Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour, #Les cahiers du Martiniste

Réactualisation d'un article publié initialement le 20/05/2018 à 00:01

Du grec Pentecosté " cinquantième"...

Fête "mobile" qui se situe 7 semaines après la fête de Pâques ou 50 jours en comptant de Dimanche à Dimanche inclus - L'Ascension se situant le 40ième jour après Pâques fait le pendant avec le début de la période du Carême qui, elle, dure 40 jours et finit à Pâques - A noter que Pâques, fête "mobile"  est toujours célébrée le 1er Dimanche qui suit la pleine lune de Printemps...


Nous voici, en ces temps de Pentecôte,
Ahanant, tentant de remonter la pente,
Ployant sous le poids d'obscures fautes,
Suspendus aux cieux de nos pieuses attentes...

Ère des hautes techniques, des prodiges sans fin,
Ère des vindictes et des propos malsains,
Appétits insatiables d’ineffables faims,
Ne trouverez là rien, qui ne fasse esprit sain !...

Images incongrues des scoops redondants,
Commentaires suspicieux, thèses scabreuses,
N'avez que du glauque à vous mettre sous la dent !
L'amalgame des hontes, bouche les plus creuses ...

Erreurs légitimes, rumeurs de mauvais goûts,
Attentats aux pudeurs, auréoles des petits seins,
Exhibitions grotesques, charroiement d'égouts,
De vertus bafouées, de viols, avez l'esprit ceint !...

Reportages hideux, images des décadences,
Tout ce qui rabaisse l'homme au rang de la bête,
Asservissent nos noires dépendances,
Nous écartent à jamais des plus nobles quêtes...

Voici venue, l'heure de nous mettre en quatre,
De nous sortir des bas-fonds fangeux des instincts
Dignement nous remettre à combattre
Sous le grand étendard qui nous fait Esprit Cinq*!...

Farfadet

 

pentacle_harmonia_mundi.jpg

*Esprit Cinq = Le Pentagramme (étoile brillante) dans lequel
l'Homme s'inscrit parfaitement ..

 

Pour tous les Chrétiens, la Pentecôte se devrait d'être la fête la plus importante... qu'en est-il vraiment ?...

Sans dire qu'elle passe au second, voire au troisième plan, dans l'importance attribuée aux célébrations de la religion chrétienne, la Pentecôte revêt l'habit des évocations traditionnelles, ici, servie par l'image grandiose des flammes de l'Esprit venant adombrer chacune des têtes des apôtres, 50 jours après le Samedi veille de Pâques...

La Pentecôte par Gustave Doré

C'est, en contre-point au Baptême de Jésus par l'eau dans le Jourdain, le Baptême par le feu de ses disciples, que nous commémorons ce jour de la Pentecôte....
 

En fait, ce genre d'événement dépassant l'entendement, au delà de l'extraordinaire signifié par l'image, devient plus intelligible si on l’aborde à partir des polarités, des oppositions, voire des contradictions.

En réalité, la fête de la Pentecôte est très actuelle, elle est très proche des préoccupations autant que des aspirations des humains de notre temps en ce monde qui vient juste de passer dans le 3ème millénaire...

Au-delà de l'engagement de plus en plus profond et intense dans le matérialisme qui façonne notre environnement et charge de façon, extrême notre quotidien au niveau du penser et de l'agir, de plus en plus d'êtres humains aspirent à vivre en phase avec une spiritualité dont ils perçoivent intérieurement l'omniprésence derrière le fatras des apparences qui nous subordonnent parfois, outrageusement...
 

Nous croyons être vraiment réveillés et attentifs au statut de notre humanité engagée dans le devenir du monde alors qu'en réalité nous sommes comme endormis par le déferlement des « ondes » matérialistes. Aveuglés par la rutilance, hypnotisés par les prouesses techniques, fascinés par les découvertes dans le domaine des sciences de pointe, submergés par le quantitatif, soumis aux résultats de tous les examens statistiques, nous nous berçons avec ces illusions qui nous éloignent toujours plus de cette vraie part de nous-mêmes... Pourtant, si nos glorieuses têtes réfléchissantes sont, elles, engagées dans ces défis incombant au seul matérialisme, contrairement à cela, nos âmes s'aventurent dans des œuvres aux antipodes de ces « coups d'éclats », à travers des combats tellement plus nobles où l'attention se porte essentiellement sur le destin de nos frères humains en réelle détresse et auxquels le nombre de ceux leur portant la juste assistance, va en croissant.

 
Devons nous alors condamner et repousser comme étant « pestiféré » ce monde que nous transformons sans cesse dans le sens de la prolifération matérialiste ?...

Cette question est primordiale… et directement liée à la fête de la Pentecôte...

Ce n'est pas ce qui est présentement apparent, même au plus haut degré de perfection matérielle qui est nuisible pour notre devenir spécifiquement humain mais ce que nous en faisons et surtout l'emprise que cela a sur notre conscience, laquelle, pour cette raison, perd progressivement la notion des véritables valeurs existentielles.

En fait, il ne s'agit pas d'évincer, d'écarter ou d'ignorer ce qui peut gêner notre marche en avant dans le but d'une élévation spirituelle qui, alors, relèverait d'intentions particulièrement égoïstes, mais de comprendre que notre monde, jusque dans son apparence la plus matérielle, est la production de l'Esprit qui anime les hommes vivant sur terre …

La Vie se manifeste en perpétuelles métamorphoses… que celles-ci viennent à cesser et c'est la mort qui apparaît faisant place au monde inerte, minéral. L’immuabilité est inconcevable pour l'Esprit et c'est pour cette raison, qu'à travers l'état de conscience propre aux êtres humains (soi-conscience), il engage ceux-ci à transformer, sans cesse, ce monde inerte propre à la matière... l'Esprit ne peut s'engager directement dans la matière, il lui faut la fluidité des courants de vie, la volatilité des sentiments et la fusion des passions qui caractérisent l'humain au niveau des forces de vie qui l'animent, des aspirations qui le saisissement et des inspirations qui le couvent, pour que l'Esprit accomplisse œuvre humaine à travers la matière...
 

L'Homme est le Corps de résonance de l'Esprit dont le souffle puissant transcende la matière... A l'Homme, sur le chemin de l'Esprit vers Lui, il revient de sublimer cette matière, y substituant la vraie Lumière de l'Esprit.

Mais pour cela il faudra préalablement que l'Homme sacrifie la Raison de tête parvenue à maturité, pour qu'éclose la Raison du Cœur, actuellement en gestation, seule apte à ce prodige indispensable à l'évolution.

 

Ce propos pourra paraître outrecuidant, pompeux et utopique à tous ceux qui pensent selon les préceptes relevant de la bonne intelligence cartésienne et ne s'en remettent qu'à ce qui tient au discours rationnel. Respectant cette forme pensée, qui est la-leur, je n'en écarte pas moins le fait que la Vie, par ses sujets innombrables l'habitant chacun, tour à tour, de façon éphémère, suit une infinie continuité sur ce chemin d'évolution dont l'issu, autant que le but suprême, échappent au plus brillant de ces esprits et que, sans spéculer à partir de toutes sortes de suppositions imaginables y attenant, il convient, humblement, de se rendre compte que cela dépasse de loin notre entendement, ne serait-ce que parce-que la Vie, en soi, tient manifestement au Souffle de l'Esprit...

Commenter cet article

Farfadet 86 10/06/2019 12:31

Suivant l'éphéméride, aujourd'hui 10 juin 2019, cela fait 75 ans que la barbarie nazi s'est exercée avec une violence inouïe à Oradour-Sur-Glane où 642 habitants de ce village proche de Limoges, ont été assassinés dans des conditions abominables par une compagnie de 120 hommes de la division SS Das Reich le 10 juin 1944.
Paix et Amour pour toutes les âmes de ces personnes victimes de cette barbarie sous-humaine.

Commémoration après commémorations, le souvenir est intensément douloureux. Quel prix accordons-nous à la Vie terrestre ?... Quel sens accordons-nous à la Vie après la Vie ?...
Il est temps de mettre l'Homme "complet"* au centre de nos préoccupations...
* : Il y a l’homme visible que l’on connaît qui se révèle à nos sens en tant que présence physique, la partie émergente de «l’iceberg» et l’homme invisible, (Être spirituel), la partie immergée de «l’iceberg»…

Marie-Rose 20/05/2018 18:46

Merci pour ce petit moment de recueillement de Pentecôte. Aujourd'hui, je ne sais pas pourquoi, j'avais un peu de vague à l âme... je me suis forcée à sortir un peu. Le seringua est en fleurs, des guirlandes magnifiques et odorantes dans le soleil. J'entendis un bourdonnement familier, je levai la tête, là oh surprise j'aperçois beaucoup d'abeilles butinant ses fleurs. Quelle joie ... je reste avec elles un bon moment à les contempler et écouter leur chant. Envolé mon vague à l'âme, la vie, chaque jour, est pleine de petits miracles de ce genre. Comme tu l'écrits, lorsque nous arrivons à nous détacher de l'effervescente négative autour de nous, nous atteignons à l'apaisement de l'âme, je te rejoins sur ce point. Bonne journée à tous, bisous.

domi 20/05/2018 13:49

merci ! où la poésie rejoint la philosophie...

domi 20/05/2018 04:40

du propos je retiendrai la raison du coeur

Farfadet 86 20/05/2018 11:25

La raison du cœur... certainement , comme la faire éclore ? Sans doute en trouvant la paix intérieure...

Esprit sain …

Nous pourrions vivre hors du vacarme du temps présent qui assourdit nos consciences, nous mettant véritablement au vert, entouré des seules luxuriances de Dame Nature mais nous aurions encore à subir les vents porteurs des échos de notre monde bien agité .
Pour beaucoup se pose la question : Comment vivre avec tout ce tumulte, cette cacophonie, ce déluges de nouvelles, de scoops, d'infos, d'intoxes et cette logorrhée que tout ce fatras médiatique déclenche ?
Oui, il faut bien le dire nous subissons et avons bien du mal à nous recueillir, à nous concentrer et trouver au fond de soi un peu de paix intérieure...
Faire le tri de toutes ces informations est un exercice laborieux tant verses et controverses se suivent avec précipitation : thèses, antithèses, synthèses, affirmations, dénégations, vérités contrevérités chacun y va des siennes ...
Appuyer sur le bouton « off » oui, mais pas seulement sur celui de notre appareillage médiatique surtout sur ceux de notre mental surexcité, de notre intellect exacerbé et de notre voyeurisme en effervescence …
On est par trop axé sur le contenu mais hélas très peu sur le contenant* ...
Fichons lui la paix à notre tête ! Apprenons lui à oublier, à lâcher prise même avec ce qu'enseigne la bonne morale. Oui elle doit savoir ne pas savoir, apprendre à ignorer. C'est elle que nous devons emmener en promenade et mettre au vert ...
Faire le vide ? Pas vraiment mais conduire cette tête pensante (ne pensant plus) à proximité de ce qui vit vraiment et que nos sens nous permettent de contempler et appréhender sereinement :
Marcher sous une allée de tilleul, longer un cours d'eau, s’asseoir au milieu d'un pré regarder le ciel, suivre les évolutions des nuées, la métamorphose des nuages, plonger son regard au cœur d'une centaurée, s’imprégner de senteurs florales, s'imbiber de flux d'air, s'éblouir de toutes ces couleurs pures, s'étourdir du chant des oiseaux, vibrer avec le bourdonnement des insectes, devenir papillon léger gorgé de lumière .
Être à l'unisson du chant de la terre, faire chœur avec ses éthers, se sentir irradié de chaleur, baigné de lumière, bercé par les musiques cosmiques, être Un avec TOUT être TOUT en UN se retrouver Esprit sain...

Tel nous parvient ce message d'apaisement en ces temps de Pentecôte ...

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog