Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Mirebalais Indépendant

Bienvenue à Mirebeau en Poitou.

"Le Passé m’est tellement Présent à l’esprit, qu’ici, il s’offre un Avenir… "
Parole de Farfadet.


Publié le par FARFADET 86
Publié dans : #La pensée du jour

Ce que j'aurais dû lire dans ma jeunesse, à puiser dans les classiques incontournables de toute bonne littérature, pour construire mon jugement, m’éveiller à l’esthétisme et à la juste éthique et sans doute parfaire l'érudition qu'on attend de tous potaches studieux, c'est maintenant, dans ce dernier tiers temps, ou quart temps de la vie que je l’entreprends...

Pensez-en ce que vous voudrez mais, personnellement je trouve que c'est bien ainsi parce que le regard que l'on pose sur la vie, enrichi des expériences faites dans le temps, apporte un éclairage ô combien plus objectif et plus nuancé sur ce qu'on lit de chroniques, de romans ou de biographies de personnages célèbres ayant pris place dans l'histoire de notre humanité, qu’à cette époque d’insouciance et de dispersions fantasques propre à l’adolescence boutonneuse.

 

Considérez que mon livre de chevet du moment « Histoire de ma vie » par George Sand m'a procuré une immense joie tant il est riche de descriptions ne se limitant pas aux seuls récits d'anecdotes mais de ce qu’en tant qu'âme profondément humaine, l'auteure a révélé en quantité et qualité de réflexions sur l’existence, la sienne en miroir de tant d’autres, contemporaines et familières qu'elle peint non seulement dans leurs petits travers mais aussi dans ce qu'elles possèdent  de noble, d'élevé et d'enrichissant.

Avec sa sensibilité de femme, elle décrit ses états d'âmes sans jamais fondre dans des excès de sensiblerie. Faisant preuve d’une saine objectivité face à ses propres sentiments, aptitudes, et comportements, Georges Sand n’a de concession envers elle-même allant jusqu'à se décrire comme paresseuse, indolente, rebelle, capricieuse, souvent curieuse, sachant néanmoins se montrer réceptive à toutes impressions émanant du beau et du vrai. C’est d’ailleurs cette insatiable soif d’apprendre et de découvrir qui suscite son immense intérêt pour les autres et parmi ceux là, tous ces artistes qui ont brillamment auréolé ce XIX siècle matérialiste de leurs pensées les plus élevées, d’œuvres d'art les plus interrogatives et romanesques à la fois, dans les domaines de la littérature, de la poésie, de la musique et de la peinture...  George Sand a fait, puis tenu sa place, dans cette pépinière d'auteurs créateurs, composée en majorité d'hommes et pas des moindres...

Personnage nanti d’autant de dispositions contradictoires, Georges Sand pénètre la société de son temps avec une lucidité implacable sur les desseins de ceux qui gravitent dans les hautes sphères du pouvoir mais aussi d’une propension à la rêverie qui la fait entrer en parfaite communion avec les êtres les plus pourvus d’imaginations autant qu’avec les éléments de la prodigieuse Nature qui, à travers son œuvre, semblent lui confier quelques de leurs étonnants secrets.

Femme du monde, investissant sans vergogne les salons de causeries littéraires, amie des arts et belles lettres, mécène prodiguant critiques savoureuses et acerbes, esthète à contre-courant des modes imposées, esprit indépendant ne pratiquant pas la langue de bois, George Sand affiche sans retenue ce qu’il y a de plus masculin dans sa féminité et de plus féminin dans son aptitude à se lier corps et âme à ceux dont elle s’éprend jusqu’à en être intensément amoureuse sans jamais se départir d’une candeur juvénile et une foi aveugle en l’autre qui confine parfois au mysticisme.  

 

Elle ne voulait pas briller mais être... tout simplement être...  et elle fut bel et bien !...

 

Cette femme est enthousiasmante au-delà de toute séduction tenant à son charme naturel, elle vous transporte dans ses réflexions les plus intimes mais aussi les plus profondes, réflexions qu’aujourd’hui encore on peut considérer comme avant-gardistes méritant qu’on s’y attarde pour les méditer et en tirer la quintessence rigoureusement humaniste et la vocation disposant à l’action humanitaire…

Tombant sur ce passage je ne peux faire autrement que le faire paraître ici : un ensemble de quatre pages à lire attentivement et à méditer. Là, se situe l’extraordinaire perception de cette âme à vif qui scrute le monde dans ses moindres recoins physiques et métaphysiques, pénétrant de son esprit affranchi et ouvert, les arcanes de l’existence terrestre.

George Sand … une Femme libre en son temps...George Sand … une Femme libre en son temps...George Sand … une Femme libre en son temps...

En fait, que nous révèle-t-elle dans ces lignes … la nature même de notre égocentrisme se faisant mousser face au marasme tenant aux événements douloureux, scandaleux et aux bassesses du genre humain. Y aurait-il une réelle félicité à se trouver juste et bon au milieu de ces monstruosités dont sont capables les hommes ? George Sand se moque de ces « pauvres cœurs » affligés, des natures bien pensantes et bienfaisantes qui perçoivent ce mal outrancier mais n’y font rien qu’à le subir et le dénoncer.

Comment se satisfaire d’un tel état de choses quand le mal dont on se défend d’être atteint nourrit la moindre de nos conversations sitôt que se trouvent réunies deux personnes ?

C’est bien là, le plus grand mal qu’à tant vouloir l’évincer pour soi, on s’en pétrit finalement jusqu’à l’insérer dans la moindre de nos réflexions…

Aux portes des religions et des croyances, la divinité ne nous est d’aucune aide pour nous déchainer de telles obsessions… «  Si la foi triomphe de ses propres doutes, l’âme navrée sent les bornes de sa puissance  se resserrer étroitement sur elle et enchainer son dévouement dans un si petit espace  que l’orgueil s’en va pour jamais et que la tristesse demeure. »

Un peu plus loin on lit : «  le seul égoïsme permis, c’est celui du découragement qui ne veut se communiquer à personne et qui, en s’épuisant dans la contemplation de ses propres causes, finit par céder au besoin de vivre, à la grâce intérieure peut-être ! »

Plus avant, George Sand avait écrit : « On se fatigue vite à se contempler soi-même… Nous n’arrivons à nous comprendre qu’en nous oubliant, pour ainsi dire en nous perdant dans la grande conscience de l’humanité »   Une définition primordiale de la raison d’être et du bonheur à être qui nous mène hors de nous, nous poussant à vivre libéré de ce « quant à soi » égocentrique ; non pas "vivre pour être heureux" mais "être heureux de vivre". Toute quête du bonheur est vaine, le seul vrai bonheur consiste à vivre de ce qui émane de notre environnement : êtres et choses, de la conscience que nous avons de leur devenir devant bien plus nous préoccuper que notre propre devenir… mais, quelque lignes plus loin, elle rajoute : «  C’est alors qu’à côté de certaines joies et de certaines gloires dont le reflet nous grandit  et nous transfigure, nous sommes saisi tout à coup d’un invincible effroi et de poignants remords en regardant les maux, les crimes, les folies, les injustices, les stupidités, les hontes de cette nation qui couvre le globe et qui s’appelle l’homme. » retour sur la pseudo racine du mal « l’enfer c’est les autres » Bien avant Jean-Paul Sartre, George Sand l’ayant, ici, formulé autrement, souligne que la conscience du mal et des souffrances qu’il entraine, nous vient de ce que nous percevons à l’extérieur car cette conscience nous ne l’avons pas forcément de manière innée par une introspection qui nous fait plonger en nous-mêmes. Le « connais-toi toi-même » passe nécessairement par le « qu’est-ce que les autres t’apprennent de toi »

Ne trouvons-nous pas là, 150 ans plus tôt, une brulante question en phase également  avec les mentalités de notre temps présent où l’image que nous renvoient les autres de nous-mêmes a pris une importance extrême, où la connaissance de soi s’émousse au profit d’un narcissisme larvé, tant nous aspirons à être ce que par nature nous ne sommes pas en nous obligeant à nous couler dans le moule des conformités qui suivent modes ou tendances du moment.  

Mais voilà, la connaissance de soi passe en grande partie par l’appréciation qu’ont les autres autour de nous, proches, moins proches et étrangers aussi…

La question est moins de savoir si je suis bête ou beau parce qu’untel et tel autre me l’ont dit que de savoir pourquoi ils me l’ont dit. Qu’est-ce qui fait qu’ils me jugent ainsi ?...

 

Pour se connaître, nous avons besoin de ces reflets ; si le miroir nous renvoi l’image de notre visage, l’âme, elle, aurait à se mirer dans d’autres âmes pour se découvrir et apprendre à se connaitre… Dans quels boudoirs de ce XIXe siècle romantique ne trouve-ton pas de psyché ?…

S’étant entouré d’âmes fortes et d’esprits talentueux, George Sand est, à n’en pas douter, l’un des plus sublimes reflets de son époque où, au matérialisme naissant et proliférant, s’oppose la quête de sa propre humanité à découvrir à travers les rapports entretenus avec quelques des plus brillants esprits de son temps...

Commenter cet article

Marie-Rose 12/04/2014 10:00

Cher Patrice, je vais finir par croire à la transmission de pensée. Il y a quelques jours j'envisageais de relire la biographie de G. Sand pour approfondir les relations qu'elle avait eues avec les artistes de son temps. Ton article est vraiment bien. Tu as bien décrit l'existence de cette femme vraiment libre, ses états d'âme etc. J'ai vu le film qui a été fait sur une partie de sa vie, j'ai bien aimé aussi. Merci Patrice

alpero 07/04/2014 17:11

C'est agaçant, je vais devoir encore te remercier mon ami Farfalecteur.
Dans le couple qu'elle a formé à une époque, je me suis bien plus intéressé à Musset qui fut longtemps (et est encore avec Villon) mon poète préféré. Cela a forcément laissé George sous l'éteignoir, bien que j'ai lu quelques bouquins (pas beaucoup) d'elle, au lycée. Et voilà que tu me dis que j'ai commis une erreur de ne pas assez m'intéresser à elle et à sa vie...
Agaçant, je te dis, encore un bouquin à commander et à lire... Bon, je fais ça tout de suite.
Encore merci et amitiés.
Alpero.

Farfadet 86 07/04/2014 18:39

Mon cher Alain,ça n'enlève rien au talent d'Alfred de Musset qu'elle appréciait également et sans doute passionnément à une certaine époque de sa vie. On dit d'elle que ce fut aussi une sacrée amante... j'aime aussi à dire que ce fut aussi et avant cela, une sacrée aimante ...
En tant que lecteur, chacun a ses gouts et affinités et cela varie suivant nos intérêts du moment, notre humeur aussi, disons notre disposition et notre réceptivité souvent fonction de l'âge qui nous murit bon gré mal gré ...
Merci de ton passage Alain.

Profil


FARFADET 86
Sexe : Homme
À propos : Retraités depuis janvier 2005, avec mon épouse, nous étions accompagnateurs de personnes handicapées mentales, ceci pendant 40 ans, dans un Foyer de Vie, en Haute Normandie.

langues

 

Hébergé par Overblog