Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Patrimoine, #Les clins d'oeil du Farfadet
Dessin de Viollet-Le-Duc montrant la cathédrale de Reims telle qu'elle aurait pu être si elle n'avait pas subi l'incendie de 1481, alors dotée de 7 clochers, disposition architecturale envisagée pour d'autres cathédrales contemporaines, mais jamais aboutie.

Dessin de Viollet-Le-Duc montrant la cathédrale de Reims telle qu'elle aurait pu être si elle n'avait pas subi l'incendie de 1481, alors dotée de 7 clochers, disposition architecturale envisagée pour d'autres cathédrales contemporaines, mais jamais aboutie.

En feuilletant l'encyclopédie médiévale de Viollet Le Duc (1814-1879), je suis tombé sur ses notes concernant les circonstances et les ravages d'un incendie de la toiture et de la charpente de la cathédrale de Reims, tout à fait semblables à ceux de l'incendie des mêmes parties d'édifice sur Notre Dame de Paris, ce 15 avril 2019 .

«  le 24 Juillet 1481, des ouvriers plombiers dont les noms nous sont restés (Jean et Remi Legoix), mirent le feu à la toiture par négligence. L'incendie dévora toutes les charpentes. C'était autour de l'édifice un tel déluge de plomb, que l'on ne pouvait en approcher pour porter secours. Le dévouement des Rémois ne put maîtriser le fléau, et ce fut une véritable désolation non seulement dans la province , mais dans la France entière. Louis XI prit fort mal la nouvelle qu'on lui apporta au Plessis-les-Tours ; il fut question de remplacer le chapitre par des moines. Quels que fussent les sacrifices que s'imposèrent le chapitre et l’archevêque, les dons royaux, qui furent considérables, on ne put songer à rétablir le monument dans l'état où il était avant l'incendie. La sève, qui au XIIIe siècle, se répandait dans ces grands corps était épuisée. On dut se borner à refaire la charpente, les galeries supérieures , les pignons, à réparer les tours du portail et à raser les quatre tours des transepts au niveau du pied du grand comble. C'est dans cet état que nous trouvons aujourd'hui ce monument , si splendide encore malgré les mutilations qu'il a subies. »

 

Je ne peux m'empêcher de voir un double sens à sa phrase : La sève, qui au XIIIe siècle, se répandait dans ces grands corps était épuisée. Faisant, au premier chef, sans doute allusion à l'engouement pour bâtir de la part des pontes et hauts dignitaires ecclésiastiques, des corporations marchandes et artisanales de l'époque, porté par la foi populaire ; on ne peut, second chef, ne pas y rapprocher l'image de la sève – elle aussi édificatrice – des milliers d'arbres (forêt de chênes) qui ont constitué la charpente de ces gigantesques églises, comme pouvant, elle aussi, être épuisée...

 

Passant cette remarque personnelle, en revenant à ces monstrueux incendies, on se rend compte que si l'embrasement d'un ensemble toiture-charpente peut s'effectuer rapidement, et prendre des proportions dantesques, circonscrire et éteindre ces feux pris dans les parties hautes d'un édifice aussi important, sont à la fois périlleux à combattre et quasi irréductibles tant que le combustible (bois de charpentes en masse) n'est pas, lui aussi, réduit.

À propos de Notre Dame de Paris, reste difficilement explicable et quelque peu mystérieuse, la vitesse de propagation de l'incendie.

Dans les deux cas, les coulées de plomb en fusion ont rendu particulièrement dangereuses les opérations des soldats du feu pour venir à bout du brasier.

D'après ce que Viollet-Le-Duc mentionne dans ses notes au sujet de l'incendie de la cathédrale de Reims en 1481, on constate que l'édifice avait aussi été touché au niveau de la structure pour certaines parties maçonnées.

Comparé aux conséquences du récent incendie de Notre Dame, il apparaît que pour cette dernière, même si l'on a craint pour sa structure, le feu, hormis, les trois brèches au niveau des voûtes, n'a pas endommagé autant de parties maçonnées, ayant été combattu âprement et éteint à temps par les pompiers de Paris.

Et comme cela ne suffisait pas, 433 ans plus tard la cathédrale de Reims a eu à subir les ravages consécutifs à un bombardement au début de la première guerre mondiale.

Incendie de la cathédrale de Reims  Les 17 - 18 - 19 Septembre 1914. Le clocheton du chevet dit "Clocher à l'Ange"  et la tour Nord-Oues dévorés par les flammes... ( Photo Jules Malot de Reims parue dans "l'Illustration" - Tome 1 de la Grande Guerre 14-18.A

Incendie de la cathédrale de Reims Les 17 - 18 - 19 Septembre 1914. Le clocheton du chevet dit "Clocher à l'Ange" et la tour Nord-Oues dévorés par les flammes... ( Photo Jules Malot de Reims parue dans "l'Illustration" - Tome 1 de la Grande Guerre 14-18.A

Le 17 septembre 1914, les batteries allemandes de Nogent-l'Abbesse ouvraient le feu sur le quartier de la Cathédrale. Le 18 et le 19, une quarantaine d'obus de 220 frappaient la cathédrale même. A 4 heures de l'après-midi, le 19, les échafaudages qui entouraient la tour Nord-Ouest, en réparation depuis 1913, prenaient feu et les flammes se propageaient à travers l'édifice avec une rapidité foudroyante

Cette fois encore, l'incendie se propage et progresse en peu de temps. Les dommages seront considérables ceux de l'incendie s'ajoutant aux destructions de murs et de voûtes dues aux impacts des tirs d'artillerie.

 

Une charpente moderne ogivale dont devraient s'inspirer les maîtres d'œuvre à Notre Dame de Paris

La restauration de la cathédrale débute en 1919 sous la direction de Henri Deneux, natif de Reims, architecte en chef des monuments historiques. Ce sont, en grande partie, les dons des mécènes américains, telle la famille Rockfeller qui pourvoient financièrement aux coûts des travaux. Deneux, pour cette reconstruction délicate est aidé par les nombreuses photographies faites de l'édifice en 1880. Pour refaire la charpente, il va s'inspirer d'un système ingénieux inventé par l'architecte Philibert Delorme au XVIe siècle. C'est une structure moderne plus légère et ininflammable, constituée de petits éléments préfabriqués en béton armé, reliés par des clavettes en chêne pour assurer la souplesse de l'ensemble, qu'il compose. Cette réalisation a l'avantage de dégager un vaste espace au-dessus des voûtes, rendant l'accès bien plus facile et permettant bien plus de mobilité en cas de sinistre ou d'opérations de rénovations. Le chantier, avec toutes les restaurations effectuées sur la façade occidentale, a duré jusqu'à nos jours.

Voici donc le défi que devront relever les architectes missionnés pour reconstruire les voûtes perforées de la nef et du transept ainsi que la totalité de la charpente de Notre Dame de Paris : Consolider et ignifuger ces structures et superstructures tout en conservant une unité de style à l'ensemble de l'édifice.

 

Elégance très parisienne...

 

Reste la reconstruction de la flèche… refaire à l'identique ?... à mon humble avis, celle réalisée en 1860 à l'initiative de Viollet-Le-Duc, fine aérienne malgré son poids (500 tonnes de bois, 250 tonnes de plomb, pour une une hauteur de 93 m), s'harmonisait parfaitement avec l'ensemble gothique de la cathédrale. Du parvis sa perspective entre les tours, avait vraiment du panache, représentant un magnifique élan vers le ciel de Paris... Tant de yeux s'y sont habitués, tant de cœurs et d'âmes s'en sont réjouis...

S'inspirant de son dessin et de sa sveltesse, y ajoutant la petite note de modernité actuelle et surtout, utilisant des matériaux pouvant résister au feu, les maîtres d’œuvres et compagnons bâtisseurs devraient créer un joyau prêt à affronter bien d'autres siècles. Les ingénieurs de notre temps doivent pouvoir associer lois physiques et codes de l'esthétisme. Sciences et Art se doivent d'être au service du Religieux pour ériger ces sublimes Colonnes du Ciel...

Commenter cet article

kdoc 31/10/2019 18:12

Je me permet de simples corrections, les travaux de reconstruction à Reims démarrent en 1925 et pas 1919, et Deneux ne s'est pas seulement inspiré des photographies de la cathédrale datant d'avant la guerre mais surtout de son propre travail puisqu'il a faire son mémoire d'étude sur la charpente du XVe siècle avant l'incendie de la Grande Guerre.
Concernant le mécénat c'est Rockfeller lui même qui à tout financer (ou presque mais on tourne autour des 90-95% venant de son porte-feuille) la municipalité ayant d'autres priorités tout à fait justifié à l'époque.

Sinon l'article est très intéressant.

Farfadet 86 04/05/2019 10:08

Il est étonnant que pour cet incendie de la cathédrale de Reims en 1481 on ait trouvé les responsables alors que pour l’incendie de Notre Dame de Paris ce 15 avril 2019, en dépit de tous les progrès faits depuis des siècles et les moyens techniques dont nous disposons aujourd’hui, on nous dit qu’il faudra des mois d’enquête pour connaitre les causes du sinistre. Quant à donner le ou les noms des responsables…
Autres temps, autres enjeux, autres défis, autres secrets…Il est étonnant que pour cet incendie de la cathédrale de Reims en 1481 on ait trouvé les responsables alors que pour l’incendie de Notre Dame de Paris ce 15 avril 2019, en dépit de tous les progrès faits depuis des siècles et les moyens techniques dont nous disposons aujourd’hui, on nous dit qu’il faudra des mois d’enquête pour connaitre les causes du sinistre. Quant à donner le ou les noms des responsables…
Autres temps, autres enjeux, autres défis, autres secrets…

lemenuisiart 27/04/2019 19:28

C'est un bel article, moi j'ai mon idée sur le feu, mais il serait trop long à écrire. Merci pour ton passage sur mon blog.

domi 26/04/2019 13:06

tes documents et ta réflexion sont passionnants Il ne faudrait pas que des débats stériles plombent le projet à hauteur de 250 tonnes

eliane roi 26/04/2019 13:03

La cathédrale de Reims avait l'air magnifique avant son incendie............ Celle de Rouen a été également détruite pendant les bombardements de la seconde guerre mondiale (ma grand-mère était de Rouen) qui ont anéanti la ville de Rouen. Je pense qu'il y a largement assez d'argent pour reconstruire Notre Dame de Paris et donner aux plus pauvres. De l'argent il y en a et beaucoup plus qu'on ne le croit. Laissons les gens polémiquer, c'est très à la mode. Encourageons les architectes, ingénieurs, bâtisseurs à reconstruire la flèche à l'identique et n'écoutons pas les "idées modernes" des uns et des autres qui veulent mettre leur touche à cet édifice pour faire parler d'eux. Pas de modernisme sur un édifice vieux de 8 siècles !

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog