Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #les coups de gueule du Farfadet...
Dans la NR des 12 et 11 février 2020 , ces articles exposant des situations de non respect entre élèves à l'école  et qui interrogent sur les moyens pour rétablir ce respect d'autrui et de soi-même sur les réseaux sociaux.  Dans la NR des 12 et 11 février 2020 , ces articles exposant des situations de non respect entre élèves à l'école  et qui interrogent sur les moyens pour rétablir ce respect d'autrui et de soi-même sur les réseaux sociaux.

Dans la NR des 12 et 11 février 2020 , ces articles exposant des situations de non respect entre élèves à l'école et qui interrogent sur les moyens pour rétablir ce respect d'autrui et de soi-même sur les réseaux sociaux.

En voilà un mot étrange !... un mot du passé, certainement... le respect n'a pratiquement plus cours aujourd'hui... il se singularise par le manque... de respect... justement...

A l'heure des outrances, des vociférations, des insultes, des grossièretés, des tags honteux, des propos haineux, on en vient à se dire que de plus en plus de personnes manquent de respect pour leur entourage, les règles du vivre ensemble, les institutions, y compris elle-même.

Les exemples sont multiples et toujours plus marqués par l'incivilité, la bêtise, la haine, la xénophobie et le racisme... Ce délitement des convenances et des égards envers autrui et la société dans son ensemble, est manifeste sur les réseaux dits sociaux... On assiste là aux pires déchaînements en matière de malveillance, de propos infâmes, d'accusations indignes, de jugements à l'emporte-pièce et du pis-aller sur les voies de la vulgarité.

Si la liberté d'expression est un droit reconnu à tous les citoyens quand il s'exerce dans le domaine de la légalité, elle n'est plus acceptable quand elle porte préjudice à la dignité de chacun.

Dire, railler, montrer du doigts, dénoncer, peuvent vite devenir calomnieux si le sujet émetteur ne châtie pas lui même son langage, déjà sur la forme, et, au niveau du contenu, ne censure pas lui-même ses appréciations le plus souvent étayées par la rumeur faiseuse de mensonges ou pour le moins de contre-vérités. A propos de telle ou telle information, on assiste souvent à un emballement des jugements dépassant largement l'étendue des faits. Il y a comme un grossissement des situations, une exagération de la réalité s'ensuivant infailliblement d'une déformation grave de ce qui fut avéré initialement.

Nous laissons bien trop de place à nos préjugés, à nos avis, à nos idées militantes et, de ce fait, adhérons, sans la moindre retenue, à des théories de complots dont on ignore le plus souvent les sources et les fondements, pensant en détenir l'unique et incontournable authenticité. Ce n'est pas parce qu'un des médias en vue émet une info à sensation qu'il faut nécessairement la relayer sur les autres registres, bien plus populaires, de la communication, cela avant même qu'elle soit « officialisée » ; sommes-nous sûr des sources ? Chacun croyant détenir un scoop y va de sa verve moqueuse et accusatrice, affirmant sa vindicte contre toute tolérance et modération.

La raillerie, la dénonciation cèdent bientôt la place à la colère dont on sait qu'elle est mauvaise conseillère et c'est alors en actes destructeurs qu'elle s'épanche et là, l'émulation (c'est à qui commettra le plus spectaculaire exaction) vient aggraver la situation, le vandalisme prenant le pas sur la malveillance du propos.

En fait, nous sommes tous concernés par cet écueil quand nous manquons de respect, c'est à dire quand nous omettons de penser aux autres, quel que soit leur rang social, en bafouant l'intégrité de leur personne humaine, faisant fi de leurs responsabilités, du rôle qu'ils tiennent dans la société, de l’honorabilité de leur fonction, et donc de leur probité.

Je n'ai pas besoin de citer là les exemples – aucun ne mérite ce droit de cité – ils sont, hélas, de plus en plus nombreux où ce sont toutes les institutions républicaines y compris le principe à la fois libertaire, égalitaire et fraternel de la laïcité, qui sont, aujourd'hui, malmenées par le manque flagrant de respect.

Respect : cela s'exerce déjà quand, en entrant dans un lieu public ou privé et toute instance, fut-elle virtuelle, où je suis convié, je n'omets pas de saluer l'assemblée en la gratifiant d'un loyal et bienveillant BONJOUR.

Commenter cet article

claudeleloire 26/02/2020 16:44

nous en parlons souvent entre nous, il est vrai que cela se voit nettement mieux par le fait des communications rapides entre réseaux ... mais à y réfléchir on se dit qu'il en a toujours été ainsi au-niveau plus privé des bars, des réunions familiales, des cancans de commères ... le mieux ayant toujours été de vérifier par soi-même ... et de ne jamais s'autoriser à promulguer la haine ...
amitié respectueuse .

Mo 25/02/2020 16:31

Je crois qu'il est question de légiférer pour sanctionner les manifestations haineuses.
J'espère que ça pourra marcher sans restreindre les libertés publiques.
Bonne soirée à toi,
Mo

manou 25/02/2020 11:58

Je suis bien d'accord avec toi. Il ne faut jamais baisser les bras avec les enfants ou avec les ados et tout cela est question d'éducation bien évidemment. Lorsque je travaillais en LEP, c'était un boulot de tous les jours pour apprendre aux jeunes la politesse, l'impact d'un gentil bonjour sur la relation à l'autre, on leur expliquait aussi à quel point s'était important pour une recherche d'emploi...Mais que veux-tu sur les réseaux sociaux tout est permis et même à la TV on voit des gens être incorrects et cela ne semble déranger personne, d'où les dérives que l'on constate tous aujourd'hui. Ne baissons pas les bras avec nos petits-enfants en tous les cas et ceux que nous côtoyons. Belle journée

Claude Lepenseur 25/02/2020 09:35

Bonjour, voila un article qui arrive à propos, il y a effectivement une réelle rupture dans notre société et nul ne sait ou cette rupture peut nous mener
Passe une belle journée
Amicalement
Claude

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog