Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #les coups de gueule du Farfadet...
Dialogue de sourds - On sussure - Téléfilm : "Le poids du mensonge"...Dialogue de sourds - On sussure - Téléfilm : "Le poids du mensonge"...Dialogue de sourds - On sussure - Téléfilm : "Le poids du mensonge"...

Dialogue de sourds - On sussure - Téléfilm : "Le poids du mensonge"...

                Découvrant ce billet, il y en a qui ne vont pas manquer de me dire que je suis sourd... et je leur répondrais que, même si je suis parvenu à l'âge où l'acuité des sens est nettement à la baisse, j'ai encore l'ouïe assez développée pour me dispenser d'appareillage acoustique.

 

Pour moi, c'est l'articulation du langage, par la génération actuelle d'acteurs, qui est en cause.

Cela est flagrant quand on suit une téléfilm contemporain à la télé, des dialogues je capte de moins en moins le contenu car les acteurs parlent bien trop vite, en susurrant du bout des lèvres les mots et les phrases de leurs rôles... chaque syllabe est comme noyée, parfois même escamotée dans cette précipitation. Le débit est bien trop rapide, la prononciation étouffée ; on doit faire des efforts pour suivre l'intrigue et tenter de comprendre la teneur des échanges, saisir le fil des conversations. C'est très frustrant...

Par exemple, vendredi 8 novembre sur F.2 à 21H05, était diffusé un téléfilm policier : « Le poids du mensonge » où les acteurs, certainement crédible dans leur rôle, parlaient bien trop « entre les dents » pour que l'on comprenne ce qu'ils disaient... Sans doute veulent-ils paraître authentique, privilégiant l’émotionnel attenant à leurs rôles respectifs, ou bien, en conformité avec la façon de s'exprimer des jeunes de notre temps qui parlent de plus en plus vite en articulant peu et aussi en sourdine de crainte qu'une oreille indiscrète les écoute ou capte leurs propos. J’appelle ça «parler en-dedans»...

 

Très curieusement, les films et téléfilms étrangers, retransmis en langue française et donc traduits, sont tout à fait audibles, les voix se font parfaitement entendre, on distingue clairement leurs sons et on comprend tout des propos qu'elles émettent. Le langage est parfaitement articulé sans nuire au ton circonstancié que doivent prendre les acteurs pour coller à l'intrigue tout en dégageant les émotions justes... Transposés de l'anglais ou de l'américain, les dialogues devraient être formulés avec précipitation, eh bien non, tout est parfaitement audible et compréhensible et correspond au scénario.

 

C’est bizarre ça tout de même ! Allez savoir pourquoi on suivrait mieux à l'écoute une série étrangère qu'une élaborée et tournée chez nous ?...

S'ajoute à cela, les fonds musicaux qui, même en sourdine, peuvent gêner l'écoute des dialogues. S'ils doivent, accompagnant l'image et le jeu des personnages, souligner artistiquement l'atmosphère tenant à l'intrigue, maintenant par exemple l'intensité dramatique, certaines musiques d'accompagnement peuvent vite être obsédantes et nuire à l'audition et donc à la compréhension des paroles émises par les acteurs.

 

Vous direz que ce n'est peut être pas important que l'on ouïssent chaque mots et même certaines répliques du répertoire oral, ce qui doit apparaître en premier lieu, ce sont les mimiques, les expressions de ces acteurs qui, alors, supplantant la teneur des échanges verbaux, rendent intelligible et crédible le contenu de chaque scène.

Admettons !... Il n'empêche que lorsque ces imperfections de la diction à travers le jeu des acteurs se répète, par trop, dans la majorité des menées de l'action, suivre le déroulement du film, devient laborieux et ça en gâche sensiblement la portée et l'intérêt.

 

On peut aussi dire que c'est la prise de son qui est mauvaise, par exemple en pleine nature où il faut filtrer les bruits parasites et ne conserver que ceux qui correspondent au script, en phase avec les lieux. Il en demeure encore de nombreux cas où l'articulation des acteurs est insuffisamment audible.

 

Nombre d'entre eux, viennent pourtant du théâtre où, là, on travaille nécessairement la portée de sa voix en sachant en moduler les inflexions et l’intensité, tout en apprenant à bien articuler chaque mot, et à bien débiter chaque phrase.

Nous serons certainement d'accord en convenant, à moins que le scénario ou le metteur en scène ne l'exige, que crier n'est pas indispensable pour se faire bien entendre, il n'y a qu'une bonne prononciation pour y pourvoir.

 

Donner de la voix sans hausser le ton, c'est sans doute cela qui fait de la parole un art ...

 

Commenter cet article

Marie-Rose 16/11/2019 18:21

Oui, nous avions remarqué cela, les chuchotements et les murmures dans les dialogues des comédiens, de moins en moins audibles. Je suis heureuse que tu en fasses la remarque car l'on se croit seuls et nous pensons que nous ne comprenons plus rien aux films français de ce genre, que nous devenons complètement gâteux. Il est vrai que les films étrangers doublés sont parfaits à l'écoute, d'ailleurs ce sont des acteurs français, souvent inconnus, qui font ce travail de traduction. Cela nuit aux séries françaises que l'on pourrait voir davantage si les acteurs étaient plus audibles, comme cela fait parti des loisirs et des distractions nous choisissons de préférence une série où les paroles sont audibles et compréhensibles et où ne nous endormons pas.

Florentin 15/11/2019 17:47

J'ai l'oreille qui devient paresseuse et les "chuchotement" privilégiés par nos acteurs d'aujourd'hui me gênent. Où donc est la diction d'un Jean Gabin, par exemple ? Quand c'est trop inaudible, je mets les sous-titres. Je cois que je vais me faire payer un casque à Noël. Ce devait être plus commode. et plus confortable.

Claude Lepenseur 15/11/2019 09:27

Ils sont très rares ceux qui nous offrent un spectacle de qualité, la plupart sont souvent inaudibles et en plus ne sont pas crédibles dans leur role, je ne pense pas que cette génération d'acteurs nous donnera des Gabin, Ventura, Bourvil, Fernandel et autres De Funès.
Amicalement
Claude

eliane roi 15/11/2019 07:58

C'est la différence entre un comédien et un acteur. Au théâtre, les dialogues sont "forts", audibles et les comédiens articulent leur lèvres pour une bonne compréhension de l'auditoire. Non il n'y a pas tant que ça d'acteurs qui viennent du théâtre. Je pense que articuler en parlant, c'est du même topo que la perte de l'habitude d'écrire, de lire, de parler convenablement, avec du vocabulaire comme il y a cinquante ans. On le voit déjà au niveau des jeunes connectés à leurs smartphones qui on un langage abrégé et qui parlent "au plus court"

domi 14/11/2019 12:21

tu as certainement raison, l'art de déclamer se perd, mais nos vieilles oreilles sont aussi en cause ! (j'avais remarqué le phénomène, ii est vrai que les infos se comprennent mieux que certains films)

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog