Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les clins d'oeil du Farfadet

Il y un an et demi, je vous avais présenté le livre dans lequel l'auteur, aventurier dans l'âme, nous contait sa formidable épopée dans la « Yukon Queste », aujourd'hui, loin des grands espaces blancs du continent Nord Américain, Nicolas Vanier nous entraîne dans un tout autre voyage nous faisant découvrir des paysages bien plus proche de chez nous et tout à fait en conformité avec notre climat tempéré s'affichant à merveille au rythme des quatre saisons.

Ce passionnant roman nous permet d’effectuer une plongée dans la verte et rousse Sologne au début des années « 30 »

Ayant dévoré ce livre où s'animent des personnages hauts en couleurs au sein d'une région truffée de mystères comme ceux que peuvent engendrer les hôtes des sous-bois, des fourrés et hautes futaies, je ne peux m'empêcher de rapprocher cet univers bucolique et flamboyant de celui d'une « Billebaude » à la Vincenot ni l'extraire par trop de l'ambiance d'une féerie berrichonne comme la peignait si magistralement George Sand dans ses plus célèbres romans. La lecture nous enracine dans ce monde forestier où vivre ne peut se faire qu'en lien intime, voire fusionnel avec la Nature... la Vraie !...

L'intrigue se construit autour d'un gamin d'une dizaine d'année Paul dont le père veuf, appelé pour accomplir une mission en Algérie, le conduit en province chez une amie de longue date. Célestine habitant en Sologne et qui a épousé un garde-chasse. Lui, grand veneur, maître d'équipage auprès du Conte et elle, servante en son château.

Paul petit parisien, découvre le monde rural et plus particulièrement la coterie des chasseurs, pêcheurs et braconniers. Entre Borel le garde chasse aussi taciturne qu'obstiné et Totoche braconnier aussi rusé que bourru les fonctions légales et illégales qui les opposent sont source de pérégrinations fantasques où les déconvenues consécutives à chaque épisode rocambolesque reviennent au garde chasse qui ne décolère pas contre son imprenable et fulgurant ennemi.

Quand Paul vient à découvrir pour la première fois le « redoutable » Totoche cela ne se passe pas bien et pourtant, ces deux là vont devenir des amis inséparables. Grande sera leur complicité. Le jour où Paul a osé parler de braconnage à ce truculent homme des bois, celui-ci s’esclaffa mi indigné mi coléreux :

«  - Braconner, sais tu seulement ce que ça veut dire ? Il appartient à qui le Gibier ? Et les sangliers qui cavalent tout le jour sur un domaine et la nuit sur un autre ? Et les oiseaux migrateurs qui voyagent des milles et des cents, ils sont à qui hein ? À tézigue ? Au gardaillon ? Alors les poissons aussi tant qu'on y est, et puis les mouches, et l'air qu'on respire, et l'eau qu'on boit ! Allez, fiche-moi le camp avant que je m'énerve ! »

Au delà de ces rencontres et autres découvertes d'êtres à la fois surprenants et attachants, Paul aura à se confronter au mystère de ses origines, à des vérités qu'on lui cache parce qu'il est un enfant et donc pas assez grand pour comprendre ou accepter ce qui peut être douloureux. Paul déjà mature et le devenant toujours plus au contact de son habile et perspicace ami va se confronter aux mensonges et dissimulations des grands et même de ceux qu'il aime le plus... La Sologne mystérieuse recèle aussi moult secrets de ses habitants...

Il découvre également que les réputations des personnes les plus en vue sont bien vite établies, souvent exagérées, surfaites et parfois totalement injustes…

Pour Paul, grandir au milieu de ces hommes rudes parfois taiseux et de ces femmes dégourdies, avenantes ou bavardes de la terre solognaise se fait dans une totale communion avec la Nature  : flore faune, topographie avec les mythes y attenant ; il accède de la sorte à un savoir inestimable où chaque être vivant a sa place et se doit d'être respecté quasi religieusement. Jusqu'au plus profond de ses sources et manifestations, la VIE est vénérée par les plus humbles mais aussi par les plus grands qui ont conscience de leurs responsabilités face à cette prodigalité.

La lecture m'a enthousiasmé, transporté dans cette magnifique région proche du centre de la France

Aujourd'hui sort le film et, curieusement, le roman que je viens de vous présenter, publié en Mai 2017 a été écrit à partir du scénario du film également rédigé par Nicolas Vanier

Commenter cet article

Danielle 12/10/2017 08:25

Nicolas Vanier ! ses livres sont un enchantement surtout pour moi qui aime les chiens
Mais celui là c'est autre chose et pourquoi pas aller voir le film puisqu'il est à l'affiche en ce moment.
Merci de nous en avoir parlé. Biz à vous deux

youcef 11/10/2017 20:10

Je trouve tous les articles partagés très intéressants .

marie-claude 11/10/2017 17:28

La nature et la vie qu'elle engendre se doit d'être au coeur de l'éducation d'un enfant ... il y apprend la vérité de la vie faite d'efforts et de sincérité !
amitié

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

Archives

langues

 

Hébergé par Overblog