Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les mots choisis du Farfadet

Réponse à un défi de SCRIBAY : rédigée par l'auteure du défi voici la lettre que Scarlett envoie à Rhett qui l'a quittée (à la fin du film : "Autant en emporte le vent"). Quelle sera sa réponse ?

Au delà du film ...

Au delà du film ...

Rhett.

J’ai repris le chemin de Tara. Chez moi, sur la terre rouge de Tara, J’espérais pouvoir assoupir tous mes tourments, soutenir mon âme en détresse, tourmentée de t’avoir perdu, cher Rhett. Mais quand je fixe l’horizon sans fin, à l’heure où le soleil flamboie, mon cœur abandonné, percé par le glaive de ton incompréhension, pleure sur ces années perdues. Toutes ces années, au long desquelles ma fierté étouffait mes sentiments. Tous ces jours et toutes ces nuits qui te voyaient présent. Un bonheur que je n’ai pas voulu saisir au vol.

A cette époque à présent révolue, J’aurai dû prononcer tous ces mots, ces « je t’aime » que je murmure aujourd’hui dans le vent brûlant balayant la terre écarlate, ces déclarations muettes jaillissant de mes lèvres sans joie.

Je t’aime Rhett, comment as-tu pu en douter ? Tu es parti sans un regard, sans un mot. Et tu as abandonné la femme qui se languit de toi à chaque instant. Si je t’ai fait quelque mal que ce soit je te supplie de m’en pardonner. Tu es toute ma vie. Sans toi, le ciel est bien sombre, sans tes yeux je suis aveugle, sans tes baisers mon cœur se fane telle une rose à son déclin.

Elle a disparu la Scarlett forte et inébranlable d’autrefois. J’ai tellement changé... J’ai trop besoin de toi, de ton regard ironique qui m’admirait pourtant, de nos rires et de notre complicité dont je n’ai pas apprécié toute la saveur.

Souviens-toi de nous.

Ta Katie Scarlett  

 

Chère Scarlett,

 

Des regrets des larmes, c'en est donc fini de vos sarcasmes, de vos insolentes répliques, de vos regards scandalisés, de vos gestes brusques de "vestale" effarouchée.
C'est maintenant, après tout ce chemin de vie parsemée de vos hargnes, de vos railleries et provocations en tous genres mais aussi d'engagements jusque dans cette terre que vous avez retournée, ensemencée et fait proliférer, après vos refus, vos rebuffades, vos faux-semblants, vos appétits, vos caprices, c'est maintenant que vous vous rendez compte que je vous manque vraiment, c'est maintenant que vous avouez m'avoir toujours aimé et ce, sans jamais vous l'avouer et me le dire franchement...
 
Mais, chère Scarlett, n'est-il pas trop tard, pensez-vous que les blessures infligées et que l'amour-propre de chacun va maintenant se plier à ce nouveau caprice, à cet ultime revirement ?

Dominer, vous avez toujours voulu dominer, même les êtres qui vous étaient le plus cher, et moi qui subissait sans cesse vos incartades, vos paroles acérées, vos affronts impromptus, vos embrasements aussi soudains qu'éphémères, vos colères, vos pleurs, vos dépits d'enfant gâtée, j'aurai tout donné et le meilleur de ma personne pour avoir, au-delà de la moindre reconnaissance, un peu de votre tendresse, de vos élans du cœur à ces moments d'étreintes torrides où vous vous abandonniez pour votre unique plaisir.
Un seul mot d'amour, spontané, sincère, jamais, Scarlett,  je ne l'ai entendu de votre bouche. Des pleurnicheries,  des « Oh Reth » sans suite, des soupirs, des petits cris, des râles d'extase non partagée voilà ce à quoi j'ai eu droit dans nos instants d'intimité et jamais un seul « je t'aime » n'a sonné à mon oreille et étourdi mon cœur.

Oui, je suis un homme au regard franc mais jamais dur, oui, mes lèvres sont en permanence habillées d'un  sourire enjôleur et narquois mais jamais indifférent, oui, mes yeux sont pétillants de malice et d'amusement mais jamais vraiment moqueurs. Il n'y a pas de place pour la fourberie et la duperie dans mon cœur. Il a toujours battu pour vous, rien que pour vous, malgré votre ingratitude avérée si méticuleusement entretenue pour me tenir à distance du vôtre.

Vos chimères, vos inconvenances, vos bluffs, vos mensonges, votre inconséquence de tout remettre à demain comme si le futur, ayant à subir vos contradictions, devait en outre, apporter les solutions qui vous arrangent, à chacun de vos dilemmes, j'ai tout accepté et pardonné mais malgré cela, vous m'avez traité par le mépris comme si nous n'étions pas fait l'un pour l'autre... ce à quoi vous vous refusiez toujours de croire...

Et maintenant votre lettre vient m'avouer le contraire !…
Pourquoi, à cet instant, ne douterai-je pas de votre sincérité ?... Pourquoi remettrai-je mon existence sur la même voie que la vôtre ?

Ne nous sommes-nous pas trop meurtris et épuisés à force de rencontres et de passades sans véritables partages, sans l'ivresse sacrée de réels sentiments amoureux de votre part.

Voulez-vous encore me faire souffrir ?

Scarlett je dois me forcer à vous oublier et vous revenez sans cesse, obsédante créature... vos grands yeux émeraudes scrutent mon âme et la supplient de céder à votre nouveau désir...

L'Amour sans la Paix, sans la Liberté, est-ce encore de l'Amour ?...

Rhett

 

Commenter cet article

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog