Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #Portraits

Au cours du second trimestre mon assiduité et mon application ne s’améliora guère En cours je rêvassais, en étude je bâclais mes devoirs, oubliais d’apprendre les leçons programmées et d’une façon générale passait mon temps à faire des pitreries, m’estimant plus intéressant dans ce rôle. Je m’installais donc « confortablement » dans la situation de cancre et d’amuseur public…

Cela s’est d’ailleurs concrétisé lors d’une sortie au cirque. C’était la grande époque des « Radio-Circus » qui passaient de ville en ville et dont le spectacle comportait en plus  des numéros traditionnels, une partie radio-crochet. Ce soir là, sous le chapiteau installé sur la place, juste en face du Lycée, tous les pensionnaires faisaient partie de l’assistance. Arriva le moment du jeu avec le public : l’orchestre exécutant les premières notes d’une chanson qu’il fallait reconnaître… par trois fois rejoue l’intro… pas d’écho parmi les spectateurs… au grand étonnement de mes condisciples,  je me lève soudainement et crie : « La Seine ! » … L’animateur, je me demande si ce n’était pas Zappy Max,  m’invite à venir le rejoindre au centre de la piste… Me voilà donc en pleine lumière devant des centaines de paires d’yeux dont ceux mes camarades lycéens…

  • Répétez-moi ça jeune homme… quel est le titre de la chanson ?...   
  • La Seine, de Jacqueline* François (*encore une…)
  • Bravo ! Dites-moi, vous pouvez entonner l’air ?
  • Elle roucoule, coule, coule dès qu’elle entre dans Paris, elle s’enroule, roule, roule  - ne sachant plus les paroles à la suite, j’enchaine avec des lalalalala… tonnerre d’applaudissements  dans les gradins…
  • Je peux savoir votre nom jeune homme ?
  • Patrice Lucquiaud !
  • Eh bien Patrice je vous félicite, c’est bien « La Seine » un succès du grand prix de la chanson française de 1948 interprété par Jacqueline François. Nous allons maintenant vous confier la direction de l’orchestre du cirque, tenez, voici la baguette, car vous allez diriger les musiciens afin qu’il nous interprète la mélodie de « La Seine ».  

 

A cet instant, commence un numéro qui fait s’écrouler de rire tous les copains du Lycée car, d’abord trop lent dans mes mouvements que l’orchestre suit fidèlement, la musique produite ressemble à une plainte langoureuse, une sorte de grincement qui n’en finit pas, je réagis aussitôt en accélérant le tempo et ça devient vite une tonitruante cacophonie. Je dois avouer que je me sens plutôt empoté en chef d’orchestre mais tout autour, le monde rit aux éclats…  vedette de la piste, en un soir, je  suis devenu !… Ma « brillante prestation » fut récompensée comme il se doit avec des échantillons de fioles d’apéritifs, de digestifs, de parfums, quelques friandises et un lot de sachets de « Seltinés » permettant de faire de l’eau gazeuse lithinée…

Une chanson que fredonnait souvent ma mère.

Une chanson que fredonnait souvent ma mère.

Ma réputation de clown amuseur était définitivement établie : « avec Lucquiaud on se marre toujours !… », comme je n’en n’étais pas à une pitrerie près, les jours suivants, j’eus  cette inspiration aux résultats plutôt cocasses, d’utiliser mes sachets de « Seltinés » au réfectoire… Imaginez un peu ce que vous obtenez comme savoureuse émulsion en versant un sachet de ces lithinés dans un bol de vinaigrette ou bien dans le potage… il fallait voir la tête du personnel en cuisine quand nous rapportions les récipients écumants et bouillonnants au comptoir… au moins, en la circonstance, j’expérimentais avec bien plus de bonne volonté qu’en cours, ce qu’en TP de chimie, je rechignais à faire… Bien sûr, on ne tarda pas à comprendre que ces assaisonnements foireux n’étaient pas dus aux cuisiniers mais provenaient de mes rajouts « lithinesques » … J’eus droit aux réprimandes du personnel de cuisine et à un passage dans le bureau du proviseur qui me savonna comme je le méritais… 

C’est ainsi qu'en "bulleur" débonnaire, pour me faire mousser, je créais à foison, de l'écume autour de moi…

 

En fin de trimestre, les résultats scolaires ne furent pas meilleurs que ceux du trimestre précédent… La réaction de mes parents ne fut pas aussi violente qu’à la période de Noël mais je voyais bien qu’au delà de l’insatisfaction que cela leur procurait, leur inquiétude, et surtout celle de ma mère, concernant mon avenir, allait en s’accroissant. Dans aucune matière je n’avais obtenu la moyenne…

Au cours du dernier trimestre, malgré quelques efforts pour suivre plus rigoureusement le cursus et rendre de meilleures copies, aucune nette amélioration ne s’affichait sur la liste de mes notes… Au final, j’avais accompli une année scolaire désastreuse et la sanction exigeait impérativement le redoublement de la seconde…  Conséquence de cette conséquence, je n’avais plus ma place comme pensionnaire au Lycée, les bons élèves et les nouveaux étant, eux, prioritaires.

Grande fut alors la déception de mes parents qui s’inquiétaient vivement de ce que j’allais devenir suite à cette série d’échecs…

J’avais bien conscience de la gravité de la situation, du retard pris en fonction de mon âge mais n’avait, en fait, aucune idée de ce que je devais entreprendre par la suite…

  • Patrice, es-tu vraiment intéressé par les études ? Me demanda ma mère.
  • Oui je pense, mais je préférais maintenant être en technique, faire du dessin industriel pour devenir styliste en carrosserie automobile.
  • A mon avis, cela ne te mènera à rien, rétorqua mon père car il aurait fallu envisager cela au moment de ton passage en 3ème … or, à cette époque, tu envisageais de faire carrière dans l’enseignement et donc de suivre un cursus classique… le mieux est que tu décroches le BAC même avec presque deux années de retard… Penses-tu pouvoir continuer à Loudun ?…
  • Refaisant la seconde, je devrai logiquement obtenir de meilleurs résultats…
  • De bien meilleurs ! Reprend ma mère quelque peu indignée, car ceux de l’année écoulée sont très insuffisants.
  • Je sais maman, j’ai été par trop dissipé et inconséquent, je vais me reprendre …
  • Le problème, maintenant, est de savoir comment tu vas aller au lycée car tu ne peux plus être pensionnaire ?... Tu as une idée ? M’interrogea mon père.
  • Il me faudrait y aller avec le car.
  • Je ne crois pas que ça soit envisageable, si le matin les horaires correspondent à peu près pour parvenir à l’heure au Lycée, ceux du soir ne sont pas compatibles avec les heures de sortie à moins de rentrer tard. * Reste la solution que tu y ailles par tes propres moyens …
  • Mais comment ?... Je ne vais pas faire matin et soir le trajet en bicyclette !…
  • Non, bien sûr, mais en vélomoteur c’est possible …
  • En vélomoteur !... Avec le « Le Poulain » poussif qui tombe en panne tous les 5 kilomètres, ça alors, je ne m’y vois pas !…
  • On va t’acheter une mobylette …
  • Une mobylette ! S’écrie ma mère, qui jusqu’à là s’était contentée de suivre notre conversation, Marcel, tu n’y penses pas, ce n’est absolument pas raisonnable… d’abord pour les risques qu’encourerait Patrice sur la route nationale très fréquentée, les intempéries à subir en hiver, et puis une telle proposition se présente aussi comme une récompense pour Patrice qui ne le mérite pas vraiment.

 

C’était bien là tout l’aspect contradictoire de l’attitude affective et éducative de mes parents vis-à-vis de moi. Ma mère protectrice, inquiète, pouvant aussi se montrer ferme, autoritaire et même suspicieuse quant elle avait été déçue, face à mon père se manifestant avec bien plus de véhémence dans la circonstance mais qui pouvait aussi se montrer généreux, aventureux prêt à renouveler sa confiance lorsqu’il fallait prendre une décision capitale ; les deux ensemble, sachant aussi faire preuve de mansuétude à mon égard et prodiguer bien des encouragements pour me faire avancer sur la bonne voie.

 

Aucune décision ne fut prise à cet instant, les choses restant en suspens, s’il était entendu que je retourne au Lycée, le moyen d’y aller quotidiennement restait à déterminer. Il fut un moment question que je sois pion au collège saint joseph ce qui m’aurait permis, tout en suivant les cours au Lycée, de rester sur place, l’institution libre se situant dans le haut de ville à Loudun. Toutefois, renseignements pris, il s’avéra que j’étais encore trop jeune (17 ans) pour occuper cette place.  

 

Mes parents avaient acheté une caravane et cet été là nous l’étrennions au cours de trois semaines de vacances passées en Bretagne… On oublia toute les vicissitudes du moment pour profiter pleinement d’agréables instants touristiques et de détente en famille. Je ne le savais pas encore mais c’était la dernière fois que je partageais ce merveilleux temps des vacances avec mes parents.

Vacances de l'Eté 1961 à La Trinité / mer...

Vacances de l'Eté 1961 à La Trinité / mer...

Au retour, mon père m’acheta une mobylette bleue pour effectuer mes trajets aller-et-retour » au Lycée de Loudun sis à 26 kilomètres de la maison familiale…

 

à suivre :

Commenter cet article

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog