Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Auto Saga

L'édition du Mondial de l'Automobile 2018 ouvre ses portes ce Jeudi 4 Octobre, Porte de Versailles à Paris...

Un salon au présent et au futur... mais suivant la thématique de ce blog c'est un retour dans le passé que je vous propose ici, figurez-vous que moi, le farfadet du Poitou, je possède une Ford T ... eh oui !...

 Non pas celle-là, à gauche, ni celle-ci, à droite ... Non pas celle-là, à gauche, ni celle-ci, à droite ...

Non pas celle-là, à gauche, ni celle-ci, à droite ...

Mais une exactement comme celle là, à gauche et que voici encore, à droite, une  vénérable "T"  bien conservée, de sortie lors d'une manifestation retro-mobile. Mais une exactement comme celle là, à gauche et que voici encore, à droite, une  vénérable "T"  bien conservée, de sortie lors d'une manifestation retro-mobile.

Mais une exactement comme celle là, à gauche et que voici encore, à droite, une vénérable "T" bien conservée, de sortie lors d'une manifestation retro-mobile.

L'Aventure Automobile - La Ford T... 110 ans déjà !...

A ce début du mois d'octobre, nous fêtons,  les 110 ans de la Ford T … une auto légendaire qui a marqué l’histoire de l’automobile comme étant le premier modèle construit en grande série et  produit à plus de 20 millions d’exemplaires en 19 ans de carrière …
Quand, en Octobre 1908 est apparue cette célébrissime Ford modèle T, l’automobile avait  déjà un quart de siècle d’existence …
Jusqu’alors, dans ses balbutiements, l’auto allait connaître un essor considérable et de véhicule d’exception réservé qu’aux seuls riches, elle prenait la voie qui la destinerait à tous … Ainsi, monter en voiture, devint de plus en plus populaire …

 

Les premières automobiles s'inspire directement du véhicule hippomobile tel, fiacre ou calèche - Un nouveau type de "Va devant" qui, ici,  n'est pas le premier domestique de la ferme mais le valeureux serviteur à pied devant prévenir les autres usagers de la route ou du chemin de l'arrivée de la voiture automobile deson maître... - La pollution de l'atmosphère avec les gaz d'échappement de moteurs goulus en carburant n'était pas un souci même quand ces bolides étaient lancés à grande vitesse...Les premières automobiles s'inspire directement du véhicule hippomobile tel, fiacre ou calèche - Un nouveau type de "Va devant" qui, ici,  n'est pas le premier domestique de la ferme mais le valeureux serviteur à pied devant prévenir les autres usagers de la route ou du chemin de l'arrivée de la voiture automobile deson maître... - La pollution de l'atmosphère avec les gaz d'échappement de moteurs goulus en carburant n'était pas un souci même quand ces bolides étaient lancés à grande vitesse...
Les premières automobiles s'inspire directement du véhicule hippomobile tel, fiacre ou calèche - Un nouveau type de "Va devant" qui, ici,  n'est pas le premier domestique de la ferme mais le valeureux serviteur à pied devant prévenir les autres usagers de la route ou du chemin de l'arrivée de la voiture automobile deson maître... - La pollution de l'atmosphère avec les gaz d'échappement de moteurs goulus en carburant n'était pas un souci même quand ces bolides étaient lancés à grande vitesse...Les premières automobiles s'inspire directement du véhicule hippomobile tel, fiacre ou calèche - Un nouveau type de "Va devant" qui, ici,  n'est pas le premier domestique de la ferme mais le valeureux serviteur à pied devant prévenir les autres usagers de la route ou du chemin de l'arrivée de la voiture automobile deson maître... - La pollution de l'atmosphère avec les gaz d'échappement de moteurs goulus en carburant n'était pas un souci même quand ces bolides étaient lancés à grande vitesse...

Les premières automobiles s'inspire directement du véhicule hippomobile tel, fiacre ou calèche - Un nouveau type de "Va devant" qui, ici, n'est pas le premier domestique de la ferme mais le valeureux serviteur à pied devant prévenir les autres usagers de la route ou du chemin de l'arrivée de la voiture automobile deson maître... - La pollution de l'atmosphère avec les gaz d'échappement de moteurs goulus en carburant n'était pas un souci même quand ces bolides étaient lancés à grande vitesse...

Mais qu’en était-il de cette vie automobile au début de ce XX° siècle ?
Après avoir fait horriblement peur avec des modèles qui tenaient plus du véhicule hippomobile sans cheval, alors mue par des moteurs à vapeurs et ensuite, par les premiers moteurs à pétrole, ensembles roulants ayant allure de monstre de bois et métal, fumant, trépidant et pétaradant, l’automobile, au début des années 1900, devint sujet de curiosité, puis d’admiration, car ses performances se sont mises à évoluer à la vitesse grand V …
Quand, en 1895, un phaéton de Dion atteignait péniblement le 25 km/H ou qu’une Panhard Levassor quadricycle se targuait de maintenir 17 Km/h de moyenne, dix ans plus tard, les bolides qui participaient aux premières grandes courses sur routes (pas encore goudronnées…) atteignait déjà le 140 km/h … En 1903 lors de la course Paris-Bordeaux qui en fait aurait du aller jusqu’à Madrid, les monstres mécaniques de l’époque parvenaient à faire du 105 km/h de moyenne !...
 

Henry Ford et la T de 1913...Henry Ford et la T de 1913...

Henry Ford et la T de 1913...

Un peu d’histoire
1863 : 30 Juillet, Henry Ford naît à Dearborn dans le Michigan
1879 : A Détroit, il est apprenti dans une petite entreprise de mécanique.
1890 : Il devient ingénieur chez Edison Illuminating Company
1893 : Il crée son premier moteur.
1903 : le 16 Juin, il fonde la Ford Motor Company
1908 : le 1er Octobre, il présente la Ford Model T
1913 : Henry Ford innove avec une méthode d’assemblage sur chaîne, en ligne.
1914 : Grâce à ce procédé, une Ford T sort d’usine toutes les 40 secondes
1925 : La production atteint 9000 véhicules jour !...
1927 : Le 31 mai, la dernière Ford T sort de chaîne avec le N° de Châssis : 15 176 888 …
Cette production d’automobiles se poursuivra  avec l’apparition du modèle A  puis en 1932 apparaîtront les premières V8 .
Henry Ford étendra son empire industriel en Angleterre en Allemagne puis en France, où, de l'association avec Mathis naîtra la marque MatFord.
1943 : il perd son fils unique Edsel âgé de 49 ans
1947 : 7 Avril, Henry Ford meurt dans sa 84ième année

Esprit éclairé ingénieux et entreprenant, Henry Ford apportera beaucoup à l’automobile surtout par la méthode de fabrication à la chaîne qui, augmentant considérable ment la production,  favorise l’abaissement du coût de ses véhicules  lesquels deviennent accessibles à une plus large clientèle.
La Ford T démocratise l’auto dont le prix de vente n’excède pas 600 $ quand chez la concurrence on doit mettre 5 à 6 fois, plus pour accéder au modèle meilleur marché …

En tant que modèle, la Ford T n’a rien de révolutionnaire, elle est construite à partir d’une architecture simpliste et dotée d’une mécanique rudimentaire mais fiable … En dépit de quelques caprices lors de démarrages les Ford T donnent satisfaction à l’ensemble de leurs utilisateurs qui apprécient les multiples services rendus par ce véhicule qui favorise le rapprochement des hommes isolés sur leurs exploitations agricoles dans l’immense territoire Américain…

Aujourd'hui, Ford est certainement la marque la plus internationale auréolée du label que constituent le sérieux de fabrication et la fiabilité mécanique de l’ensemble de sa production.

 

Fiche technique de la Ford T  de 1913

Moteur : Bloc en fonte coulée de 4 cylindres en ligne à graissage automatique sous pression d’une cylindrée de 2891 cm3 développant 20 ch. à 1600 tr/min.  L’admission se fait par un carburateur vertical de type Kinstone Y ou Holly S 1bbl, à alimentation par gravité.
Transmission : Boîte à 2 vitesses  avec pédales au plancher et lever manuel
Freins : à expansion interne et contraction externe, frein sur la transmission et frein à main sur les 2 roues arrière
Dimensions : L : 325cm.  Empattement : 254cm.
Poids à vide : 755kg
Réservoir d’essence : 45 l.
Vitesse maxi : 72 km/h

Les Femmes déjà amoureuses de mécaniques adorent aussi les promenades à bord de ces fabuleuses automobiles, par tous temps, en dépit des fréquentes avaries, toujours élégantes  mais aussi bien protégées par une seyante voilette... Tel est le charme  de cette belle époque...Les Femmes déjà amoureuses de mécaniques adorent aussi les promenades à bord de ces fabuleuses automobiles, par tous temps, en dépit des fréquentes avaries, toujours élégantes  mais aussi bien protégées par une seyante voilette... Tel est le charme  de cette belle époque...
Les Femmes déjà amoureuses de mécaniques adorent aussi les promenades à bord de ces fabuleuses automobiles, par tous temps, en dépit des fréquentes avaries, toujours élégantes  mais aussi bien protégées par une seyante voilette... Tel est le charme  de cette belle époque...Les Femmes déjà amoureuses de mécaniques adorent aussi les promenades à bord de ces fabuleuses automobiles, par tous temps, en dépit des fréquentes avaries, toujours élégantes  mais aussi bien protégées par une seyante voilette... Tel est le charme  de cette belle époque...

Les Femmes déjà amoureuses de mécaniques adorent aussi les promenades à bord de ces fabuleuses automobiles, par tous temps, en dépit des fréquentes avaries, toujours élégantes mais aussi bien protégées par une seyante voilette... Tel est le charme de cette belle époque...

Toutefois, l’auto de ce temps là, était loin d’être confortable… d’abord parce que les carrosseries étaient ouvertes, et donc, vous voyagiez en plein courant d’air ce qui nécessitait d’avoir un équipement vous protégeant non seulement des intempéries mais aussi de la poussière et de toutes les projections résultant de votre passage ou de celles provoquées par le véhicule qui vous précédait, sans oublier les insectes de toutes espèces que l’on pouvait gober allègrement … Les bolides mentionnés plus haut, n’avaient même pas de pare-brise. Il faut ajouter à cela les trépidations du au fonctionnement de moteurs énormes (sur les voitures de course ils pouvaient atteindre la cylindrées de 14000c3 à transmission par chaîne (silencieux… vous vous en doutez…), la sécheresse des châssis rigides nantis de suspensions fort rudimentaires attenante à des roues gigantesques en bois et à bandage caoutchouc ... C’est à cette même époque que sont apparus les premiers pneumatiques lesquels ont longtemps fait pester les pilotes et mécaniciens à cause de crevaisons à répétition … Bref, une course automobile tenait autant de la grande aventure que de l’exploit physique, lors de ces courses d’endurance où les mécaniques et les hommes étaient sollicités jusque dans leurs derniers retranchements …  
Parfois la tragédie était au rendez-vous comme en 1903, l’accident de Couhé-Vérac qui coûta la vie à l’excellentissime pilote et nouveau constructeur Marcel Renault.

Au cours de ces mêmes années, l’automobile destinée qu’aux seules familles très riches,  n’était guère plus confortable et ses occupants devaient subir à peu près les mêmes nuisances que celles évoquées ci-avant, n’ayant comme seul avantage que des sièges plus nombreux et cossus… Quand, enfin, les premiers pare-brises équipèrent ces autos, le genre torpédo fut alors très prisé et demeura le style de carrosserie le plus courant jusqu’au milieu des années « 20 » . La torpédo, voiture entièrement découvrable, dispose d’une capote repliable qui, lorsqu’elle était dépliée et fixée, ne procurait qu’un abri sommaire en cas d’intempérie, il n’y avait rien protégeant de chaque côté du véhicule les passagers qui avaient pris place à l’intérieur…
En conséquence il fallait disposer nécessairement d’un équipement approprié pour voyager en auto, cela allait des lunettes de protection en passant par des moumoutes ou grosses canadiennes, des casques pour les chauffeurs. Les passagères revêtaient de grand voilage sur leurs coiffes ainsi que des grandes blouses « pare-poussière » pour protéger leurs vêtements … Un véritable harnachement d’apicultrice, sans nul doute, rendu indispensable du fait que les moteurs de leurs incroyables montures, bourdonnaient comme ruche…

Je me souviens qu’un jour d’été en 1953 du temps où mes parents tenaient un garage à Lesparre en Gironde, nous étions allés à la pèche dans un étier, du côté de Saint Vivien en Médoc. Nous y étions allé en torpédo Ford modèle A de 1928 … Et par cette chaude journée ensoleillée, nous circulions capote repliée… Ainsi, nous traversions la campagne à 50-55 km/h profitant à plein poumon du plein air marin lequel faisait flotter tel un drapeau, le foulard de ma mère placée juste devant moi … A l’arrière, les tourbillon d’air, s’associant aux trépidations de l’engin, ne parvenaient pas à couvrir le bruit du moteur, haletant dès le moindre faux plat montant… A part cela nous disposions d’une vision panoramique sur le paysage environnant... Je me souviens que m’étant retourné, j’ai pu voir une file d’au moins 15 voitures qui nous suivaient, attendant de nous dépasser, ce qu’elles faisaient en vrombissant rageusement, dès que la visibilité et la voie, en face, étaient dégagées. Oui, dans les années « 50 » une automobile récente, de moyenne cylindrée, pouvait croiser régulièrement à un bon 90 à l’heure… Notre « Fordasse », de 25 ans d’âge, faisant du 55 en pointe, était vraiment véhicule lent … pas rapide mais tellement dans le vent !…     

 

Ah ! J'allais oublier l'essentiel de cet article : la Ford T du Farfadet !...

 

 
Sublime, n'est-ce pas ?
Oui, c'est la plus belle pièce de ma collection de modèles réduits.
Ici, une réplique au 1/16 de "Franklin Mint Precision Models"
certifiée conforme au modèle d'origine :
La Ford T de 1913
 
Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple, efficace et
satisfaisant …
 En Ford T ne jamais se prendre la Tête !...

Commenter cet article

eliane roi 10/10/2018 17:14

Bravo pour ton article, Farfadet, je l'adore. Je vais dessiner ton auto.
Je viens de rentrer en Charente-Maritime. J'ai passé une semaine rocambolesque dans l'Aude, entre ma mère 90 ans qui refuse les soins à l'hôpital et les inondations... J'ai cru qu'elle allait s'évader de l'hôpital ; elle a finit par accepter les soins. On l'a sortie de l'hôpital le jour de ses 90 ans, dans Lézignan-Corbières inondée par les pluies diluviennes.... un film ! on parcourait les rues envahies d'eau, ma mère en robe de chambre dans ma voiture... pas triste. Ce matin on est partis à 6 h pour éviter les inondations, des trombes d'eau pendant deux heures, de nuit, sur l'autoroute, et après Toulouse, beaucoup moins de pluie. OUF ! On a essayé de la saôuler pour son anniversaire, en vain ; les infirmières vont rigoler, ma mère c'est un peu Calimity Jane... A bientôt... je viens juste de rouvrir mon ordinateur...

Grosses bises. Eliane.

Farfadet 86 11/10/2018 08:01

Merci Eliane pour l'appréciation.
Que de péripéties avec ta mère qui refuse les soins. Promenade sous les trombes d'eau, effectivement la météo dans le Sud Méditerranéen est actuellement définie par de grosses perturbations.
Et ce soir il y a Nina infirmière dévouée sur FR2... Il faut confier ta maman dynamique et rebelle, semble-t-il, à ces services là. lol. En tous cas de ta part , c'est aussi beaucoup de dévouement. Mais une maman , on en a qu'une et il faut bien la chérir , c'est un juste en retour l'amour qu'elle nous a donné.
Amitiés et bises de Farfadets du Poitou.

domi 03/10/2018 17:00

Un peu trop long pour moi sur ce sujet, Farfadet, quelle verve, merci pour les belles images

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog