Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Éphéméride du Farfadet, #Les cahiers du Martiniste

Pour qui veut les découvrir dans leur ensemble, ces contes de l'Avent commencent ICI

Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...

Cahier de Contes de l'Avent réalisé en Décembre 1983 : illustration et scripts de Jean-Louis Beuché compagnon du pavillon "Saint-François" au Centre saint-Martin à Etrépagny (Eure) - Ci-dessous, la retranscription du texte à la disposition de celles et ceux qui aimeraient les conter à leurs enfants et petits enfants chaque soir de ce temps de l'Avent...

NB : Cliquer sur chaque illustration pour la voir dans un plus grand format....

 

Le lapin, la pie et le vieil homme -  16ième soir …


Un jour, un jeune lapin, devenu assez grand pour quitter sa famille, résolut de chercher un endroit agréable pour y creuser son terrier. Il le trouva au bord d’un bois, près des prés où poussent le thym et le serpolet.
Le petit lapin commença à creuser au pied d’un arbre… tout à coup quelque chose brilla au fond du trou …  Il prit cette chose brillante entre ses pattes de devant, et la remonta à la lumière : c’était une pièce d’or.
Sur l’arbre, il y avait une pie. Les pies aiment bavarder, chacun sait cela, mais elles aiment aussi ce qui brille. Et cette pie là aperçut la pièce qui luisait au soleil, aussitôt, elle vola vers le bas de l’arbre pour s’en emparer. Mais le jeune lapin était vif ; vite il s’assit sur la pièce avant que la pie n’ait pu l’atteindre.
« - Voleur ! dit la pie, donne moi cette pièce »
« - Elle est à moi, dit le lapin, je l’ai trouvée en creusant mon trou »
« - Ôte-toi de là ! s’exclama la pie qui commençait à s’énerver »
« - Je ne bougerai pas, répondit le lapin, je sais que j’ai raison »
Alors, la pie, furieuse, se mit à donner des coups de becs au lapin, et à lui arracher ses poils en l’invectivant :
« -  Horrible créature, va-t-en, je t’apprendrai, tu vas voir !... bandit, je vais te plumer comme un poulet, tu n’auras plus qu’à te cacher ; je raconterai à tout le monde que tu es un vaurien, et plus personne ne voudra te parler … »

 

Le lapin, la pie et le vieil homme - 16e, 17e et 18e soirs …Le lapin, la pie et le vieil homme - 16e, 17e et 18e soirs …

NB : Cliquer sur chaque illustration pour la voir dans un plus grand format....

 

 Le lapin, la pie et le vieil homme - 17ième soir …


    Non loin de là, dans une chaumière vivait un vieil homme. Il était pauvre, et déjà tout courbé par l’âge… Au retour de Bethléem, les bergers avaient frappé à sa porte pour lui annoncer la bonne nouvelle. Il avait décidé d’aller, lui aussi, adorer l’Enfant et s’était mis en route de bon matin. Chemin faisant, il se demandait ce qu’il allait pouvoir offrir à Marie pour son Enfant Nouveau Né.
    Tout à coup, il fut attiré par des cris perçants. C’était la pie qui criait pour que le lapin s’en aille.   Le vieil homme s’approcha et découvrit le jeune lapin blotti dans l’herbe qui se laissait piquer  par la pie sans chercher à se sauver. L’homme pensa que ce jeune lapin devait être malade et le prit dans ses bras. Aussitôt la pie s’empara de la pièce et s’envola jusqu’aux plus hautes branches de l’arbre. De la, elle put narguer le lapin tout à son aise. Le vieil homme comprit trop tard pourquoi le lapin était resté tapi ainsi. Il regarda la pie avec ses bon yeux tristes, puis il dit doucement au lapin : « Viens avec moi, je te montrerai une chose encore bien plus belle que l’or. »
    C’est ainsi que le lapin alla saluer l’Enfant Jésus dans la crèche. L’homme le  posa sur les genoux de Marie, et le lapin sut que c’était le plus beau jour de sa vie …
    Il est l’heure de partir pour le pays des rêves, demain soir nous pourrons poursuivre cette bien curieuse histoire …   

Le lapin, la pie et le vieil homme - 16e, 17e et 18e soirs …

Le lapin, la pie et le vieil homme – 18ième soir …


    Lorsque le lapin fut parti, la pie continua encore longtemps à jacasser à la cantonade, racontant l’histoire à sa façon à tous les oiseaux qui se posaient sur son arbre :
    «  Imaginez, ma chère,  j’avais trouvé une belle pièce d’or, et pensez donc, ma chère, au moment où je voulais la ramasser, un lapin voleur s’est assis dessus. Il ne voulait pas déloger. J’ai eu beau supplier, argumenter, il disait que la pièce était à lui… Heureusement, un viel homme est passé par là qui a bien vu que j’étais dans mon bon droit. Il a pris le lapin, et m’a rendu mon or… Mais oui, ma chère, avec un salut et des compliments, même ! Il a bien vu qu’il avait à faire à une personne respectable. Le lapin a eu ce qu’il méritait. Il finira à la casserole, c’est moi qui vous le dis ! »
    Mais lorsque la pie fut seule, elle se mit à penser à tout ce qui c’était passé. Elle se souvint du regard de l’homme et de ses paroles : « Je te montrerai une chose encore bien plus belle que l’or » Elle eut envie de voir cela, elle aussi. Elle prit sa pièce d’or dans son bec, et s’envola. Tout au long du chemin, elle demanda à chaque oiseau rencontré si il avait aperçu le vieil homme avec le lapin. Mais elle prenait bien soin de ne pas lâcher sa pièce…  Ainsi renseigné, elle put suivre leur route et arriva devant la crèche.
    Ce qu’elle vit alors, était si étonnant qu’elle en ouvrit le bec, et la pièce tomba dans la paille dorée de la crèche. L’Enfant Jésus sourit et la vierge Marie leva les yeux et aperçut la pie. Son regard était si doux et si bon et le sourire de l’Enfant si rayonnant que la pie se sentit comblée et comprit que, jusque là, elle n’avait été qu’une sotte.  

Suite en lien ci-dessous :

Commenter cet article

éliane roi 15/12/2019 13:52

C'est tout mignon. Excellent dimanche à Annie et à toi !
Biiiiiiiiiiiiiiiises !

domi 15/12/2019 10:45

bien joli conte l'ami !

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog