n’était pas leur première rencontre,
Ni la première fois, que tremblait son bonheur …

Force lui fut de prolonger l’attente…
Le tram suivant est à encore dix minutes…
De quoi ressasser les doutes qui le hantent
Affres d’une passion qui tant, le persécute

Il ne voyait plus rien de ce qui l’entoure,
Hormis ces rails qu’il fixe obstinément,
Semblables aux deux bras de l’Amour,
Une voie sacrée qui unit les amants …

Aussi  raide que l’acier dans la chaussée,
Georgin se figeait dans le temps et l’espace,
Là, planté, et sur ses pointes, rehaussé …
Des deux virgules de fer, il ne perdait la trace …

Arrivait alors une nouvelle rame,
Le même carillon, en ouvrit les portes
Mais ci fait, s’intensifia le drame,
Pour qu’aucune Escalande ne sorte …

Par tranches de dix minutes, sa vie chavirait
Chaque nouveau passage était une torture…
Jamais de cet endroit il ne repartirait,
Jamais, sans Elle, il n’aurait de futur …

Il était là, perdu dans son profond désarroi,
Le regard humide, les jambes en albâtre…
Quand sur sa joue, elle tendit son joli minois,
Jamais si fort, il n’avait senti leurs cœurs battre …

Farfadet

 

Commenter cet article

manou 18/03/2020 08:49

Quelle jolie déclaration d'amour...c'est un texte qui te ressemble je crois bien et je le reçois ce matin comme un beau cadeau de ta part. Belle journée. Prends soin de toi et de tes proches surtout

Farfadet 86 18/03/2020 12:10

Bonjour Manou,
Merci pour ce gentil commentaire., eh oui en ce moment c'est ce qu'il faut pour chacun afin que le confinement ne soit pas douloureusement vécu. Pensée à tous ceux qui vivent en ville trop à l'étroit dans ds logements parfois insalubres.
Nous, avons un jardin et je vais y aller ce tantôt , il y a foule de plantes à tailler ... car heuresement le soleil brille et le ciel est bien bleu.
Amitiés et courage à Tous pour franchir cette vile période de la pandémie ...

Mo 17/03/2020 16:10

C'est très mignon et même émouvant.
Merci patrice!

Farfadet 86 18/03/2020 12:12

Bonjour Mo , Merci pour ces mots touchants.
Ce tantôt je vais sortir dans notre jardin , en friche depuis l'hiver ...
Le Printemps est bien présent aujourd'hui avec deux jours d'avance .
Amitiés des farfadets du Poitou.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog