Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les clins d'oeil du Farfadet

Hier soir, sur FR.2 nous avons pu suivre un documentaire d'une heure et demi très intéressant intitulé : « Chimpanzés, le combat des chefs ».

Produit par la réalisatrice Rosie Thomas, pendant 2 ans les cameras de la BBC ont filmé une troupe de chimpanzés. C’est une expérience rare et unique dans l’intimité d’une espèce complexe et fascinante. Au cœur de la forêt de Fongoli, au sud-est du Sénégal, le chimpanzé baptisé David par les scientifiques, est le chef d'un groupe de 32 individus.

Synopsis : le mâle alpha David est le héros de cette histoire… Une histoire de luttes de pouvoir, de jeux d'influence et de survie, avec un seul objectif pour ce grand chef, celui de perpétuer sa descendance. David est un leader intelligent, puissant et déterminé. Sa position dominante lui confère tous les privilèges, notamment pour se nourrir et se reproduire. Son règne dure depuis trois ans, c’est exceptionnel, jamais la troupe n’a été gouvernée aussi longtemps. Mais la saison sèche s’installe. La nourriture et l’eau se font rares ; le feu dévaste son territoire. La sécheresse exacerbe les jalousies des autres mâles, à qui David ne peut jamais faire confiance. Certains rivaux, jeunes et ambitieux, sont prêts à le tuer pour prendre sa place. Après une violente offensive, il est laissé pour mort. Mais à force de courage et de détermination, il se relève et s’arrache à son exil pour reconquérir son rang. Lorsqu’il fera valoir son droit de s’accoupler avec les femelles de la troupe, il prouvera qu’il a retrouvé sa place et assuré l’avenir de sa dynastie.

 

Grâce à la patience et la méticulosité des observateurs à l’affût, ainsi qu'au talent des cameramans, nous apprécions les magnifiques prises de vue sur l’environnement et les évolutions de ces chimpanzés. C'est aussi une suite de portraits saisissants qui nous familiarise avec leurs mœurs autant qu'avec leurs ressentis intérieurs. On surprend des expressions, des regards, des mimiques des pantomimes tout à fait circonstanciés par l’ambiance sereine ou les angoisses du moment. Il s'agit bien d'une société hiérarchisée qui se soumet à la loi d'un individu dominant mais qui est sans cesse fragilisée par les conditions de vie tenant essentiellement aux contingences climatiques entre saison des pluies et saison sèche influant sur les comportements avec, en sus, l'envie pugnace de certains autres mâles de prendre la place du chef du groupe qui est aussi le reproducteur attitré.

Nous assistons alors à certaines scènes d'alliances et de soumissions avec séances d'épouillage, puis d'intimidations et de combats. Des périodes tumultueuses succèdent à des périodes de calme souverain. Ces chimpanzés sont des animaux intelligents, observateurs paisibles mais qui soudain peuvent s'agiter et devenir de redoutables combattants.

Qu'aurions nous à envier à ces primates sur ce plan de l'envie et de cette quête de domination ?... Eux, n'ont que le cadre naturel de la forêt et de la brousse africaine, nous bipèdes insatiables du genre humain, tous ces artifices produits par nos semblables non accessibles par le jeu des voltiges du branche en branche mais avec les billets et piécettes d'une autre improbable monnaie de vieux singes grimaçants par tant d'avidité. Hommes sous influences !...

À la suite, l'autre documentaire de la soirée durait une cinquantaine de minutes  : « Le clan des lionnes » est une production BBC du réalisateur Simon Blakeney qui nous transporte dans la réserve nationale du Masai Mara, dans le sud-ouest du Kenya. Soutenue par le commentaire captivant du comédien François Morel, c'est une histoire prenante et émouvante, digne du «Roi Lion», aux images époustouflantes. Les séquences filmées de nuit - des instants rares, captés sur le vif -, les panoramas et les scènes d'action sont impressionnants. Nous avons là un programme riche en émotions, que nous n'aurions nullement voulu manquer.

 

Synopsis : alors que les mâles se déplacent d’un groupe à un autre pour se reproduire, les femelles restent au sein du clan pour en assurer la continuité et l’unité. La survie des lionceaux repose désormais sur les épaules de Charm. Face à l’adversité, elle va se révéler tour à tour une mère protectrice et dévouée, une combattante hors pair et une cheffe avisée.

Notre chat Camel couché sur le haut du dossier du fauteuil proche de la baie vitrée, n'a rien perdu de ce qui se déroulait à l'écran. Avec un stoïcisme de félin avisé il a suivi avec un réel intérêt les évolutions de ce groupe de lions.

Ce documentaire est fascinant en raison d'un fort suspens attenant à la survie de ces grands fauves dans un milieu à la fois pourvu en ressources et rendu hostile par les aléas tenant aux périodes migratoires d'espèces chassées et par le manque d'eau hors saison des pluies. Les individus isolés quelques qu'ils soient sont toujours en danger face au nombre … époustouflante séquence de la lionne Shelba cernée par la horde des hyènes...

 

Bien sûr le capital sympathie du spectateur s'attribue à ces magnifiques lionnes, mais que dire de ces gnous proies favorites de ces impitoyables félins affamés ?...

Nous assistons aux déplacements très groupés de leur immense troupeau. Leur flux est surveillé par les lionnes chasseresses.

Ce serait intéressant de suivre aussi les évolutions de quelques individus de ces espèces éternelles victimes des carnassiers. Ils n'existent pas que pour servir de repas aux grands fauves. Ne nous focalisons pas que sur les redoutables et fascinants prédateurs. La faune sauvage c'est aussi des milliers d'espèces aux comportements et aux destins tout aussi attrayants.

Commenter cet article

claudeleloire 17/03/2019 18:40

imaginons ces animaux dotés d'un cortex ... on pourrait en dire des hommes ... capables eux aussi du meilleur comme du pire ...
amitié .

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog