Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Éphéméride du Farfadet

Dans le cahier champêtre* des "Saint-François"

* Il y a 36 ans, le 9 janvier 1983, avec nos Compagnons résidents du Pavillon Saint-François au Centre Saint Martin à Etrépagny (Eure), nous ouvrions un cahier champêtre dans lequel nous inscrivions chaque jour un quatrain exprimant notre humeur du moment en phase avec l'ambiance météorologique du jour.
Y figurait également quelques dessins illustrant ces impressions, l'activité spécifique ou l'événement caractéristique de la journée et qui pouvaient être accompagnés de planches des herbiers que nous avions confectionnées au cours de nos veillées.
Et,  pour mieux circonstancier ces souvenirs de notre passé commun, j'ajoute, ici, l'événement du jour correspondant, prélevé dans "les Chroniques du XXe siècle"  édition Larousse.
Et, revenant au présent, vous découvrirez la Une du quotidien auquel nous sommes abonnés, vous affichant alors, les titres du jour.
Quatrains d'humeur météorologique relevés par Patrick Giroldi - Dessin de Jean-Louis Beuché : M. Damy le maçon.Quatrains d'humeur météorologique relevés par Patrick Giroldi - Dessin de Jean-Louis Beuché : M. Damy le maçon.
Quatrains d'humeur météorologique relevés par Patrick Giroldi - Dessin de Jean-Louis Beuché : M. Damy le maçon.

Quatrains d'humeur météorologique relevés par Patrick Giroldi - Dessin de Jean-Louis Beuché : M. Damy le maçon.

Du 3 au 9 novembre 1983 et 45e semaine en 2019...

Dans le monde ces mêmes jours ...

- 3 novembre 1983. Liban : les dissidents palestiniens avec l'aide de Libyens et de Syriens, attaquent Yasser Arafat et ses fidèles , retranchés dans le nord du pays.

- 5 novembre 1983. Paris : Rudolf Noureev, nouveau directeur de la danse à l'Opéra, donne son premier ballet , "Raymonda".

- 8 novembre 1983. La terre a tremblé à liège. D'une magnitude de 4,9 sur l'échelle de Richter ce séisme a fait deux victimes : une femme ensevelie sous les décombres de sa maison et un Octogénaire qui a succombé à une crise cardiaque.  On compte une dizaine de blessés légers mais aussi des centaines de sans-abris. les communes les plus touchées sont celles de Saint-Nicolas,de Montegnée, de Gain, ainsi que pusieurs quartiers de Liège et de Seraing où l'on situe l'épicentre du phénomène.

 

 A la Une de La Nouvelle république cette semaine.

Du 3 au 9 novembre 1983 et 45e semaine en 2019...
Du 3 au 9 novembre 1983 et 45e semaine en 2019...
Ce 8 novembre, à Châtellerault, on reparle de Feu la Main Jaune...

Ce 8 novembre, à Châtellerault, on reparle de Feu la Main Jaune...

L’œuvre monumentale de Châtellerault, incendiée en décembre 2018, a été définitivement démantelée en juillet 2019. Le département de la Vienne réclame à l'association La Main jaune 52.000 €. Somme qui correspond aux frais de démolition de la Main jaune consécutifs à l'incendie criminel de décembre 2018. Le sculpteur Francis Guyot est en colère.

Onze mois après l'incendie volontaire qui a ravagé la Main jaune à Châtellerault, on parle encore de l'(ex)-œuvre monumentale de Francis Guyot.

Cette fois, la polémique concerne le règlement de la facture de démolition de l’œuvre.

Dans un courrier daté du 14 octobre 2019, le Département de la Vienne, propriétaire du rond-point  sur lequel a été érigée la sculpture en 2010, réclame 52.368,52 € à l'association La Main jaune, propriétaire de l'oeuvre.

Cette somme correspond aux frais de démolition engagés par le conseil départemental depuis l'incendie (sécurisation du site en décembre 2018, démontage du socle de l’œuvre en juillet 2019).

On est victime d'un incendie criminel, l'enquête ne permet pas d’identifier le coupable, et on nous demande de régler la facture de la démolition !
Francis Guyot, président de l'association La Main jaune, ce vendredi 8 novembre

Francis Guyot, créateur de la Main jaune et président de l'association La Main jaune, est en colère : "On est victime d'un incendie criminel, l'enquête de police ne permet pas à ce jour d'identifier le coupable et on vient nous demander de régler la facture de la démolition. C'est une double peine !"
L’œuvre était assurée, mais "pas en cas d'émeute"

Le sculpteur châtelleraudais l'affirme : l’œuvre était bien couverte par une assurance en responsabilité civile "sauf en cas de dégradations consécutives à une émeute. C'est le cas ici : l'incendie a eu lieu au cours d'une manifestation (des Gilets jaunes, NDLR)."

Francis Guyot ajoute : "A aucun moment il n'a été question que les sommes engagées soient à la charge de l'association."
L'association ne paiera pas et demande que l’État règle la facture

Aussi, l'association La Main jaune, réunie en assemblée générale mardi 5 novembre, a pris la décision de "refuser de payer quoi que ce soit".

Conclusion de Francis Guyot : "Une personne-tiers a mis le feu à l’œuvre. Si ce coupable n'est pas identifié, c'est à l’État, qui a failli à sa responsabilité de surveillance ce soir-là, de régler la facture."
Le Département "prêt à en rediscuter"

Contacté, le Département de la Vienne s'explique.

"Des dégradations ont été commises sur un espace privé, ça n'est pas au Département de payer la facture, déclare le vice-président en charge des routes Gilbert Beaujaneau. C'est de l'argent public. Si on ne faisait rien, on pourrait nous le reprocher. Dans de pareils cas, on adresse la facture au propriétaire, à lui ensuite de faire marcher son assurance."

Sur la forme, Gilbert Beaujaneau fait amende honorable et ouvre une porte  : "Nos services auraient peut-être dû provoquer une réunion avec l'association avant d'adresser ce courrier. L'assurance ne prend pas en charge les frais ? Vous me l'apprenez. Je compatis et suis prêt à en rediscuter avec l'association."

Commenter cet article

Claude Lepenseur 11/11/2019 08:42

Trop facile de faire payer la collectivité, que les coupables soient identifiés et qu'ils paient ce que leur connerie coûte.
Amicalement
Claude

éliane roi 10/11/2019 16:20

J'ai vu le reportage à la télévision. Nous avons les mêmes infos régionales. C'est proprement SCANDALEUX ! Ce n'est sûrement pas à l'artiste qui a réalisé cette oeuvre de payer la facture !!! Je suis parfois pour les caméras de surveillance quand elles peuvent faire la preuve de QUI a fait acte de violence ; que ce soit côté policiers (certains ont la main lourde) ou côté manifestants (certains gilets jaunes sont des vrais cons -la preuve, ils ont voté en masse pour le Rassemblement National- ) et ce sont aux responsables des dégradations de payer. Ca devrait l'être d'ailleurs pour toutes les dégradations : Champs Elysées, Arc de Triomphe, Préfectures brûlées,vitrines démolies, véhicules incendiés......... la liste est longue.
La violence n'a jamais rien réglé.
J'espère que le sculpteur ne paiera pas.

domi 10/11/2019 11:11

aux auteurs de l'incendie de payer, les gendarmes ont quand même du photographier les manifestants, non ?

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog