Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour, #Les mots choisis du Farfadet
L'enchantement du Vendredi Saint...
L'enchantement du Vendredi Saint...
L'enchantement du Vendredi Saint...
L'enchantement du Vendredi Saint...
L'enchantement du Vendredi Saint...
L'enchantement du Vendredi Saint...
L'enchantement du Vendredi Saint...
L'enchantement du Vendredi Saint...
L'enchantement du Vendredi Saint...

Gornemans

Bonjour, merveilleux univers !
Au revoir, bienfaisant Hiver !
Que tous les êtres, avec ferveur,
Ce matin, rendent grâce au Sauveur.
La Joie qui monte de la Nature,
N'atteint-elle toutes créatures ?
Venant par derrière ces buissons,
De plaintes, j'entends les tristes sons.  
Kindry ! Kundry ! Allons, lève-toi !
Il est l'heure d'accomplir acte de foi.
Ne reste à terre pour souffrir !

Kundry

Ah ! Sommeil, mort, quoi donc offrir ?
Les déchirures d'une manante,
Par suite du rire qui me hante
M'ont conduites, tour à tour, comme caprices,
Autant vers les bons que les mauvais offices.
Ah misérable ! J'ai ri, j'ai tant ri,
Que jamais , en moi, l'image ne périt.
De Lui, sous le fardeau des souffrances,
Je riais et raillais sa pénible avance.
Du fouet qui meurtrissait en cinglant,
Son visage tuméfié et sanglant,
A chaque coup, je riais plus fort,
Tandis que Lui, maintenant l'effort,
S'acheminait à son Calvaire.
Alors, en moi, le Regard Clair,
Pénètre quand se croisent nos yeux,
Et cessent mes rires malicieux.
Puis de moi, se détourne, l'Être lumineux,
Pour l'accomplissement d'un sort douloureux.
Contre mon gré, je l'ai suivi à Golgotha...
Depuis je trahis et sers Anfortas.
Je suis l'ombre dans la lumière.
Rien ne peut me tirer d'ornière...
Mais c'est l'heure de servir, servir, servir !...  

Gornemans

Attends ! Avant, nous faut sévir…
Ce que voyons ici, est aberrant,
Jamais chevalier, ne fut si mécréant,
Car celui-là, sous la ramure,
Ose, ce jour, se tenir en armure.
Est-ce miracle ou merveille,
J'aperçois la lance vermeille !
Et lui, qui ne la quitte des yeux,
Me paraît être le fol audacieux
Qui blessa l'oiseau sacré,
Et que je chassais à regret...
Ami... qu'attends-tu de cette lance ?...

Perceval

Seigneur, elle doit porter la clémence
A un roi pêcheur et infortuné...
A la Rédemption, elle  est destinée.

Gornemans

Chevalier, sais-tu quel est ce jour ?

Perceval

Je ne le sais tellement je cours...

Gornemans

C'est aujourd'hui Vendredi Saint
Tel que nul à l'occasion,ne ceint
Armes et parures de guerre .

Perceval

Là Seigneur, je les jette à terre !...
Mais, j'ignorais la tradition,
Est-ce en souvenir de la crucifixion ?

Gornemans

Certes, en ce jour, tout bon et loyal chevalier,
En prières se recueille, en quelques moutiers.
Pour apprendre la vraie charité,
Il doit faire preuve d'humilité.
Perdre tout orgueil, toute arrogance,
En quittant son habit de violence.
Ce jour, aucune arme ne sert,
Pour célébrer cet anniversaire
De la mort du Christ sur la croix,
Chargé de nos fautes par surcroît,
Auprès de Dieu en assure la rémission,
Par sang divin coulant au terme de sa mission.
Encore ces jours, peu d'humains en saisissent le sens,
Ni n'en ressentent vraiment l'importance.
Ce sang du Christ, comme aucune autre substance,
De routes vies sur Terre, revivifie l'essence.

Perceval

Maître, c'est le plus grand des saints sacrifices,
Que Dieu, pour nous, fait réaliser par son Fils.
Combien nos plus hautes entreprises semblent futiles,
Ridicules, nos richesses et nos royaumes, fragiles.
Honte à nos convoitises et mesquines conquêtes !
Qu'enfin l'humanité, du Graal, aille en quête.
Mais … quelles est cette merveille ?
Soudain, le monde s'éveille !...

Gornemans

C'est le miracle de ce Saint Jour
Qui œuvre au triomphe de l'Amour.
Le retour du Printemps en apothéose,
Où l'âme des êtres, à la lumière, éclose,
Se révèle au cœur de la Nature ardente,
En fait bourgeons et fleurs abondantes,
Aux sublimes formes et couleurs tendres ;
Telle parure, sur le monde, voyez s'étendre...

Perceval 

Ô Splendeurs ! Ô oeuvre rédamptrice !
Du ciel et du sol, jaillissent les forces créatrices
Qui donnent à la Vie sa beauté
Et à Tous les Êtres, l'espoir de la Liberté.
De l'Esprit, au Corps, en édifiant le Temple,
L’Âme, par nos yeux, contemple
Les merveilles de cet enchantement.
Elle y découvre, au delà de l'entendement,
La Sagesse et les Vertus Sacrés
Qui rendent présent, Dieu, dans tout ce qu'il a créé.

 

Patrice Lucquiaud

Extrait de "Perceval"

Acte IV - Scène 2.

Châtel - Pâques 1973

Commenter cet article

Marie-Rose 04/04/2015 11:50

Chacun exprime son rapport au spirituel et à la renaissance en cette période de Pâques. Tout être humain suit son chemin intérieur, tel Perceval. Merci Patrice pour ce bel enchantement du Vendredi Saint et la belle musique de Wagner. Bonnes Pâques à toute la famille, grosses bises.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog