Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Les clins d'oeil du Farfadet

Je viens de finir la lecture de ce livre de Jean-Claude Ameisen...

 

Comment appeler cela ?... Voyons, après l'ingestion de tout ce contenu qui nous fait à la fois voyager dans le temps et dans l'espace du grand Entendement universel, il faut maintenant digérer cela et donner un nom à une impression générale pouvant justement résumer ce livre.

Sciences et Poésie, tiens ça colle pas mal à tout ce voyage qui nous entraîne depuis l'origine des temps jusqu'à nos jours où chercheurs, observateurs, penseurs, philosophes, laborantins, cliniciens, historiens, zoologues, anthropologues, ethnologues, psychologues, écrivains et artistes, se croisent sur le grand terrain de Jeu de la Vie, à travers ses innombrables déclinaisons et métamorphoses. Un parcours d'une durée quasi éternelle ponctué de ces étapes qui, de pas en pas, nous conduisent de la cellule vivante la plus archaïque et primordiale jusqu'à l'homme.

Il s'agit du grand ordonnancement du monde vu à partir d'exemples qui, de prime abord, nous semblent bien familiers mais dont on ignore, le plus souvent, les aspects les plus singuliers.

La statistique prend une grande part dans la classification et l'interprétation des données, dans l'élaboration des réflexions conduisant à la mise à jour des connaissances fondamentales et de ce fait, participe à la remise en cause de certains postulats. Il y a le considéré, l'avéré et le reconsidéré...

 

L'écriture a aussi son importance, tantôt nous baignons dans la rigueur des observations les plus affinées, dans la profondeur des déductions et jugements les plus pointus, tantôt nous émergeons à la surface d'un univers romanesque et poétique pouvant paraître onirique, l'auteur tenant à montrer que ce qui est scientifique est avant tout « existences ». Il y a le prévisible géré par des lois universelles auquel se superpose et se mêle l'impondérable lié au vivant.

L'évolution ce n'est pas qu'une grande marche en avant qui, de façon régulière et rythmique, passe par des paliers successifs, marquant chaque envolée du progrès, pour rompre avec l'immuabilité d'états antérieurs. Tous les êtres étant, en conséquence, soumis à la confrontation entre inné et acquis...

 

Alors, suivant le fil de la pensée féconde et très mouvante de l'auteur, on se prend au jeu du savoir où l’acquisition de nouvelles connaissances importe moins que l'ouverture de notre esprit à une compréhension à géométrie variable des révélations qui se font jour à travers un panel d'exemples simples, très accessibles à la représentation mentale, et de références aux plus exaltantes sentences des penseurs et chercheurs chevronnés de tous les temps.

 

 

Il en résulte une sagesse de l'Univers qui, en se déversant dans notre monde terrestre, embrasse aussi tous les êtres et créatures l'habitant et l'ayant habité, puis leur confère cette somme d'intelligences que chacun s'approprie alors pour entrer dans ce domaine du vivant, y séjourner et, de génération en génération, de pas en pas, progresser, évoluer, se transformer jusqu'à parvenir à la soi-conscience, à celle de ses facultés intellectuelles toujours extensibles et de la maîtrise de tous les savoirs, eux aussi, extensibles, cette conscience supérieure qui caractérise le maillon ultime, sans aucun doute le plus abouti de cette évolution, l'être humain.

 

Quelques passages merveilleux...

 

« Et là où tu es, est là où tu n'est pas... » La mémoire à placer dans le temps...

« Il n'y a pas de temps sans mouvement – sans changement, écrit Aristote »

«  le présent, s'il était toujours présent, s'il n'allait pas rejoindre le passé, il ne serait pas du temps, il serait l'éternité, complète saint Augustin »

Il en découle des constatations comme celle-ci : «  Et parce-que les ondes sonores se déplacent dans l'atmosphère à une vitesse près d'un million de fois plus lente que la lumière, ce que nous entendons est plus ancien que ce que nous voyons»… Époustouflant !...

 

Un peu plus loin, nous lisons ceci : « Ce que nous appelons conscience du présent, de l'instant présent, est une oscillation permanente entre mémoire et anticipation, entre souvenirs et désirs, entre nostalgie et attente. En fonction de nos souvenirs, de nos émotions, de nos espoirs et de nos craintes, en fonction de ce que nous avons déchiffré et compris du passé, et de ce que nous imaginons de l'avenir ».

Un présent fugace que nous réimprimons à chaque fois que nous faisons appel à nos souvenirs, eux-mêmes inscrits dans notre mémoire.

Citant TS Eliot :  « Temps passé et temps futur, ce qui aurait pu être et a été, se projettent vers une fin qui est toujours présente ... »

 

Hors du temps, l'espace... « l'Univers visible n'est que l'apparence passagère d'un état de l'Univers invisible » dit Camille Flammarion

A ce propos, il est question de traces du passé et d'ADN fossile … Ceci me fait poser ces questions : Traces subtiles et si lointaines de ce passé sont-elles, seules, significatives de cette invisibilité de l'Univers ? Est-ce que l'invisibilité ne tient pas aussi à d'autres aptitudes ou qualité de perception ne s'appuyant dès lors plus sur des organes physiques sensibles de la perception ordinaire, mais sur ceux édifiés au niveau de l'esprit ?...

 

Et maintenant l'hippocampe ! Il a fallu la perspicacité et l'obstination d'Eric Kandel neurobiologiste pour mettre en évidence la localisation des événements et acquisitions les plus persistants dans l'hippocampe qui sert temporairement de relais entre les zones cérébrales liées à la mémoire et autres fonctions cognitives correspondant aux deux formes de cette mémoire : celle, dite sémantique, et la mémoire épisodique. A partir de ces considérations, Jean-Claude Ameisen nous entraîne jusqu'aux origines de la conscience se dégageant des traités de Darwin et de ce qui l'interroge à propos de son premier souvenir (Vie).

 

On en vient à Proust et ses incontournables madeleines … première dégustation et première métamorphose intérieure... Voilà comment chasser l'ordinaire et passer à extraordinaire, à la félicité interne qui arrête le temps où, l'objet de cette félicité, cette félicité elle-même et soi-même, ne font qu'un rapporte Proust ... A chaque fois que l'expérience, ici liée au goût d'abord nouveau, est renouvelée, elle perd de son intensité... «  Il est temps que je m'arrête la vertu du breuvage semble diminuer. Il est est clair que la vérité que je cherche n'est pas en lui mais en moi. Il l'y a éveillée mais ne la connaît pas. […] Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C'est à lui de trouver la vérité. […] Chercher ? Pas seulement : créer. »

Partant de cette référence aux écrits de Proust, Ameisen revient à la méthode clinique et sur les résultats d'expériences faites sur l'hippocampe de souris avec l'étude comparative de leurs comportements résultant de situations où elles doivent réactiver leur mémoire à long terme, pour en arriver graduellement à cette conclusion : « Les traces de souvenirs anciens seraient en partie conservées dans l’hippocampe et en partie dans les régions du cortex cérébral, où elles ont progressivement migré ».

Revenant à Proust, il explique que cette sensation si intime qui remonte en nous et dont on ne sait pas encore que l'on est entrain de la vivre, s'inscrit comme un récit qui devient, non seulement la trace de ce que nous avons vécu, mais est aussi une partie de nous, un récit, dont le narrateur, lui-même, est indissociable.

 

Dans le chapitre intitulé : « Détisser les mailles de l'univers... »  Jean-Claude Ameisen nous fait entrer dans cette alternance entre veille et sommeil et part d'abord d'une expérience consécutive d'un rêve d'un des fondateurs du taoïsme Zhuang ZI, dans la Chine du IVe siècle avant notre ère. Il en ressort, plus loin, que nous sommes plus riches de ce qui s'est inscrit en nous pendant que nous nous sommes retirés du monde. Durant les phases d'hallucination de nos rêves. Mais aussi durant cette période où il nous semble que notre conscience s'est éteinte que nous nous sommes absentés de nous-même.

L'accent est mis sur cette toute puissance de l'oubli qui, à chaque réveil, nous permet de reconstruire et de poursuivre, dans ce monde, l'édifice intérieur de notre représentation du monde.

Et si se souvenir, c'était d'abord oublier ?...

 

Dans la dernière partie de cet ouvrage, il est beaucoup question des oiseaux autant par leur aspect symbolique d'êtres ailés, aériens et éthérés alors parfaits représentants de ce qui est la mouvance des pensées, des idées, et des souvenirs imagés, mais aussi comme sujets bien physiques de notre observation la plus attentive.

Et, de ce point de vue, Ameisen s'attarde alors sur la description des oiseaux jardiniers d'Australie qui, pour séduire leurs oiselles, réalisent de surprenants espaces dans le but de les y attirer. Ils y édifient des tonnelles à l'architecture surprenante, jouant avec la perspective en trompe-l’œil grâce au concours de toutes sortes d'objets colorés qu'ils disposent harmonieusement sur le seuil, où ils viennent se pavaner. Bâtisseurs d’Éden de charme, c'est pendant une bonne partie de l'année, que ces oiseaux jardiniers, paysagistes, acteurs et chanteurs y œuvrent avec autant de soin que d'originalité créatrice.

Se pose alors la question de la séduction, à savoir si la beauté existe seulement dans l'esprit qui la contemple, ce qui nous amène à cette autre double question : « Y-a-t-il de la culture dans la nature « ? et « Y-a-t-il de la nature dans la culture ? » Frans de Waal nous éclaire à ce sujet : « Nous ne pouvons pas répondre à cela sans réfléchir à notre place dans la nature – une place qui est définie par notre culture ».

 

On en arrive alors à l'Apprendre puis au Partage des émotions et des Intentions des Autres qui ne peuvent être que faits sociaux s'intégrant aussi à la mémoire, individuelle et collective...

 

Pour conclure, aura-t-on à constater, dans quelques mois ou années, que c'est aussi avec le temps que toute cette cascade d'idées et d'images sublimes, trouvera, en écho, son bénéfique écoulement dans notre espace intérieur pour éveiller notre esprit aux Raisons du Monde à la fois physique et métaphysique ? Il revient maintenant à chaque lecteur d'en faire volontairement l'expérience.

Émerveiller nos sens... voilà qui associent harmonieusement Sciences et Éthique...

Commenter cet article

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog